• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Marseille : inondations, des tonnes de déchets déversées dans la rue... (...)

Marseille : inondations, des tonnes de déchets déversées dans la rue... jusqu’à la mer

Source le figaro  Inondations à Marseille : « Il y a des montagnes de déchets partout, c'est une catastrophe »

ENTRETIEN - Les fortes pluies conjuguées aux déchets accumulés à cause de la grève des éboueurs ont transformé la côte méditerranéenne en dépotoir. Un phénomène qui n'a rien de nouveau dans la cité phocéenne, explique la biologiste marseillaise Isabelle Poitou.

Les images sont impressionnantes et témoignent d'une catastrophe autant humaine qu'écologique. Lundi 4 octobre, il est tombé l'équivalent de deux mois de pluies en quelques heures à Marseille. Redoutables, les intempéries ont inondé les rues de la cité phocéenne pendant plusieurs heures, charriant sur leur passage des tonnes de déchets, qui n'avaient pas été retirés à cause de la grève des éboueurs dans la cité phocéenne. La plupart d'entre eux ont terminé leur course sur les plages et dans la Mer Méditerranée.  La suite sur le figaro

 

Source RMC Inondations à Marseille : des tonnes de déchets déversées dans la rue... jusqu'à la mer

Source RMC Les pluies diluviennes ont laissé des traces hier à Marseille. Après une semaine de grève des éboueurs, les rues inondées se sont transformées en rivières de déchets. Une catastrophe écologique

Là, encore une fois des "masques" qui jonchent les trottoirs, et les sols... ras le bol

Tags : Marseille




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • 2 votes
    ETTORE 5 octobre 19:28

    Tiens....

    Je croyais que c’était Naples


    • 3 votes
      sls0 sls0 5 octobre 19:51

      Il me semble qu’avec le covid on s’est aperçu que certains boulots dit humbles étaient indispensables à la bonne marche de la société. J’ai entendu des discours de nos dirigeants qui disaient qu’il fallait revaloriser les salaires de ces boulots humbles par rapport à ce qu’ils apportaient à la société.

      Les éboueurs faisaient partie de ces travailleurs tout compte fait importants.

      Certainement qu’ils ont été émus de cette reconnaissance. Comme ils n’ont pas vu de changement sur leur fiche de salaire, maintenant ils sont plus en colère qu’émus.


      • 6 votes
        Simple citoyenne Simple citoyenne 5 octobre 20:15

        @sls0 Bien vu, tout comme les infirmiers ces héros d’hier, les virés d’aujourd’hui


      • 1 vote
        Paroissien de dame P 5 octobre 20:48

        @sls0
        Tu plaisantes ou quoi , ces grosses feignasses bossent 4 heures par jour et ont tous un boulot au noir les après midi , idem pour les cancres de La SNCF , d’EDF et cie . Ils ont surtout des syndicats qui foutent la merde , car c’est les seuls endroits où ils ont un peu de poids , les vrais salariés du privé ne se syndiquent plus , rappelles toi des Contis lâchés honteusement par la CGT ;


      • 1 vote
        patoufleur patoufleur 6 octobre 08:06

        @Paroissien de dame P
        l’ AP-HP ventile une centaine de primes parfois défiscalisées ou mieux, comptabilisées en points...... retraites.

        Ils se foutent littéralement de la gueule des gueux du privé.


      • 1 vote
        Vraidrapo 5 octobre 23:52

        Aujourd’hui, le ramassage des poubelles de Marseille se fait à une vitesse "V".

        Le gars ne manipule même pas la bascule automatique, il soulève le couvercle de la poubelle en attente devant le pavillon, prend le paquet (25 litres) du dessus et le jette dans la benne. Durée : 10 secondes !

        En été, ce qui reste au fond commence à sentir la décomposition, il faut regrouper dans un nouveau sac, laver la poubelle au jet d’eau + grésil, retourner l’ensemble pour séchage etc...

        Au prix de la Taxe pour ordures ménagères, chaque dépôt de poubelle devant ma porte, tous les 10 jours environ, me coûte 15 € environ. Pour 10 secondes, c’est pas trop mal payé...

        Il y a 65 ans... un seul gars passait avec son tombereau tiré par un Percheron, il se baissait pour vider chaque sceau de 10 litres dans un couffin tressé dont il projetait la collecte dans le tombereau.

        Pour la pénibilité, y’a pas photo, je parierais que pour la paye... non plus !

        Un soir, le temps que je manœuvre ma voiture pour prendre la route, j’ai perdu de vue le camion benne. Des fortiches...


        • 5 votes
          Djam Djam 6 octobre 00:06

          Chouette !!! partout en France, c’est le chaos... c’est "Qui" qui va être content ?? 

          N’est-ce pas ce que visent les maîtres du monde, grosses huiles planquées à la tête d’actionnaires de multinationales et autres gros banquiers mondiaux, que de déclencher un chaos planétaire histoire d’appliquer leur "grande réinitialisation" ?

          Faut que ça crève ici, que ça chôme massivement par là pour que les valets surpayés de ce désastre colossale puissent recevoir de leurs ordonnateurs la prime promise pour "désastreux services voulus et rendus". 

          Marseille va finir par être le Kolcata (Calcuta) de France. Ville monde devenue comme Paris, carrément immonde, ces mégapoles occidentales deviennent le nouveau tiers monde d’un Occident totalement malade, pourri, psychiatriquement ravagé. 

          On ne peut être et avoir été. Nous, français, sommes les dindons d’une farce monstrueuse commencée dès l’après guerre. De Gaulle avait redressé et reconstruit la France, Macron et ses sbires l’ont achevée. 

          Tôt ou tard, ils paieront tous.


          • 1 vote
            patoufleur patoufleur 6 octobre 08:01

            Plus jeune, quasi tous les cinq ans, je voyais une dragueuse curée les boues accumulées au fond de la rivière la Sarthe ou des fleuves (la Loire).

            Il est grand temps de curer les rouges smiley


            • 2 votes
              Ecureuil66 6 octobre 18:00

              un éboueur est plus utile à la société que pleins d’autres métiers mille fois mieux payés que je ne citerai pas ! une remise à zéro de tous les compteurs ne ferait pas de mal ! 


              • vote
                Vraidrapo 6 octobre 21:23

                @Ecureuil66
                 
                EN Occident, personne n’est empêché de faire des études le jour et de bosser le soir pour accéder à des professions lucratives.
                Cependant, il faut consentir à qqs sacrifices, moins de terrasses, moins de stades etc..
                Un de mes amis est devenu médecin de campagne en vendant des pizze en été pendant que ses potes se la coulaient douce. Aujourd’hui il a 2 grandes maisons dont une avec piscine...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès