• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Décidons de 15 mesures d’urgence

Décidons de 15 mesures d’urgence

Le collectif Roosevelt 2012 est constitué de citoyens et citoyennes comme Susan George, Stéphane Hessel, Edgard Morin. Il s'inspire des actions menées par Roosevelt pour sortir de la crise de 29.

 

Son objectif est d'alerter les pouvoirs publics avec une massive mobilisation sur l’extrême gravité de la situation économique et sociale en France.

 

Pour changer la donne et diviser par deux le chômage, le collectif appelle le Président Hollande à prendre 15 mesures d'urgence.

 

 

Présentation du site "Roosevelt 2012"

 

« Chacun de nous peut changer le monde. Même s’il n’a aucun pouvoir, même s’il n’a pas la moindre importance, chacun de nous peut changer le monde » écrivait Václav Havel quelques semaines après la chute du Mur de Berlin.

 

En 1989, ce sont des femmes et des hommes "sans la moindre importance" qui ont changé le cours de l’Histoire. Vingt ans plus tard, le système néolibéral s’effondre à son tour. C’est à nous, les citoyens, de dire dans quelle société nous voulons vivre. Société d’injustice et de chaos ou société d’équilibre et de convivialité ? A nous de choisir. A nous d’agir.

 

Prenons en mains notre destinée !

 

Pour découvrir les 15 mesures d’urgence dans le domaine économique, social et financier et pour soutenir le mouvement, cliquez ici.

 

Tags : Economie Politique Chômage Citoyenneté




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • 4 votes
    spartacus 24 mai 2012 15:12

    par contre ne pas tout faire comme Roosevelt, il est celui qui a spolié par la force tout l’or de chauque foyer américain, et leur a interdit de posséder de l’or et ceci a duré jusqu’en 1975 !!


    • 4 votes
      coincoin 24 mai 2012 17:18

      Ca il ne le dit pas le gentil collectif. Le même gentil collectif a l’impression qu’il y a des mesures miracles et simples à mettre en place, on dirait des lycéens de la LCR. 


    • 2 votes
      Schweizer.ch 24 mai 2012 18:14

      "...on dirait des lycéens de la LCR."

      A ceci près, que les trois leaders totalisent deux cent soixante-quatre piges smiley


    • 3 votes
      rastapopulo rastapopulo 24 mai 2012 20:45

      C’est effectivement un des seuls reproches à faire à l’encontre de celui qui sauvera les USA de l’autoritarisme et de la famine dans lesquel sombrait l’Europe avec le soutien des Ford, Morgan et Lindeberg (qui auraient certainement pleuré à l’idée que les USA tourne pareil évidement !)... Et encore, Roosevelt arrive après 3 ans de détérioration et va tout simplement redonner confiance au peuple amaréicain au point que le général Butler dénoncera un coup d’état fasciste en 35.

      Donc voilà, niveau abstraction, la haine ou même le relativisme contre Roosevelt, c’est le summum. Et je vois pas ce que vient faire la LCR dans des bank run stoppé par un tenant de l’économie mix anti-finance folle à la base de nos 30 glorieuses sans dette publique (GlassSteagall, crédit publique et rattrapage industriel planifié pour les incultes).


    • vote
      rastapopulo rastapopulo 27 mai 2012 13:40

      J’aurais élever le débat en rappelant les USA n’avait pas de réserves d’or et sombrait totalement avant le Gold Act. C’est d’ailleurs la raison de la création de la FED qui n’est pas machiavélique dans son origine puisqu’en pleine crise (déjà à l’époque !) les banquiers mettaient leur or en garantie (même si les abus sont devenu visible en 29). C’est aussi pour ça que For Knox n’est pas expertisé. Des lingots de qualité moyenne venant des pièces ne donne pas pas l’image de force qu’à aujourd’hui les USA.


    • 5 votes
      Uru-anna Uru-anna 24 mai 2012 15:42

      Bon, ben ça va dans le bon sens tout ça !

      Je remets le liens de l’appel : http://www.roosevelt2012.fr/


      • 6 votes
        coincoin 24 mai 2012 17:16

        Encore un ramassis de conneries. J’ai arrêté au moment où j’ai entendu le nom du social traitre "Michel Rocard".


        • 6 votes
          rosa luxemburg 24 mai 2012 20:30

          Encore un collectif pour rien ,prendre l’argent de l’epargne qui est déjà partie en fumée plutôt que faire un glass-steagall global ,une mise en redressement judiciaire des banques ,fermer wall street ,la city ,le fmi l’otan et bruxelles. Emettre du credit productif public par des banques nationales dans chaque pays pour des grands travaux avec une medecine pour tous même pour les Africains ne semble pas inspirer Suzanne George puisque elle a déclaré ,dans l’émission de Taddeï vouloir sauver son frique des financiers.Quant àHessel qui soutient mordicus DSK Le barbare qui a fait mourir de faim des milliers de gens par sa politique de speculation alimentaire..Et Rocard qui travaille pour des banques londonniennes ,il ne veut pas que le système soit changé intégralement comme le preconise JACQUES CHEMINADE qu’il connait trés bien,mais juste un peu arrangé.Ce collectif ne comprend pas que le système n’est pas sauvable ni ne peut être arrangé par des mesurettes. Tout ça c’est un peu enfantin un peu comme les gauchistes extremes qui ne parlent que des patrons et qui ne comprennent pas quand on parle des banques et de la finance.Les produits dérivés ou la vie c’est simple comme bonjour Hollande au contraire se fait l’allié des banquiers et certains syndicats refusent de faire des gréves pour ne pas déranger le gouvernement.Mais pourquoi avez vous tous voté utile au premier tour ?


          • 1 vote
            rastapopulo rastapopulo 24 mai 2012 20:55

            Je trouve salutaire de briser ce tabou de gauche comme de droite (bref anglosaxon) sur Roosevelt. Je trouve aussi que le vote utile est logique. Ce serait plus constructif de militer pour les législatives plutôt que de ruminer face à des jeux couru d’avance. 


          • 2 votes
            rosa luxemburg 24 mai 2012 22:24

            Et bien tu n’y es pas du tout ,tu n’as pas compris que l’oligarchje sort ses pions en pronant un roosevelt minimaliste pour contrer le programme de Cheminade qui lui est bien plus direct et il est juste de rappeler aux gens où est la droiture.Il est plus que temps de passer à une sociétè intelligente plutôt que maligne. Nous ne sommes pas sur terre pour repeter sans arrêt les mêmes erreurs avec les mêmes predateurs .nous sommes enfin de cycle de civilisation ,même la chine car nous sommes là pour faire de la science ,pas la gay pride,.Quant aux elections j’ai fait toute la campagne de Jacques et je me presente aux legislatives ,je sais bien que je ne serais pas élue car je suis dans l’antre de la bête mais cela m’amuse follement de titiller les traders de la city surtout que j’aime beaucoup les IRLANDAIS et que L’ISLANDE est tout son contraire c’est un endroit idéal pour faire campagne.Je crois que d’avoir du discernement et de guider les gens vers le bien et le juste sans flagorneries doit être le futur pour ne pas retomber dans la barbarie


          • 1 vote
            rosa luxemburg 25 mai 2012 00:06

            ROOSEVELT n’a fait qu’une partie du travail il n’a pas complétement anéantis les banquiers de la reserve féférale comme lui en donnait le droit à travers la constitution et l’europe n’est pas partie sur la même lancée il n’y avait pas eu de glass-steagall à l’échelle globale ni de bretton woods pour fixer une parité entre monnaies. De plus aujourd’hui nous n’avons pas besoin d’avoir de l’or en reserve il suffit de fixer un prix et de le contrôler à travers des banques centrales nationales dans chaque pays sous l’egide des peuples c’est aussi simple que cela mais il faut d’abord mettre le système en redressement judiciaire en regardant les bonnes dettes des mauvaises interdire les produits dérivés ,la speculation alimentaire en fixant un prix sur le blé qui d’ailleurs jusqu’en1998 DSK l’ayant libéralisé était fixé par l’état et interdire les cotations en continue.Il va de soit qu’il faut aussi fermer les banques d’affaires en faillite comme BNP PARIBAS ou goldman Sacks etc...Et bien sûr les grandes entreprises predatrices doivent être visité d’ailleurs le F B I corrompu a commencé a enquêté chez JPMORGAN la banque de Rockefeller qui specule à mort sur les denrées alimentaires mondiales avec le crédit agricole et glencore.


          • vote
            rastapopulo rastapopulo 27 mai 2012 13:47

            Le mot que je cherchais est "inévitable" pour le vote utile. Par contre, je ne pense pas que c’est le cas pour le futur (si vous vous donniez la peine d’expliquer l’arrivé des centrales à thorium au lieu de rester dans des termes vagues qui essayent de susciter des émotions vertueuses).


          • 1 vote
            papone papone 25 mai 2012 13:48

          • vote
            gazatouslesetages 25 mai 2012 15:15

            facile de gonfler le PIB artificiellement avec des dépenses publiques.

            maintenant, avec une autre échelle, ça donne ça :
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:PIB_1929-1939.gif
            .
            c’est moins folichon.

            et si on regarde une autre donnée importante :

            Taux de chômage moyen
            in 1929 : 3.2% en 1929 : 3,2%
            in 1930 : 8.9% en 1930 : 8,9%
            in 1931 : 16.3% en 1931 : 16,3%
            in 1932 : 24.1% en 1932 : 24,1%
            in 1933 : 24.9% en 1933 : 24,9%
            in 1934 : 21.7% en 1934 : 21,7%
            in 1935 : 20.1% en 1935 : 20,1%
            in 1936 : 16.9% en 1936 : 16,9%
            in 1937 : 14.3% en 1937 : 14,3%
            in 1938 : 19.0% en 1938 : 19,0%
            in 1939 : 17.2% 3 en 1939 : 17,2% 3


            on ne peut pas dire que ça a été une réussite..


          • 1 vote
            papone papone 25 mai 2012 16:46

            Je n’ai pas les mêmes chiffres pour le chômage. D’après ce que j’ai pu trouver (

            USA : La Grande Crise, un phénomène d’équilibre - HEC), c’est plutôt :
            1939 : 3,2
            1930 : 8,8
            1931 : 15,7
            1932 : 22,7
            1933 : 20,7
            1934 : 16,1
            1935 : 14,3
            1936 : 10,0
            1937 : 9,2
            1938 : 12,5
            1939 : 11,3
            1940 : 9,5
            1941 : 6,0
            1942 : 3,1
            1943 : 1,8

            Les dépenses d’armement sont arrivées après le retournement. Mais la logique est à peu près la même qu’il s’agisse d’infrastructures ou d’armements : la situation se redresse dés lors qu’on sort du cercle vicieux rigueur-récession.
            La rigueur est défendue par idéologie et parce qu’elle permet la destruction tant souhaitée par certains milieux de l’état providence ainsi que la privatisation forcée des actifs publics.

            Ce qui rend la situation particulièrement compliquée aujourd’hui, c’est que les contraintes en matières de ressources et d’environnement (sans compter les aspirations à la justice), vont à l’encontre de l’idée d’une simple relance de la consommation et de la production.
            Il faut inventer une solution nouvelle, pas simplement chercher à ranimer le cadavre. Mais les pistes ne manquent pas.

          • vote
            gazatouslesetages 25 mai 2012 17:29

            c’est sûr qu’on peut se mettre à corriger tous les chiffres officiels qu’on veut et se prendre la tête sur des définitions. ce document HEC est pour le moins complètement nébuleux...
            .
            sur le mythe des dépenses qui créeraient de la croissance, ce n’est qu’une théorie sans aucune base vérifiée.
            .
            on le voit aujourd’hui, la dépense publique explose depuis 40 ans, les US dépensent et impriment de la monnaie, tout ça pour aller droit dans le mur..

            petite lecture :
            http://economie-analyses-actualites-opinions.over-blog.com/article-keynesianisme-et-liberalisme-comparaison-101774167.html


          • 2 votes
            papone papone 25 mai 2012 18:38

            Chiffres officiels, c’est à dire ? Quelle source ? Le document en donne 2 qui sont cohérentes entre elles et HEC ça n’est pas un repères de gauchistes.


            Tu es favorable à la rigueur, au démontage du droit du travail, au libre échange total... si tu veux. Peut-être qu’il faudrait que les 1% les plus riches possèdent 90% des richesses pour que tu remettes en question cette logique.

            En attendant, ne parlons pas trop de "science économique", ça n’existe pas. Il y a bien des modèles mais le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils ne sont pas à la hauteur.

            L’économie n’existe pas décorrélée de la politique et des rapports de force sociaux.
            Les beaux rouages parfaitement huilées d’une économie totalement libre, ce n’est qu’un mythe répandu par une classe qui cherche à détruire tout les freins à son enrichissement déjà démesuré. Que eux y croient un peu parce que ça les arrange, ça se comprend. Les autres, rien ne les y oblige, en tout cas pas le bon sens, ni l’Histoire.

            Ton article si j’ai bien compris raisonne ainsi : "ceci est le libéralisme", "ceci est le keynésianisme", "keynes n’est pas libéral" donc "keynes a tort".
            Le problème c’est que rien ne prouve que le libéralisme soit "juste" malgré ses prétentions mathématiques (assez ridicules en fait, étant donné la simplicité des modèles comparée à la complexité des acteurs , des phénomènes, des rapports de force etc.)

            Un chose intéressante que j’ai notée : "Selon Keynes les économistes classiques et néoclassiques considèrent que l’argent investi fait tourner l’économie, point sur lequel il est en accord, et que tout argent gagné est soit dépensé en consommation, soit investi. Point sur lequel il est en désaccord.
            Selon Keynes, c’est le fait de dépenser qui stimule l’activité. Or, plus quelqu’un gagne de l’argent, plus il a tendance à le thésauriser, c’est-à-dire à le garder, sans l’utiliser pour sa consommation, ni l’investir non plus"
            A mon avis c’est lui qui a raison sur ce point et non les libéraux. Aujourd’hui c’est encore plus flagrant. Que font les plus riches de leur argent ? Ils consomment, ok, ils investissent, ok, mais en grande partie sur les marchés spéculatifs (qui n’alimentent pas l’activité) et non dans la production, notamment parce qu’au bas niveau où sont les salaires, une production supplémentaire, conséquence d’investissements productifs, ne trouverait pas de consommateurs.
            Par ailleurs toujours pour résoudre ce problème des salaires trop bas pour assurer une consommation suffisante, les banques, dans lesquelles ils placent leur argent, octroient des crédits pour maintenir cette consommation et, ce-faisant, ils tendent à s’enrichir tandis que les consommateurs à crédit s’appauvrissent, accentuant ainsi un déséquilibre déjà mortel pour le système.

            Si donc le fait que "tout argent gagné est soit dépensé en consommation, soit investi" est une hypothèse fondamentale de la théorie libérale, et bien cette hypothèse est effectivement fausse.

          • 2 votes
            gazatouslesetages 26 mai 2012 11:34

            c’est un dialogue de sourds. il y a les mêmes chiffres que ceux que je donne dans ton document HEC, et par magie, ils sont corrigés. j’aurais donc aimé connaître la façon dont ils ont été corrigés dans le but de remettre en cause le taux de chômage de la grande dépression..
            .
            pour en revenir aux dépenses publiques, outre le fait que ça n’ait pas fonctionné avec Roosevelt, tu fais comme tous keynésiens : tu supposes que la richesse privée créée par les employeurs (ou tous acteurs privés) vont nécessairement aller vers la thésaurisation.
            .
            hypothèse bancale de considérer les acteurs privés comme des picsous car keynes n’a eu aucune statisitique là-dessus et ne l’a jamais vérifié (et pour cause !)
            .
            un acteur privé (je parle pas des très riches minoritaires qu de ttes façons ont les moyens de partir), a plutôt tendance à soit consommer, soit investir (même par le biais de certaines épargnes), pas à acheter de l’or et le mettre au fond du jardin.


          • 1 vote
            papone papone 26 mai 2012 15:53

            La différence sur les chiffres du chômage est due à la manière dont on considère les "emergency workers" (emplois publics d’urgence créés par le new deal). Dans un cas on les considère comme des chômeurs, dans l’autre non. La question est discutée et la conclusion du document est qu’il faudrait plutôt les considérer comme des chômeurs, mais c’est un choix qui relève en partie de l’idéologie. (On est à HEC, l’idée n’est pas de défendre l’Etat !)
            .
            Tu considères que la richesse est créée par les employeurs, je pense que, comme l’explique si bien Marx, la richesse n’est créée que par le travail humain (dont celui des employeurs).
            Ensuite, personne ne dit que la richesse est entièrement thésaurisée. Elle l’est en partie et, d’après Keynes si je l’ai bien suivi, cela explique pour une part les déséquilibres imprévus et incompris par les modèles classiques.
            .
            Le marché des dérivés représente 800 000 milliards de dollars soit plus de dix fois le PIB mondial. Cette somme échappe à la fois à la consommation et à l’investissement, sans pour autant être enterrée dans le jardin.
            .
            Pour finir, les très riches minoritaires on ne peut pas s’abstenir d’en parler parce que leur importance est prépondérante.
            Aux EU les 1% les plus riches possèdent 30% des richesses, alors que les 50% les plus pauvres en possèdent 2%. En Europe sans atteindre ces extrémités, c’est la pente qui est amorcée depuis quelques décennies. On ne peut pas parler d’organisation économique en fermant les yeux sur cette réalité impressionnante.


          • vote
            gazatouslesetages 27 mai 2012 03:25

            sur les chiffes du chômage et de l’efficacité de roosevelt quant à son soit-disant redressement économique, sincèrement, je n’ai rien compris à ton document HEC et à tes chiffres.
            .
            ensuite, considèrer la valeur d’un bien exclusivement par rapport à la valeur travail, c’est une idiotie. par exemple, l’eau de source n’aura pas la même valeur dans des pays à climat océanique que dans des pays du sud.
            sans parler de l’intervention des machines dans la production de biens. un investissement en machines qui remplacent 10 personnes -dans le bâtiment par exemple- représente quoi selon ta pure théorie marxiste ? 1 machine ou 10 personnes ?
            .
            sur l’hypothèse purement théorique de thésaurisation de sociétés privées bénéficiaires sans participation de l’économie (cad sans épargne d’investissement) de keynes, elle reste ce qu’elle est : une hypothèse jamais vérifiée.
            .
            en restant sur les dépenses publiques, qui sont initialement des prélèvements de richesses privées, je vois tous les jours que dépenser l’argent des autres , c’est vraiment trop facile et je n’ai aucune confiance en des gens qui gèrent de l’argent qui ne leur appartient pas.
            .
            au moins , un chef d’entreprise, quand il ne sait pas gérer, il perd tout. ce qui n’est pas le cas de nos élus et de nos fonctionnaires..

            Sans responsabilité, on fait n’importe quoi et ça se vérifie depuis 40 ans..
            .
            on digresse sur le plan de roosevelt, mais sur les produits dérivés, ils ont été encouragés justement par le secteur public aux US (permettre à tous les citoyens d’accéder aux crédits, même s’ils étaient insolvables).
            .
            idem sur les inégalités. c’est bien à cause de la monnaie papier et de l’interventionniste public qu’elles ont pris une ampleur affligeante. copinage, accès aux marchés publics compliqués, réseaux de puissants publics-grosses sociétés privées etc..


          • vote
            rastapopulo rastapopulo 27 mai 2012 13:32

            J’adore ceux qui juge Roosevelt comme dans une période de paix où tout le monde a à manger (alors qu’ailleurs ça a fini dans la désespérance des peuples prêt à s’entretuer). Ils sont impayables. En plus le splendide modèle des compagnies des indes serait vecteur de progrès pour eux. Niveau idéologie, ils égalent les communistes sans problème.


          • vote
            rastapopulo rastapopulo 27 mai 2012 13:34

            Ah oui, les réseaux aquifère des USA datent du New Deal. Vraiment pas un investissement de long terme rentable pour les pseudoexperts en économie puisqu’il arrive a juger du bien et du mal suivant les étiquettes.


          • vote
            papone papone 28 mai 2012 14:10

            Le fait que l’eau soit plus chère dans les pays où elle est rare ne contredit absolument pas ce principe : il faut plus de travail pour acheminer l’eau, elle est donc plus chère.
            .
            Je ne vais pas te faire un résumé de la théorie marxiste, tout simplement parce que j’en suis incapable. Le remplacement du travail humain par des machines occupe une place primordiale dans cette théorie : dans un contexte de concurrence elle est à l’origine de la baisse tendancielle du taux de profit (ce qui pousse les entreprises à fausser la concurrence et à s’entendre sur les prix). La propriété des moyens de production constitue une rente indue d’où la nécessité de la socialiser.
            .
            Le remplacement du travail humain est une faille de plus de la théorie libérale puisque le chômage est inévitable et la consommation est insuffisante. Le monde tend à se diviser entre la minorité propriétaire et la masse des autres. A terme c’est simplement invivable.
            .
            Tes arguments sont assez simplistes, "les patrons utilisent bien l’argent, les fonctionnaires le gaspillent", "dépenser l’argent des autres" etc, difficile de répondre à ça.
            Ensuite faire porter la responsabilité des dérives des produits dérivés et des subprimes aux pouvoirs publics, c’est assez fort venant d’un libéral. Le tort des gouvernements a été de céder à toutes les exigences des banques en matière de déréglementation. Ce ne sont pas les Etats qui ont octroyé ces crédits hypothécaires foireux !
            .
            Le copinage, les réseaux, etc, constituent un fléau, c’est pourquoi il faut s’y attaquer, vous vous y prenez comment ?


          • vote
            gazatouslesetages 3 juin 2012 04:57

            Le fait que l’eau soit plus chère dans les pays où elle est rare ne contredit absolument pas ce principe : il faut plus de travail pour acheminer l’eau, elle est donc plus chère.
            .
            pas nécessairement, une eau dans une oasis, ou issue d’un puits qui a demandé 2 jours de forage avec une mise en place d’une pompe, ne demande pas de travail. elle vaudra chère parce que rare, pas parce qu’elle aura demandé bcp de travail. c’est juste une question d’offre et de demande..
            .
            à partir de là, ce n’est pas parce qu’une marchandise est rare dans un contexte donné, qu’elle demande nécessairement bcp de travail. les deux ne sont pas liés !

            Le remplacement du travail humain par des machines occupe une place primordiale dans cette théorie : dans un contexte de concurrence elle est à l’origine de la baisse tendancielle du taux de profit (ce qui pousse les entreprises à fausser la concurrence et à s’entendre sur les prix). La propriété des moyens de production constitue une rente indue d’où la nécessité de la socialiser.
            .
            théorie qui reste une théorie, sans fondement car basée sur des hypothèses foireuses. des machines, des robots, des automates qui remplacent les hommes, c’est bien la première fois qu’on m’explique que ça induit une baisse du taux de profit.
            c’est magique chez les marxistes, mais je peux te dire que c’est l’inverse quand on fait de la simple comptabilité d’entreprise.

            Le remplacement du travail humain est une faille de plus de la théorie libérale puisque le chômage est inévitable et la consommation est insuffisante. Le monde tend à se diviser entre la minorité propriétaire et la masse des autres. A terme c’est simplement invivable.
            .
            phrases absconses : concrètement, ça veut dire quoi ?
            .
            Tes arguments sont assez simplistes, "les patrons utilisent bien l’argent, les fonctionnaires le gaspillent", "dépenser l’argent des autres" etc, difficile de répondre à ça.
            .
            c’est tout simplement naturel, un élu va chercher à se faire réélir et donc faire du clientélisme.
            un chef d’entreprise a pour but de présenter un bilan positif à la fin de l’année. sinon, il met la clef sous la porte.
            ça s’appelle la responsabilité..

            Ensuite faire porter la responsabilité des dérives des produits dérivés et des subprimes aux pouvoirs publics, c’est assez fort venant d’un libéral. Le tort des gouvernements a été de céder à toutes les exigences des banques en matière de déréglementation. Ce ne sont pas les Etats qui ont octroyé ces crédits hypothécaires foireux !
            .
            tu as résumé : Le tort des gouvernements a été de céder à toutes les exigences des banques en matière de déréglementation
            .
            le tort vient bien de la puissance publique. Qui a sauvé les banques ? qui a obligé les banques aux US à prêter à des gens insolvables ?

            Le copinage, les réseaux, etc, constituent un fléau, c’est pourquoi il faut s’y attaquer, vous vous y prenez comment ?
            .
            ce copinage public - grosse boites privées, qui le perpétue ? c’est bien l’acteur public.
            pour s’y attaquer c’est simple, rendre les marchés publics accessibles à tous les acteurs , déjà.
            .
            De manière générale, moins de réglementation lourde, pour éviter que seuls les grands groupes aient les moyens d’y répondre.
            .


          • 1 vote
            FrenchDissent FrenchDissent 25 mai 2012 01:26
            "Nous avons essayé de dépenser de l’argent. Nous dépensons davantage que nous ne l’avons jamais fait avant et ça ne marche pas. Et je n’ai qu’un seul désir, et si j’ai tort...quelqu’un d’autre peut prendre mon poste. Je veux voir ce pays prospère. Je veux que les gens trouvent du travail. Je veux que les gens aient suffisamment à manger. Nous n’avons jamais été bons sur nos promesses. Je dis après huit ans de cette administration on a autant de chômage que quand nous avons démarrer... Et désormais nous avons une énorme dette." 
            Secrétaire du trésor américain, Henry Morgenthau 1939

            • vote
              rastapopulo rastapopulo 27 mai 2012 13:54

              Tiens, voilà qui prouve que Roosevelt n’était pas un sectaire mais un pragmatique qui a sauvé les USA de l’autoritarisme !!!!!!!
               
              Toujours rigolo de voir le coté ahistorique des idéologies qui ne supportent pas les contradictions et les mises en contexte.
               
              Je pousserais bien jusqu’à demander l’avis de Morgenthau une fois la guerre gagné par l’outil de production US préservé par Roosevelt mais l’avis d’un seul individu n’est de toute façon pas fondamentale face à notre dette en liberté que nous avons envers Roosevelt.


            • 3 votes
              gazatouslesetages 25 mai 2012 02:35

              Roosevelt ? celui qui n’a pas trouvé autre chose pour sortir de la grande dépression des années 30 que la dépense de guerre ?


              • vote
                rastapopulo rastapopulo 27 mai 2012 14:00

                D’abord Roosevelt n’est en rien responsable de la dépression. Ensuite, il a préservé les USA de la famine et de l’autoritarisme qui dominait partout ailleurs à l’époque. Enfin, garder la capacité productive des USA et investir des les réseaux électriques ou aquifères est une mesure de long terme. Venir critiquer ça avec autant d’assurance montre à quel point c’est délirant de ne pas reconnaître le bon du New Deal. Encore une fois, l’idéologie des Compagnies des Indes égale le communisme dans son abstraction.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

ergdor


Voir ses articles







Palmarès