• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > International > L’ASL, accusée d’attaques chimiques à Alep, était en possession d’un véhicule de (...)

L’ASL, accusée d’attaques chimiques à Alep, était en possession d’un véhicule de sapeurs-pompiers français

Un véhicule des sapeurs-pompiers français a été aperçu entre les mains de groupes belligérants accusés :

  1. par le régime syrien et la Russie, d'attaques chimiques sur la population civile à Alep, et
  2. par les forces kurdes, d'être alliés à Al-Qaïda.

Fin janvier 2013, moins de deux mois avant que le régime de Bachar el-Assad et la Russie n'accusent l'Armée Syrienne Libre (ASL) d'avoir utilisé des armes chimiques dans la province d'Alep, dans le Nord du Pays, une chaîne de télévision kurde (Nuce TV) fait état de la présence d'un véhicule de secours et d'assistance aux victimes (VSAV) des sapeurs-pompiers français, matériel sous la tutelle du Ministère de l'Intérieur, dirigé à l'époque par Manuel Valls, à Rass al-Ain près de la frontière turco-syrienne, au Nord-Est de la Syrie.

Selon les forces kurdes interrogées par la journaliste, le véhicule, qui a été "confisqué", contenait des "objets volés à la population" et des "armes". 

https://www.youtube.com/watch?v=qBam3d46Lq8

Le 29 janvier 2013, une ambulance avec une plaque d'immatriculation française « CP-253-DE » a été saisie par les forces armées kurdes qui combattent depuis le 16 janvier les groupes armés, soutenus et financés par le régime turc, selon la chaîne de télévision kurde Nuce TV. « Secours d'urgence aux asphyxiés et blessés » pouvait-on lire sur les images diffusées. L'ambulance transportait des objets volés appartenant aux habitants et des armes, selon des sources kurdes.

Chaîne ActuKurde - Une ambulance française confisquée par les forces kurdes à Rass al-Ain, 29 janvier 2013

Le véhicule VSAV est immatriculé dans la Meuse (55) et assuré du 01/01/2012 au 31/12/2012.

Un véhicule de pompiers est un bon moyen de camouflage pour les trafiquants d'armes en tout genre, et dans le même temps, est facilement repérable pour les destinataires de ces armes.

François Hollande avait déjà avoué, lors d'un entretien avec le journaliste Xavier Panon, avoir violé en 2012 l'embargo européen sur les armes en Syrie de 2011 en acheminant illégalement des armes lourdes à des groupes rebelles.

Accusé par le régime syrien et la Russie d'avoir tiré un missile équipé d'une tête chimique dans la province d'Alep, tuant 16 personnes et en blessant une centaine d'autres, l'Armée Syrienne Libre (ASL) assure :

"Nous n'avons ni missile de longue portée, ni arme chimique. Et si on en avait, nous ne les utiliserions pas en prenant des rebelles pour cible"

Armée Syrienne Libre - mars 2013

Pourtant, les forces kurdes rebelles combattaient l'ASL, dont le centre de commandement était basé en Turquie, dès le début de l'année, et affirmaient même, quelques mois plus tard, que l'ASL étaient alliée avec les djihadistes d'Al-Qaïda :

Face à la résistance et les « opérations révolutionnaires » des Kurdes syriens, les « jihadistes » d'Al-Qaïda, épaulés par plusieurs brigades de l'armée syrienne libre (ASL), ont de nouveau subi de lourdes pertes. [..] A Alep, au moins 25 membres des brigades de l'ASL ont été tués après leurs attaques visant les quartiers kurdes.

ActuKurde - A Alep, l'ASL subit de lourdes pertes face aux Kurdes, septembre 2013

Que faisait un véhicule des sapeurs-pompiers français : 

  1. en Syrie,
  2. en pleine guerre civile,
  3. dans les mains de groupes belligérants
  4. accusés d'attaques chimiques sur la population civile, et
  5. d'être alliés à Al Qaïda ?

Tags : Al Quaïda Guerre Syrie Manuel Valls Turquie Kurdes Pompiers




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • vote
    louis 18 octobre 20:33

    ouais , c’est cela qu’ils appelaient faire du bon boulot , Holland voulait a tous prix comme son prédécesseurs , laisser son empreinte sur cette guerre , hé bien c’est fait grâce aux camion de pompiers .


    • vote
      abolab 18 octobre 22:44

      @louis Oui, les pompiers pyromanes qui nous gouvernent font d’un côté de l’humanitaire et de l’autre attisent la guerre let la haine en envoyant des armes... La démocratie n’a aucune valeur si des êtres humains doivent être tués en son nom.

      Les bellicistes en Occident comme l’Etat Français ou en Syrie comme les "Forces Démocratiques Syriennes" ne sont nullement représentatifs des citoyens pacifiques du "Printemps Arabe" qui se font fait voler leur révolution, comme dans toutes les révolutions précédentes, y compris celle de 1789 en France.


    • vote
      sls0 sls0 18 octobre 21:39

      Depuis un an quand j’entends l’ambulance passer je me croirai à Paris.

      Avant je me croyais à New York avec l’ancienne sirène d’ambulance.

      Il y a souvent des dons de matériel pas trop usagé à des pays en voie de développement.

      Vu qu’il y a une ambulance française chez moi, ça ne m’étonne pas qu’on en trouve en Syrie.

      Bon après si c’est une guerre civile c’est le plus fort localement qui sera au volant et qui transportera ce qu’il veut.

      Quand est elle arrivée en Syrie ? Voilà une question qui faut se poser avant de faire des romans.


      • 1 vote
        abolab 18 octobre 22:47

        @sls0 Elle a dû arriver courant 2012 comme l’indique le certificat d’assurance. Peut-être même a-t-elle servi au gouvernement français pour acheminer des armes illégales en Syrie, étant donné que nous sommes dirigés par des trafiquants d’armes qui ne respectent même pas les embargos qu’ils ont eux-mêmes voté. Quand il s’agit de business, ces politiciens prônent l’Europe, mais quand il s’agit de respecter les embargos européens sur les armes, alors il n’y a plus personne...


      • vote
        sls0 sls0 19 octobre 05:06

        @abolab
        Vu qu’il y avait des forces du COS sur place je ne crois pas qu’un ambulance soit nécessaire.
        Des containers c’est quand même plus efficace, c’était une armée à fournir, pas un gang de petites frappes. Comme les turcs fournissaient aussi, le transporteur a dû faire un prix de gros.
        A l’époque c’est par centaines que des camions citernes passaient la frontière avec du pétrole malgré l’embargo. Ils ne devaient pas trop être regardant les douaniers surtout s’il avait un représentant du MIT comme passager.
        Pendant la guerre en Yougoslavie c’était les camions du régiment du père d’une copine qui transportaient les armes d’Ukraine en Serbie. Il n’y a pas de place pour l’amateurisme. 


      • 1 vote
        abolab 19 octobre 10:11

        @sls0 Les armes conventionnelles acheminées par le cabinet de guerre de François Hollande ont manifestement transité par l’Irak, d’après ses propres dires.

        Dès son arrivée au pouvoir en mai 2012, Hollande voulait à tout prix faire tomber Bachar el-Assad, mais face à la multiplicité des forces en présence, entre les djihadistes, les nationalistes musulmans, les nationalistes kurdes, le régime syrien, etc., armer les groupes pro-démocratie minoritaires en Syrie n’était donc pas suffisant pour faire tomber le régime.

        Pour Hollande le seul moyen de faire tomber Assad était donc d’intervenir militairement en Syrie avec l’aval de l’ONU et de participer directement à la guerre.

        Mais comme pour la guerre en Irak, il fallait une bonne raison, une "ligne rouge" à franchir pour que l’ONU accepte un engagement militaire des pays occidentaux en Syrie.

        Et cette ligne rouge avait clairement été définie dès le 27 août 2012 par François Hollande : l’"utilisation d’armes chimiques".

        Comme pour la guerre en Irak, avec le régime Bush, pour provoquer la guerre, il fallait donc que le cabinet de guerre de Hollande provoque sur le terrain le franchissement de cette ligne rouge.

        Vu qu’à l’époque la Syrie n’avait pas signé la convention sur l’interdiction sur les armes chimiques, l’utilisation des armes chimiques en Syrie entrait dans un flou juridique, que Hollande a manifestement utilisé pour provoquer la guerre.

        Quoi donc mieux qu’un véhicule de pompiers officiel, pour faire parvenir en Syrie en toute discrétion, par la route en Europe et ce en passant par la Turquie,

        des armes non conventionnelles, comme des précurseurs chimiques nécessaires à l’élaboration de quelques obus sales, et dont l’utilisation susciterait l’indignation internationale et principalement celle de la France qui pousserait ainsi l’ONU à accepter un engagement militaire afin de faire tomber Assad ?


      • vote
        abolab 19 octobre 10:17

        @abolab "la convention sur l’interdiction des armes chimiques" (CIAC). 


      • vote
        sls0 sls0 19 octobre 14:37

        @abolab
        Je suis d’accord avec vous pour Hollande au sujet de son intervention intempestive en Syrie. Un sans couilles qui voulait jouer au couillu, voilà l’impression qu’il me donnait.
        Je vous répète l’ambulance j’y crois pas, trop de frontières à passer, trop de complicités avec différents pays et comme je l’ai écrit plus haut c’est pas un gang qui devait être équipé mais une armée. Avec 2 tonnes cette ambulance traine à terre.
        C’est 1/2 milliards de containers qui transitent par an, noyé dans la masse un container et moins visible.
        Il y a aussi les C130 des forces spéciales qui ont aussi l’habitude du transport discret.


      • vote
        abolab 19 octobre 15:49

        @sls0
        La seule chose que voulait le cabinet de guerre de François Hollande était, comme en Irak, une cause d’intervention militaire légitime de l’ONU, c’est-à-dire, en l’occurence, une preuve de l’utilisation d’armes chimiques par le régime.

        Donc, il n’y avait pas besoin de beaucoup de matériels, juste quelques obus chimiquement armés suffisent, soit comme preuves en soi, soit comme moyen de provoquer en retour une réponse à l’arme chimique de la part du régime.

        Je ne crois pas à l’idée que de telles armes chimiques, si elles ont effectivement été délivrées à des rebelles, aient pu transiter par l’Irak, par des bases sous contrôle international.

        L’utilisation d’un véhicule de pompiers français dans un convoi humanitaire arrivant en Turquie, là où des camps de réfugiés sont mis en place par l’ONU, et là où l’ASL avait illégalement établi son centre de commandement, apparaît une voie beaucoup plus discrète pour une telle opération sale du cabinet Hollande.


      • vote
        abolab 19 octobre 16:01

        @sls0 L’ambulance de pompiers n’a pas forcément pris la route jusqu’en Turquie par l’Europe, elle a très bien pu être acheminée par convoi aérien humanitaire en Turquie, lors de la création des camps de réfugiés sous l’égide de l’ONU, mais qui servaient également de camouflage pour le centre de commandement de l’ASL.


      • vote
        sls0 sls0 19 octobre 17:33

        @abolab
        Plus haut vous parlez d’armes ce qui a été effectivement prouvé. Maintrnant c’est du gaz de combat qui effectivement prend moins de place.
        Pour ce qui est de l’emploi de gaz toxiques je ne retient que la Ghoutha. Les autres cas c’est de l’intox de l’Otan.
        Entre la goutha et l’ambulance il y avait l’armée syrienne, je verrai plutôt un passage par la Jordanie ou Israël.
        En bagages accompagnés ça fait gros une ambulance, il y a bien les Antonov et les Galaxy qui permettre l’emport d’un véhicule de cette taille, c’est pas trop courant quand même.
        Les plus efficaces et moins chers à une certaine époque c’était les C130 de l’armée de l’air belge. La croix rouge faisait souvent appel à eux.
        J’y avait des potes, le jeudi c’était la soirée hôtesse ça crée des liens. Bref des remplissages humanitaires j’en ai vu. Le pilote sait ce qu’il charge. Je me rappelle d’un qui avait fait décharger des après skis. Pas que c’était dangereux mais pour la Somalie c’était du kérozène de gaspillé.
        Pour charger c’est des humanitaires qui ont tendance à vite se fatiguer quand la presse se tire, ce sont souvent des bidasses qui finissent. Il y a la douane mais elle ne prête pas la main. S’en fait des témoins et des curieux le chargement d’un avion.

        Vous voulez à tout pris impliquer cette ambulance, votre prochain scénario c’est avec des extraterrestres ? Ce sera aussi vraissemblable qu’en bagages accompagnés.


      • 1 vote
        abolab 19 octobre 21:43

        @sls0 L’ambulance est symbolique et représente bien l’action gouvernementale française qui a agi à la manière de pompiers pyromanes... faisant de l’"humanitaire" d’un côté et armant la guerre civile de l’autre, avec comme seul objectif la chute du régime et non la protection de la population et la cessation des combats.

        Je ne sais pas si cette ambulance a servi à transporter des armes françaises ou des précurseurs chimiques à des armes non conventionnelles, mais la présence de cette ambulance dans les mains de l’ASL, liée à Al-Qaïda, et avec des armes à l’intérieur lorsqu’elle a été saisie, indique déjà le manque de sérieux de la France quant à l’utilisation de son matériel humanitaire.

        Car comment une puissance comme la France peut-elle laisser son matériel humanitaire, dont des véhicules, à des groupes bellicistes ? C’est insensé et irresponsable.

        En ce qui concerne la Ghouta, il a été établi que le gaz utilisé, un organophosphoré avait la même signature que dans d’autres attaques chimiques précédentes, mais même si le gaz provenait de l’arsenal syrien, cela ne peut rien prouver car l’armée syrienne comportait de nombreux traîtres vendant des armes et du matériel à l’ASL, qui est une formation issue de déserteurs de l’armée syrienne.

        Ainsi, en ce qui concerne l’étude de Human Right Watch qui parlait par exemple de lanceurs et de roquettes uniquement utilisés par l’armée syrienne, cela ne prouve rien non plus, car l’ASL se procurait des armes avec des traîtres toujours présents dans l’armée syrienne et qui vendaient du matériel militaire du régime.

        Dans ces conditions, il est impossible d’affirmer, comme a voulu le faire croire l’Etat Français, que le régime était à 100% responsable, et les soi-disant preuves apportées par les services secrets n’ont d’ailleurs convaincu ni les Etats-Unis, ni la commission d’enquête de l’ONU.

        Le camp qui avait le plus à gagner d’attaques chimiques n’était pas le régime syrien, mais bien celui des occidentaux qui voulaient en profiter pour enclencher une guerre avec l’aval de l’ONU, et également ceux misant sur une intervention des occidentaux en Syrie contre le régime.


      • vote
        sls0 sls0 20 octobre 06:23

        @abolab
        Je vous rejoins pour la Goutha, je suis assez vieux jeu coté logique criminelle, je me dit toujours à qui profite le crime.
        Pour l’ambulance je ne vois pas le gouvernement français derrière le don. Souvent c’est une association humanitaire ou elle s’est retrouvée dans un lot vendu par le domaine et racheté par un libanais, turque ou syrien pour revendre chez lui. 
        Si c’est le premier cas un ou deux humanitaires ont passé 3-4 jours sur les routes et sont arrivé en Turquie. L’ambulance en Turquie avait ses papiers français pour le passage des frontières. Pour les deux humanitaires une semaine de farniente à Antalya et retour.
        Le deuxième cas est courant aussi si vous allez à une vente du domaine vous verrez que ça ne parle pas que le français. C’est souvent de la vente par lot, peut être que l’ambulance n’intéressait même pas l’acheteur.
        Si ça vous étonne que l’ambulance soit encore immatriculée en France, moi ça m’étonne déjà moins, sur ma plaque d’immatriculation il est marqué valable jusqu’au 31 janvier 2013, je me suis fait arrêté par les flics aucune remarque et j’ai même passé la frontière, coté haïtien pas de problème non plus. Pour pas mal de pays on se formalise pas trop avec ces détails.
        Quand c’est du don de la France c’est de la bouffe, des médicaments, des couvertures des tentes.
        Il est marqué dessus : don de la France, ne peut être vendu.
        Le jour où vous faites un container humanitaire, vous finissez par un mur de don de la France, ne peut être vendu, ça calme les ardeurs des douaniers sur place, ils peuvent piquer pour chez eux mais pas de commerce, ils ne vont souvent pas plus loin.
        Pour la paperasse vous laisser faire les locaux, c’est inbitable si on veut s’en occuper.

        L’ambulance aux mains de l’ASL :
        Il y a eu des hôpitaux, des écoles, des usines, des puits de pétrole aux mains de l’ASL, ils étaient du bon coté du fusil et nombreux, d’habitude on leur dit pas non.
        C’est vrai que le responsable de l’ambulance aurait pu dire que c’était un cadeau des pompiers de Paris et que cette ambulance c’était un peu l’étendard de la France. Peut être qu’en face son interlocuteur de l’ASL était un peu vénère car bobonne allait encore l’engueuler pour le sang sur les babouches suite à 6 égorgements. Un mec vénère avec des droits de vie et de mort ça peu rendre timide, le message n’est pas passé. Le coup des armes dans une ambulance, ils en osaient des choses les gars de l’ASL. On leur disaient déjà pas trop de choses pour avoir miné les couloirs de réfugiés, ils se sont cru tout permis. Et peut être que les mecs de l’ASL n’y voyaient qu’un véhicule dans ce véhicule et quelle idée d’écrire ambulance dans un pays qui écrit en arabe.


      • vote
        abolab 20 octobre 12:00

        @sls0 On peut effectivement retrouver des VSAV d’occasion en vente sur Agorastore.

        Si le SDIS de la Meuse (55) a bien vendu un véhicule VSAV d’occasion, il doit connaître le propriétaire actuel du véhicule. Les informations présentes sur le certificat d’assurance permettent également de retracer l’origine du véhicule.

        Ce pourrait très bien être l’Etat Français également qui a racheté un véhicule d’occasion au SDIS, pour l’utiliser lors de ses opérations en Turquie.

        Ne parlant pas kurde, je ne sais pas si la journaliste présente d’autres informations pertinentes dans la vidéo de l’article.

        A la fin de la vidéo, un gros plan à l’intérieur du véhicule, montre, entre les verres brisés, une boîte de médicament à l’envers. Il s’agit de Zopiclone des laboratoires Merck, un somnifère.


      • vote
        sls0 sls0 20 octobre 16:59

        @abolab
        Connaitre le propriétaire actuel !
        Vous n’avez pas connu les vacances africaines pas chères. J’avais un copain qui faisait partie d’un groupe qui descendait des voitures en Afrique. En 80 il m’a décidé à l’accompagné comme je n’étais pas trop mauvais en mécanique et naviguation.
        Je serai infoutu de donner le nom qu’il avait sur la carte grise pas plus que le nom de l’acheteur. Sur place c’était t’as l’argent, t’as les clés et les papiers.
        L’administratif c’était le plus gros, localement le gros c’était celui qui bouffait plus qu’à sa faim, donc un patron.
        C’était le rôle du pote avec son mètre 90 et ses 110-120kg. Quel aplomb, il aurait revendu son képi au douanier ou au flic.

        Si un jour vous voulez de l’occasion pas chère allez donc en Allemagne, parler turc ou arabe libanais est un plus, c’est un peu eux qui dominent le marché.

        Bon ben voilà un aperçu de l’administratif de ce genre de pays.
        Normalement quand un association réalise ou donne, il y a un suivi informel. Pour les gens de l’asso, c’est un point de chute de vacances. La photo devant l’ambulance aurait été de rigueur. Une guerre c’est pas trop motivant pour les vacances et lors d’échanges on s’inquiète plus pour la vie des gens que du devenir d’une ambulance.

        Quand ça parle de chez moi à la télé avec les mots cyclone ou tremblement de terre, j’ai des messages me demandant si physiquement ça marche, je n’ai jamais eu de demandes au sujet de l’état de mon micro onde.


      • vote
        abolab 20 octobre 18:21

        @sls0 Si personne n’a déclaré de vol, et si la plaque d’immatriculation vient de la Meuse, alors on peut connaître le propriétaire légal actuel.


      • vote
        ahtupic 20 octobre 19:27

        @abolab
        sls0 n’est qu’un troll ; Il essaie continuellement de noyer le poisson


      • vote
        sls0 sls0 20 octobre 23:19

        @ahtupic
        Tiens, voilà le neuneu de service, ça faisait une journée quand même.


      • vote
        ahtupic 21 octobre 11:41

        @sls0
        Tiens le docteur es wikipedia ou wikipédé, ca vous irait même mieux.


      • vote
        abolab 21 octobre 12:42

        Un peu de retenue dans les commentaires, s’il vous plaît, merci.

        Les guerres absurdes, comme celle en Syrie et ailleurs, commencent toujours par la formation d’images mentales des uns et des autres, faisant monter l’hostilité et la haine jusqu’à des actes inconsidérés et violents.


      • 1 vote
        Hijack ... Hijack ... 19 octobre 18:08

        Parler d’ASL ou Daesh ou Al Quaïda, c’est du kif kif au même ... ils ont la même structure mère et n’en sont que les différentes antennes (dont on se sert suivant les besoins de l’Empire) ... ils ont les mêmes créateurs, les mêmes logistiques, les mêmes financiers, les mêmes qui les arment.

        Ils n’ont jamais été des rebelles, par ailleurs ... on ne se rebelle pas contre sa patrie au service d’autres entités destructrices de cette patrie ... surtout, que parmi ce soi disant combattants, la majorité ne sont pas syriens. Tout sonne faux.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

abolab


Voir ses articles







Palmarès