• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Vaccination : Valneva, un succès français... au Royaume-uni

Vaccination : Valneva, un succès français... au Royaume-uni

Près de 44 millions de personnes ont déjà reçu au moins une dose de #vaccin anti-Covid en France. S'il faudra attendre décembre pour apercevoir le sérum du laboratoire français Sanofi, celui du groupe franco-autrichien #Valneva, installé près de Nantes (Loire-Atlantique), poursuit son développement. Le produit n'est cependant précommandé ni par Bruxelles, ni par Paris, mais par Londres.

Tags : France Vaccins Entreprises Santé menacée Angleterre Union européenne




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • 3 votes
    abolab 7 août 09:44

    Le lobby du "génie génétique" et des vaccins ARNm a fait en sorte qu’en Europe seuls les vaccins ARNm doivent passer en force...


    • 6 votes
      Hijack ... Hijack ... 7 août 11:48

      @abolab

      Cela prouve ô combien l’U.E est une bienfaitrice pour les européens croyants en elle.
      Piège qu’avait bien compris F. Asselineau, il faut bien le reconnaître ; surtout était pratiquement le seul à ce niveau !


    • 2 votes
      mat-hac mat-hac 7 août 20:01

      @abolab
      Les gibis avaient donc raison de sortir de l’UE !


    • 5 votes
      Hijack ... Hijack ... 7 août 10:15

      Merci d’avoir publié cet article avec son excellente vidéo explicative.


      Ci-dessous Ce que je disais dans 3 articles que j’avais proposé, mais non publiés, dont 1 sur Avox.fr :

      " -Il y a quelque temps, en cherchant des informations sur les vaccins, j’étais tombé sur l’incroyable histoire du vaccin prometteur et bien français, j’ai nommé le Valneva et, tenez-vous bien : Aucun grand laboratoire français n’avait encore réussi à produire un vaccin contre le covid. Valneva, une petite entreprise d’origine nantaise développe un vaccin qui serait très efficace contre le Covid et faire face aux nouveaux variants.


      Le président de Valneva, Franck Grimaud et son équipe, ont été contraints de proposer leur vrai vaccin en Angleterre, vu que l’U.E n’avait pas donné d’autorisation au labo français de produire ce vaccin en France. Labo de production finalement monté en Écosse où l’entrepreneur nantais a engagé pour ce projet + de 500 employés. Ce vaccin, (Valneva) prévu à la fin de l’automne, mais d’abord en GB qui a investi pas mal d’argent, impossible donc en France avant 2022, mais espérons qu’il soit disponible plus tôt. J’ajoute que ce vaccin inclut la protection contre le Delta et, j’insiste sur le fait que c’est un vaccin tout à fait classique, contrairement à ceux proposés qui posent différents problèmes aussi bien dans la méconnaissance de leurs effets bons ou mauvais, que sur la communication faite autour.

      L’UE impose ses lois, ça on le savait, mais là, elle empêche une nation en Europe de faire les meilleurs choix pour la santé ses citoyens, de même que celle d’autres pays de l’Union Européenne. "


      • 4 votes
        Hijack ... Hijack ... 7 août 10:17

        Suite ... :

        Dommage pour le pays de Pasteur qui n’a rien pu faire pour produire ce vaccin en son sol. Dès sa production, les anglais seront prioritaires ... et, va savoir si l’U.E autorisera la France à en acheter quelques mois après les anglais.

        Rappelons-le, ce vaccin, s’il était disponible en France, mettra fin à la fausse polémique des anti et pro vax, car les dits anti, ne seront, en très large majorité pas contre ce vaccin traditionnel qui sera accepté par tous, comme ce fut le cas pour les précédents vaccins que nous avions presque tous fait depuis notre enfance. Cela mettra fin aux tensions dans tous les milieux professionnels et familiaux, notamment et prioritairement dans les milieux hospitaliers et de soins en général.

        Au lieu de voir le calme revenu en France, d’aucuns ajoutent à la confusion, les médias omettant de parler de ce problème du vaccin français retardé par l’U.E, puis produit en G.B. De même qu’ils oublient de parler des traitements anti Covid qui existent et qui avaient déjà fait leur effets dans le bon sens médicalement parlant.


      • 1 vote
        mat-hac mat-hac 7 août 20:00

        @Hijack ...
        Merci !


      • 1 vote
        Hijack ... Hijack ... 8 août 12:57

        @mat-hac

        Merci à vous ... Jusqu’ici je n’avais jamais réussi à poster un article sur les aventures de Valneva, mais vous l’avez fait avec une très bonne vidéo.


      • vote
        sls0 sls0 7 août 12:47

        Vive l’UE. Mais jusqu’où elle nous enfoncera l’UE ?



          • 10 votes
            Hijack ... Hijack ... 7 août 17:35

            Pour quel motif l’état français a favorisé le vaccin Pfizer (notamment) ...

            PfizerLeak : les contrats Pfizer et leurs clauses surprenantes ...

            Extrêmement contraignants pour les États qui les ont signés, les contrats Pfizer semblent les avoir ligotés. Quelques explications qui s’appuient sur les tweets de Marceau qui a traduit et commenté ces révélations faites sur Twitter.

            Bien que les documents qui ont fuité soient en réalité des "drafts" du laboratoire, soit un brouillon, une version non finale, il y a fort à parier que les contrats y ressemblent comme deux gouttes d’eau. Pfizer s’est montré plutôt agressif en essayant de protéger les détails de leurs accords internationaux sur le vaccin COVID-19. Mais en voici une copie. Le document qui est ici épluché a été rendu public par l’Albanie en janvier 2021.

            Voir aussi : le document complet en anglais

            Extraits :

            Comme vous allez le voir, il y a une bonne raison pour laquelle Pfizer se battait pour les détails des ses contrats.

            Pour commencer, parlons du produit : l’accord couvre non seulement la fabrication des vaccins contre le Sars-COV-2 et ses mutations, mais également tout « dispositif, technologie ou produit utilisé pour l’administration ou pour améliorer l’utilisation ou l’effet d’un tel vaccin ».

            Si vous vous demandiez pourquoi l’Ivermectine a été empêchée, eh bien, c’est simplement parce que l’accord conclu avec Pfizer ne leur permet pas d’échapper à leur contrat, qui stipule que même si un médicament efficace était trouvé pour traiter le Covid-19, le contrat ne peut pas être annulé. Difficile donc, de jouer sur deux tableaux. Vous imaginez les millions de doses payées et vouées à la destruction si un traitement efficace et peu cher devait exister ?

            Pour être clair, "l’acheteur renonce à tous les droits et recours qu’il peut avoir en vertu de la loi", et donc subira les conséquences de produits défectueux et/ou manquants si cela venait à arriver. La seule façon d’obtenir un rappel est de prouver un défaut de fabrication.
            « Pour plus de clarté, l’acheteur n’aura pas le droit de rejeter un produit sur la base de réclamations de service à moins qu’un produit ne soit matériellement conforme aux spécifications ou aux standards de fabrication ». Notons toutefois que c’est une preuve difficile à apporter puisque le procédé de fabrication n’est même pas encore stabilisé.


            Par ailleurs, il existe des clauses concernant la possibilité de résiliation, mais en tout état de cause, l’acheteur n’a presque rien qui puisse être considéré comme une violation substantielle (même en cas d’inefficacité des vaccins ou en cas d’effets secondaires grave/mortels), tandis que Pfizer peut facilement le faire s’il n’obtient pas son argent ou s’il le juge nécessaire. En d’autres termes, ça marche dans un sens mais pas dans l’autre...

            Etc ...


            • 3 votes
              Hijack ... Hijack ... 7 août 17:42

              Comme vous allez le voir, il y a une bonne raison pour laquelle Pfizer se battait pour cacher les détails des ses contrats.


              • 1 vote
                123 soleil 7 août 21:38

                << S’il faudra attendre décembre pour apercevoir le sérum du laboratoire français Sanofi, etc... >>>

                Parler de sérum pour un vaccin ; des gens sér..ieux ?


                • vote
                  vesjem vesjem 7 août 22:44

                  j’ai l’impression con ne nous dit pas tout sur les marché des vaccins à ARNm, passés entre la (grosse) commission européenne et les labos amerloques ;

                  y’a comme qui dirait des commissions qui se passent sous la table 


                  • 8 votes
                    Hijack ... Hijack ... 7 août 23:57

                    Je viens d’entendre une soirée de témoignages de professionnels de santé sur LaUneTv : médecins, épidémiologistes, professeurs en tous genres et autres, nous mettre en garde >>> Que l’inoculation de produits dangereux qu’ils appellent vaccins (ARNm + ADN) est, sont selon eux un crime contre l’humanité ...

                    Chacun d’eux a donné maints arguments et différentes sources ...



                      • 1 vote
                        jjwaDal 8 août 16:15

                        Le PDG de l’entreprise a bien précisé que c’est la souche originelle (sortie de labo pour être clair) qui avait été utilisée. Le vaccin sera a priori comparable au "Sinopharm" chinois, à savoir un vaccin inactivé. Dans la littérature après deux doses ils avaient de l’ordre de 60 à 65% de protection, mais contre le variant "delta" personne n’en sait rien. Notre chance est que ce variant vu sa contagiosité risque de durer et que les variants plus dangereux ("Eta" par ex) auront plus de mal à s’implanter.
                        On savait dès le départ que les coronavirus se recombine plus vite que leur ombre et donc la course au vaccin était assez imbécile. On risquait de se retrouver dans la même situation qu’ avec un vaccin contre la grippe de l’hiver 2019/2020 pour lutter contre la grippe de l’hiver 2021/2022.
                        L’erreur principale aura été de ne pas partir bille en tête sur des molécules connues, immédiatement utilisables, qui de façon démontrée rapidement auraient fait baisser la charge virale ou l’aurait empêcher de se répliquer. La course à handicap après les variants aurait été évité en bonus.
                        Les raisons pour lesquelles cela n’a pas été fait sont trop évidentes pour les rappeler ici...


                        • 1 vote
                          Hijack ... Hijack ... 9 août 11:48

                          @jjwaDal

                          "Les raisons pour lesquelles cela n’a pas été fait sont trop évidentes pour les rappeler ici..."

                          Je ne crois pas que ces raisons soient si évidentes que ça. Plus on approfondi et plus ça se complique, car beaucoup de fausses informations.

                          Soulignons que l’U.E est responsable de la dérive et des erreurs de nos dirigeants et instances de santé dans majorité de nations européennes.

                          En Chine, il n’y a pas que Sinopharm, CoronaVac etc ... , mais d’autres vaccins, tous dans le même schéma. Leur efficacité est mal comprise, car dès le début, la Chine avait donné un % moyen de protection, mais précisant qu’il était efficace à 100% contre les formes graves. Sans compter : pas de complications graves, plutôt quelques formes d’effets secondaires classiques durant très peu de temps au pire.

                          COVID-19 : Le vaccin chinois CoronaVac fait ses preuves

                          Actualité publiée il y a 4 semaines 1 jour 1 heure
                          The Lancet

                          Ces données préliminaires d’un essai de phase III confirment le vaccin anti-COVID-19 développé en Chine, CoronaVac, à schéma à 2 doses, comme efficace à 83,5% contre le COVID-19 symptomatique. Cette analyse intermédiaire, publiée dans le Lancet et présentée au Congrès européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses (ECCMID*) de cette année, indique que CoronaVac induit une solide réponse en anticorps. Aucun événement indésirable grave ou décès n’a été signalé chez les plus de 10.000 participants de l’essai, mené en Turquie.

                          .
                          Inutile de préciser qu’avant les vaccins, il aurait été plus logique que les savants du monde entier se donnent pour mission de trouver un ou des traitements spécifiques contre le Covid et ses variants, cela aurait coûté mille fois moins cher que la recherche de vaccins, notamment les plus connus (Pfizer, Moderna, J&J, Astra Z.) fonctionnant avec une nouvelle méthode d’action problématique et dont on ne sait rien à moyenne ou longue échéance. Ce virus mute et, penser qu’un vaccin puisse lutter contre, à condition que ce vaccin soit vraiment efficace, voudrait dire qu’il faut se vacciner par périodes régulières, comme par abonnement. Oui, il y a bcp de zones d’ombres ! 


                        • 1 vote
                          Hijack ... Hijack ... 10 août 11:25

                          Vidéo qu’il est interdit de ne pas écouter ... avant qu’elle ne soit supprimée.

                          Elle est longue, 1h40, mais ça vaut le coup, à l’attention de ceux qui souhaitent savoir de quoi il s’agit en parlant du Covid-19 et ses pseudos vaccins, tout y est sourcé, vérifié.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès