• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Mafia et Corruption - Quand la police devient dealer de drogues (LCP (...)

Mafia et Corruption - Quand la police devient dealer de drogues (LCP 27/05/2016)

Durant ce mois de mai, la justice a affaire à deux histoires de grands flics qui flirtent avec la légalité, deux histoires d'indics, deux histoires qui posent question du lien trouble entre policiers et voyous.

 

 

Source : http://www.lcp.fr/emissions/ca-vous-regarde/274542-drogue-quand-la-police-devient-dealer

 

Tags : France Scandale Institutions Drogues Police Corruption Mafia Cannabis




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • 4 votes
    lupus lupus 1er juin 2016 12:57

    Faut bien payer les frais et le matériels des terroristes d’état, dans notre douce France smiley
    On est Charlie !!


    • 4 votes
      lupus lupus 1er juin 2016 13:08

      @lupus

      des autorités complétement louf, la fraude,le mensonge c’est la règle :

      " 96 % des ordres passés en Bourse sont des faux qui sont annulés et servent à manipuler les cours .Aux États-Unis, pour chaque transaction effective, il existe 26 ordres annulés. Ce qui signifie qu’environ 96 % de tous les ordres de Bourse passés sur les marchés actions américains sont annulés. Dans le jargon technique, cela s’appelle du « quote stuffing », c’est rigoureusement interdit par la SEC, et malgré la statistique que nous venons d’évoquer et qui provient de cette même SEC, rien n’est fait pour punir les contrevenants, sauf s’il s’agit de menu fretin, histoire de sauver les apparences."


    • 4 votes
      maQiavel maQiavel 1er juin 2016 14:25

      A 31 min 25 sec, Marc Fievet donne une grande leçon de pragmatisme de. smiley  smiley

      Intéressant ce débat et il en ressort à peu près la même chose de ce que je lis sur le crime organisé à savoir qu’au-delà la question de la volonté à lutter réellement contre les trafics (et c’est tout une question et surement la grande question ) , ce genre d’affaire existera toujours.

       Les policiers dépasseront toujours les limites légales pour des raisons d’efficacité, et pour des raisons d’efficacité, ils seront toujours au contact du monde criminel en l’infiltrant et en manipulant des indics. Plus ils seront au contact de ce monde, plus ils s’en familiariseront et plus ils s’en familiariseront, plus le risque que ce milieu exerce une fascination sur eux augmente.

      Les gros flingues, les grosses thunes, les grosses bagnoles, les suceuses siliconés, le danger, quoi qu’on en dise, pour des êtres faits de chair, c’est excitant, ça fascine, c’est facile de basculer de l’autre coté.

      Volonté politique ou pas, ce facteur humain existera toujours …


      • 1 vote
        maQiavel maQiavel 1er juin 2016 14:41

        Si je dis ça, c’est que certains ont des fantasmes de pureté, on le voit bien en lisant les commentaires et analyses moralisantes de bonnes âmes sur cette affaire, on dirait des schtroumpfs à lunettes vivant et luttant pour l’avènement d’un monde de bisous ...


      • vote
        maQiavel maQiavel 1er juin 2016 15:22

        @Candide

        Je le pensais aussi mais un criminologue que j’ai rencontré dans un atelier constituant m’a fait remarquer que ça ne réglera pas pour autant le problème de la criminalité car il existe ce qu’on appelle un effet de déplacement càd qu’en cas de modifications des circonstances dans lesquelles une activité criminelle se déroule, les malfaiteurs s’adaptent et déplacent leurs crimes vers une autre activité criminelle.

        En d’autres termes , en dépénalisant certaines drogues , les criminels vont simplement se reconvertir sur un autre marché de stupéfiant et même en supposant qu’il soit possible de dépénaliser toutes les drogues , ils se reconvertiront dans le rackette , le proxénétisme , le braquage etc.


      • vote
        maQiavel maQiavel 1er juin 2016 15:38

        @Zatara

        oui oui prendre le contrepied d’un monde dirigé par une élite de psychopathe est forcément un monde de bisounours.

        La façon dont les choses fonctionnent depuis au moins la révolution néolithique ( càd organisé autour du fétichisme du pouvoir dont nous avons déjà parlé) fait que de façon quasi mécanique, les psychopathes arrivent au sommet et gouvernent. C’est quasiment une loi sociale (bien qu’elle ne soit pas parfaite car les psychopathes ne gouvernent pas toujours en tout lieux), les règles du jeu font que leur personnalité psychopathe au lieu d’être un désavantage devient une aptitude.

        Les globalistes diaboliques de votre lien, en supposant qu’ils existent vraiment de la façon dont l’article les décrit, ne sont pas la cause mais une conséquence du jeu macabre auquel on joue depuis des millénaires, cela signifie qu’on peut les remplacer mais que d’autres psychopathes prendront leur place. La cause, c’est le jeu.


      • vote
        maQiavel maQiavel 1er juin 2016 15:49

        @Zatara

        Et puis, dans un contexte de compétition entre groupes organisateurs humains, ces psychopathes ont une utilité sociale. Ah oui , il faut bien des gens capable de faire le sale boulot en foutant le bordel chez les autres sans aucun remords.

        Vous savez, comme pour les clans de rats : on pourrait qualifier de psychopathe le rats dominant qui exploite ses semblables, mais ses semblables sont bien content de l’avoir à leurs cotés quand un autre groupe de rat infiltrent leur territoire.

        Voyez, je ne suis pas manichéen. smiley


      • vote
        maQiavel maQiavel 1er juin 2016 17:24

        @Candide

        -Je ne cherche pas du tout à m’immiscer dans votre débat et l’interrompre mais je voulais juste réagir sur un point. .

        ------> Mais faites donc voyons.

        Je précise que je ne me réfère pas du tout dans cette discussion à Francis Cousin ou aux Marxistes, je ne dis pas que vous le pensez mais je précise tout de même , je pense qu’ils sont dans l’erreur lorsqu’ils font de la matrice le fétichisme de la marchandise ( dont je reconnais l’existence ) , moi je pense que la matrice est plutôt le fétichisme du pouvoir , en cela je m’inscrit plus dans une perspective machiavélienne si on veut …

        Cela ne signifie pas que je ramène tout l’humain à cela comme si ce fétichisme était une essence par contre je pense qu’il structure les dynamiques sociales des sociétés complexes. 


      • vote
        maQiavel maQiavel 1er juin 2016 17:28

        @Zatara

        -Or, en vous lisant régulièrement, un changement des règles des institutions (changement des institutions) permettrait de régler de nombreux problèmes, soit. 

        ------> Oui mais attention, un changement d’institution ne va pas abolir le jeu, ça ne va même pas changer les règles du jeu , ca s’inscrit pleinement dans le jeu et permettrait de modifier les rapports de force entre les parties.

        Pour abolir le jeu ou même en changer les règles, il faudrait une révolution planétaire des consciences, ça peut arriver à très très long terme , pourquoi pas dans 10 000 ans , on ne sait jamais mais moi je n’ai pas le temps d’espérer ça smiley , je préfère faire avec la réalité telle qu’elle se présente à moi , je pense qu’il vaut mieux faire ce que l’on peut faire comme on peut le faire dans les circonstances dans lesquelles on se trouve avec les moyens dont on dispose.

        Dans une prochaine vie, je profiterai peut être de cette société éveillée mais je ne m’attends pas à ce qu’elle advienne dans cette vie ci. smiley

         Pour le moment, il faut jouer le jeu ou alors se retirer dans un désert ou au sommet d’une montagne pour vivre reclus tel un Hermite, choix noble et respectable s’il en est … 

        -Ces changements incluraient ils des tests psychologiques pour tous les gouvernants ?

        ------> Non , les gouvernants sont ce qu’ils sont. Ces changements incluraient surtout de se donner des moyens institutionnels de leur résister, ça s’appelle des contre pouvoirs.

        -Et quid des personnes ayant réellement du pouvoir, hors de tout contrôle du peuple tel que les banquiers, les directeurs des fonds spéculatifs, les grands patrons, voir les boards de ces multinationales ? 

        ------> Ces personnes n’ont du pouvoir que parce qu’on le leur donne. Et cette donation de pouvoir est toujours institutionnelle. S’ils ont du pouvoir c’est parce que les institutions leur en donne par les mécanismes qu’on connait tous (lobbing, réseautage ,financement des campagnes électorales , revolving doors etc.) , l’exécutif , le législatif , le judiciaire est par ces mécanismes , la chambre d’enregistrement de leur décision.

        Il faut rendre ces mécanismes non pas obsolète car ils existeront toujours, faut pas se raconter des histoires mais beaucoup moins efficace. Cela passe par de nouvelles institutions.

        Fondamentalement, ces gens n’ont autant de pouvoir que parce qu’on le leur donne , il existe une évidente servitude volontaire des masses.


      • vote
        maQiavel maQiavel 1er juin 2016 17:34

        @Zatara

        -Vous ne pourrez jamais retirer la psychopathie de l’humanité. C’est une caractéristique innée. Ce que vous pouvez faire, cependant, c’est de perturber ou de détruire les organisations de personnes qui favorisent et élèvent les psychopathes. La psychopathie organisée est le problème réel et urgent.Enfin, s’agit il de complotisme lorsqu’on évoque cela ?

         

        ------> Non ce ne l’est pas mais je pense qu’ai lieu de personaliser le système et le faire incarner par certains psychopathes au sommet de la pyramide sociale, il vaut mieux comprendre que c’est la pyramide sociale en elle-même qui est la cause de ce noyau psychopathe. Pas pour changer ce qui est inchangeable ici et maintenant, la société ne peut fonctionner de façon optimale qu’organisé de façon pyramidale , c’est un fait mais pour l’assumer. On trouve beaucoup plus facilement des solutions quand on assume un état de fait je pense : il y’a des oligarchies gouvernantes et des masses gouvernées , des dirigeants et des dirigés , les dirigeants auront tendance à opprimer les dirigés et les dirigés doivent trouver des mécanisme pour contrôler leurs gouvernants pour ne pas que cette tendance s’installe.Sur cela vont s’inscrire les rapports de force.

         

        -qu’on se comprenne bien, certains sont incapables d’assumer des responsabilités, tout comme certains ont toutes les caractéristiques que demande le jeu pour les obtenir. Cela suffit ils à en faire les personnes les plus a même de les exercer ? certainement pas

        ------> D’une perspective morale, je suis d’accord. Mais après le fait est que certains ont les caractéristiques dont le jeu fait des aptitudes et qui gouvernent, c’est comme ça, il faut l’assumer et à partir de cette réalité, trouvons des solutions.

         

        Il suffit de parler de globaliste et, éventuellement du culte qui pourrait s’y rapporter.

        ------> Ok , moi je ne faisais référence qu’au titre du lien « est ce que les globalistes sont diaboliques ou juste incompris ».


      • vote
        maQiavel maQiavel 1er juin 2016 18:25

        @Candide

        Concernant le fétichisme du pouvoir, pour que cela ait plus de sens pour vous, je vous invite à lire mon article sur l’individualisme même si je n’utilise pas ce terme explicitement. Vous n’allez certainement pas être d’accord mais l’essentiel est que vous compreniez ou vous voulez en venir.

        De mon coté je n’envisage pas que l’on puisse envisager les sociétés complexes sans lui, je me demande sincèrement comment cela est possible.

        Pour ce qui est de Nicolas Machiavel, ce n’est pas un philosophe qui va nager dans les abstractions du monde des idées, c’est un analyste qui part de la réalité (qu’il observe directement ou indirectement par l’étude de l’histoire) pour en observer les dynamiques politiques.

        Mais c’est difficile de répondre en quelques lignes, pour ne pas écrire des pavés (encore), je vous renvoie à mes deux articles sur le bonhomme.

        En ce qui concerne les idées, dans la dynamique politique (c’est important car en dehors ca peut être différent), je considère que ce sont des munitions pour atteindre un but. Et ce but est toujours corrélé au fétichisme du pouvoir quand bien même celui qui en est l’origine avait un but différent, son idée sera utilisée voir pervertie par d’autres hommes qui auront compris son potentiel politique.


      • vote
        maQiavel maQiavel 1er juin 2016 18:51

        @Zatara

        Les règles ne sont pas immuables mais elles le seront tant que nos sociétés ne seront pas structurées autour du fétichisme du pouvoir.

        Et non ça ne concerne pas que ceux qui sont au sommet de la pyramide, si c’était le cas , ils ne parviendraient jamais à dominer les autres : il est très difficile de réduire à l’obéissance celui qui ne cherche pas à dominer, le politique le plus adroit ne parviendrait pas à assujettir des hommes qui ne voudraient qu’être libre, mais la domination s’étend sans peine parmi les ambitieux.

        Je trouve que Nietzche décrit admirablement ce phénomène par ces mots : « Où j’ai trouvé du vivant, j’ai trouvé de la volonté de puissance. Et même dans la volonté du servant, je trouvais la volonté de devenir maître. Que ce qui est plus faible serve ce qui est plus fort, ce qui l’en persuade, c’est sa volonté d’être à son tour le maître de ce qui est plus faible encore , c’est le seul plaisir auquel il ne veuille pas renoncer ».

        C’est aussi ce qu’Etienne De la Boetie explique dans son traité « de la servitude volontaire » : les hommes ne se laissent dominer qu’autant entraîné par une aveugle ambition et regardant plus au-dessous d’eux qu’au-dessus, la domination devient plus chère que la liberté et ils consentent à porter des fers pour pouvoir en donner à leur tour. 

        A contrario, les maitres eux-mêmes sont esclaves, ils portent le poids de tous ceux qui obéissent, ils vivent dans la peur de perdre leur pouvoir et pour se conserver ils se créent des serviteurs qui assureront leur pouvoir en échange de quelques miettes, le hic est qu’ils deviennent dépendant de leurs créatures qui deviennent capables de  menacer leur position. Le maitre n’est au fond que le pantin du plus haut étage de la structure. 

        Le système ce n’’est pas les dominants qui soumettent les dominés à leurs volontés, le système c’est leur commune soumission à un ordre des choses qui les contraint, à leur volonté de puissance. Certes, on trouvera certainement ci et là des Hermite qui auront dompté leur volonté de puissance mais le nombre est ce qui importe dans la dynamique collective et ces Hermite sont seuls.

        Ce que je dis là est camouflé différemment selon les sociétés, les lieux, les époques mais le fond est toujours le même depuis des millénaires.


      • vote
        maQiavel maQiavel 1er juin 2016 19:02

        @Zatara

        Là où je ne suis pas d’accord avec Cousin, c’est que je pense que le fétichisme de la marchandise n’est que l’expression marchande du fétichisme du pouvoir.

        La société de consommation elle-même s’appuie sur le désir mimétique, la marchandise incarnant dans la représentation mentale des consommateurs, un statut social, c’est le principe de la consommation ostentatoire.


      • vote
        maQiavel maQiavel 1er juin 2016 19:11

        @Candide
        Peut être que comme vous dites , les hommes devraient se raccrocher à des principes, même si les effets observables ne s’y accordent pas mais je constate qu’ils ne le font pas et comme disait Machiavel ,  la distance est si grande entre la façon dont on vit et celle dont on devrait vivre, que quiconque ferme les yeux sur ce qui est et ne veut voir que ce qui devrait être apprend plutôt à se perdre qu’à se conserver.

        La méthode que vous décrivez est peut être rationnelle ( et elle n’est pas la seule à l’être ) mais elle est surtout "idéelle".

        Moi je suis plus pragmatique : la stricte fidélité à ses idées est toujours une forme d’infidélité au réel , le pragmatisme nécessite un rapport au réel plus plastique, plus malléable avec les faits.

        J’espère qu’à défaut d’être d’accord (et vous ne le serez pas ) , vous apprécierez mon article sur l’individualisme et le comprendrez.

        Bonne soirée camarade. smiley



      • vote
        maQiavel maQiavel 1er juin 2016 22:08

        @Zatara

        Ah ah ah, moi aussi j’ai bien aimé watchmen … smiley


      • 1 vote
        Haze Haze 1er juin 2016 22:28

        @candide

        Pour un maurassien, je trouve très étrange que vous sembliez découvrir certaines choses dans cette discussion.

        Maurras base le principe d’hérédité et sa valeur justement en ce qu’il annihile le gouvernement de psychopathes comme vous dites.


      • vote
        maQiavel maQiavel 1er juin 2016 23:30

        @Zatara
        Si si, j’avais répondu et j’avais dit merci pour la recommandation car je n’ai pas encore vu le film... 


      • 2 votes
        Nigari Nigari 1er juin 2016 23:47

        @Zatara
        "une façon aussi de voir à quoi sert l’argent ? demande à la CIA"

        .

        USA : Le trafic de cocaïne est sponsorisé par les gouvernements successifs


      • vote
        Haze Haze 2 juin 2016 20:44

        @Candide
        Je vous pensez maurassien, très bien.
        Toutefois, que la monarchie ne revienne pas, c’est une certitude, du moins comme elle l’a été en Europe.
        Mais votre vision semble linéaire pour penser que des "formes nouvelles" de ce qu’est la monarchie ne puissent arriver.


      • vote
        Haze Haze 3 juin 2016 09:39

        @Candide
        Oui mais ca c’est vous qui le dites. La "science" aime aussi à considérer que l’homme doit s’extirper de son cadre primitif, de son aliénation à son environnement pour atteindre une nouvelle ère.



        • 4 votes
          tinga 1er juin 2016 15:28

          Le trafic est très largement contrôlé par la police, mais ils ramassent les miettes, le gros des profits n’est pas pour eux, ça arrondi les fins de mois, quand cela devient trop flagrant, la justice fait mine de s’en occuper, les dealers sont protégés par la police, ceux qui sont inquiétés sont ceux qui croient pouvoir jouer en solo.


          • 2 votes
            attis attis 2 juin 2016 00:38

            L’état organise le trafic de drogues à des fins de contrôle social. La question financière, bien que non négligeable, est secondaire :
             
            " Le rôle des drogues dans l’exercice du contrôle politique est de plus en plus discuté. Ce contrôle peut s’exercer par la prohibition ou l’approvisionnement. La prohibition totale ou partielle des drogues offre au gouvernement un puissant moyen de contrôle dans d’autres domaines. Par exemple, l’application sélective des lois anti-drogue qui permettent une fouille immédiate, ou une perquisition sans préavis, peut être utilisée contre des membres de certaines minorités ou organisations politiques. Mais un gouvernement pourrait aussi distribuer la drogue pour contrôler sa population. Avec cette méthode, prévue par Aldous Huxley dans Le meilleur des mondes (1932), les gouvernants utilisent les drogues pour manipuler les gouvernés à leur guise et de différentes manières. Les innombrables communautés urbaines et rurales, qui autorisent une grande liberté dans la prise de drogues et où les hallucinogènes sont fréquemment utilisés, sont dans une large mesure subventionnées par notre société. Leur pérennité est assurée par des dons d’argent venant des parents ou de la famille, par l’aide sociale et par les allocations chômage, ainsi que par la négligence bienveillante de la police. En fait, il serait sans doute plus commode et peut-être même plus économique de maintenir les usagers de drogues (et plus particulièrement ceux qui prennent des hallucinogènes) dans un état d’isolement et d’éloignement du marché du travail, qui compte déjà des millions de chômeurs. Les communards, avec leurs drogues hallucinogènes, sont sans doute moins gênants pour la société – et moins coûteux – s’ils sont maintenus à l’écart, que s’ils décidaient de s’engager dans d’autres modes d’expression de leur aliénation, comme par exemple la dissidence et la protestation politique active, vigoureuse et organisée. [...] Les hallucinogènes représentent actuellement une part modérée mais significative de l’ensemble du problème de la drogue dans les sociétés occidentales. Ce qui précède peut fournir un cadre de référence dans lequel les problèmes sociaux, mais aussi cliniques, posés par ces drogues peuvent être considérés."
             Louis Jolyon West - 1975



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nigari

Nigari
Voir ses articles







Palmarès