• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Catastrophe SEVESO d’Achères : mensonge de la préfecture sur la toxicité de (...)
#76 des Tendances

Catastrophe SEVESO d’Achères : mensonge de la préfecture sur la toxicité de l’incendie

Le 03 juillet dernier, un incendie majeur a eu lieu à l'usine d'épuration des eaux usées d'Achères, classée à haut risque SEVESO, du nom de la ville de Seveso en Italie où a eu lieu une catastrophe à la dioxine en 1976.

Selon une déclaration de l'exploitant (SIAPP) :

"L'incendie a détruit la totalité des cuves de chlorure ferrique utilisées"

SIAPP - Déclaration de l'exploitant

Le chlorure ferrique est bien connu et étudié pour sa capacité à créer des dioxines et des furanes, deux molécules extrêmement toxiques appartenant à la liste des "12 Agents Sales" de la Convention de Stockholm, convention signée et ratifiée par la France, qui a comme objectif de protéger l'environnement et les êtres humains des polluants persistants.

Pourtant, le jour de l'incendie, alors que des tests de dioxines ne pouvaient techniquement avoir été faits le jour même, Thierry Laurent, directeur de cabinet du préfet des Yvelines, a nié tout risque et tout danger pour la santé en déclarant :

"Il n'y a pas de risque de pollution lié à l'incendie lui-même et aux matières qui ont brûlées durant cet incendie, notamment le chlorure ferrique"

Thierry Laurent, directeur de cabinet du préfet des Yvelines, France 3

La préfecture ment à la population et cache les risques liés à la dispersion dans l'atmosphère de la dioxine et de ses molécules associées, l'un des produits chimiques les plus toxiques jamais découverts...

 

Tags : Environnement Catastrophe Santé menacée Pollution




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • 1 vote
    abolab 8 octobre 12:04

    Petite coquille dans l’article : il s’agit d’une déclaration du SIAAP, et non du SIAPP : "Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne"

    https://www.siaap.fr/


    • 3 votes
      louis 8 octobre 13:54

      Je me souviens d’ Achères il y a un peu plus de 50ans, elle était surnommée Achères les eaux grasses , des eaux pleines de métaux lourds , ce que les jardiniers ( presque tous des cheminots de la gare d’ Achères ) de l’époque ignoraient . Achères ou les égouts de la ville de Paris arrivaient , Achères avec ses jardins ouvriers , séparés par des petits canaux qui permettaient en ouvrant des vannes de les irriguer avec les eaux polluées de ces égouts ...

      Maintenant a la place de ces jardins il y a des immeubles et des commerces et probablement des pavillons ayant un petit jardin ...


      • vote
        sls0 sls0 8 octobre 18:12

        En cas d’incendie important on surveille les dioxines, plastiques et fils électriques ça produit pas mal de dioxines.

        Votre lien pour les dioxines et le chlorure ferrique est un peu léger quand on voit les conditions, 2% max de O2, 325°, du noir de charbon, ect... Pas sûr qu’il y ait eu production de dioxines dues au chlorure ferrique.

        Dans son état normal le chlorure ferrique est irritant, quand on le chauffe il se dissocie en deux produits qui vont se transformer en acide en dessous de 120° avec l’humidité de l’air ou la pluie.

        Par contre le chlorure ferrique ne brule pas ce qui rend cet incendie bizarre. Au contact de métaux il y a dégagement d’hydrogène qui lui va bruler voir exploser.

        J’espère que le clhorure ferrique n’était pas sous forme de poudre sinon avec l’eau des pompiers réaction fortement exothermique assurée et projections d’acide chloridrique.

        Il y a 3-4 jours j’avais parlé des 3 tonnes de poissons morts pensant au chlorure ferrique qui peut les foutre sur le dos.

        Si on envoit les eaux usées directement dans la Seine ça fout aussi les poissons sur le dos par manque d’O2.

        Autant l’incendie de Rouen avec 40% de la masse stockée qui est de l’huile minérale explique son ampleur, pour Achères il me reste un paquet de questions. J’attendrais les résultats de l’analyse de l’INERIS, ce sont des pros difficiles à rouler dans la farine.


        • 1 vote
          abolab 8 octobre 18:50

          @sls0 J’ai juste cité les premières études trouvées via une rapide recherche par mots-clé, mais la deuxième étude de 2018 est peut-être effectivement plus significative, car elle montre la formation "de novo" de dioxines et de furanes dans le modèle de cendres volantes, qui se rapproche beaucoup de l’incendie d’Achères au vu des images présentées par France 3 : un feu compact et rouge suivi d’un impressionnant panache de fumée noire et de cendres.

          Dans leurs plans d’action 2018 et 2019 (page 12), le SIAAP fait état de "nettoyage à la soude" au niveau du circuit de refroidissement des fours de l’usine...

          Or la soude ou hydroxide de sodium

          • Peut générer de la chaleur provoquant l’inflammation de substances combustibles à proximité.
          • Peut entraîner un incendie ou une explosion en contact avec de nombreux produits chimiques organiques et inorganiques
          • Produit de l’hydrogène gazeux inflammable en réagissant avec les métaux.

          Solution d’hydroxyde de sodium - description industrielle

          Ce me semble très risqué de faire régulièrement du nettoyage à la soude (produit très réactif) au niveau de fours d’une usine SEVESO...et pour le moins étrange que l’Autorité Environnementale ait pu autoriser une telle pratique à risque, qui pourrait peut-être être une des causes de l’incendie...


        • 1 vote
          abolab 8 octobre 18:52

          @sls0 Ce qui est encore plus étrange est qu’il n’y a aucune communication à propos de la catastrophe d’Achères sur le site de l’INERIS, comme si elle n’avait jamais existé et qu’il n’y a aucune enquête en cours... alors que la production de dioxines semblent très probable.


        • vote
          sls0 sls0 8 octobre 22:52

          @sls0
          En cherchant des billes je suis tombé sur ce site où il y a plus de détails car vu de l’intérieur.
          http://www.eauxglacees.com/spip.php?page=imprimer&id_article=2295

          Des supers managers de plus liés au politique ça peut amener au déplorable.

          J’ai connu pas mal de station de transformation d’eau de rivière en eau déminéralisée. Il y a à peu près le même process.
          S’il y a bien un endroit où je n’envisagerai pas un incendie c’est bien à la foculation et aux presses à boue. Si j’ai bien compris ce serait à ce niveau l’incendie.
          C’est des réservoirs à ciel ouvert où il y a un agitateur qui mélange le chlorure ferrique à l’eau. Sous l’effet du chlorure tout ce qui est en suspension et s’aglomère et forme une boue en fond de cuve. Ces boues sont évacuées et pressées pour former des galettes qui finissent dans une benne. Pour Achères c’est peut être un peu différent mais tout aussi humide.


        • vote
          sls0 sls0 9 octobre 02:03

          @abolab
          L’ineris fait des enquêtes qui sont bien faites.
          Une enquêtes bien faite ça prend du temps.
          L’Ineris c’est de la prévention basée sur un bon retour d’expérience, c’est du temps long.
          L’Ineris c’est des accidents importants, qu’ils soient médiatiques ou sujet à polémique c’est pas leur boulot. Leur boulot c’est la connaissance et une forte expertise qu’ils partagent. C’est du long terme, bien sûr que s’il y a un problème dépassant des capacités locales il seront là. Pour les analyses il sont les mieux équipés et savent faire. Les fiches sécurités c’est eux.
          On trouvera peut être plus facilement sur la base ARIA du ministère de l’environnement mais pas tout de suite pour ce qui est des causes et analyses.

          Pour ce qui est de dioxines il y en a souvent lors d’un incendie, s’il y a du plastique ou de la gaine de fils électriques on y a droit.
          En faisant une recherche par mots clés avec chlorure de fer et dioxine bien sûr qu’on aura des réponses.
          A titre de test je viens de taper Hitler et Katmandou qui n’ont aucun lien entre eux et j’ai 850000 réponses.
          Au niveau risque il y a les fiches de sécurité de l’Ineris mais sur wikipédia c’est déjà bien complet.
          Un peu hors sujet vis à vis de votre commentaire mais pas de l’article, une vidéo au sujet du PPRT, ça permet de se faire une idée générale mais succinte du seveso et des parades associées.
          https://youtu.be/_2R-AzZO3BY
          Sinon sur la chaine Ineris il y a déjà des explications de risques ainsi que leur métier. Il y a différentes spécialités mais toutes liées aux risques ce qui fait un sacré paquet de spécialistes au même endroit. Un risque n’est pas toujours mono spécialité.
          Après vous pourrez répondre quand on vous demandera la différence entre une blève et un boil over qui font tout les deux des victimes chez les pompiers.
          Le camping de Los Alfaques en Espagne qui n’est pas seveso c’est une blève de 23 tonnes de propylène qui a fait 215 morts dans un rayon de 300m.


        • vote
          abolab 9 octobre 10:36

          @sls0 L’INERIS semble aujourd’hui occupé par l’incendie de Lubrizol, autre enfumage majeur des autorités sur la dioxine, et leur site ne fait absolument pas mention dans leur fil d’actualités, en juillet, de l’incendie d’Achères.

          Ce qui laisse présager la totale occultation de cette affaire et l’absence d’enquête de la part de l’INERIS. Aucune communication, plus de trois mois après, sur des mesures de dioxines n’ont été publiées...

          Il semble que le traitement de cette catastrophe industrielle majeure d’un site SEVESO seuil haut soit passée à la trappe, au détriment de l’environnement et de la santé de la population.

          Nous parlons ici en effet de matériaux chimiques particulièrement connus pour leur synthèse de novo de dioxines, et présents en grande quantité, pas de simple câbles électriques ou des plastiques.

          Par vos remarques hors-sujet, vous semblez participer de l’enfumage généralisé et de la minimisation des catastrophes industrielles SEVESO, sans doute devriez-vous postuler pour un poste à la préfecture.


        • vote
          sls0 sls0 9 octobre 17:49

          @abolab
          Pour tout les sites c’est la base ARIA.
          S’il y avait quelque chose d’intéressant au niveau technique ou REX l’Ineris aurait regardé. De mon point de vue c’est un management de merde par des incompétents, je ne vois pas en quoi ça devrait intéresser l’Ineris d’autant plus que cette impression c’est plus du témoignage que du physiquement mesurable.
          Ils prennent en compte le facteur humain quand c’est directement lié à l’accident.
          L’Ineris est une référence mondiale beaucoup consulté, mettre en exergue une incompétence en France ça ne doit pas trop les motiver non plus.


        • vote
          abolab 9 octobre 17:56

          @sls0 Oui, mais l’INERIS, c’est quand même l’"Institut National de l’Environnement et des Risques Industriels", donc les voir ne pas du tout s’occuper d’une catastrophe industrielle comme celle d’Achères, un site SEVESO seuil haut, me semble pour le moins très inquiétant.


        • vote
          rita6 rita6 9 octobre 09:23

          Allons allons..pas de panique..nous couvrons la vérité avec nos mensonges comme d’hab.. smiley



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

abolab


Voir ses articles







Palmarès