• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le faux génocide Vendéen

Le faux génocide Vendéen

Débunkage d'un mythe royaliste et réactionnaire : Le génocide vendéen.

Les massacres de Vendée ne s’expliquent pas par une volonté du pouvoir central d’exterminer un groupe ethno-religieux mais par l’action locale de troupes et de pouvoirs hors contrôle. Il n’y a jamais eu de projet idéologique d’extermination, ni d’ordre d’exterminer un groupe ethno-religieux, ni d’organisation matérielle systématique en vue des planifications des tueries, éléments pourtant nécessaires pour qualifier les crimes de masses de génocide. À titre de comparaison, il y a eu des massacres durant la commune de Paris mais personne n'oserait parler de "génocide parisien"...

 Mathilde Larrère dans "Arrêt sur images" décrit les origines des lectures erronées des massacres de Vendée.

Tags : Histoire Polémique


Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • 1 vote
    Orwell Orwell 26 novembre 19:25

    Ce qui est dingue, c’est que cette histoire de « génocide vendéen » puisse encore faire débat. L’effet internet sans doute mais doublé d’une tendance générale à la concurrence victimaire , l’instrumentalisation de la notion de génocide permettant de figurer en bonne place du classement des aristocraties de la souffrance …

     


    • 14 votes
      Zolko Zolko 27 novembre 09:32

      @Orwell : "Ce qui est dingue, c’est que cette histoire de « génocide vendéen » puisse encore faire débat."

       

      c’est en effet scandaleux qu’il y ait des gens qui mettent en doute les versions officielles et qui veuillent débattre de sujets historiques. Vous portez bien votre pseudo.

      Mais j’ai un doute : si débattre d’un sujet est à proscrire, et comme vous clouez au pilori toute velléité de débat à priori (dans le premier commentaire sur votre propre article, faut le faire !), pourquoi poster un sujet là dessus ? 


    • 2 votes
      borowic borowic 28 novembre 07:06

      @Orwell Si je vous ai bien compris, je suis d accord avec vous. Ce débat n a absolument aucun intérêt car il n a pas de fin. D’un cote des faits peu contestables de l autre un mot dont la définition varie au gré des utilisateurs, insoluble !!

      Ce qui est important c est que la répression Vendéenne terme qui traduit a minima ce qui s est passe discrédite définitivement la Convention comme un régime "honorable" . La Convention fut une dictature sanguinaire pire que Vichy et ce sont les acteurs de la Convention qui devraient aujourd hui etre diabolises bien plus que le Marechal Petain.

       


    • vote
      Et Hop ! 28 novembre 10:07

      @borowic : Mais… Vichy n’a jamais eu des troupes qui exterminaient qui que ce soit, il n’a massacré ni condamné personne à la guillotine.

      On ne peut pas en dire autant des bombardements américains pour détruire les habitants de villes où il n’y avait absolument aucun objectif militaire comme Saint-Lô, Évreux, Royan,.. ni des 80 000 tués par l’épuration.


    • 1 vote
      maQiavel maQiavel 26 novembre 19:42

      Rien à dire de plus de cette vulgaire propagande anti-républicaine ... 


      • 13 votes
        Et Hop ! 26 novembre 21:29

        @maQiavel :

        Certes on ne peut pas parler de " génocide " puisque le mot a été inventé en 1944 par le professeur de droit américain d’origine juive- polonaise Raphael Lemkin pour qualifier l’extermination des Arméniens en 1915-1916,      mais de " populicide " selon Gracchus Baboeuf qui n’était pas un anti-républicain, ni un anti-révolutionnaire mais un anti-bourgeois. Ca veut dire la même chose : un assassinat de masse des populations civiles ordonné par un pouvoir politique. 

        Le général Turreau avait fait approuver par la Convention ses colonnes infernales et son plan d’extermination des populations civile, il a d’ailleurs publié les ordres qu’il avait reçus, elle ment quand elle soutient le contraire. D’autres ordres du Comité de Salut Public, notamment de Lazare Carnot, ont été retrouvés, il ne s’agit absolument pas de bavures. 

        Tous les peuples de France étaient opposés contre la "levé en masse", ce qui est une violation absolue de leurs libertés. Toute la France était couverte de révoltes contre les Révolutionnaires qui les écrasaient dans la violence, comme le Siège de Lyon.

        Il n’y a jamais eu autant de gens en prison que quand ces partisans de la Liberté étaient au pouvoir, avec la loi des suspect n’importe qui pouvait être privé de liberté et mis à mort sans procès (les actes d’accusation-condamnation de Fouquier-Tinville étaient préimprimés, il ne restait que le nom et 3 mots à ajouter).

        La Révolution a été entièrement organisée par la Bourgeoisie sur le modèle libéral anglais de la Révolution de Cromwell, le but était d’instaurer le régime manufacturier et le capitalisme financier, celui qui envoyait les petites filles en haillons pousser les wagonnet au fonds des mines.

        Il n’y a rien eu de populaire pendant la Révolution française, en dehors des massacres des populations et de la spoliation de paysans. Il n’y avait que des bourgeois de robe et de finance parmi les députés du Tiers état, puis à la Convention, pas un seul artisan, pas un seul paysan, alors que la France était à 95 % agricole.

        Il faut ajouter qu’en 1789, la France était le pays le plus prospère et le plus développé économiquement et socialement du monde, avec le plus de libertés publiques, le plus de droits et d’oeuvres sociales, le plus de propriétaires (60% des paysans étaient censitaires ce qui est équivalent d’un propriétaire actuel).

        Il faut lire les Voyages en France les années 1787, 1788 et 1789 de l’agronome libéral Arthur Young pour constater la grande prospérité et la grande liberté dont jouissaient les paysans dans toutes les campagnes. Pour avoir une description de la vie du peuple dans les villes, il faut lire le tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier.

        Les professeurs de collèges continuent à enseigner que le roi Louis XVI était un tyran, et que le comité de Salut Public était un régime démocratique.


      • 3 votes
        maQiavel maQiavel 26 novembre 23:12

        @Et Hop !

        -Certes on ne peut pas parler de " génocide "

        Voilà qui met déjà un terme au débat sur le génocide de Vendée. Moi, un « populicide », je ne sais pas ce que c’est. Si ce terme est synonyme de massacre de masse alors oui, c’est bien ce qu’il y’a eu en Vendée mais aussi ailleurs, c’était la guerre civile et dans ces périodes de troubles, les massacres sont la norme. Par contre, le terme génocide ne se limite pas à « assassinat de masse des populations civiles ordonné par un pouvoir politique », il relève de critères très particuliers. 


      • 1 vote
        pegase pegase 27 novembre 12:15

        @maQiavel

        Rien à dire de plus de cette vulgaire propagande anti-républicaine ...


        Pourtant je l’ai appris à l’école bien républicaine ? Je vous assure qu’ils parlaient bien de "Génocide" ... je m’en rappel comme si c’était hier ...

        La république maçonnique serait complotistes selon vous ?  smiley


      • 11 votes
        psychorigide psychorigide 26 novembre 20:07

        200 000 morts en Vendée, dénoncés par Elle = Pas de génocide = La gourde de service ! 

        Génocide en Serbie : 100 000 morts... Elle, le conteste aussi, la gourde ?

        Ou pas  smiley


        • 2 votes
          maQiavel maQiavel 26 novembre 20:14

          @psychorigide
          Et c’est le nombre de morts qui est le critère qui permet de déterminer l ’existence d’un génocide  ? smiley


        • 13 votes
          Et Hop ! 26 novembre 21:39

          @maQiavel : 

          Les bombardement de Hambourg, Dresde, Hiroshima et Nagazaki ne sont pas des génocides™, ni même des crimes de guerre, on est bien d’accord, mais les 800 morts d’Oradour-sur-Glane, si.

          200 000 morts reconnus avec les moyens de l’époque, dans une région où il y avait environ 250 000 habitants, c’est quand même une performance démocratique qui mérite d’être reconnue. 

          Je suis pas sûr que Pol Pot ait fait mieux, mais ce n’était pas non plus un génocide™.


        • 3 votes
          Emma Joritaire 26 novembre 22:23

          @Et Hop !

          "...c’est quand même une performance démocratique qui mérite d’être reconnue."

          Si ça se trouve les assassins ont été véhémentement réprimandés, voire morigénés, par les pouvoirs de l’époque.


        • 1 vote
          barnum 26 novembre 23:03

          @maQiavel
          Ben oui pauvcon


        • 1 vote
          barnum 26 novembre 23:04

          @maQiavel ben oui pauvcon


        • 3 votes
          maQiavel maQiavel 26 novembre 23:15

          @barnum
          Deux fois la meme phrase parce que tu as oublié que tu l’avais déjà écrite ???


        • 3 votes
          maQiavel maQiavel 26 novembre 23:41

          @Et Hop !
          Nous n’avons pas les memes chiffres mais c’est lié à plusieurs éléments : 

          -Tous les morts de cette guerre de Vendée ne sont pas liés aux armées républicaines , il ne faut pas oublier que les insurgés tuaient aussi et qu’il y’avait des vendéens républicains. Reynald Secher lui meme , qui défend cette thèse grotesque du génocide parle de 117 000 personnes victimes des armées républicaines. 

          -Tous les arrêtés du comité de salut public qui désignaient la Vendée faisaient référence à la Vendée militaire , c.à.d. une zone qui ne contenait pas tout le département de la Vendée et qui débordait de ses limites , on est pas à 250 000 habitants mais à plus de 800 000. 

          Celà fait en tout 117 000 victimes sur 800 000 habitants , un joli chiffre mais qui ne représente tout de meme que 15 % de la population , soit une banalité au regard des potentialités morbides humaines depuis la révolution néolithique ... 



        • 7 votes
          Et Hop ! 27 novembre 01:57

          @maQiavel : Pierre Chaunu avait publié le chiffre de 220 000, et 117 000 qui est un minimum, c’est encore un chiffre énorme, pour une région si petite, et en si peu de temps. 

          En France c’est un record absolu depuis les dix années des Chevauchées du Prince Noir et la Guerre des Gaules. Pour trouver pire dans le reste de l’Europe, il doit y avoir les guerres protestantes : les guerres des Frères Moraves, la Guerre de Trente ans et la Conquête de l’Irlande par Cromwell, mais ce n’était pas une guère entre États, c’était une guerre contre les populations, faite par des protestants farouchement ... anti-militaristes.

          Sans remonter au combat des Trente, où le nombre de morts dans la guerre entre la France et l’Angleterre ne pouvait pas dépasser 60 morts si tout le monde avait été tué, et en sautant le règne de Louis XVI qui ne comporte pas de guerre (en dehors de celle d’Amérique qui ne respectait pas les lois de la guerre), les batailles des règnes de Louis XV et des Louis XIV ont fait peu de morts. L’affaire du Palatinat et l’importance des dragonnades ont été énormément exagérées par la propagande protestante dans les gazettes et les livres de l’époque qui étaient imprimés à Genève et à La Haye, et qui ont été repris sous Guizot comme des documents historiques. 

          Les guerres qui étaient faites par des militaires, aux époques avant la Révolution où il n’y avait pas de conscription, faisaient très peu de morts. C’était des conflits entre États qui se réglaient par champions interposés, avec des règles très codifiées et de rituels très précis qui donnaient sa légitimité au résultat. C’était la guerre en dentelle, comme aux échecs, on arrêtait les combats dès qu’il était évident qu’un camp avait le dessus. Déjà en 451, Aetius avait proposé à Attila de l’affronter dans un combat singulier pour épargner le sang des guerriers.

          La création de la Garde nationale et l’’encadrement des armées révolutionnaires était fait par des nobles très aguerris qui avaient fait la guerre d’Amérique, guerre à laquelles les Anglais avaient donné une tournure de guerre d’extermination et qui était connue comme la Guerre des frontières. C’était une guerre contre des populations de colons qui en cas de victoire, étaient expulsées ou exterminées pour reprendre le territoire. C’était une guerre de population. Pour La Fayette et ses sbires comme les frères Lameth, la Révolution était la suite de la guerre de libération de l’Amérique, elle devait se continuer dan stouts l’Europe pour combattre la royauté qu’il qualifiait de "papisme politique". En face, les armées régulières étaient commandés par les nobles du règne sans guerre de Louis XVI, ceux qui ont émigré.

          C’était la conséquence de la séparation entre militaires et civils, issue de la loi de la guerre édictée en 989 au Concile de Charroux par Gerbart d’Aurillac : les civils et les clercs ne doivent pas se mêler mêler de la guerre, et les militaires ne doivent pas s’en prendre aux civils et aux clercs. C’était la conséquence du fait que les officiers étaient recrutés dans la classe noble qui était très éduquée pour remporte la victoire avec honneur, et non par tous les moyens.

          Seuls les nobles devaient le service militaire, sa généralisation par la Bourgoisie à toute la population est une des causes des tueries de masse qui commencent avec la Révolution française, se continuent sous l’Empire jusqu’à ce que Louis XVIII mette fin à la conscription, qui est rétablie en 1845, supprimée par Napoléon III ; les tueries de masse recommencent avec le rétablissement de la conscription par la IIIe République, ses guerres de conquête coloniale et ses deux guerres mondiales. La République française qui est faite sur le modèle de celles de Genève, des Provinces-Unies et de Cromwell, par sur celles de Gène, de Pise, de Florence et de Venise, c’est le régime de la Bourgoisie qui évince par la violence la Noblesse, ce qui la prive de l’arme de métier qu’elle remplace par une armée de conscrits commandés par des bourgeois comme Carnot, Thureau, Westermann, Hoche, et autres représentants en mission.

          Sur le fonds de l’article, il n’y a pas eu de génocide au sens stricte d’un programme qui aurait voulu supprimer entièrement le peuple vendéen considéré comme un ’’genos’’, une race (et non comme un ’’ethos’’). Mais il n’y en a pas non plus eu dans le cas jugé par Nuremberg. Sinon pourquoi les Allemands auraient-ils prévu de ne déporter que les adultes et pas les enfants ? Pourquoi auraient-ils laisse des enfants naître dans les camps dits d’extermination ? Pourquoi aurait-il pris des accords avec le mouvement sionistes pour favoriser le plus possible les migrations vers Israël ? D’ailleurs la population juive mondiale a très faiblement diminué pendant la période 1942-1945. Donc soit il n’y a aucun génocide, ni en Allemagne ni en Vendée, soit il y en a eu dan sel deux. Le génocide des Indiens d’Amérique est avéré, il y a toute une littérature officielle, et il s’est réalisé.

          La Vendée n’est pas une exception, les massacres pendant la Révolution ont été généralisés, c’est une prise de pouvoir faite par la violence une très faible minorité (la bourgeoisie dans un pays très majoritairement rural) qui débouche forcément sur un regain de violence pour se maintenir au pouvoir lorsque la période de sidération est passée et que le désastre devient évident.


        • 7 votes
          Et Hop ! 27 novembre 02:24

          @Emma Joritaire

          Même pas, 

          En dehors de Westermann et de Carrier qui ont été guillotinés, ce qui était extrêmement anodin à cette époque, la plupart des autres ont été récompensés et promus. Turreau est nommé ambassadeur de France aux USA, il est fait ensuite baron de l’Empire, il a son nom avec Kleber sur l’Arc de triomphe, Lazare Carnot est enterré au Panthéon, c’était lui le commandant en chef de ces opérations.

          La Convention n’avait aucun droit de forcer la Français non nobles à servir comme esclaves dans ses armées, ils avaient raisons de se révolter.


        • vote
          maQiavel maQiavel 27 novembre 08:31

          @Et Hop !

          De manière générale, je n’ai pas la même analyse de la révolution que vous et nos divergences seraient trop longues à expliquer. Je ne partage pas non plus la même forme d’idéalisme que vous quant aux dégats provoqués par les guerres d’avant la révolution mais il est un vrai qu’avec la modernité vont émerger des guerres particulièrement meurtrières pour des raisons qui seraient aussi trop longues à expliquer.

          Pour ce qui est de Nuremberg, je préfère m’abstenir d’ en parler, étant donné qu’il existe des lois sanctionnant les opinions critiques sur les jugements qui y ont été rendu … 


        • 8 votes
          gerfaut 27 novembre 17:57

          A partir du moment où on dit de tuer tout le monde dans une région précise, il s’agit d’un génocide. Mais les adorateurs des Républicains qui ont commis cet affreux massacre de gens tout simplement pas d’accord avec eux, jouent sur les mots pour ne pas l’admettre.

          Depuis quand c’est au bourreau de donner la définition de son propre massacre ? C’est pourtant ce qu’il font. Ainsi le génocide des Vendéens n’en serait pas un parce que le Comité de Salut Public n’aurait pas désigné les Vendéens par le mot mais ils ont dit "les brigands". et voilà comment on évite l’appelation de génocide...

          Vous vous rendez compte ? Ce n’est plus l’intention qui fait le crime mais le mot prononcé par le bourreau.

          A cette aune, je vous annonce une grande nouvelle : il n’y aura plus jamais de génocide puisque pour éviter cette définition les bourreau lanceront en code "écrasez-moi tous ces ...". Tout le monde dans son entourage aura compris de qui il s’agit mais ce ne sera pas un génocide...

          Avec ces idiots utiles, ceux qui élèvent la Shoah au rang de crime ultime peuvent continuer de revendiquer leur monopole.

          C’est une habitude des gauchistes de jouer avec les mots quand ils sont coincés. Et ils ont encore fait plus de morts ainsi. 


        • vote
          Emma Joritaire 27 novembre 22:13

          @Et Hop !

          "Même pas"

          C’était du deuxième degré, mais si le sujet ne prête pas à la plaisanterie, la chiennerie Terroriste ayant été ce qu’elle a été.


        • 6 votes
          Hieronymus Hieronymus 26 novembre 22:19

          Mathilde a raison sur Reynald Secher, ce mec est un raseur impénitent absolument insupportable, ça va faire 40 ans qu’il annône sans arrêt exactement la même chose : la Vendée du génocide au mémoricide, sans varier d’un yota, incapable de parler de quoique ce soit d’autre, impossible de tourner le bouton de Radio courtoisie sans entendr ce mac nous débiter son sempiternel prêche, j’en ai la nausée..
          Mathilde a tort sur la Révolution en cherchant à la défendre tant bien que mal, cette révolution que le monde entier nous envie est une horreur dans tous les sens du terme : tyrannie, fanatisme, destruction de la société à tous les niveaux, terreur, guerre fratricide, massacres, horreur et barbarie sans nom, un cauchemar absolu !


          • 4 votes
            llsalv 27 novembre 16:53

            @Hieronymus

            Quand on veut faire entendre une vérité qu’on tient pour telle, on peut assez facilement y consacrer sa vie pour autant qu’on place la vérité au Panthéon du désirable. Ce qui paraît moins facile à comprendre, c’est qu’on le fasse toujours de la même manière. Mais quand on a l’impression de prêcher dans le désert et de n’être pas entendu, la crainte de se répéter est vraiment le cadet de ses soucis, n’est-ce pas ? Tout bien pesé, la reconnaissance du génocide vendéen ne vaut-elle pas un tel sacrifice ? Je ne connais pas cet homme, je ne l’ai jamais entendu, mais a priori, j’ai du respect pour sa démarche. Le monde manque de fous qui osent dirent la vérité. La chape de plomb de la pensée unique coule sur nous et nous fait tous entrer dans le moule. Alors toutes les formes de dissidences sont les bienvenues, mais les plus obstinées, même les plus rébarbatives... smiley


          • 3 votes
            Hieronymus Hieronymus 27 novembre 22:40

            @lls

            on ne doit pas suivre les mêmes médias

            moi qui scrute régulièrement la "réacosphère", impossible d’échapper au prêche inaltérable de Reynald Secher, sur Radio courtoisie où il a son rond de serviette, c’est au moins une fois par mois, en fait quasi chaque émission historique traitant des affres de la révolution dite française, sur TV libertés aussi et d’autres médias d’obédience catho-conservatrice

            ce type me fout la nausée chaque fois que j’entends son nom, comme une espèce de vieux bigot confit dans la naphtaline et payer à radoter ad nauseum le même discours depuis bientôt 40 ans

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Reynald_Secher

            il est tt de mm étrange de se prétendre historien et toute sa vie ne travailler qu’un seul et unique sujet : les guerres de Vendée durant la période révolutionnaire

            il est aussi navrant que les médias que j’ai mentionnés ne soient pas un peu plus soucieux de la diversité des informations et ne voient pas plus d’inconvénient à ressortir à leurs auditeurs le sempiternel même disque rayé


          • 3 votes
            llsalv 28 novembre 05:16

            @Hieronymus

            On pourrait penser en effet que nous ne visitons pas les mêmes sites. Même si je scrute moi aussi les extrêmes je reconnais ne pas trop écouter les radios et notamment radio courtoisie, faute de temps.

            Quant à Secher, j’entends qu’il est rébarbatif et exaspérant à force de marteler le même discours mais étant un psychologue de l’habitude, donc de la répétition, je pardonne bien volontiers aux témoins qui nous assènent sans cesse des vérités que la société ne veut pas entendre. Qu’il s’agisse de la Vendée, de la paysannerie russe, des indiens d’Amériques, etc. nous avons bien besoin de fous qui nous rappellent, même maladroitement, l’Histoire qui est la nôtre.

            Certains le font mal parce qu’ils le font de manière désespérée, sans mesure, sans nuance mais à tout le moins, ils le font et nous sauvent ainsi de l’écrasant monopole d’un devoir de mémoire qu’on nous serine ad nauseam depuis des lustres...


          • vote
            spoty spoty 28 novembre 10:12

            @Hieronymus
            Si les pressions qu’il dit avoir subies sont avérées, et il semble bien que ce soit le cas. Je peux comprendre - sans préjuger du bien fondé de ses thèses - qu’il ait pété les plombs à un moment, 
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Reynald_Secher#Cambriolage.2C_chantage_et_tentative_de_corruption


          • 10 votes
            Adena 26 novembre 22:28

            Ce qui est curieux pour de nombreux commentaires, c’est que les gens ne connaissent pas l’histoire, non pas celle écrite dans les livres, mais dans les archives. L’ordre de détruire la Vendée avec tous ses habitants et même ses animaux vient de l’état, il y a de nombreux documents d’archives qui le prouvent !!! Le général Turreau avait fait approuver par la Convention ses colonnes infernales et son plan d’extermination des populations civile, il a d’ailleurs publié les ordres qu’il avait reçus. D’autres ordres du Comité de Salut Public, notamment de Lazare Carnot, ont été retrouvés, il ne s’agit absolument pas de bavures. Soit il y a une volonté de nier ou une inculture sur le sujet, voir les deux.Et quand à dire que c’est être royaliste pour défendre cette cause est complètement absurde. L’histoire ne s’invente pas, l’histoire est. De reconnaître ce génocide ne peut que remettre les événements en lumière. 

            "Les persécutés n’ont pas toujours raison, mais les persécuteurs ont toujours tort." Pierre Bayle


            • 1 vote
              maQiavel maQiavel 26 novembre 23:54

              @Adena

              Est ce que vous êtes au courant que dans ces mêmes archives , on retrouve des arretés du comité de salut public qui promettent l’amnistie pour les rebelles qui déposeraient les armes ? Comment concilier ces arretés avec une volonté exterminatrice de tous les habitants de la Vendée ? Sachant en plus qu’il y’avait des vendéens qui se battaient du coté de la république ? 

              Certains ne s’intéréssent qu’aux archives confirmant leur hypothèse mais se désintéressent de celles qui les contredisent , ça se nomme un biais de confirmation d’hypothèse ... 

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_de_confirmation

              Il faut s’intéresser à toutes les archives , et non pas se limiter à sélectionner celles qui nous plaisent ... 



            • 5 votes
              Et Hop ! 27 novembre 02:39

              @maQiavel : C’était une manoeuvre pour recruter des traîtres qui les auraient ensuite aidés à massacrer plus facilement les autres Vendéens.

              Il n’y avait pas de volonté d’exterminer les Vendéens comme race, mais comme population s’opposants presque unanimement aux bienfaits de la démocratie du Comité de salut Public, et de son Tribunal Révolutionnaire qui emprisonnait et guillotinait à tour de bras les femmes, les enfants, les vieillards.

              De toutes le façons, on ne peut pas parler sérieusement de génocide ™ pour des peuples qui n’ont pas disparu ou été réduits à presque rien, comme les Indiens d’Amérique.


            • vote
              maQiavel maQiavel 27 novembre 08:19

              @Et Hop !

              Il est évident que le comité de salut public souhaitait exterminer les insurgés de Vendée, cela personne ne le conteste et certainement pas Mathilde Larrère dans la vidéo de l’article, il souhaitait mater les insurrections par la force le plus rapidement possible, ce qui est tout à fait normal. Bien sur que les amnisties découlaient d’une manœuvre qui consistait à isoler les insurgés en Vendée pour pouvoir plus facilement les vaincre mais ça ne change rien à ma remarque : ces arrêtés montrent surtout qu’il n’y avait aucune volonté de massacrer toute la population mais uniquement les insurgés que le comité qualifiait de brigands.

              Ce qui est par contre faux , c’est d’attribuer les massacres de masse qui s’y sont déroulés à une volonté et à une planification méthodique d’extermination de populations plutôt qu’à des effets liés aux circonstances et aux décisions des commandants menant les opérations sur le terrain ( et certains seront d’ailleurs punit pour leurs cruautés).

              D’ailleurs, pourquoi ne pas avoir massacré les centaines de milliers de survivants de cette guerre si cette volonté exterminatrice du pouvoir central était bien réelle ? Une fois que les insurgés ont été maté, les massacres ont pris fin et le comité de salut public est passé à autre chose , ce qui montre bien que c’était la reconquête militaire de cette région son véritable objectif et non le massacre des populations. 


            • 2 votes
              Belenos Belenos 27 novembre 08:26

              @Adena
              "L’ordre de détruire la Vendée avec tous ses habitants et même ses animaux vient de l’état, il y a de nombreux documents d’archives qui le prouvent !"

               

              Quel pouvait-être le mobile d’une telle intention selon vous ? Construire un grand terrain de golf ? Créer un désert ?


            • 3 votes
              pegase pegase 27 novembre 12:49

              @Belenos

              La révolution ne venait pas de France, mais de l’oligarchie anglo-saxonne, les instigateurs de la révolution française étaient des traitres (même histoire qu’en Ukraine) ...

              Aujourd’hui on est toujours sous leur joug par la dette, la loi 73 interdisant la France d’emprunter à sa banque centrale, et on est tenus en laisse par les traités européens ...

              Il n’y a que la période De Gaulle où la France est redevenue réellement souveraine, remarquez que Mai 68 n’était pas anodin non plus ...


            • vote
              pegase pegase 27 novembre 12:53

              @Belenos

              Pour comprendre ces choses il faut lire Bismarck, il nous traitait d’imbéciles (ben oui forcément) ...


            • 1 vote
              jeanpiètre jeanpiètre 27 novembre 14:24

              @pegase
              c’est vrai que bismarck etait neutre et n’a pas fait couler le sang des français.

              dire ça avec un avatar du dictateur de gaulle, c’est assez croustillant


            • 2 votes
              Adena 27 novembre 16:04

              @maQiavel

              Archives nationales : AF II,280,2337,f° 34

              Après avoir donné son accord sous réserve que les résultats soient obtenus. Le Comité de salut public précise le 15 février 1794 au représentant en mission Dembarère

              "Tuez les brigands au lieu de brûler les fermes, faites punir les fuyards et les lâches et écrasez totalement cette horrible Vendée (...) Combine avec le général Turreau les moyens les plus assurés de tout exterminer dans cette race de brigands".


            • vote
              Adena 27 novembre 16:30

              @Belenos vous avez du faire une erreur de personne, je suis tout à fait d’accord avec vous !!!


            • vote
              maQiavel maQiavel 27 novembre 17:00

              @Adena
              Oui. Et ?


            • vote
              maQiavel maQiavel 27 novembre 18:20

              @Adena

              Les recommandations en plus détaillé :

              « C’est par la mauvaise disposition des généraux qui commandent les forces de la république dans la Vendée et dans les départements environnants que les débris de l’armée de Charrette relèvent une tête insolente, et qui menace les villes de la Vendée et de Maine –et-Loire. Les brigands  ont fait des attaques contre les petites colonnes ; on a trop disséminé nos troupes, on a trop divisé les cantonnements. Au lieu de conserver deux masses de force considérables pour atterrer tous les rebelles, les généraux ont eu la maladresse ou le crime de n’avoir que quelques colonnes de douze cents hommes. Le moyen de ne pas rehausser le moral des brigands avec de pareilles mesures !

              C’est sur toi général, que le comité repose l’espérance que tu iras sur le champs, dès la lettre reçue, à Nantes te concerter avec le général en chef Turreau , voir l’état de toutes les forces , combiner un grand plan ferme et exécutable subitement. Il faut rassembler les forces, réunir les moyens , tuer les brigands au lieu de bruler des fermes , faire punir les fuyards et les lâches et écraser totalement cette horrible Vendée

              La politique de nos ennemis du dehors et du dedans est d’éterniser la Vendée, d’occuper dans l’intérieur nos forces utiles , de faire diversion à nos travaux maritimes et de tourmenter l’opinion publique. Eh bien c’est à toi que le comité confie le soin de combiner avec le général Turreau les moyens les plus assurés de tout exterminer de cette race de brigands. Est –il possible que, lorsque nous battons les diverses troupes de l’Europe , nous nous voyons sans cesse tourmentés par des brigands et des rebelles sans moyens ? Lis et pars sur le champ. La patrie t’appelle à terminer la Vendée avant l’ouverture de la campagne : c’est l’objet le plus important.

              Donc je disais : oui. Et ?


            • vote
              Adena 27 novembre 21:48

              @maQiavel
              Désolé pour moi, c’est bien le comité Public qui donne l’ordre d’exterminer par n’importe quel moyen les vendéens. A charge du général Turreau de faire comme il le désire pourvu qu’il y est un résultat. Mais bon chacun suivant ou il se place voit un verre à moitié vide ou un verre à moitié plein. Pour moi je le conçois de cette manière, vous d’une autre, je respecte. Bien à vous


            • vote
              Belenos Belenos 28 novembre 00:26

              @Adena
              Je précise ma pensée : vous écrivez que l’ordre de détruire habitants et animaux venait de l’Etat selon les archives. Donc je vous demande si vous avez une idée de la raison pour laquelle cet ordre absurde a été donné (sachant que raser le tissu vivant d’une région pour une nation, c’est comme se couper un membre) ? Ou bien c’était une pure folie ? 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès