• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Pr. Henri Joyeux dénonce les "droits sexuels" des enfants

Le Pr. Henri Joyeux dénonce les "droits sexuels" des enfants

Voilà que nos députés vont devoir se prononcer à propos de l’âge du consentement d’un enfant pour une relation sexuelle avec une personne adulte. Évidemment, le non consentement équivaut à un viol quel que soit l’âge. Récemment, des juges ont considéré qu’une petite fille de 11 ans était consentante, ce qui a réveillé les consciences au plus haut niveau de l’État. Il était temps !

Aujourd’hui enfin, l’inceste et la pédophilie sont officiellement dénoncés et punis. Mais avez-vous remarqué que l’on ne se pose jamais la question des causes. Quelles raisons (pathologies ou autres) poussent des adultes (surtout des hommes) à commettre un viol ?

On incarcère, mais à la sortie, trop souvent la personne récidive. Une affaire récente, en Belgique, a défrayé la chronique. Un violeur et meurtrier pulsionnel était porteur d’une telle souffrance qu’il avait demandé à être euthanasié ! Facile de hurler contre les auteurs de ces crimes, mais que faisons-nous pour neutraliser ce qui devient un fléau social aux dires des sociologues ? Où est la prévention dont on parle tant ?

https://professeur-joyeux.com/2018/03/23/lettre-bioethique-les-droits-sexuels-des-enfants/

Tags : ONU Education Enfance Scandale Pédocriminalité




Réagissez à l'article

83 réactions à cet article    


  • 7 votes
    thierry3468 25 mars 11:42

    Ariane Bilheran est incontournable sur ce sujet et nous expose ,dans l’imposture des droits sexuels de l’enfant,les véritables intentions de certains lobbies de légaliser la pédophilie.Certes,beaucoup cherchent à se cacher derrière leur petit doigt mais il faut remarquer que le gouvernement a de toute évidence reculé sur son projet d’abaisser l’age de la majorité sexuelle face au tollé d’une grande partie de la population.La mise en scène des différents faits divers visait à étudier la réaction de la population française face à ce projet d’abaisser l’age minimum du consentement sexuel.Face à l’indignation de bon nombre de Français,le gouvernement s’incline ...Pas de doute,cela reviendra sous une autre forme,dans un autre contexte car ces lobbies n’abandonneront pas leur dessein funeste d’autoriser la pédophilie....Un petite pensée à un des plus immondes promoteurs de cette légalisation de la pédophilie:Pierre Bergé ....


    • 1 vote
      Belenos Belenos 26 mars 08:39

      "Aujourd’hui, la législation française interdit à tout adulte d’avoir des relations sexuelles – même consenties – avec un mineur de moins de 15 ans. C’est le délit d’« atteinte sexuelle sur mineur » pour lequel est poursuivi le prévenu dans l’affaire de Pontoise, punissable de cinq ans de prison et de 75.000 euros d’amende.

      En revanche, la qualification d’agression sexuelle ou de viol ne répond à aucun critère d’âge. Pour que ces infractions soient retenues, il faut que l’acte ait été commis « par violence, contrainte, menace ou surprise ». Il appartient donc aux magistrats d’évaluer au cas par cas chaque dossier pour qualifier les faits. La loi du 8 février 2010 a néanmoins introduit la question de l’âge dans la législation. « La contrainte morale peut résulter de la différence d’âge entre la victime et l’auteur des faits », précise désormais l’article 222-22-1. Mais non seulement cette différence n’est pas précisément définie mais, surtout, elle n’a rien d’automatique. L’affaire de Pontoise en est la parfaite illustration.

      Dans d’autres pays d’Europe, en revanche, la question ne se pose pas. En deçà de 15 ans au Danemark, de 14 ans en Belgique, Autriche ou Italie, de 13 ans en Angleterre ou de 12 ans en Espagne, la justice considère que l’acte sexuel relève automatiquement de l’agression sexuelle ou du viol. A en croire les déclarations de la secrétaire d’Etat, c’est donc dans cette voie que souhaite s’engager le gouvernement."

      https://www.20minutes.fr/justice/2153011-20171017-age-minimum-non-consentement-age-mesure-dire-non



      • vote
        gaijin gaijin 26 mars 09:15

        @Belenos
        notre législation est absurde un mineur ne peut même pas décider de ce qu’il va manger mais il pourrait avant même de savoir parler être consentant a une relation sexuelle ...............


      • 1 vote
        nephis 26 mars 09:33

        @gaijin

        notre législation est absurde

        … tout comme son application à géométrie variable. De toute façon, dans un « pays » où l’on peut être condamné à de la prison ferme pour des tweets quand des meurtriers, des violeurs, des agresseurs peuvent commettre leurs méfaits en toutes impunité, à quoi bon perdre son temps à astiquer des virgules de textes législatifs…


      • vote
        nephis 26 mars 09:42

        @nephis

        tout comme l’est son application à géométrie variable.*


      • 1 vote
        Belenos Belenos 26 mars 09:47

        @gaijin
        La justice doit nuancer et graduer car son rôle est de peser les actes avec précision. Pour reprendre votre exemple, considérons deux cas :

        1. Un adulte croise un enfant de 4 ans dans un parc et lui propose un gâteau ; l’enfant, dans sa naïveté confiante, l’accepte et le mange. C’est incorrect et stupide de la part de l’adulte (en plus, l’enfant est peut-être diabétique, etc.) 

        2. Un adulte se jette sur un enfant de 4 ans croisé dans un parc et lui bourre un gâteau dans la bouche. L’enfant, qui n’en veut pas, se débat et cherche à le recracher sans y arriver. C’est beaucoup plus grave et ça justifie une plainte pour violence. 

        On voit à travers cet exemple que la notion de consentement relatif a du sens même chez un très jeune enfant où le consentement n’est bien entendu pas totalement éclairé : car elle permet d’évaluer la gravité de l’atteinte. Bien entendu, l’adulte est fautif dans les deux cas. Cependant, il est beaucoup plus fautif dans le second cas. 


      • vote
        Belenos Belenos 26 mars 12:09

        Evidemment comparaison n’est pas raison : j’ai repris votre exemple concernant le fait que l’enfant ne choisit pas ce qu’il mange, mais nous serons d’accord pour dire qu’il est quand même bien plus facile pour un enfant de savoir ce qu’il veut manger que de savoir s’il veut avoir une relation sexuelle !! Pour la simple raison, qu’il sait ce que manger signifie assez tôt, tandis qu’il n’a aucune idée de ce qu’est une relation sexuelle avant sa puberté. 


      • 1 vote
        gaijin gaijin 26 mars 13:20

        @Belenos
        " Cependant, il est beaucoup plus fautif dans le second cas "

        non justement c’est là tout le point du débat : il ne peut pas y avoir de consentement chez l’enfant, si on estime qu’il n’ a pas la maturité pour voter , conduire une voiture etc ....il ne l’a pas non plus pour consentir a une relation sexuelle .....peine maximum dans tous les cas pour l’adulte. l’idée que ça serait moins grave si l’enfant ne se débat pas est une absurdité au point de vue des conséquences du trauma.

        même si l’enfant veut* une relation sexuelle le role de l’adulte c’est de l’en empêcher au même titre que s’il veut foutre le feu a une maison on va l’en empêcher ....

        ( * et oui ça existe dans le cas d’enfant qui ont déjà été victimes de viols )


      • vote
        Belenos Belenos 26 mars 13:46

        @gaijin
        "non justement c’est là tout le point du débat : il ne peut pas y avoir de consentement chez l’enfant."

        Tout dépend de ce que vous appelez un "enfant" car 4 ans et 14 ans, par exemple, ce n’est pas le même niveau d’enfance. ne perdons pas de vue que le consentement tout relatif qui pouvait jusque là être admis ne disculpait absolument pas l’adulte d’un atteinte sexuelle sur mineure. Cela permettait simplement au juge de distinguer "l’atteinte sexuelle sur mineure de 15 ans (moins de 15 ans)" du "viol" selon les éléments d’appréciation à sa disposition. 

        De toute façon, il semble que le débat soit clos et vous donne satisfaction, puisque l’âge du consentement qui va probablement être retenu est le même que celui de la majorité sexuelle, soit 15 ans. Cela signifie logiquement qu’il n’y aura plus "d’atteinte sexuelle sur mineure" puisque ce sera directement une "agression sexuelle" ou un "viol" (en cas de pénétration puisque c’est le critère juridique du viol). 


      • vote
        Belenos Belenos 26 mars 13:57

        @gaijin
        "même si l’enfant veut* une relation sexuelle le role de l’adulte c’est de l’en empêcher."

        Evidemment, mais ce n’est pas du tout le sujet. Personne ne veut, sous prétexte que le mineur sexuel serait éventuellement consentant, exonérer l’adulte de l’interdiction qui lui est faite d’avoir avec des relations sexuelles avec ce mineur sexuel (moins de 15 ans). N’induisons pas en erreur les lecteurs sur ce point, parce que c’est malheureusement comme ça que beaucoup d’idiots on compris le débat ! 


      • vote
        Belenos Belenos 26 mars 14:05

        @gaijin
        "il ne peut pas y avoir de consentement chez l’enfant, si on estime qu’il n’ a pas la maturité pour voter , conduire une voiture etc."

        Mais donner le volant d’une voiture à un enfant de 4 ans ou de 14 ans, ce n’est quand même pas la même chose, hum ?  smiley


      • vote
        Zatara Zatara 26 mars 14:51

        @Belenos
        Mais donner le volant d’une voiture à un enfant de 4 ans ou de 14 ans, ce n’est quand même pas la même chose, hum ?

        Vous croyez ? vous croyez que ça ferait une différence s’ils deviennent estropiés à cause d’un accident dont ils seraient (hypothétiquement bien sur mais pour l’exemple, parce qu’à 4 ans pour conduire, faut y aller...) coupables ? Ah si, on se perdrait en vaseuse référence sur le fait qu’un cerveau jeune est plus apte à s’adapter.....et mon cul sur la commode....

        Faire une distinction de cas n’a aucune valeur, on parle de principe, et d’un niveau de développement autant physique qu’intellectuel minimum.


      • vote
        Zatara Zatara 26 mars 14:55

        @Belenos
        et quand bien même la physiologie permettrait des rapports plus précoces, c’est se focalisé sur un aspect biologique au détriment de tous les autres... En réalité, c’est bien là qu’est le soucis : on justifie l’abaissement de l’âge par le seul aspect physiologique.... En exagérant, c’est comme mettre un enfant de 14 ans sur le pupitre d’une centrale nucléaire parce qu’il est assez grand pour atteindre les boutons.


      • vote
        Belenos Belenos 26 mars 21:48

        @Zatara

        "on justifie l’abaissement de l’âge par le seul aspect physiologique."

        Mais de quoi parlez-vous ? Il n’y a aucun projet d’abaissement de l’âge de la majorité sexuelle. 


      • vote
        Zatara Zatara 26 mars 22:11

        @Belenos

        Mais de quoi parlez-vous ? Il n’y a aucun projet d’abaissement de l’âge de la majorité sexuelle. 

        Je ne parle pas d’une loi en particulier, je parle d’une dynamique qui sexualise les enfants de plus en plus en jeune. Ça se passe aujourd’hui et pas demain.

        https://www.youtube.com/watch?v=62XC3t_LkBw



      • vote
        Belenos Belenos 26 mars 22:21

        @Zatara
        Ah, OK, oui ça c’est autre chose ! Sans oublier l’accessibilité facilitée et permanente à la pornographie la plus extrême sur un simple écran du téléphone. Je croyais que vous parliez du projet de loi (que la plupart des gens commentent sans l’avoir étudié). 



      • 1 vote
        Belenos Belenos 26 mars 22:24

        @Zatara
        Les "mini-miss", c’est le bouquet vomitif, ça concentre le pire d’une époque (un peu comme les jeux du cirque chez les Romains). 


      • vote
        Zatara Zatara 26 mars 22:31

        @Belenos
        ...mais c’est aussi lié aux lois... les programmes d’éducation sexuelle de l’ONU, ou de l’UE introduise des notions et des comportements sexuels délirants (pour leurs âges, voir même de façon générale) dans les classes. 

        La nouvelle loi française me parait un bon compromis, à priori... mais ça ne traite pas du volet éducationnelle....


      • 1 vote
        Zatara Zatara 26 mars 22:37

        @Belenos

        ils sont en train de casser la psyché enfantine en les façonnant à travers l’étude de la diversité de comportement sexuel d’adulte... On ne passe plus par le fantasme, ni l’amour, on passe par la technique et par la diversité des partenaires... Le poids du porno est déjà largement sous estimé (notamment dans les pays dont sont issus les immigrés qu’on retrouve en Europe, avec des comportements de prédateurs sexuels, mais c’est encore un autre aspect) sur la jeunesse... mais je plain tous les gosses de primaire ou du tout début collège qui se tapent des cours pornographiques...


      • 1 vote
        Belenos Belenos 26 mars 22:37

        Dans le même genre : pour quelle raison le travail des enfants est-il interdit partout... sauf dans la publicité où son image est en permanence érotisée sans que cela ne surprenne apparemment personne en France ? 

        http://www.lapublicite.fr/la-publicite-et-les-enfants/lenfant-utilise-par-la-pub-quelles-limites.html


      • vote
        Zatara Zatara 26 mars 22:38

        @Belenos
        on a déjà eu une discussion sur le sujet à propos d’Ariane Bilheran....


      • vote
        Belenos Belenos 26 mars 22:40

        @Zatara
        Oui, je me souviens de ce fil d’Ariane. 


      • vote
        Zatara Zatara 26 mars 22:44

        @Belenos
        Dans le même genre : pour quelle raison le travail des enfants est-il interdit partout... sauf dans la publicité où son image est en permanence érotisée sans que cela ne surprenne apparemment personne en France ?

        dans une société du paraitre et de la performance, les parents veulent des enfants à l’avant garde... Mais au final, c’est surtout un faire valoir pour des personnes qui ne se soucient que de leur étiquetage de parent.


      • vote
        Zatara Zatara 26 mars 22:44

        @Belenos
        Oui, je me souviens de ce fil d’Ariane.

        https://www.youtube.com/watch?v=K4Jkh5aAn-0


      • vote
        Zatara Zatara 26 mars 22:48

        @Belenos

        j’ai écris :

        dans une société du paraitre et de la performance, les parents veulent des enfants à l’avant garde... Mais au final, c’est surtout un faire valoir pour des personnes qui ne se soucient que de leur étiquetage de parent.

        les pubs dont vous parliez m’ont fait penser à des pubs de fringues sans que je le précise dans ma réponse...


      • 1 vote
        Belenos Belenos 26 mars 23:17

        @Zatara

        Regardez ça, par exemple (je ne la connaissais pas et c’est la première sur laquelle je tombe pour illustrer mon propos) :

        https://www.youtube.com/watch?v=19zGmxcEAYE

        Pourquoi autoriser les gens à louer leurs enfants comme appât pour produire ces spots publicitaires ?  smiley 


      • vote
        Zatara Zatara 27 mars 00:45

        @Belenos

        ... une pub comme marqueur de la condition des gosses ? vous rigolez ?

        https://www.youtube.com/watch?v=IgOwf73V0IE

        Mais là on ne parle plus de l’introduction de la pornographie à l’école et du droit "sexuel" des enfants...


      • vote
        Belenos Belenos 27 mars 01:35

        @Zatara

        "une pub comme marqueur de la condition des gosses ?"

        Non, rien à voir avec ça. La gamine ne souffre pas en tournant cette pub, ce n’est pas la question. 


      • vote
        Zatara Zatara 27 mars 02:05

        @Belenos
        comprend pas...



      • 2 votes
        Belenos Belenos 27 mars 02:12

        "La pub aimerait les jeunes au mépris des vieux. Les valeurs collées au jeunisme font davantage vendre que celles de l’âge. On imagine mal aujourd’hui une crème pour favoriser les rides. Ce jeunisme est en fait un déni d’enfance car elle rabat l’enfant sur le client : on expose le corps de gamins dénudés, on déguise des gamines en objets sexuels, on fait croire aux gamins que le bonheur est à vendre."

        http://www.casseursdepub.org/index.php?menu=doc&sousmenu=dico


      • 1 vote
        Belenos Belenos 27 mars 02:34

        @Zatara
        Je parle de l’exploitation de la pédophilie (dans tous les sens du mot) par la publicité. La publicité délivre de manière omniprésente des images de corps de très jeunes enfants dans une confusion volontaire et calculée des désirs : désir de retrouver sa propre jeunesse, de caresser ce qui est mignon, d’acheter et de consommer. Sous couvert d’humour et d’innocente émotion, l’image de l’enfant est constamment associée à toutes les injonctions de l’idéologie publicitaire : utilisez votre argent pour jouir sans contrainte ni limite, tout est à vendre et tout s’achète, ce que vous désirez est à vous, etc. 


      • 1 vote
        Belenos Belenos 27 mars 02:40

        @Zatara
        "https://fr.wikipedia.org/wiki/Kawaii"

        Ils sont fous, ces Japonais. On croirait qu’ils n’ont pas d’enfance quand ils sont enfants et qu’ils essaient de rattraper ça plus tard quand ils sont adultes.  smiley




      • vote
        Zatara Zatara 27 mars 03:23

        @Belenos
        le thème de l’enfance permet avant tout de passer par un miroir pour la fameuse ménagère. Le côté attendrissant et humoristique finisse de faire rentrer le produit dans le crâne, tout en rendant la marque "sympa". Rien de nouveau d’en passer par les gosses, et un humour innocent désarmant (n’est il pas ? "désarmant" , voilà de quoi sortir du simple message publicitaire pour entrer directement, sentimentalement, dans la caboche, sans préfiltre)... Pas besoin de la neuroscience pour visualiser la merde qui s’infiltre dans la tête des gens qui regarde encore la télé....


      • vote
        Zatara Zatara 27 mars 03:26

        @Belenos
        ... mais j’ai du mal à faire le lien aussi directement avec le sujet de l’article... Pour moi, c’est d’un autre ressort...

        C’est celui de l’innocence, de l’humour enfantin, en tant que marteau piqueur publicitaire absolu vis à vis de la ménagère... et dans une moindre mesure, le retour à l’enfance....


      • 1 vote
        Belenos Belenos 27 mars 04:17

        @Zatara
        "C’est celui de l’innocence, de l’humour enfantin, en tant que marteau piqueur publicitaire absolu vis à vis de la ménagère."

        C’est vous qui êtes trop innocent pour le coup ! Ces publicités ouvrent la porte à la pédophilie de manière inconsciente. Cela n’aura pas d’effet chez les gens sains mais sera incitatif chez tous ceux qui sont "limite". Pour quelqu’un qui a fait un peu de psycho et connaît le fonctionnement de l’hypnose publicitaire, il est évident que la publicité est dégoulinante de pédophilie. Je ne prétends pas que les publicitaires veulent promouvoir la pédophilie, je dis qu’ils la normalisent au niveau inconscient. Les publicitaires utilisent tous les vecteurs possibles de confusion du désir pour vendre leur produits de merde en les associant à des "choses" désirables. C’est pourquoi on voit dans la plupart des pubs des nanas bien roulées, de beaux mecs musclés... et malheureusement aussi de petits enfants mignons. Or, la pub touche et influence tout le monde tous les jours, y compris des gens très déséquilibrés. 

        Il devrait tout simplement être interdit d’aguicher le client avec des enfants, point barre ! Décision de bon sens qui a déjà été prise dans de nombreux pays (et qui n’a pas ruiné le commerce pour autant) 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nigari

Nigari
Voir ses articles







Palmarès