• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ménard : ’’Eva Joly est une Robespierre en jupons’’

Ménard : ’’Eva Joly est une Robespierre en jupons’’

Robert Ménard déteste Eva Joly et il le fait savoir. L’ancien patron de RSF confie que l’ancienne magistrate lui fait peur et dit préférer toute candidature à la sienne pour la présidentielle.




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • 20 votes
    helios999 helios999 22 avril 2011 11:52

    Interressant de savoir que madame Joly fait peur à certains , je lui mettrai bien mon vote pour mettre en prisons les voyous qui nous dirigent


    • 18 votes
      bobov 22 avril 2011 12:07

      Côté sponsors, mieux vaut aussi ne pas trop regarder ceux de Ménard.


      • 14 votes
        pied 22 avril 2011 12:41

        fan de hulot, c’est tout dire...quel clown !


        • 9 votes
          Heisenberg 22 avril 2011 13:41

          le clown ici est celui qui ne comprend pas le second degré


        • 3 votes
          Traroth 22 avril 2011 15:29

          Et "Vive Le Pen", c’est du second degré, aussi ?


        • 4 votes
          pied 22 avril 2011 20:53

          ptdr !
          si il y a un second degré, il est navrant...


        • 3 votes
          Heisenberg 22 avril 2011 23:19

          il défend qu’il peut tout dire, c’est un titre accrocheur...


        • 10 votes
          gazatouslesetages 22 avril 2011 13:02

          bon, c’est vrai qu’Eva Joly fait pas féminine. ;)

          je la trouve plutôt drôle la vidéo,. Je suis le seul à voir du second degré quand il parle hulot ?


          • 11 votes
            Traroth 22 avril 2011 15:30

            On ne lui demande pas d’être féminine, on lui demande d’être honnête et compétente.


          • 17 votes
            Le poulpe entartré 22 avril 2011 13:42

            Ménard est préoccupé lorsqu’il entend le nom d’Eva Joly. On le comprend. Si l’on commençait à s’intéresser de près à lui on pourrait s’apercevoir des faits suivants :

            RSF reçoit des financements d’organisations telles que le Center for a Free Cuba, un groupuscule d’extrême droite, financée par les Etats-Unis, dont le but est de renverser le gouvernement cubain, comme le stipulent ses statuts. D’où les violentes campagnes anti-cubaines orchestrées par l’entité parisienne, notamment l’attaque de l’ambassade cubaine de Paris en avril 2003. RSF prétend même n’avoir jamais occulté ces subventions dont elle bénéficie depuis 2002. Cela est faux puisque ces dernières n’apparaissent pas dans les comptes de 2002 et 2003. Qui avait procuration sur ces comptes ?

            Robert Ménard quitte la direction de Reporters sans frontières le 30 septembre 2008. Depuis novembre de la même année, il occupe les fonctions de directeur d’un centre d’accueil pour les journalistes à Doha au Qatar, doté d’une subvention annuelle de 3 millions de dollars par l’émir. Son conseil d’administration compte notamment PPDA et Dominique de Villepin.  Cette reconversion dans un pays qui n’a rien d’une démocratie : le pouvoir y est transmis par hérédité et la presse n’a pas le droit d’émettre des critiques contre la famille régnante et le gouvernement ; ce n’est plus un problème...fiscal.

             Parce que l’éthique, c’est quoi déjà ?

            Robert Ménard est même allé jusqu’à légitimer la torture, suivant la décision du Congrès étasunien de la légaliser en octobre 2006. Lors de l’émission de radio "Contre-expertise" présentée par Xavier de la Porte sur France Culture le 16 août 2007 de 12h45 à 13h30, le secrétaire général de RSF a affirmé qu’il était légitime de torturer des suspects pour sauver la vie d’innocents, reprenant l’argumentation des plus effroyables dictatures et bien sûr de l’administration Bush. "Si c’était ma fille que l’on prenait en otage, il n’y aurait aucune limite, je vous le dis, je vous le dis, il n’y aurait aucune limite pour la torture . Non seulement, Ménard légitime la torture, position moralement insoutenable même contre des criminels, mais il remet également en cause la présomption d’innocence. Faut-il rappeler à l’ex-patron de RSF que l’apologie de la torture est interdite en France, que même si les USA ont voté une loi pour en autoriser l’usage, elle est condamnée par l’ONU, la Convention de Genève, Amnesty international et par toutes les ONG ou presque ?

            Robert Ménard est au journalisme ce que Bernard Kouchener est à l’humanitaire : une ingérence.

            Auparavant  :

            L’activité concrète de Reporters sans frontières est très éloignée de ce que les donateurs croient financer. Le fonds d’assistance aux journalistes opprimés, c’est-à-dire le paiement des honoraires des avocats des journalistes emprisonnés, le soutien matériel à leurs familles, le développement des Maisons des journalistes, tout cela qui représente le cour de l’activité officielle de l’association et la raison de la générosité du public ne reçoit que. 7 % du budget général ! Vous avez bien lu : pour 1 euro donné pour les journalistes opprimés, seuls 7 centimes arrivent à destination.

            Où passe donc le reste ?

            La véritable activité de Reporters sans frontières est de conduire des campagnes politiques contre des cibles déterminées. Elles seraient légitimes si, comme la Fondation Soros , elle n’instrumentalisaient pas la liberté de la presse au point de l’évoquer pour justifier des violations graves du droit international. À titre d’exemple, RSF s’est félicité de l’enlèvement du président constitutionnel d’Haïti par les Forces spéciales états-uniennes appuyées par une logistique française, au motif que Jean-Bertrand Aristide aurait été un « prédateur de la liberté de la presse » ; un qualificatif étayé par une vision tronquée des évènements qui visait à faire passer le président haïtien pour le commanditaire de meurtres de journalistes. Force est d’observer que, ce faisant, Reporters sans frontières soutenait médiatiquement une opération dans laquelle le gouvernement français s’était fourvoyée, alors que ce même gouvernement français subventionnait l’association.

            Le caractère idéologique des campagnes de Reporters sans frontières tourne parfois au ridicule. Ainsi, l’association s’est-elle indignée du projet de loi vénézuélien visant à soumettre les médias au droit général, mais elle ne s’est pas préoccupée du rôle du magnat de l’audiovisuel Gustavo Cisneros et de ses chaînes de télévision dans la tentative de coup d’État militaire pour renverser le président constitutionnel Hugo Chavez .

            C’est en définitive à propos de Cuba que la polémique s’est cristalisée, tant il est vrai que RSF a fait de la dénonciation du régime castriste l’axe principal de ses campagnes. Selon l’association, les 21 journalistes emprisonnés dans l’île auraient été accusés abusivement d’espionnage au profit des États-Unis et seraient en réalité victimes de la répression gouvernementale. Pour lutter contre ce gouvernement, RSF a organisé diverses manifestations, dont une qui a mal tourné, le 14 avril 2003 devant l’ambassade de Cuba à Paris. Dans son enthousiasme, l’association a également troublé la session de la Commission des droits de l’homme, au siège de l’ONU à Genève. Ses militants avaient pris à partie la présidence libyenne de la Commission et molesté des diplomates. En conséquence, Reporters sans frontières a été suspendu pour un an de son statut d’observateur au Conseil économique et social (Ecosoc) de l’ONU. Robert Ménard n’a pas manqué de stigmatiser les dérives de cette commission, selon lui aux mains des spécialistes des violations des droits de l’homme. Pourtant, les sanctions à l’encontre de RSF ont été votées par des États parfaitement démocratiques comme l’Afrique du Sud, le Brésil ou le Bénin.

            Interrogé par téléphone, Robert Ménard récuse les allégations selon lesquelles RSF aurait été acheté par l’argent de la NED/CIA pour mener campagne contre Cuba. Il explique que l’association a demandé une subvention à l’Agence états-unienne pour venir en aide aux journalistes opprimés en Afrique et qu’elle a en définitive reçu seulement 40 000 dollars à la mi-janvier 2005. Dont acte.

            Poursuivant la discussion, M. Ménard récuse également les accusations de notre collaborateur Jean-Guy Allard, par ailleurs journalistes à l’agence nationale Granma Internacional. Celui-ci relate les liens personnels étroits que le directeur exécutif de l’association entretient avec les milieux d’extrême droite anticastriste à Miami, notamment avec Nancy Pérez Crespo. Haussant la voix, il nous accuse de projeter des présupposés idéologiques sur les choses, alors que lui et son association s’astreindraient à la plus grande neutralité. Puis, il nous accuse d’accorder du crédit à de la « propagande communiste ».

            Vérification faite, Robert Ménard fréquente bien l’extrême droite de Miami et RSF est bien financé par le lobby anticastriste pour mener campagne contre Cuba. En 2002, Reporters sans frontières a signé un contrat, dont les termes ne sont pas connus, avec le Center for a Free Cuba, à l’issue duquel il a reçu une première subvention de 24 970 euros. Celle-ci a été augmentée à 59 201 euros pour 2003. Le montant 2004 n’est pas connu.

            Le Center for a Free Cuba est une organisation créée pour renverser la révolution cubaine et restaurer le régime de Battista. Elle est présidée par le patron des Rhums Bacardi, dirigée par l’ancien terroriste Frank Calzon, et articulée à une officine de la CIA, la Freedom House.

            Le contrat signé avec le Center for a Free Cuba a été négocié en 2001 avec le responsable de l’époque de cette organisation : Otto Reich, le champion de la contre-révolution dans toute l’Amérique latine. Le même Otto Reich, devenu secrétaire d’État adjoint pour l’hémisphère occidental, fut l’organisateur du coup d’État manqué contre le président élu Hugo Chavez ; puis, devenu émissaire spécial du président Bush, il supervisa l’opération d’enlèvement du président Jean-Bertrand Aristide.

            RSF, c’est 7 % de soutien aux journalistes opprimés et 93 % de propagande impériale états-unienne

            (sources Réseau Voltaire)


            • 4 votes
              iakin 23 avril 2011 05:11

              Pas étonnant que Joly lui fiche la trouille... il doit pas être le seul d’ailleurs.


              • 7 votes
                abuelo 23 avril 2011 11:06

                Robert Ménard est un con en pantalon.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès