• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Un Cheminot met tous les "experts" d’accord sur Macron le diviseur

Un Cheminot met tous les "experts" d’accord sur Macron le diviseur

Une séquence télé très intéressante car en plus de viser juste ce Monsieur montre toute l'intelligence d'un système médiatique qui dès qu'il voit des personnes capables de mener des luttes intelligentes, s'empresse de l'acheter ... Voyez comment ce journaliste insiste de manière caricaturale pour acheter l'âme résistante de ce brave cheminot !

Tags : France Emmanuel Macron




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • 3 votes
    psychorigide psychorigide 9 septembre 17:46

    C’est de la merde cette émission... une entourloupe, personne ne va au bout de son discours. L’animateur se fait dessus, et les ’animés ’ sont en réanimation ... c’est de la m.... cette émission ’machine à café ’ !


    • 2 votes
      La mouche du coche La mouche du coche 10 septembre 08:35

      Tous ces barragistes super fiers d’avoir veauté Macron contre la Haaaaiinne et qui viennent pleurer leur mère maintenant de s’être fait avoir, c’est rigolo. smiley


    • 5 votes
      maQiavel maQiavel 10 septembre 11:45

      Effectivement, ce n’est que lorsque le cheminot prend la parole que ça devient intéressant. Pourquoi ? Parce qu’il est le seul à parler de fond et pas de stratégie de com.

      Je le dis souvent : parler de stratégie de com n’est pas mauvais en soi. Mais le problème est qu’il n’y a que ça qui intéresse les journaleux et c’est ça qui se passe dans cette vidéo : pendant presque 10 minutes, ils ne parlent que de communication avec des gnagnagni rareté de la parole ,des gnagnagna Macron devrait plus parler aux journalistes, des patatati il a su entrer en résonance par rapport à l’opinion et des patata il fait du Sakozy.

      Pour ceux qui veulent aller à l’essentiel, ça commence à 9 :57 , en moins d’une minute le cheminot en a plus dit que tous les autres réunit. 


      • 3 votes
        Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 10 septembre 18:22

        @maQiavel
        Salut MaQ,

        .

        Ne crois tu pas cher ami, que le plus désolant dans tout ça, c’est qu’on soit constamment amené à rappeler ce qui devrait être, normalement, des évidences ?

        .

        Du bon sens commun.

        .

        Des choses que l’on croyait, naïvement, sans doute, acquises, alors qu’en fait c’est un combat permanent contre la connerie ambiante qui se fait de plus en plus abyssale.

        .

        Des évidences pour les natifs de l’ancien monde et des héritiers de cet ancien monde contre les "nouvelles" morales ou disons, règles en vigueur du nouveau monde d’après la révolution numérique ? Qui fera, à mon humble avis, beaucoup plus de victimes encore que la révolution dite industrielle.

        .

        Pourquoi ? Parce que pour la première fois de son histoire connue et disons officielle, l’humanité se contemple pour la première fois dans sa globalité, dans l’immédiateté, que les frontières d’autrefois autant physiques que psychiques sont bouleversées et explosées, que l’on sait dans la seconde ce qu’il se passe à l’autre bout du monde sans avoir été "filtrés", entre guillemets, par les obligations biologiques et/ou intellectuelles pour réagir efficacement à des données trop nombreuses dans un temps donné pour pouvoir s’y adapter de façon sereine en conciliant et les besoins de survie immédiats et la nécessaire spéculation qui permet d’anticiper des solutions viables sur un court, moyen terme, qui permettent de survivre et de construire une existence sur des modèles contemporains qui tendent à aller vers ce qui nous est conseillé comme étant les meilleurs ?

        .

        Nous assistons, c’est ironique, à une forme de régression sous couvert de progressisme, c’est là et nous le constatons tous les jours, la puissance de la connerie sur le potentiel génial de l’humain au quotidien.

        .

        Le plus drôle dans tout ça, c’est que nous avons les moyens, de fournir une vision globale des évènements à une frange majoritaire de la population, en termes technologiques de communication, mais que l’on s’en sert pour flatter les plus bas instincts de l’humain qui le font ressembler à un animal lambda, ce qu’il est, mais ceci est un autre débat, surtout quand le dit singe se prétend d’origine divine... bref, c’est pas le sujet. Du pain, des jeux, du cul, du sang tant que c’est pas le mien, voilà les principaux besoins immédiats du singe que nous sommes, nier ceci, équivaut à nier les fondamentaux biologiques qui font que nous sommes ce que nous sommes, et pourtant, nous faisons tout, pour le nier, alors voilà nous sommes réduits à la com, réduits à élire des communicants, réduits à ne plus penser, réduits à suivre le mouvement des masses abruties, réduits à se limiter nous mêmes par peur de l’excommunication sociale, réduits à contempler la victoire écrasante du conformisme allié au consumérisme pour en déduire que le libre arbitre humain a été domestiqué par des enculés de première qui ne s’embarrassent pas, eux, des morales qu’ils nous imposent, des lois qu’ils écrivent pour nous, des restrictions exclusives pour la plèbe dont nous faisons partie et des contraintes laborieuses dont on nous charge depuis le berceau sous peine d’exclusion sociale, de culpabilisation morale, de mise à l’index ou de vindicte populaire...

        .

        Voilà où nous en sommes réduits, du slogan il est interdit d’interdire de 68 à tout est interdit sauf de fermer sa gueule, (forcément nazie puisque non économiquement viable), de bosser (plus pour gagner moins), de payer (les dettes et les fiestas pour plus riche que soi), d’assumer (les conneries des autres qu sont plus riche que soi) et de crever (en silence de préférence) en 2017... Tout ça pour ça ! Picétou ! What The Fuck ???? Comme disent les chinois ...


      • vote
        maQiavel maQiavel 11 septembre 12:32

        Salut Gaston Lagaffe. 

        Ne crois tu pas cher ami, que le plus désolant dans tout ça, c’est qu’on soit constamment amené à rappeler ce qui devrait être, normalement, des évidences ? Du bon sens commun. Des choses que l’on croyait, naïvement, sans doute, acquises, alors qu’en fait c’est un combat permanent contre la connerie ambiante qui se fait de plus en plus abyssale.

         

        ------> Totalement d’accord.

        Pourquoi ? Parce que pour la première fois de son histoire connue et disons officielle, l’humanité se contemple pour la première fois dans sa globalité, dans l’immédiateté, que les frontières d’autrefois autant physiques que psychiques sont bouleversées et explosées, que l’on sait dans la seconde ce qu’il se passe à l’autre bout du monde sans avoir été "filtrés", entre guillemets, par les obligations biologiques et/ou intellectuelles pour réagir efficacement à des données trop nombreuses dans un temps donné pour pouvoir s’y adapter de façon sereine en conciliant et les besoins de survie immédiats et la nécessaire spéculation qui permet d’anticiper des solutions viables sur un court, moyen terme, qui permettent de survivre et de construire une existence sur des modèles contemporains qui tendent à aller vers ce qui nous est conseillé comme étant les meilleurs ?

        ------> Hypothèse intéressante. 


      • 1 vote
        Zatara Zatara 11 septembre 14:16

        @Gaston Lagaffe

        Ne crois tu pas cher ami, que le plus désolant dans tout ça, c’est qu’on soit constamment amené à rappeler ce qui devrait être, normalement, des évidences ?

        Du bon sens commun.

        Des choses que l’on croyait, naïvement, sans doute, acquises, alors qu’en fait c’est un combat permanent contre la connerie ambiante qui se fait de plus en plus abyssale.

        Salut Gaston,

        si tu permets, voici trois questions :

        1/ quelles sont ces évidences dont tu parles ?

        2/ de quand date t’elles ?

        3/ depuis quand en serait-on réduit à les rappeler sans cesse ?


      • vote
        Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 12 septembre 09:31

        @Zatara

        Salut Zatara.

        .

        1/ quelles sont ces évidences dont tu parles ?

        .

        Des évidences qui sont fidèles aux réel et ne le travestissent pas par excès de "com", de "novlangue", de tortillage de cul pour embrouiller les esprits et au final t’enculer sans vaseline. ça dépend des sujets bien évidemment, mais ce qui coulait de source autrefois pour la majorité des gens sains d’esprit, ne l’est plus tout à fait à force de vider les mots de leur substance et leur faire dire l’inverse de ce qu’ils signifient en réalité.

        .

        Autrefois, les mythos étaient connus comme tels, bannis des relations sociales, discrédités, aujourd’hui ils nous dirigent.

        .

        2/ de quand date t’elles ?

        .

        En gros depuis que le mensonge est devenu généralisé, depuis qu’on ne pend plus les spéculateurs, depuis qu’on laisse des psychopathes arriver au pouvoir pour décider de nos vies, c’est difficile à dater mais disons que ça s’est bien amplifié ces 20 dernières années, notamment en grande partie par la com des merdias, bon nombre de gens élevant leurs enfants avec, ils n’ont plus que ça comme bagage culturel. Et ça répond à la question 3.

        .

        3/ depuis quand en serait-on réduit à les rappeler sans cesse ?

        .

        Des jeunes générations qui naissent avec la com en boucle, rien que la com, et des techniques marketing proches des méthodes utilisées en PNL n’ont pas connu l’ancien monde, le nôtre, proche de la terre car la terre ne ment pas, mais sont baigné dans du virtuel à longueur de journée en plus d’avoir les yeux rivés sur leurs écrans portatifs, n’ont peut être plus les notions que nous avions pour rester plus ou moins dans le réel. Alors deviennent plus manipulables encore que nous par les sirènes de la com politique, commerciale, idéologique.

        .

        Avant l’avènement de l’omniprésence du politiquement correct, nous appelions un chat, un chat, aujourd’hui il faut se contorsionner de la bouche pour ne plus heurter les handicapés, les noirs, les arabes, les jaunes, les nains etc... Ceci n’étant qu’un exemple.

        .

        Mais dans le monde progressiste actuel plus rien ne semble être impossible à l’humain, quitte à jouer avec sa propre nature puisqu’on peut le faire techniquement, changer de sexe sur un coup de tête, déclarer qu’il n’existe ni homme ni femme mais que l’enfant choisi son sexe en fonction de ce qu’il ressent dans sa tête et si il préfère jouer avec des poupées plutôt que des bagnoles, c’est un exemple de l’époque qui aime nier des évidences naturelles, déjà et ça s’étend sur des sujets multiples afin d’embrouiller les esprits et finir de déraciner les individus, ça a commencé par l’éclatement de la cellule familiale pour en arriver à promouvoir l’individualisme à tout prix jusqu’à imposer aux majorités les déviances des minorités, ne serait ce que dans le cadre de la sexualité, mais c’est tellement vaste comme sujet qu’il me faudrait écrire trois bouquins là dessus, et non seulement je n’ai pas le temps ni l’envie, mais d’autres l’ont fait déjà bien avant moi.

        .

        J’espère avoir répondu à tes trois questions, ceci n’étant que mon humble avis et n’engage que moi...



      • 1 vote
        Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 12 septembre 09:44

        Pour rester dans le sujet de la video, c’est à peu près pareil, comme dit le cheminot, ce sont des gens qui ne connaissent pas les sujets traités qui prennent des décisions à la place des travailleurs par exemple. Quant on prend des décisions pour un corps de métier il serait mieux que ce soit quelqu’un qui connaisse le métier en théorie ET en pratique qu’il le fasse, pas un petit con de chez Rothschild qui ne connait de la vie que de péter dans la soie, affiche un mépris sans borne pour tout ce qui n’est pas de son monde, cf sa dernière sortie sur les cyniques, fainéants, etc...

        .

        Il y a la théorie et il y a la pratique, dans ce monde "moderne" la théorie remplace la pratique par des gens qui ne connaissent rien de la vie à part leurs petits privilèges, et ce sont eux qui fixent les prix du pain, des pâtes, des impôts, des contraintes sociales et économiques, les théoriciens dictent leurs lois aux praticiens, c’est pourquoi tout se casse la gueule dans tous les domaines, qu’on étouffe les pauvres afin qu’ils paient pour les riches, le bon sens est à l’envers, c’est pourquoi il y a des évidences qui se perdent. Il n’y a plus de morale, de confiance, puisque c’est le pognon et le profit immédiat qui prime et surtout les privilèges des psychopathes qui nous dirigent qui doivent non seulement être préservés, défendus, quitte à rogner au maximum les acquis sociaux pour lesquels des gens sont morts pour les obtenir mais en plus leurs privilèges doivent grossir encore puisque ce sont des assoiffés de pouvoir, et le pouvoir, c’est le pognon qui le leur donne, alors dans un sens, de leur point de vue, il est tout à fait logique qu’ils agissent comme ils le font, tant qu’on ne leur rappellera pas qu’ils sont touchables et mortels, il n’y a pas de raison qu’ils changent. Mais ça évidemment... Ce serait de l’appel au meurtre et c’est pas bien.. En plus ce n’est pas une affaire de personne mais de système. Alors continuons à les subir en manifestant de temps en temps dans la rue pour leur montrer que nous être pas contents, pas contents du tout, avant de retourner à la maison et subir le joug des riches...

        .

        C’est devenu notre réalité, hélas et ce sont toujours les mêmes qui crèvent en silence. 


      • vote
        Zatara Zatara 12 septembre 12:08

        @Gaston Lagaffe
        Salut Gaston,

        je vois bien ce dont tu parles mais, peut importe ton intention, tu ne m’a répondu en fait....

        Quelles évidences ?

        De quelle époque ?

        A quel moment nous les aurions perdu ?

        Pour mieux comprendre, je vais reprendre ta première réponse :

        Des évidences qui sont fidèles aux réel et ne le travestissent pas par excès de "com", de "novlangue", de tortillage de cul pour embrouiller les esprits et au final t’enculer sans vaseline.

        tu parles donc des nouvelles techniques de communication, mais ce n’est que la continuation du mensonge fondamental sur laquelle se base l’élite en fonction du paradigme de l’époque....

        ça dépend des sujets bien évidemment, mais ce qui coulait de source autrefois pour la majorité des gens sains d’esprit,

        ceux qui croyaient qu’il y a au moins 3 sorcières dans leur village ?

        ne l’est plus tout à fait à force de vider les mots de leur substance et leur faire dire l’inverse de ce qu’ils signifient en réalité.

        les mots sont des symboles, des concepts, ils ne définissent rien de tangible, il permette de partager l’idée, pas la nuance, ni le ressentis intime et encore moins la vérité.

        Autrefois, les mythos étaient connus comme tels, bannis des relations sociales, discrédités, aujourd’hui ils nous dirigent.

        autrefois, le dogme religieux était un unique référentiel du sens des choses, tout le contraire d’aujourd’hui.... Dans l’absolue, il faudrait une même spiritualité, ou une connexion empathique forte, ou se connaitre depuis longtemps, pour arriver à se comprendre à demi mot (comme on dit)

        De mon point de vue, ce n’est donc pas qu’il y a plus de menteurs, ou plus de mytho, c’est juste que le terrain leur est particulièrement favorable, là ou plus personne ne fait véritablement le ménage :

        http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/la-fabrique-des-imposteurs-49390


      • vote
        Zatara Zatara 12 septembre 12:12

        @Gaston Lagaffe
        ... mais il serait faux de penser que j’estime que c’était mieux avant, c’est juste un autre équilibre que je serais bien incapable de comparer (ou alors en tombant dans les clichés d’un moyen âge forcément horrible : https://it-it.facebook.com/bhuphusis/videos/1073473369454059/)


      • 1 vote
        Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 12 septembre 12:51

        @Zatara
        Cela dépend des domaines évidemment. Mais disons qu’avant notre éducation nous enseignait des principes de base pour vivre ensemble le mieux possible. Par exemple, le respect se perd, la politesse et la courtoisie aussi, avant cela coulait de source de se saluer et respecter un minimum de protocole, il y avait aussi le respect des hiérarchie et des aînés, ça a totalement disparu aujourd’hui, c’étaient des évidences car nos éducations se ressemblaient plus ou moins, aujourd’hui le melting pot résultant d’un autre tour de com, l’immigration est une chance pour la France, on se retrouve avec des cultures diverses et variées qui se communautarisent vitesse grand V plutôt que de se conformer à un seul protocole culturel. Les évidences d’hier, qui étaient les nôtres communément admises ne sont plus, s’ajoute à cela l’abrutissement des masses, le manque de repères concrets, la perspective d’un futur plus noir que le présent pour chambouler nos évidences humaines d’hier.

        .

        Il faudrait illustrer ces propos par des exemples concrets car il est impossible de faire des réponses courtes à ces 3 questions, quelles évidences, à quelle date, et depuis quand sommes nous soumis de devoir rappeler certaines évidences, mais en ce qui concerne le naturel ou la nature propre de l’humain, je pense que les gens qui considèrent qu’il n’y a pas de genre se gourent fondamentalement et n’ont pas l’obligation d’embrouiller les autres avec leurs propres névroses.

        .

        Le logiciel gauchiste comporte tellement de contradictions qu’il s’embourbe de lui même dans une impasse. Parce que les progressistes ont eu trop tendance à tordre le réel pour le conformer à leur vision du monde complètement faussée. Pour quelqu’un d’apolitique qui reste proche de la terre, un enraciné, le logiciel internationaliste est une hérésie, proche de la connerie pure. Pour un nomade c’est l’en raciné qui est débile, rustre, rance, nazi, réponse donc du mouton à la bergère.

        .

        Bref, les évidences qui faisaient qu’une civilisation puisse tenir debout, une civilisation plus ou moins homogène, ethniquement, culturellement, avec une même vision commune, n’existent plus, mais pourtant, la plupart des gens se plaint des causes qui produisent les mêmes effets, tout en voulant la sécurité, l’union nationale, vivre en paix, longtemps et le mieux possible. Mais certains prônent la destruction des valeurs passées, qui ont quand même duré des millénaires chez l’animal humain. Alors il faut savoir ce que l’on veut, si le réel est tellement chiant qu’il suffit de le nier pour prendre nos désirs pour des réalités, pourquoi pas, mais attention car plus rude sera la chute. Ensuite mon modèle social, mais je ne suis qu’un vieux réac obsolète de l’ancien monde, n’est pas celui vers lequel on tend, tous mélangés, uniformisés, pacifiés, customisés, domestiqués, canalisés, lobotomisés, éradiqués, cleanifiés tout ce qu’on veut. Mais c’est parce que j’appartiens à ces générations à cheval entre deux mondes, l’analogique et le numérique, l’ancien et le nouveau, le rance du trance.

        .

        Je ne suis pas certain de bien me faire comprendre du coup... J’ai la grippe, pas l’esprit clair, pas au mieux de ma forme pour philosopher aujourd’hui ...lol 


      • 1 vote
        yoananda yoananda 12 septembre 12:54

        @Zatara
        "Dans l’absolue, il faudrait une même spiritualité, ou une connexion empathique forte, ou se connaitre depuis longtemps, pour arriver à se comprendre à demi mot (comme on dit)"

        On est cognitivement limités à 150 amis environs (nombre de Dunbar). Au delà il n’y a plus de connexion "forte".

        Et encore : si on entends par connexion forte le fait de connaître quelque ET les gens qu’il connaît lui même (c’est à dire de vraiment le connaître), c’est limité à 12 personnes.

        (en fait de 150, c’est 12², soit 144)

        150 tu peux les connaître eux, mais pas "fortement", tu ne peux pas avoir quelle personne compte le plus pour eux, la le cerveau décroche.

        En gros (je ne suis pas sûr de savoir exactement sur quel type d’info le cerveau se fixe à propos d’un amis, donc j’ai schématisé).


      • 1 vote
        Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 12 septembre 13:12

        @Zatara
        exemple concret, court, concis, l’article de Pegase sur l’upr qui répond à alexandre astier, titre un peu trompeur mais le mec de l’upr qui doit faire une vidéo pour démontrer les sophismes utilisés par les journalopes qui font semblant de ne pas vouloir comprendre ce que dit asselineau pour défendre leurs employeurs par exemple, là c’est un bon exemple de rappel des évidences par le mec de l’upr qui remet les choses à leur place et dans le contextes, ce que je voulais surtout dire avec mon premier message à Maq, c’est ça en fait, de replacer les mots, les phrases, les propos dans leur contexte bien compris pour faire face aux gens qui détournent le sens premier des propos de quelqu’un pour leur faire dire soit l’inverse soit un sens délirant afin de discréditer quelqu’un.

        .

        Car si il y a bien un truc qui se généralise aujourd’hui, c’est de comprendre ce que l’on veut bien comprendre selon la tête du client, si quelqu’un fait de l’humour sur facebook et qu’on ne l’aime pas pour x raisons, jamais on admettra qu’il a fait de l’humour et on pourrait presque le faire condamner par les tribunaux pour incitation à la haine par exemple alors que l’intention première était de faire un trait d’humour, c’est cela que je décris comme rappeler les évidences, ce n’est peut être pas récent puisque ça fait sans doute partie de la nature humaine comme phénomène, mais dans ces proportions actuelles, c’est inédit.


      • vote
        Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 12 septembre 13:15

        @yoananda
        perso des vrais amis, je les compte sur les doigts d’une main amputée du majeur et de l’index smiley

        Mais je ne suis pas un exemple flagrant d’amour social non plus.


      • vote
        Zatara Zatara 13 septembre 00:24

        @Gaston Lagaffe

        perso des vrais amis, je les compte sur les doigts d’une main amputée du majeur et de l’index

        Mais je ne suis pas un exemple flagrant d’amour social non plus.

        Je vais te dire, si tu crois avoir 10 ou 20 vrais amis, c’est que tu es un abruti....


      • 1 vote
        gaijin gaijin 10 septembre 18:55

        le monde d’hier c’est le monde du mec qui dit " ben non je vais rester sur le sujet que je connais "
        il a rien compris le mec ......
        le monde de demain ( mais déjà largement aujourd’hui ) c’est le journaliste qui lui dit ben non mon gars t’est largement aussi capable que nous de dire n’importe quoi "

        " la france était au bord du gouffre elle a fait un pas en avant ..."
        évangile selon saint michel ( colucci )



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès