• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Feynman "Personne ne comprend la mécanique quantique" - l’épistémologie & (...)

Feynman "Personne ne comprend la mécanique quantique" - l’épistémologie & l’ontologie à notre rescousse !

Feynman : "Personne ne comprend la mécanique quantique." - Essayons de la rendre compréhensible avec notamment la plus belle expérience, de toute l’histoire de la physique... !

Rappel :

Les électrons ne sont pas réellement des particules au sens premier du terme. Pour certains -et pour certains seulement- un electron a un comportement qui peut être corpusculaire ou ondulatoire en fonction de l’expérience qu’il subit, c’est la dualité ondes-corpuscules. Donc la meilleure réponse qu’on puisse donner, a priori, est que l´electron n’est ni vraiment une particule, ni vraiment une onde c’est quelque chose de totalement quantique dont on ignore encore la nature exacte.

Dans mes divers articles concernant la mécanique quantique, j'ai lourdement insisté sur deux choses

1/

les 2 révolutions fondamentales ; à savoir :

a)l'onde-particule

b)l'intrication quantique

2/

l'indispensable apport de la métaphysique*

 *ne jouons pas sur les mots ; certains parlent ici plutot d'épistémologie & d'ontologie ; pourquoi pas ?

( pour dire les choses simplement & rapidement

épistémologie : connaissance des choses (l'étant*) ses propriétés ; ici par exemple pour l'électron, sa masse = 9,109 × 10−31 kg et son spin = 1/2) & aussi sa nature : c'est à dire pour l'électron : onde, particule ou plutot "autre chose" ? le formalisme ne peut répondre, car il ne peut jamais etre plus qu'un qu'un modèle théorique ; l'expérience devrait, or nous sommes, en vérité, dans l'ambiguité totale, car incapables de l'interpréter !

ontologie : connaissance de l'etre des choses

En vérité s'impose ici comme jamais, l'indipensable distinction entre l'étant & l'etre

(n'oublions pas ici la question fondatrice de la métaphysique : « Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? »)

Autrement dit, nous ne pouvons pas -si nous voulons vraiment rendre compréhensible la mécanique quantique- ne pas aller au fond des choses ; c'est à dire répondre à la question, on ne peut plus énigmatique que l'on puisse imaginer : quel est l'etre de  !'électron ?

*voir mes articles & commentaires sur Heidegger notamment

Précédemment j'ai dit pourquoi je préférais que cette expérience fut réalisée avec des électrons plutot qu'avec des photons ; David nous dit qu'il a fallu attendre 2013 pour qu'elle voit le jour : ça ne vous semble pas bizarre -d'autant plus que le canon à électrons existait depuis longtemps- ? A moi si !

Modélisation mathématique (formalisme)

Le vecteur d'état dans l'espace de Hilbert, auquel est associé une fonction d'onde traitée par les équations de Schrodinger & de Dirac notamment ! Le formalisme tient la route ; en tant que modèle, il n'a pas de réalité physique

Dans la seconde vidéo, des précisions très importantes nous sont données concernant l'expérience qui s'inscrit pour l'hypothèse de Bhome-De Broglie, sur l'onde pilote, en désaccord avec le point de vue majoritaire dans le monde, des copénhaguistes, qui exercent un controle absolu, facilitée par le fait que la plupart des physiciens se plient au diktat : "calcule & tais-toi" porté par les succès "industriels" de la mécanique quantique ; expression univoque mettant bien en évidence la misère actuelle de la recherche fondamentale.

Enfin dans la troisième, un passionné, très érudit, nous fait partager des rappels intéressants

1ère vidéo :

La Plus Belle Expérience de la Physique — Science étonnante #53

David, le talentueux pédagogue que je vous ai déjà conseillé, nous présente ici une vidéo récente, qu'il intitule comme étant :"La Plus Belle Expérience de la Physique" ; elle utilise principalement un canon à électrons pour disséquer la très ancienne expérience des fentes de Young ! Cette vidéo, ne voit le jour qu'en 2013, alors que celle d'Aspect, sur la réfutation du paradoxe EPR, avec les inégalités de Bell*, date de 1982. Cette dernière utilisait des photons polarisés

 Voir le blog de David, qui donne pas mal d'infos :

https://sciencetonnante.wordpress.com/2018/04/13/lexperience-des-fentes-dyoung-en-mecanique-quantique/

seconde vidéo :

Trajectoires fentes de Young : dualité onde-corpuscule

En1961 déjà :

Trajectoires d'électrons dans l'expérience des fentes de Young de Jönsson (1961). Dans l’expérience des fentes de Young de Jönsson, un canon émet des électrons dans le plan horizontal, à travers un trou de quelques millimètres, des électrons à une vitesse de 1,8x10⁸ m/s. Après 35 centimètres de parcours, ils rencontrent une plaque percée de deux fentes horizontales large chacune de 0,2 µm et espacées de 1µm l'une de l'autre. Un écran situé 35cm après ces fentes récolte les électrons un à un. L'impact de chaque électron apparaît sur l'écran au fur et à mesure que l'expérience se déroule. Au bout d'un certain nombre d'impacts, on constate que leur répartition sur l’écran fait apparaître des franges d’interférence.Cette dualité onde-corpuscule s'explique simplement dans l'interprétation de de Broglie-Bohm, l'électron est à la fois une onde ET une particule. Il y a coexistence de l'onde et de la particule ; l'onde guidant la particule d'où le nom d'onde pilote donné par Louis de Broglie en 1927. Le système quantique est à la fois onde et particule, il correspond à une réalité augmentée par rapport à la mécanique classique.

---------------------------------------------------------------------

Il en résulte, entre autres, sur deux points capitaux, les 2 interprétations les plus connues :

1/ Onde ET Corpuscule vs Onde OU Corpuscule

Dans l’interprétation de Copenhague, on a une onde OU un corpuscule avec un OU exclusif. C’est le principe de complémentarité de Bohr pour lequel le système quantique se manifeste, soit sous les propriétés d’une onde, soit sous les propriétés d’un corpuscule. Durant toute l’expérience l’électron est seulement une onde ; l’électron est un corpuscule seulement lors de son impact avec l’écran (postulat de réduction du paquet d’onde).

Dans l’interprétation de de Broglie-Bohm, l’électron est à la fois une onde ET un corpuscule, comme nous le montrons ci-dessous. Il y a coexistence de l’onde et du corpuscule ; l’onde guidant le corpuscule d’où le nom d’onde pilote donné par Louis de Broglie en 1927. Le système quantique est à la fois onde et corpuscule, il correspond à une réalité augmentée par rapport à la mécanique classique.

2/ Par quelle fente est passée la particule ?

Dans l’interprétation de Copenhague, cette question n’a pas de sens puisque l’électron n’existe, au moment du passage des fentes, que sous la forme d’une onde. L’électron-onde passe par les deux fentes à la fois. Dans l’interprétation de de Broglie-Bohm, l’électron-onde passe également par les deux fentes à la fois, mais la particule existe également tout au long de l’expérience et par conséquent l’électron-corpuscule passe effectivement par l’une des fentes.

Dans l’interprétation de de Broglie-Bohm, on constate que les interférences n’apparaissent que quelques centimètres après les fentes . Ainsi, lorsque l’on rapproche l’écran de détection de 35cm à moins d’1cm après les fentes, il n’y a pas d’interférence et on observe que les impacts des électrons forment deux taches distinctes, de la même forme que les fentes ; il est alors très difficile de ne pas supposer qu’un électron-particule de la tache supérieure ne soit pas passé par la fente supérieure.

Voir pour les figures & les détails :

https://thequantumphysics.wordpress.com/interpretation-de-lexperience-des-fentes-de-young/

*voir mon article précédent sur la MQ

---------------------------------------------------------------------

Nous avons deux expériences à interpréter, si nous évitons d'entrée de nous aligner sur une interprétation connue !

3ème vidéo :

Comment est née la physique quantique ? | Interview de Claude Aslangul | Futura

A ce moment de notre enquete, cette courte vidéo, peut peut-etre aider certains à se situer !

-------------------------------------------------

Mon interprétation :

j'ai commencé très jeune ma réflexion sur la métaphysique non universitaire, en tant que discipline majeure, pour comprendre notre monde ; je ne me suis imposé qu'un seul principe :

ne jamais m'enteter sur une contradiction ; ne jamais l'accepter quoiqu'il arrive !

Certains appellent ce principe naturellement : principe de non-contradiction !

Préambule 1 /

des hableurs que je vous ai présentés, tous très bons pédagogues, le problème est qu'aucun n'est vraiment physicien : cad ni Klein, ni Bobroff, ni David, ni tous les autres, y compris Aspect !

Préambule 2 /

si on me confiait la réalisation de ces deux expériences, on aurait beaucoup de détails explicités, comme les conditions initiales & finales, les temps de passage de chaque électron numéroté , l'électron a-t-il été au contact des fentes ?... ,etc, etc

notabene : Je ne m'intéresse ici qu'à l'expérience qui consiste à envoyer & analyser les électrons : l'un après l'autre

Je vais comme promis aller à l'essentiel . sans etre exhautif évidemment

1/

la fonction d'onde de l'électron n'a pas d'existence physique !

Pourquoi ?

elle fait partie de l'espace de Hilbert, modèle mathématique, donc théorique

l'électron lui est bien réel, il se déplace dans l'espace euclidien à 3 dimensions (dit réel)

2/

si maintenant nous comparons cela aux ondes dites mécaniques (mécanique classique), la fonction d'onde est alors réelle car elle se manifeste dans l'espace euclidien

tout est affaire de référentiel donc

3/

Conclusion :

avec l'électron on voit bien que

la probabilité est le seul lien entre la fonction d'onde quantique et la réalité physique !

la fonction d'onde quantique est un objet non physique qui a des effets physiques réels (ici on voit que la physique dépend de la métaphysique en quantique & qu'on ne trouve pas aujourd'hui d'autre explication)

 

Tags : Recherche Histoire Prospective et futur Philosophie Science et techno Université Psychologie Ecole Science-Fiction




Réagissez à l'article

54 réactions à cet article    



    • 1 vote
      howakhan howakhan 23 mai 18:29
      Salut déjà que on ne connaît quasiment rien de soi même..alors le reste...
      mais bon je comprends cela peut être sûrement fascinant d’être totalement hors sol et pas du tout concerné par la démence humaine, à laquelle la science participe bien sur car elle est ce que l’on est

      si nous sommes bons la science est bonne

      mais nous ne le sommes pas
      enfin plus..

      cheerio

      ps : merci de tes vidéos j’apprécie..

      • vote
        JC_Lavau JC_Lavau 23 mai 20:12

        Que j’explique, ou pas, une fois ou des dizaines de fois, ça ne sert à rien, personne n’a suivi. J’ai posé une dizaine d’articles sur Avox, expliquant tout ce qu’il y a à savoir. Ça ne sert à rien : personne n’a suivi.

        Traduction anglaise quasiment terminée, j’ai sûrement encore deux ou trois erreurs à dépister et corriger :


        Original français en vente depuis décembre. Une quatrième édition est sortie fin mars. Une cinquième suivra : un signe est erroné, un exposant est en trop sur le calcul relativiste de la déviation Compton.

        "Fonction d’onde" : de la merde, injustifiable et inexcusable.
        La mythologie "onde et/ou particule" est elle aussi de la oumfa-oumfa, injustifiable. Sa seule place est la poubelle.

        4e de couverture :

        Did you hear "Mr. Tompkins Explores the Atom" where he was told that for killing the quantic tiger, one should shoot many bullets in all directions ? Or were you thrust that as owing to Richard Feynman “Nobody understands Quantum Mechanics”, so you should not dare to understand better than him ? Or that the mysteries of the Holy Duality are so damned subtle, that only damned math-minded initiates can master it ? Or that an electron in a cathodic-ray tube takes the time “to explore beyond planet Jupiter” ? So much considering that the cat “is” simultaneously dead and alive, and that the submarine “is” in a superposed state between two miles further west and two miles further east, and maybe further north and further south…
         
        According to the hegemonic Götingen-copenhaguist mythology, as in power for 1927, suddenly at his fantasy, the cement-maker sends a 20 tons trailer cruising at random simultaneously on all the roads. Its "wave of probability" spreads on all the surface of Earth, and suddenly, Miracle ! The driver finds a customer whose hopper has room for 20 tons cement. So is the miracle of the "collapse of the wave function" as usually taught.

        A radical revision was unavoidable, and we carried it by developping the Transactional Quantum Microphysics. No "corpuscular aspects" exist : the individual waves and the absorbers do all the job ; their properties are central. The Transactional Microphysics covers all the fields of the physics with experimental results, instead of avoiding and censuring so many.

        From experimental results to experimental results, the reader will master the articulation between the individual (quantic) scale and the familiar crowds scale. The properties of the Fermat’s spindles of the individual waves (photons and electrons are the most useful) bring many insights in optics, opto-electronics, atomics, dyes, vision, interferences, radiocrystallography, spectrography and spectral absorptions. 

        Now, you will understand the quantum microphysics : it is simple and clear.

        • vote
          Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 23 mai 21:26
          JC_Lavau 23 mai 20:12
          "Fonction d’onde" : de la merde, injustifiable et inexcusable.
          La mythologie "onde et/ou particule" est elle aussi de la oumfa-oumfa, injustifiable. Sa seule place est la poubelle.
          °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
          Permettez-moi de vous dire que jusqu’à preuve du contraire, la "Fonction d’onde", en tant que modèle mathématique de l’espace de Hilbert, pour un électron, et son traitement par notamment les équations de Schrödinger & Dirac, n’est pas du tout une invention de Bohr ou de moi-même... ! Voilà pour le formalisme que je chevauche ici !
          D’autre part, les vidéos qui sont à notre portée sur internet, quels que soient les défauts que je ne conteste pas, a priori, sont le seul moyen d’"approcher" les expériences pour quelqu’un comme moi qui n’a pas de labo à sa disposition ! (Si j’ai bien compris, il en est de même d’ailleurs pour vous !)
          Pour l’expérience des fentes de Young, analysée avec envoi d’un électron, après l’autre, si vous avez mieux je suis preneur ; nonobstant ma critique de ces expériences, et jusqu’à preuve du contraire -que vous n’apportez pas, et pour cause, pas de labo- a priori, l’électron (notez que je ne parle ni de corpuscule, ni de particule, ni d’autre chose) se déplace de la sortie du canon à électrons jusqu’à l’un des deux murs ! Ce déplacement qui serait étudié, pas à pas, dans cette expérience si je la dirigeais, ne l’est pas ; c’est vrai !

          SI VOUS AVEZ MIEUX, JE SUIS PRENEUR ! (d’avance merci de rester sur l’expérience, ici décrite, et de ne pas partir sur autre chose !)

          Merci pour votre contribution


          • 2 votes
            JC_Lavau JC_Lavau 23 mai 23:25

            @Mao-Tsé-Toung. Tu es piégé par les hypothèses clandestines qu’ils t’ont enseignées. Aussi raisonnes-tu comme si l’électron était un boulet de canon. Tout faux...

            Qu’il soit stationnaire autour d’un noyau d’atome ou en cours de transfert depuis un émetteur jusqu’à un absorbeur, l’électron ne cesse jamais d’être une onde individuelle, en quatre composantes. Deux composantes orthochrones, deux composantes rétrochrones, on le sait depuis 1928, Dirac, 1930, Schrödinger.

            Dans toutes ses interférences avec lui-même, l’électron dépend de sa fréquence intrinsèque mc²/h, connue depuis 1923 : de Broglie.

            Dans ses interactions électromagnétiques, par exemple la dispersion Compton, intervient la seconde fréquence intrinsèque, 2 mc²/h.

            Mais aucun transfert ne s’accomplit sans le récepteur, l’absorbeur, pour un électron comme pour un photon.

            Notre macro-temps newtonien n’a pas sa place en causalité microphysique ; il n’est qu’une émergence statistique.


          • 1 vote
            Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 24 mai 02:10

            "JC_Lavau 23 mai 23:25

            @Mao-Tsé-Toung. Tu es piégé par les hypothèses clandestines qu’ils t’ont enseignées. Aussi raisonnes-tu comme si l’électron était un boulet de canon. Tout faux..."

            °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

            @JC_Lavau

            Je m’excuse mais... on ne m’a rien enseigné du tout ; je suis comme Einstein :

            je sèche les cours !

            Sérieusement : je vous demandais seulement de me répondre sur :

            1/

            le formalisme : à mon grand étonnement de vous entendre, car précédemment nous semblions d’accord ---> GRAVE de GRAVE ça donne GRAVISSIMO !

            2/

            sur l’expérience (vous savez bien qu’une expérience ne peut-être remplacée nulle part, par de la tchatche, avec l’argument d’autorité qui est sous-entendu chez vous !) : une expérience -je n’ apprends rien à personne- est une expérience, que cela se passe en France ou en Navarre !

            JE CONSTATE DONC, QUE VOUS N’AVEZ RIEN, ABSOLUMENT RIEN, A ME PROPOSER, COMME EXPÉRIENCE, et que votre dialectique tend à me mener sur une voie sans issue pour me rouler dans la farine !

             Conclusion : désolé de constater que vous refusez tout débat !

            Merci pour votre contribution quand même


          • 1 vote
            JC_Lavau JC_Lavau 24 mai 03:44

            @Mao-Tsé-Toung. Merde, je me suis donné la peine d’écrire plein d’articles sur agoravox. Autant pisser sur le gazon pour emmerder les limaçons.

            Combien de fois faudra-t-il rappeler que le formalisme en usage est strictement déterministe et strictement ondulatoire ? En totale contradiction avec la sémantique enseignée et vulgarisée. LEUR sémantique, que tu reproduis aveuglément à titre personnel, marche sur la tête.

            Expériences, j’en ai donné des dizaines. Evidemment si on n’en lit aucune...

            Non seulement leur sémantique marche sur la tête, mais leurs conditions aux limites aussi, et leur macro-temps newtonien.

            Sur ce genre de "bases", tu n’aboutiras jamais à rien. Tu construis sur une lise.


          • vote
            Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 24 mai 05:18

            "JC_Lavau 24 mai 03:44

            @Mao-Tsé-Toung. Merde, je me suis donné la peine d’écrire plein d’articles sur agoravox. Autant pisser sur le gazon pour emmerder les limaçons.

            Combien de fois faudra-t-il rappeler que le formalisme en usage est strictement déterministe et strictement ondulatoire ? En totale contradiction avec la sémantique enseignée et vulgarisée. LEUR sémantique, que tu reproduis aveuglément à titre personnel, marche sur la tête.

            Expériences, j’en ai donné des dizaines. Evidemment si on n’en lit aucune...

            Non seulement leur sémantique marche sur la tête, mais leurs conditions aux limites aussi, et leur macro-temps newtonien.

            Sur ce genre de "bases", tu n’aboutiras jamais à rien. Tu construis sur une lise."

            °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

            @JC_Lavau

            Vous me donnez l’impression maintenant de ne pas m’avoir lu, tellement vous êtes obnubilé par la "concurrence" copénhaguiste !

            Contrairement à ce que vous affirmez gratuitement, je ne fais partie d’aucun clan ! C’est trop facile votre dialectique qui consiste à placer l’autre dans un camp -façon d’esquisser rapidement sa caricature- et de s’en prendre après à cette "caricature" systématiquement & exclusivement !

            Exemple grave sur la forme : je parle de sortie de l’électron du canon à électrons, et vous vous empressez de sous-entendre, que je suis le roi des cons, car vous liez (dans ma tète) avec culot, canon à OBUS, et donc vous certifiez victorieux, que je radote en adoptant la thèse corpusculaire, sans m’accorder aucune possibilité de me défendre ! Malheureusement pour votre comportement d’escroc, en la circonstance, j’ai anticipé votre mauvaise foi, en parlant toujours d’électron -ne vous en déplaise- que vous le vouliez ou non : les écrits restent des écrits & sont donc vérifiables !

            Sur le fond : comment je mettrais en évidence, non pas l’OBUS, mais des trajectoires de l’électron, en commençant par le cas le plus simple :

            "mur" sans fente ; un seul électron !

            en prenant les données de la seconde vidéo, il est facile de déplacer ce "mur" tous les 50 mm par exemple : vous allez constater chaque fois une marque : en toute logique vous aurez, en réunissant toutes ces marques, une trajectoire possible pour votre électron : que vous appeliez ça du corpusculaire ou pas, j’en ai rien à foutre ; ce qui m’intéresse, et que vous semblez même ne pas avoir lu, je le rappelle ici & n’en démord pas ; l’ensemble constitue un véritable SCOOP ; qu’on le veuille ou pas, c’est pour moi kif !

            (il est possible -compte-tenu de votre investissement dans la transactionnelle- que ce point de vue vous dérange au plus haut ; si c’était ainsi, j’en serais désolé, car il me dirait que vous n’êtes pas du tout physicien !)

            --------------------------------

            1/

            la fonction d’onde de l’électron n’a pas d’existence physique !

            Pourquoi ?

            elle fait partie de l’espace de Hilbert, modèle mathématique, donc théorique

            l’électron lui est bien réel, il se déplace dans l’espace euclidien à 3 dimensions (dit réel)

            2/

            si maintenant nous comparons cela aux ondes dites mécaniques (mécanique classique), la fonction d’onde est alors réelle car elle se manifeste dans l’espace euclidien

            tout est affaire de référentiel donc

            3/

            Conclusion :

            avec l’électron on voit bien que

            la probabilité est le seul lien entre la fonction d’onde quantique et la réalité physique !

            la fonction d’onde quantique est un objet non physique qui a des effets physiques réels (ici on voit que la physique dépend de la métaphysique en quantique & qu’on ne trouve pas aujourd’hui d’autre explication)

            --------------------------------

            Voila, tout est là

            Merci pour votre contribution

            PS) si vous n’êtes pas un escroc, vous admettrez sans mal, que je n’exprime pas du tout le point de vue "diktatorial" selon vous, des copénhaguistes ; pas plus d’ailleurs que celui d’une autre confrérie déclarée ou pas d’utilité publique !


          • vote
            Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 24 mai 05:36

            @Mao-Tsé-Toung

            ... je n’anticipe pas du tout par ma méthode à trouver une "ligne" continue, ou discontinue, a priori, puisque la fonction d’onde intervient, de manière "magique" (c’est métaphysique) si l’on veut, mais elle intervient sûrement !

            C’est dommage que des expériences ne soient pas réalisées dans cet esprit !


          • vote
            JC_Lavau JC_Lavau 24 mai 11:19

            @Mao-Tsé-Toung. Quand tu déplaces l’absorbeur, tu changes la géométrie de l’expérience.

            Tu aurais zéro difficultés à l’admettre si on te disait qu’on déplace l’émetteur. par rapport à l’écran à fentes.

            Or supprimer les émetteurs de leur vision, ça ils n’ont pas encore osé.

            Je rappelle que Leybold vend des dispositifs pour démontrer une diffraction électronique Debye-Scherrer en classe, et que je l’ai republié :

            http://deonto-famille.org/citoyens/debattre/index.php/topic,1570.0.html

            Je n’ai pas encore publié les diffractogrammes Laue électroniques sur inclusions de carbure obtenus en 1972 à l’INSTN, parce que six ans après le déménagement, je ne sais toujours pas où j’ai mis le carton contenant ces vieux cours de métallurgie 1966-1972. A la place j’ai republié des Laue électroniques publiés en 1961 par Gastuche et De Kimpe, obtenus sur phyllosilicates.

            Voir https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/comment-devient-on-incroyant-au-166289

            Impossible avec des électrons-boulets-de-canon.

            Mais ça, l’air du temps ne te l’explique pas. L’air du temps dépend de qui détient le pouvoir depuis trois générations, et après les assassinats scientifiques bien ciblés.


          • 3 votes
            Hijack ... Hijack ... 24 mai 01:35

            Intéressant et compliqué à la fois.


            • 1 vote
              Vraidrapo 24 mai 16:34

              @Hijack ...
              L’abord de la Mécanique quantique est assez "sympa" et au départ, un peu déroutant. Je l’avais au programme d’en CES de math en 1972. Ce qui m’a beaucoup plu c’est qu’avec une hypothèse de départ contraire au sens commun, on découvre statistiquement de nouveaux résultats réalistes :

              lorsqu’on envoie une balle de tennis contre un mur vertical, il faut instiller dans le modèle mathématique, la probabilité non-nulle (hypothèse) qu’elle passe par dessus le mur après le rebond ("sans toucher le sol", précision pour les petits malins)


            • vote
              JC_Lavau JC_Lavau 24 mai 18:45

              @Vraidrapo. Hypothèse "balle de tennis".

              Et toujours pas d’objections ?


            • vote
              Hijack ... Hijack ... 24 mai 21:31

              @Vraidrapo

              Tout à fait ... l’abord paraît tout simple et ensuite, questionnements sur questionnements. Un manquement de ma part, dû à un blocage en maths (d’après mes profs), blocage que je n’ai plus en vieillissant -peut-être grâce à l’informatique- mais un certain retard à rattraper. Cela étant, je comprends parfaitement de quoi il s’agit, mais je n’oserai me mêler aux conversations entre spécialistes.


            • vote
              Vraidrapo 24 mai 22:37

              @JC_Lavau
              Je sous-entends un choc élastique pur sans effet "pervers" ni pinaillage sémantique, comme chacun l’aura compris... smiley


            • vote
              JC_Lavau JC_Lavau 24 mai 22:55

              @Vraidrapo. Rien de semblable n’existe à l’échelle microphysique.

              Il n’y a QUE des ondes à l’échelle individuelle. Avec la distinction que celles qui sont bosons sont grégaires - c’est ainsi que l’astronomie interférentielle à large base peut fonctionner - et que celles qui sont fermions - comme les électrons, les protons, les neutrons - s’évitent soigneusement les unes les autres.


            • vote
              Vraidrapo 25 mai 04:52

              @JC_Lavau
              l’échelle microphysique.

              Il est exact qu’à l’échelle µphysique, les particules élémentaires se repoussent avant contact, en première analyse, je ne suis pas spécialiste ds le domaine..

              "Mon" modèle évoque implicitement les mouvements relatifs des centres de Gravité de systèmes en mouvement, il me semble que pour une vulgarisation, il est inutile de faire état de sa science. Mon plombier ou mon peintre a des compétences respectables qui me sont inaccessibles à court terme... et je ne chercherai pas à les impressionner par "ma" science enseignée à l’Université nationale.

              Vu ce qu’on fait du progrès (ADM, pollutions diverses et variées, famines, suicides, allergies, massacres d’innocents...) je préfère débattre sur la mésentente de l’espèce la plus malheureuse de la Planète, la nôtre !


            • vote
              troletbuse 24 mai 11:48
              Excellente péfagogie.
              J’ai tout compris. Enfin, presque

              • vote
                Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 24 mai 13:20

                Mise au point urgente :
                1/
                ... à ce niveau du débat, je propose de déplacer le "mur" sans fente tout en précisant, encore une fois que je ne parle ni d’obus (ce que Lavau prétend) cad de corpuscule, de particule (ce qui ne serait pas faux mais certains entendraient corpuscule, et donc je me méfie), ni d’onde (comme Lavau, ses copains de Copenhague, et la plupart des autres censés interprètes, qui ne sont en fait que des ânonneurs et surtout pas des physiciens) ni quoi que ce soit d’autre, mais des marques (empreintes) laissées sur le "mur" sans fente que je déplace, par l’électron !

                2/
                (... vous constatez que je me méfie un max en anticipant toute sémantique fallacieuse, j’ai bien dit fallacieuse, qui à défaut de vérité, permettrait à certains "interprètes" d’avoir un prétexte pour m’imposer une caricature de moi-même, concoctée avec soin, pour m’éliminer à la façon par exemple des trolls qui traînent par ici...)
                JE ME SUIS RENDU COMPTE QUE JE NE DOIS PAS PARLER DE LIGNES JOIGNANT "MES" EMPREINTES, & ENCORE MOINS DE TRAJECTOIRES DE L’ÉLECTRON :
                Ces "positions" spatiales ("mes" empreintes) correspondent au "lien de probabilité" :
                (j’ai écrit)
                la probabilité est le seul lien entre la fonction d’onde quantique et la réalité physique (c’est à dire ici l’électron)

                Je fais ici, volontairement, dans la concision extrême ; maintenant je peux développer en partant de mes articles précédents !

                N’hésitez pas à poser vos questions

                Merci d’avance


                • vote
                  JC_Lavau JC_Lavau 24 mai 14:01

                  @Mao-Tsé-Toung. Chaque nouvelle particule (électron ou photon ou neutron ou proton, etc) transférée d’un émetteur à un absorbeur est une nouvelle expérience.

                  Quelles que soient vos illusions, vous ne maîtrisez jamais quel émetteur, quel absorbeur ni quand. Vous ne maîtrisez jamais les conditions aux limites, quels que soient vos fantasmes panoptiques. Il est impossible d’écranter la gravité. Il est impossible d’écranter le bruit de fond Dirac-de-Broglie. Quelles que soient les ruses de l’expérimentateur, le reste du monde persiste à s’inviter sur sa paillasse.

                  C’est très vexant pour nos orgueils infantiles, " Me, Myself, and I".


                • vote
                  Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 24 mai 15:12

                  @JC_Lavau

                  Vous m’interprétez mal ; mon objectif n’est pas de "tracer" la courbe de la trajectoire, car cela voudrait dire qu’elle existe ; dans ces prémisses, tout au moins, je n’en suis pas là !

                  Je prétends seulement, sans entrer dans votre logique expérimentale, ni dans votre terminologie, de trouver des positions spatiales de l’espace euclidien, où l’électron (pas votre obus) a "percuté" le "mur" en avant-première de l’expérience qui doit suivre !

                  C’est tout pour le moment !

                  Merci pour votre contribution


                • vote
                  JC_Lavau JC_Lavau 24 mai 15:17

                  @Mao-Tsé-Toung. Vous ne le saurez jamais : vous êtes restés prisonniers d’un schéma mental erroné. Vous ne pouvez faire entrer de force la réalité dans le cadre fautif que vous avez hérité de l’air du temps.

                  Les lois physiques de la transaction (qu’elle soit photonique ou électronique) ne résident pas dans votre cadre mental fautif.


                • vote
                  Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 24 mai 15:37

                  JC_Lavau 24 mai 15:17

                  @Mao-Tsé-Toung. Vous ne le saurez jamais : vous êtes restés prisonniers d’un schéma mental erroné. Vous ne pouvez faire entrer de force la réalité dans le cadre fautif que vous avez hérité de l’air du temps.

                  Les lois physiques de la transaction (qu’elle soit photonique ou électronique) ne résident pas dans votre cadre mental fautif.

                  °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

                  @JC_Lavau

                  ... facile à dire ; difficile à prouver !

                  J’attends toujours votre expérience qui confirmerait vos dires : je ne vous en demande pas dix : une seule vidéo, bien faite me suffirait ; je crois que je peux l’attendre longtemps !

                  N’oubliez pas : électron par électron ; vous avez tendance à revenir au photon, comme vos copains de Copenhague... !

                  Merci pour votre contribution


                • vote
                  JC_Lavau JC_Lavau 24 mai 18:41

                  @Mao-Tsé-Toung. C’est vrai que quand tu ne veux pas lire, il suffit de prétendre que ce qui est publié n’existe pas.

                  Je travaille par écrit, pas en vidéos.

                  Depuis 1995, j’ai des vidéos tournées à l’IUFM de Saint-Denis, qui attendent d’être numérisées, notamment sur l’effet du champ magnétique sur un flux d’électrons lancés dans l’hydrogène raréfié. Je n’ai pas réuni le matériel de numérisation, mais la cassette est toujours là et en bon état.

                  Pour 34 € TTC et port inclus, tu as le manuel complet, et l’exploitation des centaines d’expériences déjà connues. Une est sous la main de chacun : pour tout astigmatisme ou autre défaut de vergence de l’oeil, corrigé ou aggravé, la perception des luminances et couleurs est invariante. Pourtant l’absorbeur du photon perçu est toujours la molécule de cis-rétinal lié à une opsine. Or son plus grand diamètre est de 1,8 nm. Avec l’héritage de "causalité" newtonienne appris en classe, plein de "puis, et alors", et l’optique apprise en première année de fac, il est juste impossible à un photon de converger quand même sur-un cis-rétinal. Or ils convergent quand même. Quoi est faux, alors ? Et totalement faux.

                  Chacun a sous la vue l’expérience des couleurs interférentielles des canards, des insectes, des lézards vers, des vanneaux, des paons, de bien des poissons... Juste impossible avec un photon-corpuscule. Chacun utilise des couches anti-reflets sur ses jumelles ou les objectifs d’appareil photo. Impossible que ça marche avec des photons-corpuscules. Tous les manuels de quantique censurent la transparence Ramsauer-Townsend, découverte en 1921 : bah oui, c’est incompatible avec l’électron-corpuscule. Ça mérite donc bien la censure la plus féroce.

                  On connaît bien aussi les interférences électroniques et la radiocristallographie électronique et neutronique. Juste impossible avec un électron-corpuscule ou un neutron-corpuscule. Exactement comme en rayons X, où c’est incompatible avec un photon-corpuscule.

                  J’ai déjà depuis longtemps détaillé les couillonnades de deux sommités corpusculistes, dont l’un était Nobel : https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/quand-des-sommites-niaisent-a-154357

                  L’enquête a bientôt révélé que le couillon en chef était bien Richard Feynman. Fin des illusions sur le cinquième évangéliste...


                • vote
                  zzz999 24 mai 15:31

                  J’ai entendu prétendre que la mécanique quantique nous amenait à dire que le monde qui nous entoure n’existe que quand il est observé, affirmation tout ou partie exacte ou complètement fausse ?


                  • vote
                    Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 24 mai 15:46

                    zzz999 24 mai 15:31

                    J’ai entendu prétendre que la mécanique quantique nous amenait à dire que le monde qui nous entoure n’existe que quand il est observé, affirmation tout ou partie exacte ou complètement fausse ?

                    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

                    @zzz999

                    La métaphysique d’Aristote vous dit déjà sur ce type de sujet, que c’est n’importe quoi ; et pour dépasser ici Aristote, il faut se lever tôt le matin : ce que ne font pas nos censés physiciens modernes... !

                    Merci pour votre contribution


                  • vote
                    JC_Lavau JC_Lavau 24 mai 18:13

                    @zzz999. Bluff intégral pour se faire mousser auprès des gogos.

                    "Kakarakamouchem veut dire ’ma chère âme’ ? Voilà qui est admirable ! Quelle langue admirable que ce turc !".

                    Molière. Le bourgeois gentilhomme.


                  • vote
                    zzz999 25 mai 09:43

                    @JC_Lavau

                    et donc en clair, qu’est-ce qu’on a voulu dire par là ? (qu’en somme les choses, pour simplifier, n’existeraient que quand elles sont "observées" )


                  • vote
                    JC_Lavau JC_Lavau 25 mai 10:45

                    @zzz999. Justement, ils ne voulaient surtout pas dire ce qu’ils ne comprenaient pas.

                    Comme je l’ai déjà rappelé plus haut, de nombreux absorptions spectrales (y compris dans nos rétines) prouvent que le schéma causal valide en macrophysique n’a aucune validité en microphysique.

                    En artillerie, les habitudes sont valides : l’opérateur actionne la tirette, qui déclenche le percuteur, qui met la charge à feu, qui propulse l’obus dehors. Puis l’obus est freiné par l’air et dévié par son instabilité aérodynamique et le vent, puis par percussion ou proximité ou altimètre ou horloge, la fusée déclenche la charge explosive, puis les schrapnels vont frapper autour, etc.

                    Tandis qu’en microphysique, jamais l’usine émettrice n’émet de wagon sur les rails ou de camion sur les routes tant qu’un contrat de commande n’est pas établi. Le trafic de télex, de téléphone ou de mails qui décident qui commande quoi à qui, à quel prix et quand, échappe au télescope optique de l’observateur sur Sirius, qui ne discerne rien de plus fin que les wagons et les camions.

                    Le clapotis d’ondes de-Broglie-Dirac d’où émergent des transactions réussies échappe à jamais à nos moyens d’observation. Ne serait-ce qu’en raison des fréquences énormes impliquées. Prenons l’exemple d’un chat de 3 kg.

                    3 kg . 1,35639 . 10^50 kg-1 . s-1 = 4,069 . 10^50 Hz

                    Admettons que vous le déplaciez à 1 cm/s, voyons sa longueur d’onde :

                    \lambda = 2,2087 . 10^-32 m.

                    Hin hin ! Et vous comptiez en faire une « fonction d’onde  » ? Rien que sa respi­ration et le battement de son pouls, ainsi que ses mouvements d’yeux et d’oreilles sont des dizaines d’ordres de grandeur au dessus de ce genre de "longueur d’onde".

                    Ces Göttingen-Copenhaguistes n’avaient vraiment pas les yeux en face des trous, et ils n’avaient jamais conçu la différence d’échelle entre la microphysique, et leur mythique « observateur ».


                    Tout éblouis d’avoir échappé à l’héroïque boucherie de 14-18 parce qu’ils étaient trop jeunes, ces Knabenphysiker de Göttingen se sont mis au centre de l’image, en bons adolescents ivres d’égocentrisme : "Me ! Myself ! And I !".

                    Galopins...
                    Et ça dure comme ça depuis octante et un ans.

                  • vote
                    Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 mai 10:46

                    @zzz999

                    ... je ne comprends pas votre entêtement ; il n’y a rien à comprendre, absolument rien : je crois me souvenir que Einstein lui-même a répondu à cette question :

                    "la lune existe toujours, même quand on ne la regarde pas !"

                    CQFD


                  • vote
                    Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 mai 05:33

                    J’ai peut-être eu tort, en ne voulant pas trop compliquer -tentation naturelle de "vulgarisation" pour quelqu’un publiant sur la MQ- de ne pas avoir proposé, à la place de l’espace euclidien 3D, l’espace-temps* relativiste de Minkowski dit pseudo-euclidien (dit "plat"), avec 3 variables d’espace "libres" & une pour le temps (orientée du passé vers le futur) !

                    ... je reconnais que ça complique pas mal !

                    *voir l’article concerné & mes commentaires sur le sujet


                    • vote
                      JC_Lavau JC_Lavau 25 mai 11:50

                      Il est faux qu’il ait fallu attendre 2013. Quelques mois après son Nobel, donc au printemps 1998, Claude Cohen Tannoudji nous avait présenté l’expérience avec des atomes d’hélium ultra-froids. Pas de pitié : chaque atome d’hélium est bien passé par les deux trous simultanément.


                      On n’a pas vu en vidéo la répétition de l’expérience filmée par une équipe japonaise, CCT s’est contenté de nous la décrire.

                      On a déjà des dizaines d’années d’expérience en diffraction de neutrons ou d’électrons par des réseaux cristallins, ou de fullérènes par des réseaux gravés.

                      Les explications de David sont sujettes à l’air du temps, donc fausses autant que le standard de l’air du temps.
                      Un peu comme dans des colloques de psychanalystes : "Si l’instinct maternel, Oups ! Je voulais dire l’envie du pénis, etc."...

                      • vote
                        Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 mai 13:01

                        JC_Lavau 25 mai 11:50

                        1/

                        Il est faux qu’il ait fallu attendre 2013. Quelques mois après son Nobel, donc au printemps 1998, Claude Cohen Tannoudji nous avait présenté l’expérience avec des atomes d’hélium ultra-froids. Pas de pitié : chaque atome d’hélium est bien passé par les deux trous simultanément.

                        2/
                        On n’a pas vu en vidéo la répétition de l’expérience filmée par une équipe japonaise, CCT s’est contenté de nous la décrire.

                        3/

                        Les explications de David sont sujettes à l’air du temps, donc fausses autant que le standard de l’air du temps.
                        °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

                        @JC_Lavau

                        1/

                        Vous savez bien que ce n’est pas la même expérience : "électrons un à un" ici

                        vous allez nous dire que c’est équivalent : d’avance PAS DU TOUT D’accord !

                        2/

                        A ce propos j’ai écrit :

                        "David nous dit qu’il a fallu attendre 2013 pour qu’elle voit le jour : ça ne vous semble pas bizarre -d’autant plus que le canon à électrons existait depuis longtemps- ? A moi si !"

                        IL Y AURAIT BEAUCOUP A DIRE là-dessus, mais mon article, comme l’indique le titre, vise plus haut !

                        3/

                        OUI & NON, comme je l’ai écrit :

                        David n’est pas physicien, et pratique un business qui est comme vous dites dans "l’air du temps."

                        Nonobstant IL FAUT TOUT RELATIVISER ! Grand merci à lui pour sa vidéo ; car avec les seuls Lavau & Mao, nous n’irions pas bien loin !

                        CQFD


                      • vote
                        JC_Lavau JC_Lavau 25 mai 13:13

                        @Mao-Tsé-Toung. Avec des photons, l’expérience à débit réduit a été faite dans les années cinquante ou soixante, description dans le Chpolski. Il n’y avait alors de capteur qu’argentique, et la pose durait des mois.


                      • vote
                        Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 mai 12:25

                        Essayons d’expliquer les "empreintes" sur les "murs" (écrans) ! Suite !

                        Dans la seconde expérience, on nous dit :
                        un canon émet des électrons dans le plan horizontal, à travers un trou de quelques millimètres, des électrons à une vitesse de 1,8x10 ? m/s

                        A partir de là vous pouvez calculer l’énergie cinétique et la quantité de mouvement
                        de l’électron puisque nous connaissons sa masse :
                        masse = 9,109 × ?10 ?31 kg

                        Maintenant que vous savez d’où viennent ces "empreintes" & qu’on vous donne les conditions initiales ; en adoptant l’espace-temps de Minkowski, j’invite les courageux -plutôt les téméraires- de sélectionner la "bonne" équation de Schrödinger, fonction du temps évidemment, pour continuer à s’émerveiller, j’espère, avec l’investigation quantique... que je propose ici :

                        (je me cite)

                        "la fonction d’onde quantique est un objet non physique qui a des effets physiques réels " (là est l’émerveillement produit par la métaphysique bien comprise : pourquoi y-a-t-il l’étant et non pas plutôt rien ?)

                        Merci d’avance pour votre contribution

                        CQFD


                        • vote
                          Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 mai 12:31

                          @Mao-Tsé-Toung
                          vitesse de 1,8x10 (puissance 8) m/s


                        • vote
                          JC_Lavau JC_Lavau 25 mai 13:08

                          @Mao-Tsé-Toung. Grand distrait, de 1926 à 1929 Schrödinger avait éliminé le cadre relativiste, donc perdu les fréquences intrinsèques des électrons et autres particules dotées de masse. Provisoirement, certes, mais ce provisoire dure encore dans la secte hégémonique.

                          Sauf un article en 1927 (Über der Comptoneffekt), où il ne disposait que de la longueur d’onde broglienne, deux fois trop grande pour expliquer la dispersion Compton, le reste du temps cette longueur d’onde broglienne a carrément disparu des écrans. C’est la guerre...

                          Schrödinger n’a repris pied dans la réalité qu’en 1930, tout en demeurant très gravement et définitivement démoralisé par ses ennemis.

                          Schrödinger 1930 : Über die kräftefreie Bewegung in der relativistischen Quantenmechanik. Sitzungsberichte der Preußischen Akademie der Wissenschaften. Physikalisch-mathematische Klasse, (1930), 418-428

                          Dans les ondes électroniques réelles, il y a fréquences et longueurs d’onde (deux fréquences, deux longueurs d’onde par électron). Il n’y a plus rien dans les "fonctions d’onde" de probabilité de méconnaissance...

                          C’est toujours la guerre...

                          Chaque étudiant est enjeu de la guerre maintenue. Il en résulte beaucoup d’inconvénients pour les dits étudiants.


                        • vote
                          Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 mai 22:24

                          Je me cantonais dans mes recherches aux manifestations macro de la MQ ; n’ayant pas de labo à ma disposition, pas de recherches dans l’univers subatomique.
                          Mon SCOOP, change tout ! Inspiration ex nihilo* ? Pas vraiment !

                          Mais comment faire ?

                          Commençons l’expérience tout de suite : une expérience ça se prépare et ça se propose aux mécènes et/ou investisseurs éventuels !

                          Copyright évidemment d’abord

                          Préparation :
                          (pas besoin de censé physicien de renom dans l’équipe, pas besoin de diplômé : c’est dit)

                          Labo
                          Nous avons besoin :
                          (a minima)
                          1/de la classique boite "isolante" intégrant tout le nécessaire ; ça existe ; pas besoin de se casser la tête à ce sujet !

                          2/pour ne pas perdre de temps je prends toutes les références de la seconde vidéo avec leur "mur" : je choisis plutôt les "classiques" fentes verticales ; j’y ajoute pour l’expérience préliminaire un second "mur" sans fentes, facilement déplaçable ! A défaut de mieux, je me contente du canon à électrons indiqué !

                          Formalisme
                          1/espace de Hilbert
                          2/espace-temps de Minkowski
                          3/équations de Schrödinger & Dirac pour la fonction d’onde
                          (ici aucun problème car nous pourrions tester toute équation compatible avec le 1/ & le 2/)

                          *dans le domaine de la science la "chance" ne sourit qu’aux esprits bien préparés

                          Merci !


                          • vote
                            JC_Lavau JC_Lavau 25 mai 22:48

                            @Mao-Tsé-Toung
                            Tu as la pompe à vide ?

                            Tu as déjà vu ce que ça donne, un tube à vide dont le vide est cassé ?

                            Pourquoi ne te sers-tu pas des expériences publiées ?

                            De préférence de celles dont la secte au pouvoir ne supporte pas l’existence, et qu’elle dissimule au maximum aux étudiants.

                            Transparence résonante de Ramsauer et Townsend, dont j’ai donné une abondante bibliographie.

                            Le classeur qui la contient pèse 1833 g, 1526 g net.

                            Les couches anti-reflets en optique. Propriétés aux grands angles ?

                            Les couleurs interférentielles, en variant les incidences.

                            Le Debye-Scherrer pour profs de lycée, dont j’ai donné les références Leybold et les images.

                            Les diffractogrammes Laue électroniques dont j’ai donné des exemples, et on peut en trouver d’autres sur le Net.

                            Tu peux aussi varier l’éclairage d’un objet coloré, en interposant un astigmatisme entre cela et la source lumineuse. Il te faut un moyen photométrique.

                            Si tu as un oeil astigmate, tu peux tourner le verre correcteur de nonante degrés.

                            Etc. Etc.

                            Ah ouais, diamètre minimal des gouttes de pluie pour qu’elles donnent un arc en ciel ? Le brouillard ne donne jamais d’arcs en ciel.


                          • vote
                            Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 26 mai 00:07

                            @JC_Lavau
                            Quelles que soient les difficultés rencontrées, en subatomique, on ne peut se passer d’expériences !

                            D’autre part, n’étant pas un chercheur universitaire je ne suis pas, comme vous, dépendant des papiers publiés ; en plus vous ne tenez pas du tout compte de la dimension "métaphysique" que j’apporte dans cet article ! Ce qui évidemment, je ne vous peproche pas !

                            Quant à la pompe à vélo, vous n’avez pas compris ce que signifient les "guillemets" de "isolante", j’en suis à des banalités qui peuvent changer à tout moment ; et ma boite "isolante" je la construirais moi-même si un jour, j’en ai les moyens !

                            L’essentiel n’est pas du tout là, je rappelle mon objectif, mon seul objectif :

                            prouver que la fonction d’onde non physique influence le physique (le "réel", en la circonstance l’électron !

                            Le reste & ses probables péripéties, ne comptent pas du tout pour moi, car je peux évoluer instantanément pour tout ce qui est secondaire !

                            Vous savez comme moi qu’en France comme dans le monde, que la plupart des chercheurs cherchent toute la vie en lisant & relisant du papier : et vous croyez que je suis assez con pour m’inscrire dans ce créneau : ce créneau, je vous le laisse, et vous souhaite bonne chance !

                            Dans le domaine de la "philosophie", je vous donne un bon exemple : Michel Onfray lit & relit du papier en permanence ; il s’est même permis de proposer une censé nouvelle ontologie (rien que ça !) : ses propos s’adressent aux gogos qui achètent ses livres ! Ne croyez pas un instant, que seuls vos copains copénhaguistes sont les affreux de ce monde, dans cet age du fer des grecs, Kali-Yuga des indiens : vous me donnez l’impression à ce propos, et je ne vous le reproche pas, de n’avoir qu’un verni de "culture" comme la plupart des "scientifiques", alors que la recherche quantique fondamentale réclame des physiciens inspirés par l’ontologie non universitaire* ! Tout un programme !

                            Merci pour votre contribution

                            *ontologie universitaire : ontologie des Onfray, c’est à dire ontologie de la tchatche



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mao-Tsé-Toung

Mao-Tsé-Toung
Voir ses articles







Palmarès