• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Décomplexer des complexés : C’est pas facile, cher Julius Malema...

Décomplexer des complexés : C’est pas facile, cher Julius Malema...

"Les francophones empêchent l'unité de l'Afrique". Les dégâts que le manque d'estime de soi cause dans les colonies française du continent sont tellement palpables que les autres Africains les décrient... La dame de Sochi Nathalie Yamb répond à Julius Malema.

Tags : France Afrique Angleterre




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • vote
    sls0 sls0 22 juin 16:31

    Toujours intéressante à écouter cette voix de l’Afrique.


    • 4 votes
      julien julien 22 juin 17:31

      @sls0
      Le chapitre sur "si on arrive à rien c’est la faute de la France" on commence à le connaître et franchement ça fait pitié, pas surprenant de vous voir soutenir ce genre de discours à la noix.


    • 1 vote
      microf 22 juin 20:36

      @julien

      La première question que j´aimerai vous poser serait de savoir si vous avez visionné la vidéo, car á lire votre commentaire, on dirait NON.

      La France c´est le problème en Afrique et la France empêche l´Unité de l´Afrique, je vous prend un exemple très simple.

      Le Franc CFA est imprimé en France, géré par par le Trésor francais.
      Ce Franc CFA n´est accepté dans aucun magasin en France, ce Franc CFA n´est échangé dans aucune banque en France.
      Le Franc CFA de l´Afrique Centrale francophone, n´est utilisable dans aucun pays francophone de l´Afrique de l´Ouest. Et le Franc CFA des pays francophones de l´Afrique de l´Ouest, n´est utilisable dans aucun pays francophone de l´Afrique Centrale.
      S´il y avait l´Unité de ces pays, il n´y aurait pas de problèmes.

      Les africains n´en veulent plus de ce Franc CFA qui enpêche l´Afrique francophone de se développer.

      Les africains ayant décriés ce fait, votre Président Macron se lève un jour, va en Afrique et, sans avoir consulté les africains, pour ne pas parler du Parlement francais décrète que le Franc CFA sera aboli et que la nouvelle monnaie de ces pays sera l´ECO.

      Mal lui en prend le géant Nigéria pays anglophone pays qui pèse plus de 70% du PIB de tous ces pays, dit NIET.
      Car la France veut attirer les autres pays de l´Afrique de l´Ouest qui font partie de l´UMOA ( Union Monétaire de l´Afrique de l´Ouest ) dans cette anarque en continuant á gérer cet ECO comme il gère le Franc CFA á son avantage.

      Voilá un cas bien précis oú la France empêche l´Unité de l´Afrique.
      Les africains francophones, anglophones, Lusophones et autres, voudraient avoir une dévise pour tous, et c´est cette dévise qui va promouvoir l´Unité de l´Afrique, mais voilá votre France qui met le veto et empêche cette Unité.

      Je vous ai écris dans un language très simple afin que vous compreniez de quoi il s´agit.
      J´ai tellement d´autres exemples pour vous si cela vous intérèssera, car c´est toujours bon d´être bien informé.


    • 1 vote
      ged252 23 juin 11:45

      @microf
      Il faudrait peut-être un peu tenir compte de ce qu’on vous dit.
      Macron a expliqué très clairement le problème du franc CFA au Burkina Faso : en (2017 :
      La France n’est pas le maitre du Franc CFA, elle en est le GARANT !
      .
      D’autre part le Franc CFA c’est fini, terminé, acabado (2020), sauf pour 6 pays qui veulent conserver le franc CFA :
      .
      Faut percuter un peu.
      .
      D’autre part vous n’êtes pas capable, vous les africains d’avoir une monnaie à vous, parce que vous n’avez pas d’économie. Si vous aviez une monnaie, elle ne vaudrait rien, parce que la monnaie vaut ce que vaut l’économie, et puisque vous n’avez pas d’économie, votre monnaie ne vaudrait rien.
      La seule monnaie que vous pourriez avoir c’est l’Or ou l’argent métal : les pièces.
      .
      Le CFA c’était un CADEAU que la France vous faisait, et la nouvelle monnaie : l’ECO continuera à bénéficier de la garanti de l’Etat français.
      .
      Vous n’êtes pas capable d’avoir une économie, vous les africains, depuis vos indépendance, vous n’avez rien fait, rien dévelloppé, rien construit, ce sont maintenant les chinois qui construisent vos usines, vos ponts et vos routes, en échange de vos matières premières.
      La seule chose que vous ayez jamais su faire c’est de vendre vos matières première, tout en accusant les acheteurs de faire du pillage, comme si vous n’étiez pas capable de négocier les prix ; Quiconque a séjourné en Afrique sait que vos êtes de redoutables négociateurs, c’est se moquer du monde que de soutenir de pareille absurdités.
      .
      Cette femme ainsi que d’autres femmes noires comme Diallo ou Obono, c’est le pire de l’Afrique. Tous les africains ne sont pas comme ça, heureusement.


    • vote
      ged252 23 juin 11:54

      Les africains ayant décriés ce fait, votre Président Macron se lève un jour, va en Afrique et, sans avoir consulté les africains, pour ne pas parler du Parlement francais décrète que le Franc CFA sera aboli et que la nouvelle monnaie de ces pays sera l´ECO.

      .

      Vous, au Burkina Faso, vous êtes plaint du franc CFA, comme cette femme s’en plaint, comme vous microf vous en êtes plaint sur Agoravox, alors pourquoi reprocher à Macron de tenir compte de vos plaintes ?

      .

      "Mal lui en prend le géant Nigéria pays anglophone pays qui pèse plus de 70% du PIB de tous ces pays, dit NIET."

      .

      En quoi le Nigera aurait son mot à dire a ce sujet ?


    • vote
      microf 23 juin 13:15

      @ged252

      Merci.
      Je sens que vous ne maitrisisez pas ce sujet, c´est pourquoi je continue á donner raison au Penseur Alexandre Soljetnitsyne lorsqu´il dit que l´intelligence en Occident est au crépuscule.

      Nous sommes ici dans un débat pas dans un combat. Ce débat peut être houleux, mais doit rester dans le cadre du débat.
      Lorsqu´on débat, on fait un peu de recherche pour s´informer sur le sujet, ceci vous n´avez pas fait et cela se remarque dans votre commentaire lorsque vous posez la question de savoir ce que vient faire le Nigéria dans ce débat, je vais vous éclairer, ou pourquoi Macro doit tenir compte de nos revendications, ceci montre que vous ne maitrisez pas le sujet.

      L´UMOA , c´est l´Union Monétaire Ouest Africain.

      Les pays de l´Ouest africain sont regroupés autour d´une structure la CEDAO ( Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest

      ) et le Nigéria fait partie de cette CEDAO, c´est la première économie de cette Communauté Économique Ouest Africain avec 70% du PIB de toute cette CEDAO, ce qui veut dire que les autres ne pèsent beaucoup.

      Lorsque les pays africains parlent de d´avoir une Monnaie Commune, ils se regroupent par Communauté Économique pour discuter comment cela peut se faire.
      La majortité des pays de la CEDAO sont des pays francophones qui utilisent le Franc CFA imprimé en France et géré par le Trésor francais au bénéfice de la France.

      Les africains ne veulent plus de ce Franc CFA qui les empêche de se développer.
      Le Président francais sentant le désastre que pourrait rencontrer la France si les africains sortaient du Franc CFA, trouve une astuce et crée l´ECO pour remplacer le Franc CFA qu´il vient imposer aux africains, ceci, sans avoir consulté les africains, sans consulter le Parlement francais.
      le Nigéria dit tout simplement NON car le Nigéria fait partie de la CEDAO, si le Nigéria accepte, cela voudra dire que son économie sera entre les mains de la France.
      Le Nigéria a sa monnaie le NAIRA que le Nigéria reévalue et dévalue selon sa situation économique.
      Les pays francophones qui utilisent le Franc CFA n´ont pas cette possibilité d´évaluer ou de dévaluer le Franc CFA, c´est la France qui décide.

      Le Nigéria ne veut en aucun cas entrer dans une Union Monnétaire contrôlée par la France, c´est pourquoi le Nigéria a dit non.

      J´ai essayé de vous l´expliquer par des mots simples pour vous permettre de comprendre le sujet, et, au cas oú vous aurez besoin d´autres informations, je me tiens á votre disposition.


    • vote
      yoananda2 23 juin 13:27

      @microf

      Les africains ne veulent plus de ce Franc CFA qui les empêche de se développer.
      Le Président francais sentant le désastre que pourrait rencontrer la France si les africains sortaient du Franc CFA, trouve une astuce et crée l´ECO pour remplacer le Franc CFA qu´il vient imposer aux africains, ceci, sans avoir consulté les africains, sans consulter le Parlement francais.

      Intuitivement (je n’ai pas de preuve) je suis d’accord avec vous (bien que ged252 n’ai pas tort non plus : les africains ne se développent pas par leur faute et non à cause de la France, ceci dit ça ne veut pas dire que vous n"ayez pas raison sur certains points).

      Je soupçonne que les partis de pouvoir en France se financent plus ou moins occultement sur le dos de cette manne africaine qu’est le Franc CFA. Cette manne n’est pas suffisante pour financer le pays, mais par contre, pour donner un avantage concurrentiel à certains partis politiques, ça oui.

      Je me souviens que certains politiciens étrangers (genre l’Italie ou l’Allemagne ?) avaient dénoncé ce montage.

      Sans cette manne, ce système s’effondrerait probablement, et le paysage politique français en serait bouleversé, à moyen terme, si mon hypothèse est juste.

      En tout état de cause, l’abolition du France CFA (ou de l’ECO) devrait être la priorité de tout souverainiste sincère en France, avant absolument tout le reste (parce que c’est une affaire interne et qu’on PEUT y faire quelque chose).

      Mais pour que ça arrive (à supposer que j’ai raison bien sûr) il faudrait :

      de l’intelligence (y en a plus des masses en France)

      du courage

      de l’abnégation

      Autant dire que c’est pas demain la veille.

      En tout cas, je l’ai déjà dit (je ne sais pas si vous vous en souvenez) mais je vous soutient (moralement faute de mieux) dans ce combat pour votre liberté.

      Rendons l’afrique aux africains,

      et vice versa ! (ça c’est mon coté pro-blanc)


    • vote
      microf 23 juin 13:27

      @ged252

      Je ne vous savais pas un défenseur de Macron celui que tout le monde vomi, sauf vous.

      Á lire votre commentaire, je continue á donner raison á Alexandre Soljenitsyne,
      L´intelligence en Occident est vraiment au crépuscule

      Est-ce que la France paye les matières premières en Afrique ? C´est la France qui imprime notre monnaie de singe qu´elle nous a fait cadeau comme vous écrivez, la France savait ce qu´elle faisait, ce genre de cadeau, est un cadeau empoisonné, voila le cadeau empoisonné que la France nous a fait avec ce Franc CFA.
      C´est la France qui l´imprime, c´est la France qui le gére, du jamais vu, toutefois bientôt, on n´en parlera plus, nous sommes dessus pour assurer la fin du Franc CFA qui est irréversible.


    • vote
      microf 23 juin 16:38

      @yoananda2

      La liberté ne se donne jamais, on la prend, on l´arrache toujours après un hâpre et long combat, c´est ce combat pour notre liberté que nous africains mènons contre la France.

      Merci déja pour ce pas que vous faites en nous soutenant ne serait-ce que moralement nous africains, plus nous n´en demandons pas.
      Nous africains savons très bien que ce n´est pas á votre niveau que le combat pour la liberté se trouve.
      Et le jour oú nous allons vaincre, on n´en parlera plus de ce Franc CFA, ce n´est plus la banque de France qui va décider de notre économie, ce n´est plus ni á Chamalière, ni á Pessac que notre monnaie sera frappée, mais bel et bien chez nous en Afrique.

      Toutefois nous n´oublierons pas la France, les africains sont très gentils et pas rancuniers du tout.
      Après le divorce Francafrique, nous ferons comme ces époux qui malgré le divorce maintiennent de bonnes relations.
      Nous ferons des affaires normaux avec la France gagnant-gagnant, plus comme maintenant gagnant pour la France, perdant pour l´Afrique.


    • vote
      Joe Callagan Joe Callagan 23 juin 16:56

      @microf

      Le problème est qu’on ne sait pas trop de quoi (et de qui) tu parles quand tu évoques la France. Je me sens d’ailleurs souvent visé en tant que français blanc vivant en France par tes interventions.

      Mis à part ça, je ne peux, moi aussi, que soutenir le combat des africains qui veulent se libérer du joug de cette oligarchie hors-sol (est-elle véritablement française à proprement parler ?) qui nous exploite et nous détruit nous aussi, français... 


    • vote
      yoananda2 23 juin 16:57

      @Joe Callagan

      qui nous exploite et nous détruit nous aussi, français... 

      exactement.


    • vote
      microf 24 juin 01:04

      @Joe Callagan

      De qui voulez vous que je parle ? Je parle de la France, je parle des gouvernements francais qui sont élus par les francais, ce ne sont pas les africains qui les élisent, mais bel et bien les francais.
      Et le gouvernement francais lorsqu´il pose un acte bon ou mal, il le fait au nom du peuple francais.

      Lorsque les armées francaises envahissent un pays en Afrique, elles le font au nom de qui ? á leurs nom ou au nom de la France ?

      Si vous vous sentez exploité par vos Dirgeants, eh bien rejoignez nous africains vous de votre côté pour chasser les votres du pouvoir, et nous du notre pour chasser les notres du pouvoir.

      La question que j´aimerai vous poser serait celle-ci, êtes vous déja allez á une manifestation pour soutenir les africains qui luttent contre l´oppression, l´exploitation de vos dirigeants francais en Afrique ?


    • vote
      Joe Callagan Joe Callagan 24 juin 07:44

      @microf

      Comprenez bien qu’on ne peut pas affirmer que les français élisent leur gouvernement par choix mûrement réfléchi. Nous subissons un contrôle mental, un véritable lavage de cerveau et au final, le mouton électeur moyen vote "pour qui il faut" (pour le système bien entendu). Il ne s’agit pas de dédouaner mais au moins de mettre en avant des circonstances atténuantes. Alors oui, chaque individu pourrait s’impliquer un minimum en politique, au moins chercher à comprendre mais je rappelle que cette oligarchie que j’ai mentionnée précédemment nous attaque de manière sournoise et fait en sorte, depuis plusieurs décennies, de nous rendre toujours plus abrutis.

      Si vous vous sentez exploité par vos Dirgeants, eh bien rejoignez nous africains vous de votre côté pour chasser les votres du pouvoir, et nous du notre pour chasser les notres du pouvoir.

      Tant que cette oligarchie n’aura pas été exposée pour ce qu’elle est et fait, rien ne changera vraiment. Le pouvoir ne se situe pas au niveau des dirigeants politiques et des gouvernements.

      Enfin, pour répondre à votre question : non, je ne suis jamais allé à ce genre de manifestation car je pense que ça ne sert strictement à rien. Il s’agit juste d’un défouloir sans conséquence pour le (véritable) pouvoir.

      L’urgence est à la prise de conscience des moutons africains et français de leur condition. Tant qu’ils continueront d’être endormis et obéissants, ils constitueront un rempart entre cette oligarchie et nous. Vous pouvez tout à fait tenter de renverser le pouvoir politique mais le système mettra d’autres imposteurs à la place avec la bénédiction des moutons (qui pourraient bien, d’ailleurs, défendre leurs oppresseurs en cas de tentative de renversement de ceux-ci par des "rebelles"). 


    • vote
      microf 24 juin 14:15

      Joe Callagan 24 juin 07:44

      . En réponse á votre post.

      Tout ce qui arrive aujourd´hui en France avait été prévu et prédit.

      Sékou Touré avait demandé á de Gaule de ne pas procéder comme il le voulait á savoir enfermer les africains dans la francafrique, mais, plutôt de laisser les africains décider en tout, de leurs propres avenirs, et, la France, compte tenu des relations nouées pendant la colonisation, accompagner les africains comme un père accompagne son enfant qui commence á marcher.

      L´enfant fera des faux pas, mais á un moment, ses pieds s´affermissent sur le sol et il marche sans plus tomber.

      De Gaule en bon colon qu´il était, ne l´entendit pas de cette oreille, il concu la Francafrique..., les résultats sont lá aujourd´hui, plus de soixante années après, c´est un désastre total et du côté de la France qui s´africanise, et du côté africain qui se vide d´une partie de sa population.

      Sékou Touré lui avait aussi dit ceci " au pauvre, il ne reste que la DIGNITÉ, qu´il préfère vivre pauvre dans la DIGNITÉ, LIBERTÉ que riche dans l´ESCLAVAGE.

      Sékou Touré est mort PAUVRE, mais DIGNE et LIBRE.

      Sékou Touré avait encore dit ceci á de Gaule : la vie de l´homme va de 0 á 100 et la vie des Nations est éternelle.

      Sékou Touré est mort, de Gaule est mort, mais la Guinée et la France sont toujours lá.

      En 1962, je ne sais pas si vous étiez déja né, Réné Dumont écris un livre ; l´Afrique noire est mal partie, vous pourrez le trouver facilement en cherchant á google.

      Ce livre a fait scandale et lui a apporté et causé beaucoup de problèmes.

      Ceci pour dire que les problèmes et maux que nous commentons, n´ont pas commencés aujourd´hui, ils se sont seulement exacerbés parcequ´ils touchent ceux qui hier n´en souffraient pas, je prends par exemple la France, á l´époque, c´était les peuples colonisés qui en souffraient, et, aujourd´hui, c´est aussi le colon qui en souffre faute de ne pas avoir compris ceux qui á l´époque, en souffraient.

       


      • vote
        microf 24 juin 14:20

        @Joe Callagan

        1ère partie du Discours de Sékou Touré á De Gaule le 25 Août 1958 á Conakry Guinée.

        Monsieur le Président du Gouvernement de la République Française,

        Dans la vie des Nations et des Peuples, il y a des instants qui semblent déterminer une part décisive de leur Destin ou qui, en tout cas, s’inscrivent au registre de I’Histoire en lettres capitales autour desquelles les legendes s’édifient, marquant de manière particulière au graphique de la difficile évolution humaine, les points culminants, les sommets qui expriment autant de victoires de l’Homme sur lui-même, autant de conquêtes de la Société sur le milieu naturel qui l’entoure. Monsieur le Président, vous venez en Afrique précédé du double privilège d’appartenir à une légende glorieuse qui magnifie la Victoire de la Liberté sur l’asservissement et d’être Ie premier Chef du Gouvernement de la République Française à fouler le sol de Guinée. Votre présence parmi nous symbolise non seulement la « Résistance » qui a vu le triomphe de la Raison sur la force, la Victoire du Bien sur le mal, mais elle représente aussi, et je puis même dire surtout, un nouveau stade, une autre période décisive, une nouvelle phase d’évolution. Comment le peuple africain ne serait-il pas sensible à ces augures, lui qui vit quotidiennement dans l’espoir de voir sa dignité reconnue, et renforce de plus en plus sa volonté d’étre égal aux meilleurs ?

        La valeur de ce peuple, Monsieur le Président, vous la connaissez sans doute mieux que nul autre, pour en avoir été juge et témoin aux heures les plus difficiles que la France ait jamais connues. Cette période exceptionnelle à l’issue de laquelle la liberté devait resurgir avec un éclat nouveau, une force décuplée, est marquée par l’homme d’Afrique d’une manière toute particulière, puisqu’il a, au cours de la dernière guerre mondiale, rallié, sans justification apparente, la cause de la Liberté des peuples et de la Dignité Humaine.

        A travers les vicissitudes de l’Histoire chaque peuple s’achemine vers ses propres lumières, agit selon ses caractéristiques particulières et en fonction de ses principales aspirations sans qu’apparaissent nécessairement les mobiIes réels qui le font agir.

        Notre esprit, pourtant rompu à la logique implacable des moyens et des fins, ainsi qu’aux dures disciplines des réalités quotidiennes, est constamment attiré par les grandes nécessités de l’Elévation et de l’Emancipation Humaines.

        L’épanouissement des valeurs de l’Afrique est freiné, moins à cause de ceux qui les ont façonnées, qu’à cause des structures économiques et politiques héritées du réginne colonial en désequilibre avec ses aspirations d’avenir.

        C’est pourquoi nous voulons corriger, non par des réformes timides et partielles, mais fondamentalement, ces structures afin que le mouvement de nos sociétés suive la ligne ascendante d’une constante évolution, d’un perpétuel perfectionnement.

        Le Progrès est en effet une création continue, un développernent ininterrompu vers le Mieux, pour le Meilleur. Etape après étape, les sociétés et les peuples élargissent et consolident leur droit au bonheur, leurs titres de dignité, et développent leur contribution au Patrimoine économique et culturel du monde entier.

        L’Afrique Noire n’est pas différente en cela de toute autre société ou de tout autre peuple. Selon nos voies propres, nous entendons nous acheminer vers notre bonheur et cela avec d’autant plus de volonté et de détermination que nous connaissons la longueur du chemin gue nous avons à parcourir.

        La Guinée n’est pas seulement cette entité géographique que les hasards de l’Histoire ont délimitée suivant les données de sa colonisation par la France, c’est aussi une part vive de l’Afrique, un morceau de ce continent qui palpite, sent, agit et pense à la mesure de son destin singulier. Mais aussi vaste que soit notre ère d’investigation, aussi étendu que soit notre champ d’action, cela est insuffisant en regard de nos propres exgences d’évolution.

        Pour y répondre, nous devrons engager non seulement l’ensemble de nos potentialités propres, mais encore tout ce qui constitue les biens et les connaissances universels, lesquels chaque jour se développent et s’accroissent de manière inappréciable.

        A travers le désordre moral dû au fait colonial et à travers les contradictions profondes qui divisent le monde, nous devons taire les pensées idéales afin de serrer au plus près les possibilités réelles, les moyens efficaces et imrnédiatement utilisables ; nous devons nous préoccuper des conditions exactes de nos populations afin de leur apporter les éléments d’une indispensable évolution, sans laquelle le mieux-être qu’elles prétendent légitimement obtenir ne pourrait être créé. Si nous ne nous employions pas à cette tâche, nous n’aurions aucune raison de vouloir remplir les fonctions dont nous avons la charge, aucun droit à la confiance de nos populations. C’est parce que nous nous interdisons de confisquer à notre profit la souveraineté des populations guinéennes, que nous devons vous dire sans détour, Monsieur le Président du Conseil, les exigences de ces populations pour qu’avec elles, soient recherchées les voies les meilleures de leur Emancipation totale.


        • vote
          microf 24 juin 14:22

          @microf
          @Joe Callagan

          2è partie.
          Le privilège d’un peuple pauvre est que le risque que courent ses entreprises est mince, et les dangers qu’il encourt sont moindres. Le pauvre ne peut prétendre qu’à s’enrichir et rien n’est plus naturel que de vouloir effacer toutes les inégalités et toutes les injustices. Ce besoin d’égalité et de justice nous le portons d’autant plus profondément en nous, que nous avons été plus durement soumis à l’injustice et à l’inégalité. L’analyse logique et une connaissance de plus en plus grande de nos valeurs particulières, de nos moyens potentiels, de nos possibilités réelles nous laissent cependant exempts de tout complexe et de toute crainte : nous sommes uniquement préoccupés de notre avenir et soucieux du bonheur de notre peuple. Ce bonheur peut revêtir des aspects multiples et des caractéristiques diverses selon la nature de nos aspirations, de nos désirs, selon notre état propre ; il peut être aussi bien une chose unique qu’un faisceau de mille choses, toutes également indispensables à sa réalisaton. Nous avons, quant à nous, un premier et indispensable besoin, celui de notre Dignité. Or, il n’y a pas de Dignité sans Liberté, car tout assujettissement, toute contrainte imposée et subie dégrade celui sur qui elle pèse, lui retire une part de sa qualité d’Homme et en fait arbitrairement un être inférieur. Nous préférons la Pauvreté dans la Liberté la Richesse dans l’esclavage. Ce qui est vrai pour l’Homme l’est autant pour les sociétés et les peuples. C’est ce souci de Dignité, cet impérieux besoin de Liberté qui devait susciter aux heures sombres de la France les actes les plus nobles, les sacrifices les plus grands et les plus beaux traits de courage. La Liberté, c’est le privilège de tout homme, le droit naturel de toute société ou de tout peuple, la base sur laquelle les Etats Africains s’associeront à la République Francaise et à d’autres Etats pour le développement de leurs valeurs et de leurs richesses communes.

          Monsieur le Président, ous me permettrez de rappeler un passage du discours que j’ai prononcé à l’occasion de la visite récente d’un Représentant du Gouvernement Français, M. Gérard Jaquet, ancien Ministre de la France d’Outre-Mer.

          Notre option fondarnentale qui, à elle seule, conditionne les différents choix que nous allons effectuer, réside dans la décolonisation intégrale de l’Afrique : ses hommes, son économie, son organisation administrative, et, en vue de bâtir une Communauté Franco-Africaine solide et dont la pérennité sera d’autant plus garantie qu’elle n’aura plus dans son sein des phénomènes d’injustice, de discrimination ou toute cause de dépersonnalisation et d’indignité.

          En effet, le monde évolue rapidement et les impératifs de la vie moderne posent avec brutalité le problème du choix entre la stagnation et le progrès, entre la division des peuples et leur union fraternelle, entre l’esclavage et la liberté, enfin entre la guerre et la paix.

          Pour l’Afrique Noire d’influence française, ces problèmes doivent être abordés avant tout avec un esprit réaliste, compréhensif. Notre coeur, notre raison, en plus de nos intérêts les plus évidents, nous font choisir, sans hésitation, l’interdépendance et la liberté dans cette union, plutôt que de nous définir sans la France et contre la France. Et c’est en raison de cette orientation politique que nos exigences doivent être toutes connues pour que leur discussion soit facilitée au maximum.

          D’aucuns en parlant des rapports franco-africains situent leur raisonnement dans le domaine économique et social exclusivement, et concluent fatalement, compte tenu du grand retard des pays sous-développés d’Afrique, par l’apologie de l’action coloniale de la France. Ces hommes oublient qu’au-dessus de l’économique et du social il y a une valeur autrement plus importante, qui oriente et détermine le plus souvent l’action des homrnes d’Afrique ; cette valeur supérieure réside essentiellement dans la Conscience qu’apportent les hommes d’Afrique à la lutte politique, tendant à sauvegarder leur Dignité et leur Originalité et libérer totalement leur Personnalité. Qui ne sait aujourd’hui que les drames douloureux enregistrés dans l’histoire coloniale française en Indochine et en Afrique du Nord sont interprétés aussi différemment selon que l’on donne la suprématie à l’économie, ou que le Droit à l’indépendance, le respect de la Dignité des peuples sont considérés comme les bases les plus solides de toute association de peuples différents !


        • vote
          microf 24 juin 14:23

          @microf
          @Joe Callagan

          3è.partie

          Aujourd’hui, en raison de l’évolution de la situation internationale et surtout du giganteque progrès du mouvement de décolonisation dans les pays dépendants, nous pouvons affirmer que la Force Militaire dirigée contre la Liberté d’un pays ne peut plus garantir ni le prestige, ni les intérêts d’une Métropole. Le rayonnement de la France, la garantie et le développement de ses intérêts en Afrique ne sauraient désormais résulter que de l’association libre des pays d’Outre-Mer. L’action économique et culturelle de la France demeure encore indispensable à l’évolution harmonieuse et rapide des Territoires d’Outre-Mer.

          C’est en fonction de ces leçons du passé et des impératifs de cette évolution nécessaire, de ce progès général irréversible déjà accompli, de la ferme Volonté des peuples d’Outre-Mer à accéder à la totale Dignité Nationale excluant définitivement toutes les séquelles de l’ancien régime colonial, que nous ne cessons, dans le cadre d’une Communauté Franco-Africaine égalitaire et juste, de proclamer la reconnaissance mutuelle et l’exercice effectif du Droit à l’indépendance des peuples d’Outre-Mer. Certains attributs de Souveraineté qui seront exercés au niveau de cette Communauté devront se résumer en quatre domaines :

          Défense

          Relations diplomatiques

          Monnaie

          Enseignement supérieur

          Un pays qui exclut toute interdépendance dispose de quatre Pouvoirs essentiels :

          1.La Défense

          2.La Monnaie

          3.Les Relations extérieures et la Diplomatie

          4.La Justice et la Législation

          Nous acceptons volontairement certains abandons de Souveraineté au profit d’un ensemble plus vaste parce que nous espérons que la confiance placée dans le Peuple Français et notre participation effective au double échelon législatif et exécutif de cet Ensemble sont autant de garantie et de sécurité pour nos intérêts moraux et matériels.

          Nous ne renonçons pas et ne renoncerons jamais à notre droit légitime et naturel à l’indépendance car, à l’échelon franco-africain nous entendons exercer souverainement ce droit. Nous ne confondons pas non plus la jouissance de ce droit à l’indépendance avec la sécession d’avec la France, à laquelle nous entendons rester liés et collaborer à l’épanouissement de nos richesses communes. Le projet de Constitution ne doit pas s’enfermer dans la logique du régime colonial qui a fait juridiquement de nous des citoyens français, et de nos Territoires, une partie intégrante de la République Française Une et Indivisible. Nous sommes Africains et nos Territoires ne sauraient être une partie de la France. Nous serons citoyens de nos Etats africains, membres de la Communauté Franco-Africaine. En effet, la République Française, dans l’Association Franco-Africaine, sera un élément tout comme les Etats Africains seront également des éléments constitutifs de cette grande Communauté Multinationale composée d’Etats Libres et Egaux. Dans cette Association avec la France, nous viendrons en peuples libres et fiers de leur Personnalité et de leur Originalité, en peuples conscients de leur apport au patrimoine commun, enfin en Peuples Souverains participant par conséquent à la discussion et à la détermination de tout ce qui, directement ou indirectement, doit conditionner leur existence.


        • vote
          microf 24 juin 14:24

          @microf
          @Joe Callagan

          4è. partie

          La qualité ou plutôt la nouvelle nature des rapports entre la France et ses anciennes colonies devra être déterminée sans paternalisme et sans duperie. En disant NON de manière catégorique à tout aménagement du régime coloniaI et à tout esprit paternaliste, nous entendons ainsi sauver dans le temps et dans l’espace les engagements qui seront conclus par la nouvelle Communauté Franco-Africaine. En dehors de tout sentiment de révolte, nous sommes des participants résolus et conscients à une évolution politique en Afrique Noire, condition essentielle à la reconversion de tout l’acquis colonial vers et pour les populations africaines.

          Le nom de notre Association nous importe peu, ce qui importe sera le contenu de notre Association, la somme des possibilités nouvelles d’évolution qu’elle offrira aux Territoires Africains actuellement engagés dans le grand mouvement d’émancipation qui exige la disparition totale du phénomène colonial et l’établissement d’une ère de liberté vraie, d’égalité et de fraternité agissante. Monsieur le Président, nous savons que vous vous êtes donné pour mission de sauver l’Unité de la Nation Française. Cette noble ambition, l’effort qu’elle suppose seront à la mesure de votre pouvoir si elle comprend et sait respecter également les points de sensibilisation de l’action des peuples associés à la Nation Française.

          En effet, les Territoires actuels d’AOF et d’AEF ne doivent pas être des entités définitives.

          L’immense majorité des populations intéressées veut substituer aux actuelles entités AOF-Togo et AEF deux Etats puissants fraternellement unis à la France. Des considérations humaines et sociales autant qu’économiques et politiques plaident en faveur de la constitution de ces Etats qui seront dotés de Parlements et de Gouvernements démocratiques.

          Ces grandes perspectives qui vont pouvoir accélérer l’histoire de nos pays, en leur permettant de transcender les particularismes et les égoismes ou plutôt leurs contradictions internes, demeurent pour notre génération la voie la plus s&ucir;re, la plus directe qui aboutit à la Paix et au Bonheur.

          Ces mêmes perspectives, positives pour les Territoires d’Outre-Mer et pour la Grandeur de la France dans le monde, exigeront de nous, Africains, Malgaches et Français, des efforts pIus grands, à la fois plus nobles et plus exaltants que ne l’aurait exigé la solution destructive d’une séparation.

          Je rappelle souvent que la vie de l’homme va de zéro à cent alors que çelle de nos peuples est éternelle.

          Nous sommes quant à nous Africains de Guinée, sûrs que notre courage et notre loyauté, notre communion d’action créatrice de biens, et notre amour de la Justice et du Progrès sauront conduire, à travers le temps, notre future Communauté avec toujours plus de Puissance, et dans la Prospérité et la Liberté. Pour résumer la position guinéenne vis-à-vis du projet de Constitution qui fera l’objet du Référendum du 28 septembre, nous affirmons qu’elle ne sera favorable qu’à condition que la Constitution proclame :

          1.Le Droit à l’indépendance et à l’égalité juridique des peuples associés, droit qui équivaut à la liberté pour ces peuples de se doter d’institutions de leur choix et d’exercer dans l’étendue de leurs Etats et au niveau de leur ensemble, leur pouvoir d’autodétermination et d’autogestion ;

          2.Le Droit de divorce sans lequel le mariage franco-africain pourra être considéré, dans le temps comme une construction arbitraire imposée aux générations montantes ;

          3.La Solidarité agissante des peuples et des Etats associés afin d’accélérer et d’harmoniser leur évolution.

          Dans l’intérêt bien compris des peuples d’Outre-Mer et de la France, nous osons penser, Monsieur le Président, que votre Gouvernement saura proposer au Référendum un projet de Constitution tenant compte, non pas des conceptions juridiques basées sur un régime impopulaire, mais seulement des exigences exprimées par des peuples mûrs, tous solidairement et fermement décidés de se construire un Destin de liberté, de Dignité et de Solidarité fraternelle pour la Communauté Multinationale que sera l’Association de nos Etats, pour l’Unité et l’Emancipation de l’Afrique :

          Vive la Guinée ! Vive la France !


        • vote
          microf 24 juin 14:31

          @Joe Callagan

          Á travers ce Discours vous trouverez la pensée profonde qui anime l´africain.

          Si De Gaule l´avait compris, le cours de l´histoire de la France et de l´Afrique serait autre ajourd´hui.

          Mais il n´est jamais trop tard, la balle est dans le camps de la France qui tient les rênes de la Francafrique.

          Á moins que comme l´a dit le penseur Alexandre Soljetnitsyne que je ne cesserai jamais de citer lorsqu´il écrit ceci :

          « Vous, en Europe, vous êtes dans une éclipse de l’intelligence. Vous allez souffrir. Le gouffre est profond. Vous êtes malades. Vous avez la maladie du vide. […] Le système occidental va vers son état ultime d’épuisement spirituel : le juridisme sans âme, l’humanisme rationaliste, l’abolition de la vie intérieure... Toutes vos élites ont perdu le sens des valeurs supérieures. […] Aujourd’hui les dissidents sont à l’Est, ils vont passer à l’Ouest. »

          Livres d’Alexandre Soljenitsyne : https://amzn.to/2CmbcAj

          Devrions nous lui donner raison ?


          • vote
            yoananda2 24 juin 15:18

            @microf

            Devrions nous lui donner raison ?

            Bien sûr qu’on doit lui donner raison. L’Europe et mêmes les USA, tout l’occident comme on dit (ce qui exclue les pays de l’est) est dans une terrible eclipse de l’intelligence. Terrible, affreuse, dramatique.

            Espérons que ça ne soit qu’une éclipse. L’avenir le dira mais rien ne dit que ça ne se prolonge pas un grand moment non plus.


          • vote
            microf 24 juin 17:21

            @yoananda2

            Il faut toujours espérer, lorsqu´on espère plus, c´est la fin.
            Prenez exemple sur les africains, avec tous ce qu´on nous fait endurer et subir, nous résistons, nous luttons, et un jour, aussi après l´éclise jaillira la lumière.

            Un beau Discours d´un de souche sur la violence.

            En France, les immigrés sont accusés d´être responsables du chaos, de la violence, voilá la vraie violence décrite et dénoncée dans ce cri de désespoir de ce de souche.

            Ce cri de désespoir vient d´un « de souche »

            Bonjour á tous.

            Sur la tarte á Tain qu´a dégustée Macron, il ya pas mal d´articles qui évoquent le fait que ce jeune homme suivaient nos vidéos,ou celle de papacito et d´autres.

            On a vu ca sur BFM, Le Parisien, Closer, etc. Ils reprennent tous la même information en boucle et font de Damien T. un adepte de l´ultra-droite ", bientôt ils vont inventer la super-méga droite pour faire trembler dans les chaumières.

            C´est trop facile d´enfermer la symbolique de ce geste dans une case infamante pour mettre le problème de fond sous le tapis. Á titre personnel je suis contre la violance, mais il ya quand même plusieurs choses á dire sur cette fameuse tarte : déja Macron si tu veux que ta fonction soit respectée, fait en sorte qu´elle soit respectable.

            Et c´est ce précisément ce que tu t´es attaché á déconstruire méthodiquement au cours des dernières années. Il ne faut donc pas s´étonner du résultat. Et puis, et c´est le plus important, la violence la vraie, n´est pas du tout du côté de ce jeune homme, mais du tien Macron : Les Gilets jaunes c´est 613 blessés, 23 yeux crevés, 5 mains arrachées.

            Donc je veux bien que tu fases le mec sympa avec des youtubeurs, on a tous compris oú tu veux en venir, mais ce qui n´est pas du tout sympa, c´est ta politique Macron, et c´est ca qu´on dénonce, et c´est bien grave qu´une tarte : la vraie violence c´est quand 300.000 personnes dorment dans la rue chaque nuit. La vraie violence, c´est quand 10 millions de Francais se débattent dans la pauvreté. La vraie violence c´est de faire des cadeaux aux riches alors que le pays serre la ceinture. La vraie violence c´est tous ces gens qui meurent dans les couloirs des hopitaux parceque tu les a délaissées, que les soignants sont débordés et que les lits manquent.

            La vraie violence ´est quand des personnes âgées sont obligées de reprendre des petits boulots pour complèter leurs retraite de misère.

            La vraie violence c´est quand nos agriculteurs se pendent tous les jours á cause des politiques que tu défends, que tu as instituées.

            La vraie violence, c´est les privatisation á tour de bras á la demande de l´UE oú la vente d´Alstom avec ses turbines nucléaires, oú la privatisation de tout ce qui rapporte de l´argent á l´Etat comme par exemple la francaise des jeux.

            La vraie violence, c´est quand tu réprimes les mouvements populaires en utilisant la police á qui tu fais de fausses promesses..

            La vraie violence c´est quand tu dépenses des millions d´argent public pour ta COM ou pour refaire la vaisselle de l´Elysée, pendant que les francais en chient. La vraie violence, c´est de laisser 100 milliards d´euros s´envoler chaque année dans ds paradis fiscaux pendant que le petit patron est taxé, lui á 40%, et n´a même pas droit au chômage en cas de faillite. La vraie violence, au fond, c´est le mensonge, c´est de te faire passer pour un mec sympa alors que tu es entrain de brader la France pour une minorité d´ultra-riches. C´est ca la vraie violence.

            Tu te souvient de ce que disait l´Abbé Pierre : Vous qui avez tout, vous avez beau jeu d´être pour la Paix, mais avec votre bonne conscience, vous avez plus de sang sur vos mains d´inconscients que n´en aura jamais le désespéré, qui utilisera la violence pour essayer de sortir de son désespoir.

            Voilá ce qu´elle voulait dire cette tarte.

            MACRON médite lá dessus.


          • vote
            yoananda2 24 juin 18:12

            @microf

            Il faut toujours espérer, lorsqu´on espère plus, c´est la fin.
            Prenez exemple sur les africains

            Non merci. Permettez que j’explique pourquoi.

            D’abord les africains, comme tous les autres peuples ont subit beaucoup et ce en parti à cause d’eux même. L’Europe a été dévastée, rasée 2 fois au siècle dernier. Ce n’est pas un concours de souffrance. Je prends exemple sur mon peuple, ça me suffit.

            Mais peut être que les chrétiens sont pour la compétition victimaire ? on peut interpréter certaines paroles de Jésus dans ce sens.

            Je ne suis pas chrétien, et l’espoir, je m’en contrefou. Je n’ai pas d’espoir, je m’en passe très bien. J’agis à la place.

            Par contre, je compatis aux souffrances des différents peuples noirs, je leur souhaite de parvenir à y mettre fin, comme je le souhaite à tous les peuples. Mais moi, je m’occupe de mon peuple en priorité et ça veut dire : mettre fin à ses souffrances, et éviter qu’il en cause à d’autres. Je penses que c’est ainsi que fonctionne la plupart des gens de la planète d’ailleurs.


          • vote
            Joe Callagan Joe Callagan 24 juin 20:32

            @microf

            Á travers ce Discours vous trouverez la pensée profonde qui anime l´africain.

            Merci à vous du partage ! 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès