• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le film que les organisations environnementales ne veulent pas que vous (...)
#49 des Tendances

Le film que les organisations environnementales ne veulent pas que vous voyez

Ceci est un film reportage/enquête de Kip Andersen (usa-sous-titres français) de 01h30 qui soulève une montagne dans un silence absolu depuis huit ans.

 

 

Il existe essentiellement un gros problème écologique sur cette planète et une grande quantité de problèmes seconds, voire mineurs. Mais ce gros, gros problème là semble n'intéresser personne parmi ceux et celles qui s'engagent dans la lutte écologique, dont celle dite "pour le climat" qui s'est transformée en chasse au CO2.
L'énorme problème se ramifie dans tous les domaines les plus sensibles. Ceux qui soulèvent de grande inquiétude avec, pour certaines causes, de grands efforts déployés, ciblent les problèmes seconds sans jamais s'attaquer au principal. Arrêtons-là le suspense : Il s'agit de l'élevage intensif : Veaux vaches cochon couvée....

Coté CO2, gazs à effet de serre, il est responsable de 51% des émissions au niveau mondial, ce qui équivaut à toute la circulation routière + maritime + aérienne + l'industrie + la production d'électricité + le chauffage et la cuisine des ménages, etc... Ce qu'on appelle "les pets des vaches" rend dérisoires, vains, et totalement infondés les efforts demandés aux particuliers pour "aider la planète", pour "sauver le bébé climat". (Actuellement, Greenpeace reprend l'élevage derrière l'appellation générique "agriculture" comme menace écologique)
.
Pour ce qui est de l'eau qui se raréfie, dont le prix monte en flèche, une énorme quantité est vouée au bétail. Produire un litre de lait demande 2.500 litres d'eau ! Imaginez ce que représente l'industrie laitière, fromagère, puis la production de viande qui tient de proportions encore plus délirantes (1 burger = 9.500 litres d'eau). L'élevage de bovins et de porcs produit aussi des tonnes d'excrément par seconde, qui finissent par souiller les nappes phréatiques puis les océans, la poubelle du monde, là où meurent les poissons pendant que leur monde s'éteint. Mais les organismes voués à garder l'eau comme "patrimoine universel à préserver" dont chacun/e ne devrait jamais être privé, pour protéger les océans, etc, personne n'est prêt à mettre en avant l'élevage intensif et le gouffre qu'il représente.

 

 

On a aussi comme y disaient "les poumons de la Terre" : la forêt amazonienne qu'on rase à hauteur d'un terrain de foot par seconde pour y caser... des boeufs ! C'est la première vocation de ces défrichages ! Pourtant, les organismes de défense de la foret amazonienne s'attaquent à tout sauf à ça, ils s'indignent des pertes, de l'usage qui est fait du bois, du triste sort des animaux dont c'est le milieu naturel. La source du problème est la vente de ces territoires aux éleveurs et les activistes brésiliens qui ont tenté d'intervenir sont tous morts par balle (2.500 personnes en 20 ans) !

On est donc avec l'énorme problème qu'est la consommation effrénée de viande et de produits issus de l'élevage.
Le règne animal est à-présent dominé par l'alimentation humaine et la planète est à raison de 98% modelée par l'homme, contre 2% de sauvage, de naturel. Le milieu de la bidoche n'est pas tendre, n'aime pas être dérangé dans ses activités lucratives et la demande est de toute façon énorme. Les recherches ont étés menées pour produire de la viande synthétique et ces produits commencent à se répandre sans qu'on connaisse les effets sur le long terme de ce genre d'artefact alimentaire voué à côtoyer les OGMs et les larves d'insectes.

 

Je ne suis pour ma part pas végétarien, l'expérience que j'ai fait de ce coté il y a vingt ans s'est interrompue après six mois mais m'a permis de contrebalancer par la suite mon alimentation avec parfois des protéines végétales plutôt qu'animales. J'ai depuis une vingtaine d'années mitigé ma consommation de viande et de poisson tant par la fréquence que par la quantité, mais elle est restée dominante. Non pas que je me sente coupable car je suis un "petit mangeur" qui se repaît de 100 gr de protéines par jour, mais cette balance doit s'inverser. Il est de toute façon préférable de s'orienter volontairement vers le végétarisme (ni viande ni poissons) ou le véganisme (aucun produit animal) que d'y être soumis financièrement ou devant des pénuries, comme par-exemple : celles qui nous pendent au nez !

Tags : Environnement Ecologie Alimentation




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    



    • 4 votes
      mat-hac mat-hac 3 mai 15:14

      Mon cousin agriculteur n’a jamais vu ses plantes pousser si vite.
      vive le CO2 qui fait pousser les plantes.
      Il y avait 1,7 % de CO2 pendant le crétacé.


    • 1 vote
      perlseb 3 mai 17:18

      Le problème numéro 1 est donc la surpopulation mondiale. On pourrait tenir encore un peu plus longtemps si on supprimait la viande de notre alimentation ... jusqu’à ce que, même en ne mangeant que du végétal, la surface devienne insuffisante.

      Non, faire un enfant n’est pas la plus belle chose qui soit : ce qui compte, c’est la qualité de la vie entre la naissance et la mort, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle se dégrade très vite et c’est loin d’être fini...

      Il n’est pas impossible que, sans nous le dire (comment annoncer à un troupeau qu’on va tailler dans le vif ?), nos "responsables" s’attaquent en ce moment même à ce problème numéro 1 : la mortalité augmente, la fertilité va peut-être fortement chuter, ...

      Et la technique ne viendra pas nous sauver de cette contrainte purement animale (se nourrir décemment) avec une trop forte population : fabriquer de la nourriture synthétique apporterait son lot de problèmes, affaiblirait encore plus l’espèce humaine que ne le fait déjà la médecine sur le long terme. A moins que vivre sous assistance permanente soit le futur de l’homme décadent ? Vivre à tout prix, quelles que soient les conditions... Dans ce système où l’humain ne serait plus autonome, la soumission serait totale : la perte de son emploi et c’est la mort (pas de moyen pour payer son assistance artificielle).


      • 2 votes
        mat-hac mat-hac 3 mai 17:31

        @perlseb
        L’Ukraine nourrit l’Afrique. Une seule région du sud soudan pourrait nourrir toute l’Afrique. Il manque pour cela 8 km à un canal de 200 km.


      • 2 votes
        perlseb 3 mai 19:43

        @mat-hac
        Je ne critique pas les africains, ils sont moins nombreux au mètre carré (43hab/m2) que nous (114hab/m2) et consomment bien moins que nous dans tous les domaines.

        Mais, il y a 2 gros problèmes :

        • la population mondiale ne fait que croître
        • tout le monde ou presque veut consommer plus (être "riche") : donner de l’argent à un pauvre et il prendra l’avion, il mangera plus de viande en règle générale
        Je pense qu’il va y avoir beaucoup plus de frictions si on cherche à être toujours plus nombreux, car il va y en avoir beaucoup plus qui n’auront plus les moyens de consommer, qui seront "pauvres" (y compris dans les anciens "pays riches").

        A l’inverse, si on accepte d’être moins nombreux, on pourra vivre mieux tout en laissant la planète vivre également. Personnellement, je n’ai pas d’enfants (j’ai fait ce choix à 25 ans) et c’est la meilleure décision qu’on puisse faire actuellement pour la planète. Mais combien de personnes sont capables de s’"occuper" (dans leur vie) sans avoir d’enfants ? Je ne sais pas. C’est aussi pour cela que j’avais déjà dit ici que le problème numéro 1 du monde était l’ennui. L’homme se comporte exactement comme un animal, une bactérie dans une boite de Pétri : il va consommer la Terre, et il va bientôt décliner : nous y arrivons, impossible de le raisonner. Et les 10% (pifométrique) de végétaliens ne seront pas suffisants pour sauver le monde.


      • 1 vote
        mat-hac mat-hac 3 mai 19:54

        @perlseb
        On peut recycler les déchets. Il n’y a que l’énergie qui n’est pas recyclable. Le thorium donne suffisamment d’énergie.


      • 2 votes
        perlseb 3 mai 20:02

        @mat-hac
        Tant que vous y êtes, on peut aussi créer une sphère de Dyson pour avoir toute l’énergie qu’on veut.
        Non, le temps presse. On n’a jamais autant parlé d’écologie qu’aujourd’hui et on n’a pourtant jamais détruit la Terre aussi vite. La tendance ne s’inverse pas et on n’’est pas prêt de se réveiller.
        Les pays riches accusent les pays pauvres d’avoir des familles nombreuses, les pays pauvres accusent les pays riches de consommer plusieurs Terre. Personne n’est responsable donc, et agir seul ou même à 10% ne changera rien à la tendance. Il y aura un électrochoc naturellement (famines généralisées), ou volontairement provoqué (faux vaccin par exemple qui stérilise ou/et tue sur le long terme).


      • 2 votes
        personne 3 mai 22:05

        @perlseb
         Il y aura un électrochoc naturellement (famines généralisées), ou volontairement provoqué

        ’ C’est ce qui est planifié !
        faux vaccin par exemple qui stérilise ou/et tue sur le long terme ’ C’est fait 
        Sinon si ça ne va pas assez vite, montrez l’exemple faites vous euthanasier !!


      • 3 votes
        personne 3 mai 23:10

        La seule assertion avec laquelle je suis d’accord dans cet article est ’le problème est l’élevage intensif’

        Pour le reste c’est de la propagande. Produire un litre de lait demande 2.500 litres d’eau ! Habon ? Une vache dans mon environnement c’est une centaine de litres d’eau consommée pour une production de 22 litres de lait par jour en moyenne. ça voudrait dire qu’une vache s’enfile 55 m3 de flotte par jour ! c’est plus une vache c’est une baleine !
        Quand à la merde elle ne pollue pas les rivières. Elle part dans les champs et fait pousser l’herbe ou bien est recyclée en fumier pour servir d’engrais dans les champs de culture ou dans mon potager, parce que dans un élevage raisonné une litière de paille est mise en place dans les étables. 
        Pour info la consommation de viande toutes origines confondues diminue depuis 4 ans, la consommation portant de plus en plus sur la volaille.

        Pour ce qui est du CO2 je vous conseille d’aller voir du côté de l’exploitation pétrolière ou tiens c’est contextuel les guerres ! 
        Pour conclure, puisque c’est si urgent pourquoi a-t-on arrêté le nucléaire qui consomme zéro carbone ! 


      • 2 votes
        mat-hac mat-hac 3 mai 23:27

        @personne
        Parce que l’objectif n’est pas le zéro carbone.


      • 3 votes
        tobor tobor 4 mai 02:07

        @personne
        Je ne pense pas que le calcul qui conclu à 2500L d’eau=1L de lait se base sur la journée d’une vache mais plutôt sur toute la chaîne depuis la naissance de cette vache, toute l’eau qui lui a été destinée durant toute sa vie, sans doute y compris l’eau qu’il aura fallu pour produire son alimentation, divisée par la quantité de lait qu’elle a produit, ce à quoi il faut ajouter toute la partie "industrielle", stérilisation, conditionnement, transport...

        Pour les cacas des nanimaux, c’est le lisier qui pose le plus grand problème, surtout celui des porcs, car nocif pour les plantations, Puis pour les boeufs, il ne s’agit pas d’une bouse déposée parmi les marguerites dans le pré mais d’élevage industriel, loin de tout écosystème, des gabarit mutants énormes, les unes sur les autres sans rien d’autre à faire de leur vie que bouffer et chier.

        "Pour conclure, puisque c’est si urgent pourquoi a-t-on arrêté le nucléaire qui consomme zéro carbone ! "

        Parce que le nucléaire représente un risque énorme et demande un suivi sur le long terme que personne ne peut garantir aujourd’hui. Et en plus, on n’a pas du tout arrêté le nucléaire !
        Zéro carbone = la mort. Les humains comme tous les êtres vivants produisent du CO², ça fait partie des cycles du carbone, lequel est indispensable à la vie.
        Tout le CO² de la combustion des énergies fossiles réunies (Pour ce qui est des usages remplaçables par du nucléaire) reste anecdotique à coté de l’élevage mais il est beaucoup plus facile à pointer : c’est sale, ça fait de la fumée, ça pue alors que la viande est produite pour être conditionnée, vendue et mangée, de rester appétissante, se doit de cultiver un mythe "de l’ancien temps" où quand ça pue "ça sent bon la campagne", censé occulter la réalité d’un carnage permanent, de condition de vie horribles et de l’horrible sens de la vie du bétail. L’écocide que représente cette gigantesque entreprise à assouvir des carnivores toujours plus voraces et nombreux à la grande joie des marchés, ce tabou qui accompagne ce dont on se nourri, ce dont on s’est toujours nourri et dont on est finalement constitué est clairement bien gardé, par des lobbys mafieux implacables et par le œillères de la populace...

      • vote
        albert123 8 mai 11:04

        @personne

        merci un peu de réalisme dans cette foire au pilpoul neomathusien fait du bien


      • 1 vote
        albert123 8 mai 11:51

        @tobor

        « Pour les cacas des nanimaux, c’est le lisier qui pose le plus grand problème, surtout celui des porcs, car nocif pour les plantations, Puis pour les boeufs, il ne s’agit pas d’une bouse déposée parmi les marguerites dans le pré mais d’élevage industriel, loin de tout écosystème, des gabarit mutants énormes, les unes sur les autres sans rien d’autre à faire de leur vie que bouffer et chier. »

        pas la peine de partir en trip regressif avec vos « cacas pour nanimaux » pour en plus affirmer une énorme connerie, 

        NPK vous connaissez ?

        le lisier qui est du fumier animal avec de l’eau est avant tout un intrant organique, donc pas un problème mais une richesse en devenir, on l’épand, une fois composté sur les terres de culture pour enrichir les sols en azote, nitrate et phosphate, 

        les 3 éléments nécessaires au bon développement d’un végétal 

        ce qui est stupide c’est de ne pas le valoriser parce que vos chastes narines ne supportent pas les odeurs fortes,

        mais certainement préférez vous employer des intrants minéraux importés par cargos depuis l’autre bout du monde pour engraisser les champs a l’écosystème ravagé où pousse le quinoa qui nourrie les hommes soja des villes.

        intrants minéraux dont la nature a de surcroit la propriété d’appauvrir les sols en les « rinçant » contrairement aux intrants organiques qui favorisent une absorption lente par les plantes.


      • vote
        mmbbb 8 mai 14:50

        @mat-hac je l avais dit a LAVAUX qui me prit pour un con . Il y a aura une conjonction de problèmes devenus aigus . Ces problèmes sont deja amorces depuis longtemps : la croissance exponentielle ( en 1960 nous etions a peine 3 milliards d humains , la terre etait encore vivable ) la pollution systemique , le saccage des ecosytemes , son corollaire une prochaine extinction des especes et le changement climatique qu il soit naturel ou d origine humaine .

        L ecologie scientifique ( pas celle representée par les timbres de EELV ) est une science compliquee , nous n arrivons pas a modéliser le climat avec certitude , dont par défaut par pure précaution intellectuelle on emploie le mot résilience pour éluder sinon éviter de se perde en conjectures 

        L ONU avait  evoque l année dernière le cumul de ces differents problemes .

        Je ne vais pas jouer les Don Quichotte , parce que nous sommes dans une société de loisirs et individualiste ou déjà le manque de civisme est une constante chez le citioyen lambda , par exemple les detritus jetes 

        Je plains un peu les générations futures , notamment les petits enfants des " boomers " à moins de raisonner comme certains libéraux et LAVAUX , la terre a connu déjà des changements climatiques . il est à noter que la terre n etait peuplée que de quelques millions d humains . C est la différence notable !


      • vote
        tobor tobor 10 mai 22:32

        @albert123
        Mec, tu peux expliquer ton point de vue sans être aussi désagréable et sans fabuler ton interlocuteur. (non, je ne préfère pas les intrants minéraux et non, je n’ai pas de chastes narines)

        Il est connu que le lisier de porc n’est pas utilisable sur les cultures et celui des bovins contient les urines qui virent à l’ammoniaque. En quantité raisonnable c’est gérable mais en quantité industrielle c’est un déchet à stocker et déversé clandestinement.


      • 5 votes
        sylvain66 3 mai 17:50

        Il est de toute façon préférable de s’orienter volontairement vers le végétarisme (ni viande ni poissons) ou le véganisme (aucun produit animal) que d’y être soumis financièrement ou devant des pénuries, comme par-exemple : celles qui nous pendent au nez !

        Pas besoin de faire ça .Comme l’article le dit précédemment, le problème est un certain type d’élevage et une surconsommation de viande .

        On peut parfaitement manger un peu de bonne viande, l’élevage est indispensable a une agriculture de qualité et pas trop chimique .Les poules et les canards par exemple font des merveilles pour le maraichage si ils sont bien utilisés .Malheureusement, on a plus le droit de les sortir a cause des problèmes de l’industrie de l’élevage, principalement la grippe aviaire , le problème est là . Pareil pour les porc .

        L’industrie apporte des problèmes, et affirme ensuite que ces problèmes pourront être résolus par plus d’industrie et en éliminant la paysannerie


        • 1 vote
          mat-hac mat-hac 3 mai 23:12

          @sylvain66
          On peut créer des immeubles-champs.


        • vote
          tobor tobor 4 mai 02:54

          @sylvain66
          Bien-sur, mais une consommation de viande raisonnable demande de compenser en protéine. Il semble qu’avoir comme source de protéines uniquement des produits animaux n’est pas raisonnable.
          Il vaut à mon avis mieux se préparer volontairement à manger des lentilles en recherchant différentes façon de les cuisiner plutôt qu’être mêlé à une meute qui devient dingue au supermarket à un moment x du delirium dystopique !


        • vote
          mat-hac mat-hac 4 mai 06:43

          @tobor
          On peut aussi créer des champs. C’est possible en Afrique, en Amérique et en Asie.


        • vote
          tobor tobor 6 mai 01:39

          @mat-hac
          Au lieu de cultiver pour nourrir le bétail, on utilise la surface pour nourrir beaucoup plus d’humains qu’avec la viande...


        • vote
          mmbbb 8 mai 14:57

          @mat-hac Vous connaissez tres bien l agriculture , une limite , l artificialisation des terres : le Bresil , l Argentine par exemple commencent à payer le prix forts
          Sur les zones immenses déforestées servant à la culture de soja , les précipitations sont moins importantes c est emmerdant le soja demande beaucoup d eau .
          En france des qu il y a de fortes précipitations , cela entraine des inondations avec des morts 
          L année dernière , la Belgique l Allemagne ont beaucoup souffert .

          Tout ceci est fort compliqué n est ce pas ! 

          Quant à l Afrique , les terres arables sont vendues !! 


        • 3 votes
          sylvain66 3 mai 17:51

          On pourrait aussi évoquer ici les zoonoses : la plupart des épidémies récentes sont parties d’élevages industriels


          • 1 vote
            Mr.Knout Mr.Knout 3 mai 18:12

            Ah la petite guéguerre des gros crados pourrisseur d’écosystème.

            Oui en effet l’élevage industriel c’est ultra polluant mais ce n’est pas une excuse pour l’idée stupide d’orienter notre société autour de l’automobile individuelle, le tourisme en avion de ligne ou le transport de marchandise du au délocalisation.

            Je parle pas de l’auteur mais la plupart des gens que je connais qui s’émerveillent devant ce type d’information c’est juste pour justifié son 4x4 de 2T en centre ville.

            Quand au premiers à avoir informé sur les problèmes posé par l’élevage intensive sont des organisme environnementale. Doit avoir un 4x4 l’auteur......


            • 1 vote
              tobor tobor 4 mai 02:39

              @Mr.Knout
              Non, je n’ai pas de 4x4
              J’ai roulé en mobylette de 14 à 35 ans puis en vélo avec deux années de voiture partagée à mi-temps dix ans plus tard. Après 5 ans à vélo, depuis 3 ans j’ai une petite semi-utilitaire avec ma compagne qui ne sert que quand il faut vraiment et qui est souvent prêtée à des potes (non, pas ma compagne, la bagnole :), au quotidien, tout se fait à vélo.
              C’est donc raté.


            • vote
              Mr.Knout Mr.Knout 4 mai 10:28

              @tobor

              Alors pourquoi mentir ? Pourquoi ce titre pourri ?
              Qui a denoncé en premiers les élevages industriels pour leurs pollution ?

              Ah peut être la petite guéguerre entre gauchos
               ? Ou entre gaucho et droitard ?


            • 2 votes
              tobor tobor 4 mai 12:23

              @Mr.Knout
              Le titre de l’article est l’accroche du film sur leur site : https://www.cowspiracy.com/
              Vous avez visiblement besoin de fantasmer votre interlocuteur : je ne suis ni en 4x4, ni gauchard, ni droitard, ni centrard, ni comme-ci, ni comme-ça !


            • 1 vote
              Paroissien de dame P 3 mai 21:18

              Si tu veux manger des graines comme les moineaux , libre à toi , çà te permettra de siffler comme un pinson. Nous ont veut des gros steaks saignants , du foie de veaux , du porc comme si il en pleuvait , des volailles bien grasses , de l’agneau bien tendre et notre chère baguette de pain avec un bon vin millésimé et du fromage bien gras. On est en France bordel de merde , le pays de la gastronomie , alors bouffes ton tofu et fais pas chier les bons vivants.


              • vote
                Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 4 mai 02:10

                Ne nourrissez pas le troll. 


              • vote
                tobor tobor 4 mai 02:28

                @Paroissien de dame P
                Moi aussi j’aime bien la viande et pas le tofu ! Ma recherche végé est justement d’arriver à un ersatz de viande végétal avec légumineuse, farine, œuf et épices sur une base de légumes frits, sous forme de médaillons ou burger, c’est passionnant, avec des hauts et des bas mais passionnant et ça zappe la viande.

                Tu ne comprends pas le propos de la vidéo qui est : la petite Greta s’est foutu de ta tronche et les bons vivants n’auront plus de bagnole, ce sera trottinette électrique pour aller au macdo.
                Greenpeace, les défenseurs des océans, de la foret amazonienne, tous font plus ou moins semblant d’agir sur des points sensibles mais qui ne vont pas changer grand-chose alors qu’ils savent où est le réel gouffre écologique mais savent aussi qu’ils ne peuvent pas s’y attaquer !

                Quand la pénurie arrivera les durs de durs carnivores auront la rage mais seront aussi affaiblis, ce sera rock’n’roll !!!


              • vote
                Paroissien de dame P 4 mai 09:31

                @Gaspard Delanuit
                Gaspard tu commences à me courir sur le haricot !!!! Vieille burne !!!


              • vote
                Paroissien de dame P 4 mai 11:08

                @tobor
                Et pourquoi je t’ai fait un commentaire ironique ??? Parce que tu participes toi aussi à nous maintenir dans la peur. Celles du Covid , climatique , du manque d’eau , du manque de matière première , de la pollution etc... Tout çà pour qu’on reste de bon toutou , bien soumis . Après avoir perdu toute la production industrielle , il faudrait perdre celle de l’agriculture , de la gastronomie qui est un fleuron du tourisme français et qui est une culture ancestrale . Sur ce point les souverainistes ont raison , il faut garder la maitrise de nos productions agricoles , on affame nos agriculteurs pour que les hypers puissent vendre leurs merdes à bas cout provenant du bout du monde , et pourquoi parce que les salaires ne sont plus à la hauteur et les pauvres puissent se nourrir de la merde de Macdo et s’empoisonner . Quant tu vois que des types comme le Prince de Monaco propriétaire d’immenses terrains et grand producteur de blé bénéficie des aides Européennes et pas les petits producteurs locaux c’est à gerber. 
                Bcp de terres agricoles sont abandonnées parce que les gens ne veulent plus crever pour faire plaisir aux hypers , mais la capacité de production est là , il suffit qu’on se donne les moyens politiques de le faire et le jour où la pénurie viendra ceux qui ne veulent pas crever se mettront à travailler la terre , ce que nos arrières grands parents ont toujours fait et la France est riche de sa terre si diversifiée que ce soit dans les plaines , les montagnes . 
                Faut arrêter d’écouter tous les oiseaux de mauvaise augure qui sont là pour faire aller le troupeau là où ils le veulent , comme cette pauvre malade mentale de Greta manipulée par des salopards de capitalistes qui veulent controler la production agricole pour faire varier les cours à leur avantage , comme maintenant avec la crise en Ukraine , soit on va mourir de faim soit de la 3eme guerre mondiale encore de la peur . Ben moi je dis à ces pourritures , aller tous vous faire enc..ler !!
                D’autant que des pays comme la Chine , ne se prive pas de tout polluer sans que personne ne dise quoi que ce soit.
                Ce qu’il faut arrêter c’est de manger des fraises et des cerises au mois de décembre , et les avions cargo qui tournent jours et nuits pour nous livrer par exemple de haricots verts du Keynia et des bateaux gigantesques rois de la pollution , de faire venir de la viande de mouton de nouvelle- Zelande etc ...


              • vote
                tobor tobor 6 mai 01:29

                Gaspard Delanuit : Le trolleur de trolls.


              • 1 vote
                Vraidrapo 4 mai 08:41

                Il ne faut pas négliger le problème de la surpopulation.

                Qu’on le veuille ou non, il est logiquement inéluctable.

                On pourra gagner du temps si les Pouvoirs veulent ou peuvent discipliner les gens (? ???) mais, à terme le problème se posera tôt ou tard !


                • vote
                  Buk100 Buk100 4 mai 15:18

                  Les conférences de Paul Ariès sur le sujet sont très intéressantes. Le gars a en plus un humour bien grinçant.


                  • vote
                    Buk100 Buk100 4 mai 15:26

                    le problème est effectivement central mais dire que les organisations environnementales y sont sourdes, c ’est exagéré

                    https://www.amisdelaterre.org/wp-content/uploads/2018/08/la-face-cachee-de-ton-steak---les-amis-de-la-terre-france---2018---web.pdf

                    https://www.greenpeace.fr/elevage/

                    https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2017-09/12_rapport_viande_deforestation.pdf

                    https://www.fao.org/Ag/fr/magazine/0612sp1.htm

                    Au passage, le sujet est aussi bien présent dans le programme d’au moins deux partis français..la responsabilité de ce silence est plutôt à mettre sur le dos des médias et des gouvernants que sur celui des ONG


                    • 1 vote
                      tobor tobor 4 mai 21:43

                      @Buk100
                      Le film date effectivement de 2014, les interviewés à l’époque avouent ne pas s’engager dans cette voie. Depuis, les choses ont un peu bougé mais ça ne fait en aucun cas les gros titres et cette croissance là continue malgré le succès de nouveaux ersatz.


                    • vote
                      Djam Djam 5 mai 23:50

                      Nous sommes vraiment entrés dans l’ère des peurs multidirectionnelles !

                      Pas une semaine sans que l’on s’en vienne nous faire flipper avec un problème de fin du monde smiley

                      Pourtant tous ces inquiets devraient être rassurés depuis qu’on nous a inventé un covid qui a ouvert les vannes des injections mortelles, non ? 

                      Les modifieurs de génomes font "du bon boulot", ils ont commencé un peu partout à faire mourir vite... on appelle ça un programme de dépopulation. Donc... rassurez-vous, l’élevage intensif diminuera quand il ne restera plus que les quelques 15 % nécessaires au nouvel ordre mondial !


                      • vote
                        tobor tobor 6 mai 01:02

                        J’entends bien que tout cela est lié mais le cas singulier du monde animal et de la tournure alimentaire qui l’englouti pose une réel question fondamentale. Je ne savais pas que l’élevage impactait à ce point là autant de secteurs.

                        Objectivement, il se passe un truc horrible dans ces élevages intensifs et la majorité de ceux qui peuvent se le permettre se vautrent sans limite dans la consommation de viande en barquette. C’est encore pire pour la pèche et les océans où on débarque d’un autre milieu avec des technologies pour génocider depuis toujours. Osons imaginer le contraire, que l’humain soit réduit au stade d’alimentation... Il existe certainement un équilibre.

                        On peut toujours pester sur le nombre d’humains sur Terre, reste que seuls les carnivores ont induits cette surconsommation là et c’est au final la pire, celle qui dédramatise les autres.


                        • vote
                          tobor tobor 6 mai 01:26

                          Un grand merci à vous qui avez aidé cet article à accéder au monde visible !

                          Il ne semble pas super-clair au vu des réactions, que le propos est entre les lignes d’annoncer une pénurie de viande à venir et qu’il est sans-doute préférable de s’intéresser et d’accéder aux alternatives volontairement et plein de curiosité plutôt qu’en râlant devant des pis-allés taxables d’insignifiance ou de dégueulasserie.

                          Je ne suis en aucun cas un alarmiste climato-warrior, ni végan, mais à l’évidence, au-delà de ses caricatures, l’écologie de cette planète existe, n’est pas au mieux de sa forme et sur le point d’arriver à celui de "non-retour". Certes, la vie est sans-doute une mangeuse de planètes mais, faisons durer ce repas plutôt que de se gaver...


                          • 1 vote
                            jjwaDal 6 mai 20:54

                            Il y a 130 millions de km2 de terres émergées dont à la louche 38% sont cultivés (un désert de biodiversité), 38% sont des déserts (un peu la même chose) et le reste sont essentiellement des forêts (le refuge de la biodiversité restante). On tue 1000 milliards d’animaux par an pour la consommation humaine (incluant les poissons) et en ordre de grandeur il faut 6 fois plus de terres pour nourrir un mangeur de viande occidental que pour nourrir un végétarien, 20 fois plus que pour nourrir un végétalien.
                            Notre vrai soucis est l’effondrement de la biodiversité et la multitude des pollutions qui génère de nombreuses maladies. Nous sommes clairement en train de détruire notre capital au lieu de nous contenter de profiter des seuls intérêts.
                            C’est obscène vis-à-vis des générations à venir à qui nous livrons une multitude de problèmes que nous refusons de résoudre (ils sont solvables) et suicidaire, car faute de réguler notre impact sur l’environnement, c’est lui qui tôt ou tard va nous réguler.
                            L’alimentation carnée, totalement inutile sur le plan nutritionnel est un facteur déterminant dans cette érosion massive de la biodiversité et vu nos effectifs devrait être considérée comme une arme de destruction massive de notre support-vie. A défaut nous devrions supprimer les gros animaux à sang chaud de l’alimentation car ils utilisent l’essentiel des calories ingérées pour se chauffer et chauffer leur environnement.
                            On ne fera rien et donc, comme en Californie en ce moment, nous allons perdre le contrôle de notre destin et devoir faire face aux conséquences de notre aveuglement volontaire.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès