• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Michel SIDOBRE présente "ET NOX FACTA EST " de Patrick MILANI offert à (...)

Michel SIDOBRE présente "ET NOX FACTA EST " de Patrick MILANI offert à l’occasion du confinement pour le Covid-19

Beaucoup ont déjà vu la bande-annonce de ce thriller ésotérique sur ce site, voici le film entier, résultat de plusieurs mois de travail et qui ne passera pas en salles de sitôt...

Le film en version intégrale :

Tags : Société Cinéma Culture




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • 2 votes
    medialter medialter 7 avril 20:41

    Merci de nous faire partager cette initiative, trop rare pour qu’on s’en désintéresse. Je vois ça ce soir et vous donne mes impressions demain. Cordialement


    • 3 votes
      medialter medialter 8 avril 15:44

      @medialter
      Bonjour, je reviens pour vous donner mes impressions sur ce film. Attention, mes opinions peuvent être ressenties abruptes, mais avec moi, pas de surprise, pas de langue de bois, rien que de l’authentique
      *
      Ce que je n’ai pas aimé :
      Le cliché éculé de la dualité, la lutte du bien contre le mal, avec le bien qui gagne
      Le manque de réalisme : les sectes sataniques opérant en France sont bien plus profondément instaurées, et vu les huiles que l’on y trouve, elles sont en règle générale protégées. Si un jour elles devaient être poursuivies, ce ne serait pas 2 petits flicaillons locaux qui en viendraient à bout, mais un immense travail national de fourmis de police non corrompue, ce n’est pas demain la veille
      — Manque de crédibilité de certains acteurs (que je ne citerais pas) ; j’ai plutôt entendu des textes récités, avec du français trop académique, souvent exprimé machinalement, sans qu’on y sente l’émotion du personnage. Vous, par ex, le rôle de grand méchant vous va très bien, mais vous faites vraiment pas méchant, vous laissez trop transparaître votre côté sympa
      *
      Ce que j’ai aimé :
      La qualité de la recherche iconographique, je dois reconnaître avoir pris mon pied devant certaines scènes, notamment avec la zik qui les accompagnait
      — La qualité des discussions théologiques, qui étaient presque comme des débats en live, et bien intégrés dans le film
      La qualité de l’approche théologique de la dimension sexuelle, et les problématiques qu’elle suscite
      La richesse et les diversité des lieux, des prises de vues, des mises en scène. Là, on en prend plein les yeux. Du coup, ça m’a donné envie de retourner à Minerve, j’y suis passé il y a une dizaine d’années. Idem pour cette immense librairie-cathédrale, près d’une écluse, dans laquelle je suis passé, mais je ne me souviens plus où elle se trouve
      — La cerise sur le gateau, cette petite phrase quasi-prophétique (j’imagine que le film a du être tourné l’année dernière) : "On attend une guerre ou une pandémie" smiley
      *
      En résumé, ce film est une réussite sur le plan technique. Je suis plus réservé sur le fond. J’aurais aimé savoir sur quelle base ésotérique se fonde la puissance des 2 soeurs transférées 8 siècles plus tôt. En tous cas j’espère que vous allez poursuivre, avez vous conscience que vous êtes un vrai contre-pouvoir à vous tous seuls ? Vous pourriez en dénoncer, des choses indénonçables, sous le couvert d’une fiction, comme les romanciers d’antan dénonçaient les travers de leur époque sous la houlette de personnages inattaquables. Merci pour cette article, et mes remerciements au réalisateur, j’imagine le taf monstrueux que ça a du être.
      Cordialement


    • vote
      sidobre sidobre 12 avril 06:20

      @medialter Mieux vaut une opinion clairement émise comme la vôtre qu’un "éloge flatteur". Nous prenons acte de vos remarques qui ne peuvent que nous faire progresser. Pour la Librairie et le Canal, ils se trouvent à LE SOMAIL qui est, en effet un coin charmant.Merci de votre critique sur mon jeu ; vous m’avez perçé à jour, donc je n’ai pas été encore assez dans le rôle. Merci pour cette critique constructive.


    • vote
      Milani 12 avril 10:08

      @medialter

      Bonjour et merci pour ces critiques (positives et négatives). Ce sont des critiques qui permettent d’avancer. 

      Au fond ma pensée n’est peut-être pas si éloignée de la vôtre. Sans doute n’ai-je pas été suffisamment clair sur certains points, par exemple la dualité bien-mal (traiter de la spiritualité n’est pas chose facile). Dans l’explication, sous le film je suggérais : « La lutte du bien contre le mal ? Pourtant, une part de bien persiste toujours dans chaque être », voulant signifier que la limite entre les 2 n’est pas si tranchée. D’ailleurs il n’est pas si aisé de trancher dans les faits entre ce qui est bien et ce qui est mal. Ne dit-on pas que l’enfer est pavé de bonnes intentions ? Ainsi le personnage de Michel est censé être un homme de Dieu alors qu’il fait de « l’entrisme » dans une secte sataniste, n’hésitant pas à perpétrer des meurtres. 

      Sur la puissance des sectes satanistes aussi vous avez probablement raison. C’est justement pour cela que, dans ma vision, seuls des petits « flicaillons » comme vous dites, des gens ne doutant de rien, peuvent démanteler ce type d’organisation (ce serait d’ailleurs la même chose pour d’autres types d’organisations). Une grosse opération planifiée par les hautes sphères est bien improbable (la scène des 2 policiers dans la voiture, parlant des notables : « chez ces gens-là on ne parle pas… »). 

      Enfin c’est vrai que le texte est parfois trop académique. C’était un choix aussi de ma part pour faire sortir certains personnages du commun (l’historienne doit porter une part de mystère). Mais je reconnais que je peux avoir eu tort. 

      Votre question : sur quelle base ésotérique se fonde la puissance des 2 sœurs transférées 8 siècles plus tôt ?

      Justement sur aucune, c’est seulement une arnaque….

      Enfin merci pour vos encouragements (et pour votre appréciation de la musique, c’est un point sensible pour moi). 

      Évidemment faire un film sans budget, dans des conditions qui vous surprendraient (y compris sur les lieux de tournage), sans équipe technique, n’est pas vraiment chose facile. 

      Encore merci d’avoir vu et analysé ce film, tout le monde n’a pas la curiosité de visionner des histoires qui ne sont pas portées par de grands noms (d’acteurs par exemple). 

      Le réalisateur

      Patrick Milani

       


    • vote
      ZardoZ ZardoZ 15 avril 19:07

      @medialter

      Je viens de voir la bande annonce, les acteurs jouent avec les pieds et c’est tourné avec un smartphone de première génération apparemment...


    • 1 vote
      sls0 sls0 8 avril 14:13

      Un film fait avec peu de moyens mais de qualité, donc un excellent "rapport qualité/prix"

      Peu de dialogues mais on a l’essentiel.

      Les décors naturels sont très beaux, pour les momuments il y a de la recherche, ils tombent pile-poile avec l’histoire.

      Des acteurs au dessus de l’amateurisme pour des acteurs amateurs.

      Il m’a fait pensé à rivière pourpre sans course poursuite.

      Ca fait 8 ans que j’ai quitté la France, y a il autant de tatoués que dans le film ?


      • vote
        sidobre sidobre 12 avril 06:26

        @sls0 Merci pour cette aimable critique.Nous sommes conscients quand même qu’il y a toujours des choses à améliorer...Alors, je répondrai à votre question . J’ai 65 ans et il y a 3 ou 4 ans j’ai participé à un long-métrage (non encore sorti) qui s’appelle : "La femme aux yeux rouges"...J’ai donc traversé la frontière qui sépare l’Aude de l’Hérault plus peuplé et actif et là, pour la première fois, j’ai découvert sur les peaux des acteurs et des actrices de larges tatouages colorés...Depuis la mode s’est étendue, y compris dans l’Aude profonde. Voilà pour ces nouvelles de France.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès