Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS

Peretz

Spécialiste des systèmes d’information. Connaissances en économie politique. Auteur d’une nouvelle constitution représentative.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 3 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires



  • 1 vote
    Peretz (---.---.---.11) 5 avril 2013 17:34

    Quand vous lirez la loi du 13 janvier 1973, abrogée en France mais reprise dans tous les traités européens depuis celui de Rome, vous aurez commencé à comprendre. Pour la suite de la démonstration logique que tout vient de là, vous pouvez lire : " En finir avec les crises et le chômage " . Édité en numérique chez : Edilivre.com. Moralité, il faut sortir de l’U.E telle qu’elle existe actuellement. Le plus tôt sera le mieux, car ça commence à craquer. Il vaut mieux prendre les devants.


  • vote
    Peretz (---.---.---.11) 6 octobre 2012 16:54

    Tant qu’on n’aura pas défini ce que spéculation veut dire on ne sortira pas des vociférations ! Il y a à mon humble avis une bonne et une mauvaise spéculation. Quand Perrette a son pot au lait sur la tête, elle spécule pour vendre sa production au marché ensuite investir en achetant des cochons, etc...Elle prend le risque d’y aller en soulier plats. D’où sa faillite en tombant. La mauvaise spéculation est celle qui est prédatrice par le volume de l’investissement qui n’a donc pas le temps de prendre des précautions sur les conséquences de cette action. Il faudrait donc dire à Paul Jorion qu’il devrait reformuler sa proposition, qui telle quelle n’a aucun sens : il faut interdire la grande spéculation ou la spéculation prédatrice. On pourrait dire aussi interdire la Bourse comme l’a dit J.Lordon qui est le centre de la spéculation internationale, et qui ne sert plus à grand chose de positif car il n’y a plus des augmentations de capital qui la justifiait auparavant.(www.citoyenreferent.fr)


  • vote
    Peretz (---.---.---.11) 22 septembre 2012 14:50

    D’accord pour la première sentence. L’élection du président de la république au suffrage universel direct est une aberration gaullienne. D’autant plus qu’on lui donne des pouvoirs autres que l’arbitrage. Quant au référendum, il devrait au contraire être plus facilement utilisé par le peuple. Mais il fait peur aux élus car il est plus légitime que leur élection. www.citoyenreferent.fr

Les thèmes de l'auteur






Palmarès