• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Éric Guéguen

Éric Guéguen

Le monde actuel en 20 penseurs :
 
Platon - Aristote - Lucrèce - Farabi - La Boétie - Montaigne - Spinoza - Rousseau - Hegel - Tocqueville - Nietzsche - Ortega y Gasset - Polanyi - Strauss - Arendt - Vœgelin - Villey - Dumont - MacIntyre - Lasch
--------------------------------
 
« Le citoyen typique, dès qu’il se mêle de politique, régresse à un niveau inférieur de rendement mental. Il discute et analyse les faits avec une naïveté qu’il qualifierait sans hésiter de puérile si une dialectique analogue lui était opposée dans la sphère de ses intérêts réels. Il redevient un primitif. Sa pensée devient associative et affective. »
(Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, Quatrième partie, XXI, 3 (p.346)).
 
Contact : chl91@hotmail.fr
Le Miroir des Peuples, éditions Perspectives Libres, 2015

Tableau de bord

  • Premier article le 05/12/2012
  • Modérateur depuis le 28/02/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 43 5286 2273
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 143 142 1
1 mois 1 1 0
5 jours 1 1 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • vote
    Éric Guéguen Éric Guéguen 1er juillet 10:54

    @Gollum
     
    Ok, je comprends mieux, merci.
    J’admets qu’il y a certainement du vrai dans ce que vous soulignez. Le réalisme d’Aristote m’est cher. Ça le place lui-même à mi-chemin entre Platon et Machiavel. Mais quand on s’occupe de politique, même quand on s’appelle Spinoza, Aristote demeure LA référence, LE philosophe. Précisément parce que le politique est LA condition matérielle d’une vie intérieure. Il y a une dialectique entre philosophie et politique, qu’Aristote prend, selon moi, mieux en compte que son maître.
     
    Mon dernier achat à ce sujet, en date d’hier :
    https://www.classiques-garnier.com/editions/index.php?option=com_virtuemart&page=shop.product_details&flypage=flypage_garnier.tpl&product_id=2826&vmcchk=1&Itemid=1

    Sur ce, bon week-end !



  • 1 vote
    Éric Guéguen Éric Guéguen 30 juin 17:22

    @Gollum
     
    Je répondrai qu’Aristote ne perd pas de vue que la politique précède la théorétique, autrement dit que la vie grégaire est la condition de la communication et de la réalisation de soi. Pour avoir l’ambition de sortir de la caverne, par définition, il faut d’abord apprendre à y vivre.
     
    Aristote n’est pas, à ma connaissance, favorable à l’exclusion des contraires, mais davantage à leur complémentarité. C’est tout le sens donné à la médiété.



  • 2 votes
    Éric Guéguen Éric Guéguen 29 juin 11:57

    @ged252
     
    Demandez-vous plutôt quels sont les errements des USA, et ensuite demandez-vous de quoi ils découlent. Et d’une.

    Et de deux, cessez ce ton méprisant avec moi car je ne reviens pas ici pour m’emmerder avec des bigots attardés. Les abrutis sur Agoravox sont légion, et j’ai donné, merci bien.
     
    J’ai dit et je répète que la France DEVAIT TOUT SON ARSENAL IDÉOLOGIQUE AU CHRISTIANISME. Ce qui inclut le meilleur... ET le pire. Le fait que je fasse état du pire ne signifie pas que je récuse le meilleur. En revanche, j’ai bien l’impression que vous êtes dans l’incapacité idéologique (pléonasme) d’admettre que le christianisme ait pu se scléroser et creuser sa propre tombe.

    ... Et si c’est pour me répondre que je ne suis qu’un sale franc-mac, restons-en là, j’ai mieux à faire.



  • vote
    Éric Guéguen Éric Guéguen 29 juin 11:33

    @maQiavel
     
    Je vais aller vérifier dans la traduction des Belles Lettres.



  • vote
    Éric Guéguen Éric Guéguen 29 juin 11:32

    @ged252
     
    Personne n’a prétendu le contraire. On critique les errements du christianisme, vous venez nous dire "Ouais, la République des francs-macs, c’est pire !"
     
    C’est un peu comme si j’étais venu parler de la peste et que vous rétorquiez "et le choléras, c’est une partie de plaisir" ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)