Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

Éric Guéguen

Éric Guéguen

Le monde actuel en 20 penseurs :

Platon - Aristote - Lucrèce - Farabi - La Boétie - Montaigne - Spinoza - Rousseau - Hegel - Tocqueville - Nietzsche - Ortega y Gasset - Orwell - Polanyi - Strauss - Arendt - Villey - Dumont - MacIntyre - Lasch
--------------------------------

« Le citoyen typique, dès qu’il se mêle de politique, régresse à un niveau inférieur de rendement mental. Il discute et analyse les faits avec une naïveté qu’il qualifierait sans hésiter de puérile si une dialectique analogue lui était opposée dans la sphère de ses intérêts réels. Il redevient un primitif. Sa pensée devient associative et affective. »

(Joseph Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, Quatrième partie, XXI, 3 (p.346)).

Tableau de bord

  • Premier article le 05/12/2012
  • Modérateur depuis le 28/02/2013
Rédaction Depuis Articles publiés Réactions postées Réactions reçues
L'inscription 33 3285 1767
1 mois 3 305 118
5 jours 0 6 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 42 42 0
1 mois 2 2 0
5 jours 0 0 0












Derniers commentaires


  • 3 votes
    Par Éric Guéguen (---.---.---.145) 29 septembre 17:55
    Éric Guéguen

    La partition bretonne est à peu près le seul truc (avec la Fête du Travail) que l’on a gardé de Pétain.

  • 3 votes
    Par Éric Guéguen (---.---.---.64) 25 septembre 21:03
    Éric Guéguen

    @ Elisa :
     
    Merci pour ces réponses très claires.
    Je vais malheureusement devoir être fort concis à cette heure, n’y voyez pas une dérobade. Je dirais qu’à mes yeux les droits de l’homme ne sont pas naturels au vrai sens du terme, mais qu’ils tendent à le laisser entendre, par commodité, sachant pertinemment, eux aussi, que ce qui peut se targuer du label "naturel" a plus de chances de s’imposer... fût-ce à coups de missiles air-sol en Irak, an Syrie ou en Afghanistan. Donc pour moi, les droits de l’homme auront beau se présenter à tous les peuples comme un cadeau, ils resteront toujours un parchemin fondamentalement occidental, l’alibi d’un impérialisme moderne qui refuse de dire son nom (en Russie, en Chine ou en terre d’islam notamment, lorsque l’on conspue ces pays eu égard aux droits de l’homme bafoués et que des représailles s’ensuivent).
     
    Et pour ce qui est du naturel, je pense pour ma part - en définissant la nature comme ce qui rend l’homme contingent, terrible humiliation - qu’elle impose un certain nombre de choses, biologiques en particulier, qui sont pour nous autant de contraintes viagères. Du point de vue métaphysique à présent, j’aime assez l’image de l’homme en tant qu’animal particulier, claquemuré entre deux limites. Une limite basse qui est celle du simple instinct, comme tout autre animal, et une limite haute qui est celle d’une liberté liberticide, d’actions véritablement contre-nature mettant en danger la pérennité de l’espèce du fait d’un libre arbitre imaginé à tort sans la moindre entrave.
     
    Bonne soirée, et merci pour cet échange.
    EG

  • vote
    Par Éric Guéguen (---.---.---.145) 25 septembre 17:58
    Éric Guéguen

    Vous avez raison, l’emploi du mot "immuable" est ambigu car d’un côté j’ai l’air de me référer à quelque chose d’éternel dans le temps et de l’autre je déplore le mouvement constant dans l’espace.
    Ce que je veux dire par là, et pour prendre un exemple, c’est que notre époque ne verrait pas d’un mauvais œil l’emploi de la science pour faire en sorte qu’advienne la possibilité pour les hommes de tomber enceints. Le "contre-nature" a vocation à ne plus rien vouloir dire. C’est le déterminisme qui est visé, tout ce qui peut ressembler à une "loi" qui n’aurait pas été élaborée dans et par le cerveau humain.

  • vote
    Par Éric Guéguen (---.---.---.145) 25 septembre 15:38
    Éric Guéguen

    Ce que je veux dire par là, Mach’, et la grande nouveauté sous nos latitudes, c’est que l’immuable n’existe plus. L’"ordre" que vous énoncez n’est là que pour renforcer, non pas de l’immuable, mais le goût du jour. Quand les organes de l’"ordre" dont vous faites état passent à l’action, ce n’est pas au nom d’un immuable, mais afin de pérenniser au contraire le mouvement perpétuel, une inconstance qui, en outre, lorsqu’elle devient tyrannique est bien plus difficile à combattre que la fixité. Mais de chastes âmes viendront vous dire que ce qui ne tient pas en place est, "par nature", exempt de toute tyrannie...

  • vote
    Par Éric Guéguen (---.---.---.145) 25 septembre 15:07
    Éric Guéguen

    Gaspard, j’ai l’impression de me relire en vous lisant...
     
    Mach’, il n’y a pas d’ordre "humaniste". L’"humaniste" moderne est précisément allergique à toute idée d’ordre : chacun fait ce qu’il lui plaît. Demain vous désirerez que soit mentionné sur votre fiche quotidienne de référence (ou FQR, on ne dira plus carte d’identité, c’est trop réducteur et dangereux) que vous êtes une cucurbitacée ? Vous serez exaucé en tant que le mieux placé pour savoir ce que vous êtes instantanément. Fi de l’ordre naturel ! Le bon sens est fasciste.