• jeudi 17 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Contact
Agoravox TV

attiger 

  verbe abuser, charrier, exagérer  (vieilli) plaisanter, pousser 

tableau de bord
  • Premier article le 03/08/2011
  • Modérateur depuis le 18/08/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Réactions postées Réactions reçues
L'inscription 9 1750 602
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
moderation Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 275 142 133
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Vidéos de cet auteur Faire un don
Derniers commentaires Faire un don
  • 3 votes
    par Latigeur (xxx.xxx.2.23) 4 mars 21:58
    Latigeur

    Oursquipense, R. Senac dit que la même idée (entre autres) court et se répète chez les opposants à tout progrès dans l’égalité de droit entre les hommes et les femmes depuis que ces dernières revendiquent sur ce point

     Les opposant préviennent : ne changeons rien à nos façon d’être, à nos façons de voir, aux rapport hommes-femmes, sinon nous ne distinguerons plus un sexe de l’autre, nous irons vers l’indifférenciation sexuelle et nous serons les mêmes donc incapables de nous reproduire. 

    Le concept de genre n’est pas lié à une époque, il n’en est pas moins pertinent pour décrire des stéréotypes comme ceux qu’a brillamment illustré nos brave sénateur A. Bérard.


  • 3 votes
    par Latigeur (xxx.xxx.2.23) 4 mars 16:21
    Latigeur
    Merci à Oursquipense d’avoir publié cette vidéo, elle a le mérite d’agir comme un révélateur du milieu ambiant et je trouve assez amusant qu’il souligne : 

    " on dit juste que les contradicteurs sont bêtes."

     la plupart des commentaires sur cette vidéo illustrent cette thèse de manière répétitive 
    Pas ou peu de réponses sur le fond, mais une litanie de supputation sur la voix, le débit, le physique, la sexualité ou la santé mentale de cette personne. 


    "- à 6’33" un glissement étrange de l’égalité à la mêmeté."

    Il ne vous aura pas échappé, Oursquipense que R Senac attribue cette tendance aux opposants de l’égalité homme femme, 

    ainsi ce député qui considérait qu’accorder le droit de vote aux femmes, c’était mettre en cause leur féminité même, (l’idée qu’il s’en faisait) :

    « Les mains des femmes sont-elles bien faites pour le pugilat de l’arène publique ? Plus que pour manier le bulletin de vote, les mains de femmes sont faites pour être baisées, baisées dévotement quand ce sont celles des mères, amoureusement quand ce sont celles des femmes et des fiancées : ... Séduire et être mère, c’est pour cela qu’est faite la femme ».

    Alexandre Bérard.

    Rapport du Sénateur sur plusieurs propositions de loi tendant à accorder aux femmes l’électorat et l’éligibilité.

    (Rapport n ° 561, annexé au procès-verbal de la séance du Sénat du 3 octobre 1919).

    A prés d’un siècle de distance, les mentalités n’ont guère changées.

  • vote
    par Latigeur (xxx.xxx.2.23) 27 février 22:51
    Latigeur

    Je voulais surtout dire que nos enfants ont besoin d’éducation dans tous les domaines et que prétendre les laisser sans information sur la sexualité et les formes diverses qu’elle peut prendre ne me semble pas une bonne chose. Rien ne se fait vraiment naturellement chez l’être humain et la sexualité n’échappe pas à la règle.

    Ne rien dire de la sexualité à un enfant c’est encore dire quelque chose et ne doutez pas qu’il se construira une opinion au travers des regards, des gestes, de l’intonation des paroles que les adultes de son entourage échangent et je ne parle pas de la télévision, des pubs, des histoire qu’on se raconte entre copains-copines, ou de ce qu’il finira bien un jour par dénicher sur le net.

    A moins de lui coller un bandeau sur les yeux et de lui boucher les oreilles, vous n’empêcherez pas un enfant d’être curieux, alors autant lui parler et lui dire ce qui existe, ce qui est permis et ce qui est interdit, ce qui apporte de la joie et ce qui est dangereux.

    Et pour être concret, lui expliquer que si une majorité d’adultes sont hétérosexuels, il en existe d’autres qui sont homosexuels, car que cela plaise ou non à M Sigaud, ils existent et ne sont plus obligés de se cacher, de même expliquer que la masturbation n’a jamais tué personne et est un comportement fort répandu ne me choque pas.

    Dans tous les cas, il ne s’agit pas d’inciter l’enfant à adopter tel ou tel comportement mais de dire ce qui est et à l’école ce que la république reconnaît comme relevant du libre arbitre de chacun.

    Au sein des familles, rien n’interdit aux parents d’apprendre à leur enfants que leur religion condamne l’homosexualité et désapprouve la masturbation, le port du préservatif ou l’avortement.

  • vote
    par Latigeur (xxx.xxx.2.23) 27 février 16:07
    Latigeur
    Je suis pour ma part persuadé que Rabelais se sert de ces personnages extravagants pour nous livrer sa vision du monde.

    Ces géants ne sont pas des individus, Rabelais en fait modèles ou s’intègrent toutes ses aspirations.

     et il y a bien d’autres exemples dans l’histoire de la littérature ou de l’art qui montrent que les êtres humains se sont toujours intéressés à leur sexualité, ils l’ont décrite , l’ont montrée parfois de manière allusive parfois dans ses aspects les plus crus.

    Bref le rapport Kinsey n’est pas la source unique de ce que Mme Sigaud décrit comme une catastrophe morale.

    "Il me semble - comme à la plupart des gens d’ailleurs - qu’un adulte n’a pas à interférer avec développement de l’enfant vers sa maturité sexuelle et que celui-ci se fera naturellement si on ne s’en mêle pas, et que nous n’avons pas à construire ni à orienter sa sexualité. "

    Allons, allons, Gaspard, les adultes ont le devoir d’éduquer les enfants, les petits d’hommes ont bien sur un héritage génétique mais de toutes les espèces vivantes, ce sont eux qui ont le plus besoin d’apprendre la vie dans tous ses aspects.

    C’est ce que nous pouvons appeler la culture avec ses stéréotypes, ses a-priori qui s’appliquent aussi bien au manière de parler, de se nourrir, de travailler que d’aimer.
    Et je pense qu’ils sont nécessaires et qu’il y aura toujours des interdits, la pédophilie en est un comme l’inceste, j’ajouterais le viol et les mutilations sexuelles mais pas l’homosexualité.

    Que l’on soit chrétien, musulman, bouddhiste , juif ou athée, nos enfants subissent notre influence et ce dans tous les domaines, ça ne veux d’ailleurs pas dire qu’ils vont adhérer aux orientations que nous leur proposons et pour le miens, je leur dis bien sur ce que je pense mais je leur fais confiance pour trouver, au fil du temps et ailleurs de quoi relativiser ou contrer ou approuver la parole ou l’exemple maternel ou paternel.

    Et bien sur, il ne s’agit pas de tout dire aux enfants, de tout leur montrer, de tout leur permettre mais entre tabou absolu et absence totale de pudeur, il me semble qu’il faut trouver au sein des familles comme à l’école un juste milieu. 




  • 5 votes
    par Latigeur (xxx.xxx.2.23) 27 février 14:46
    Latigeur

    Concernant le PNB et son caractère factice pour mesurer l’activité économique d’un pays, il faut bien sur dire qu’Asselineau a parfaitement raison.


    Les pays qui empruntent et augmentent ainsi leur consommation intérieure et leur capacité à importer des produits fabriqués à bas coût font augmenter leur PNB, sauf que cette croissance ne reflète qu’une activité commerciale et ne crée aucune richesse, bien au contraire.

    Le pays s’endette dans l’euphorie de la consommation jusqu’au jour où le poids de la dette devient un obstacle aux développement.

    C’est toute l’histoire de la Grèce et c’est ce qui menace l’avenir de la France


Les thèmes de l'auteur

Chine Economie Humour International Iran Islam Israël Journalisme PS Alain Soral BHL Jean-Marc Ayrault Libye Martine Aubry Syrie Violence Politique Religions Témoignage

Réclame
Vidéos les plus vues
Réclame

Facebook Facebook  Friendfeed Friendfeed  RSS RSS  Twitter Twitter 


Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site optimisé pour le navigateur Firefox. Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération