• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > « Mystère Michéa - Portrait d’un anarchiste conservateur » (de Kévin (...)

« Mystère Michéa - Portrait d’un anarchiste conservateur » (de Kévin Boucaud-Victoire)

Après le "Baise ton prochain" de Dany-Robert Dufour, nous allons aujourd'hui nous pencher sur le "Mystère Michéa" de Kévin Boucaud-Victoire.

Les deux premières vidéos seront ainsi consacrées au livre "Mystère Michéa - Portrait d'un anarchiste conservateur" publié en 2019 chez L'Escargot.

Ensuite, viendront deux vidéos d'entretiens avec Jean-Claude Michéa et une vidéo "note de lecture" par Michel Drac.

Enfin, une sélection d'articles permettra d'aller plus loin sur la thématique des vidéos proposées.

(Orwell en bonus)

 

Mystère Michéa - Portrait d'un anarchiste conservateur

« À l’instar d’un Alain Badiou, Jean-Claude Michéa est devenu culte de son vivant. Près de trente ans après son premier livre, le philosophe montpelliérain, désormais dévoué à l’apprentissage de la permacutlture, a lancé malgré lui une véritable « génération Michéa ».

Son plus haut fait d’armes ? Avoir rompu avec la gauche sans jamais donner de gages à la droite.

Sa ligne de conduite, revenir à un socialisme des origines, a pourtant été l’objet de nombreux contresens, d’interprétations confuses ou de récupérations opportunistes.

Entre décroissance, socialisme libertaire, conservatisme, comment percer à jour le mystère Michéa ?

 

Son biographe Kévin Boucaud-Victoire a mené l’enquête et décrypte avec clarté, rigueur et humour les travaux du plus anarchiste des conservateurs. » (Kévin Boucaud-Victoire "Mystère Michéa")

 

 

Nouvelle Action Royaliste - #57 - Kévin BOUCAUD-VICTOIRE pour son livre "Le Mystère Michéa" - 12 nov. 2019 - 1h25

(questions débat à partir de 37:45)
Mercredi 6 novembre, aux “Mercredis de la NAR” nous recevions Kévin BOUCAUD-VICTOIRE pour son livre “Le mystère Michéa”.
Co-fondateur de la revue « Le Comptoir », Kévin Boucaud-Victoire est rédacteur en chef pour les idées à « Marianne ». Nous l’avions reçu pour son premier livre, La guerre des Gauches, puis pour le deuxième, qu’il avait consacré à Georges Orwell, écrivain des gens ordinaires. Il revient parmi nous avec un nouvel ouvrage, dans lequel il s’interroge sur le Mystère Michéa.
Beaucoup se réclament de Jean-Claude Michéa et tentent de le récupérer mais le philosophe a rompu avec la gauche sans jamais donner de gage à la droite. Inclassable, et par conséquent victime de contresens et d’interprétations confuses, l’œuvre de cet « anarchiste conservateur » invite à repenser le socialisme, l’écologie et la révolte naissante des classes populaires.

 

Contre Culture - JEAN-CLAUDE MICHÉA, LE CONSERVATEUR DE GAUCHE - 21 oct. 2019 - 30 minutes

CHAPITRAGE :

00:00 à 04:32 Qui est Michéa ?
04:32 à 07:15 Libéralisme, capitalisme et progrès
07:15 à 13:06 Le capitalisme, un progressisme
13:06 à 16:02 Le socialisme plutôt que la gauche
16:02 à 20:39 Choisir entre le minoritaire et le prolétaire ?
20:39 à 26:00 Le peuple, le populisme et la common decency
26:00 à 27:36 Michéa, un anarchiste conservateur
à partir de 27:36 Le michéisme est-il possible ?

SOURCES :

Mystère Michéa (Kévin Boucaud-Victoire) : https://bit.ly/2p0v5Kp
Pride (Matthew Warchus, 2014)
I, Daniel Blake (Ken Loach, 2016)

Vidéos mentionnées :
Gauche, la grande trahison (le tournant de la rigueur) : https://www.youtube.com/watch?v=FS-TRO1HO6I
Gauche, la grande trahison (l'union européenne) : https://www.youtube.com/watch?v=U9Dugz3ga1I&=&t=35s
Gauche, la grande trahison (la République et le communautarisme) : https://www.youtube.com/watch?v=sOHi77q7_BQ
Emmanuel Macron, entre progressisme et bougisme : https://www.youtube.com/watch?v=VQLMPSTz1EM

 

CLAVbe1 - ENTRETIEN AVEC JEAN-CLAUDE MICHEA - 28 janv. 2013 - 25 minutes

LA CAUSE DU PEUPLE.
Jean Cornil a rencontré le philosophe français Jean-Claude Michéa, chez lui, à Montpellier.
Philosophe « inclassable », Jean-Claude Michéa a un parcours singulier.
Venant d'un milieu communiste, anarchiste, penseur critique du libéralisme et singulièrement du libéralisme culturel qu'il assimile à la gauche.
Dans cette émission, Jean Cornil ira à la rencontre de ce philosophe étonnant, très éloigné des schémas traditionnels de la pensée politique.

 

Comédie Du Livre - Entretien avec Jean-Claude Michéa - Comédie du livre 2017 - 6 oct. 2017 - 1h15

Animé par Régis Penalva, directeur littéraire de la Comédie du Livre.

« Il est aujourd’hui plus facile d’imaginer la fin du monde
que celle du capitalisme. » Avec "Notre ennemi, le capital"
(Climats), le philosophe Jean-Claude Michéa poursuit son
travail de clarification et de démolition entrepris avec des livres aussi importants que "Orwell, anarchiste Tory", "L’Empire du moindre mal" ou "La Double Pensée". Mais est-il encore possible de « rassembler la grande majorité des classes populaires autour d’un programme de déconstruction graduelle du système capitaliste » ?

Vendredi 19 mai - Comédie du Livre 2017

 

Michel Drac - Notre ennemi le Capital (Jean-Claude Michéa) - 24 déc. 2017 - 21 minutes

Une note de lecture sur un essai politique présentant une réflexion de fond, originale et stimulante.

 

 

Les articles conseillés :

 

Michéa, l’autonomie socialiste contre le libéralisme

Disciple d’Orwell, Lasch, Debord, Castoriadis, Pasolini, mais aussi de Marx et Proudhon, Michéa se définit dans La Double pensée (2008) comme un socialiste « fidèle au principe d’une société sans classe, fondée sur les valeurs traditionnelles de l’esprit du don et de l’entraide », ainsi que comme un « démocrate radical ». (...)

sur Le Média Presse, 24 sept. 2018, par Kévin Boucaud-Victoire

 

Kévin Boucaud-Victoire : « Michéa est autant un pamphlétaire qu’un penseur, ce qui nuit à la bonne compréhension de ses thèses »

Quand Eric Zemmour explique par exemple que la famille est la dernière cellule de résistance au capitalisme, en prenant appui sur Michéa, il commet une grosse erreur. Le philosophe ne dit jamais cela. Michéa s’inspire sur cette question des travaux de Christopher Lasch, pourfendeur des « familles alternatives » (familles monoparentales, notamment) défendues par la gauche américaine. Pour lui, ce n’est pas tant que la famille permettrait de résister au capitalisme, mais qu’elle serait détruite par ce système. « La bourgeoisie a déchiré le voile de sentimentalité qui recouvrait les relations de famille et les a réduites à n’être que de simples rapports d’argent », rapportaient déjà Marx et Engels (Manifeste du Parti communiste). Enfin, pour Lasch, croire que la famille pourrait être un îlot de résistance est une illusion qu’il moque dans Un refuge dans ce monde impitoyable. Par contre, les familles « alternatives » sont sources de souffrances et de fragilité pour Lasch. (...)

sur PHILITT, 12 juin 2019, par Matthieu Giroux

 

Jean-Claude Michéa : « Il est grand temps de refermer la triste parenthèse politique de la gauche libérale »

J’y vois malheureusement le signe de l’influence grandissante des “idées” (si l’on peut dire !) d’un Bernard-Henri Levy sur la nouvelle intelligentsia “progressiste” ! Lui qui, récemment encore, n’hésitait même plus à définir les classes populaires par leur « mépris de l’intelligence et de la culture » et leurs « explosions de xénophobie et d’antisémitisme » (il faut dire que la révolte du “peuple d’en bas” et de ses Gilets jaunes l’avait immédiatement plongé dans le même état de panique haineuse que les riches bourgeois parisiens de 1871 face aux insurgés de la Commune !). Or la plupart des enquêtes empiriques dont nous disposons sur ce point confirment, au contraire, de façon massive que c’est bel et bien dans les milieux populaires que le sens des limites et les pratiques concrètes et quotidiennes d’entraide et de solidarité demeurent, aujourd’hui encore, les plus répandus et les plus vivaces. Ce qui s’explique, après tout, très facilement. (...)

sur Le Comptoir, 20 juin 2019

 

Emmanuel et Mathias Roux : « Michéa a montré que les vraies oppositions ne sont pas là où on pense »

Depuis 2013, Jean-Claude Michéa est devenu un sujet de polémique pour la gauche radicale intellectuelle. « Penseur majeur » affirment les uns, « rouge-brun et confusionniste », répondent les autres. Dans le même temps, une partie de la droite conservatrice et réactionnaire ne cache pas son intérêt pour le philosophe socialiste. Quoiqu’il en soit, l’ex-Montpelliérain ne laisse plus indifférent dans le monde des idées et dérange. Dans « Michéa l’inactuel : Une critique de la société libérale » (Le Bord de l’eau), Emmanuel Roux et Mathias Roux, philosophes de formation, reviennent sur cette figure controversée. Ils nous éclairent sur sa critique du libéralisme, sa filiation intellectuelle avec George Orwell et les perspectives politiques qu’il ouvre. (...)

sur Le Comptoir, 31 janvier 2018, par Kévin "L'Impertinent" Boucaud-Victoire

 

Entretien : Kévin Victoire “Michéa, un socialiste proudhonien ?”

Le libéralisme est avant tout une révolution anthropologique, accentuée par la société de consommation. Pasolini, dont Michéa est un grand lecteur, estime que les classes populaires ont été « atteintes dans le fond de leur âme, dans leurs façons d’être » et que l’âme du peuple a non seulement été « égratignée, mais encore lacérée, violée, souillée à jamais ». Voilà pourquoi il voyait dans la société de consommation un totalitarisme plus puissant que le fascisme. La révolution culturelle socialiste ne sera évidemment pas simple à mettre en œuvre. Chaque jour qui passe renforce l’adhésion des personnes à ce système, la société du spectacle et le numérique jouent de ce point de vue un rôle essentiel. Une bataille culturelle est donc indispensable, mais celle-ci doit commencer à l’usine, dans les entreprises et dans les quartiers populaires, et non pas dans le ciel des idées. (...)

sur L'Inactuelle, 27 juin 2019, par Thibault Isabel

 

[Article-Vidéo] : Jean Claude Michéa - Notre ennemi le capital - résumé - sur AgoraVox - 9 déc. 2017

 

 

Bonus George Orwell :

 

Nouvelle Action Royaliste - #30 - Kévin BOUCAUD-VICTOIRE pour son livre “ George Orwell, écrivain des gens ordinaires” - 9 nov. 2018 - 1h23

 

Charles Robin - Orwell, Michéa, la Gauche, etc. - 25 déc. 2014 - 19 minutes

 

[Vidéo] : "1984", de George Orwell (Alchimie d'un roman, épisode n°22) - sur JPDepotte - 20 nov. 2014 - 11 minutes

 

[Vidéo] : GEORGE ORWELL (1903-1950) – Une vie, une œuvre [1997] - sur Rien ne veut rien dire - 1 févr. 2017 - 1h20

 

[Article] : George Orwell : un socialisme sans le Progrès - sur Le Comptoir, 11 avril 2018

 

 

« Avec l'entrée progressive du système capitaliste dans sa phase dite "néolibérale", la falsification méthodique du sens originel du mot "populisme" allait très vite devenir l'un des principaux axes de l'idéologie dominante. » (Jean-Claude Michéa)

 

Mystère Michéa : portrait d'un anarchiste conservateur - Kévin Boucaud-Victoire

Mystère Michéa : portrait d'un anarchiste conservateur - Kévin Boucaud-Victoire

 

 

Des livres de Jean-Claude Michéa (Champs essais) :

Notre ennemi, le capital
Notes sur la fin des jours tranquilles

L’Empire du moindre mal
Essai sur la civilisation libérale

Le loup dans la bergerie
Droit, libéralisme et vie commune

Le Complexe d’Orphée
La Gauche, les gens ordinaires et la religion du progrès
 

Tags : Livres - Littérature Economie Politique Société Histoire Démocratie Philosophie Culture Travail Oligarchie Jean-Claude Michéa Marxisme Capitalisme Libéralisme Anarchisme




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • 5 votes
    Super Cochon 11 janvier 16:51

    ENCORE du Socialisme ? .......... merci , on à assez donné et perdu suffisamment d’argent pour s’apercevoir que c’était une escroquerie , on va passer à autre chose !

    .

    Les GRAND théoriciens de Gauche du bien être de l’humanité qui ont fait des millions de morts , ruiné des pays entier , et dévasté et détruit des cultures ! ....... NON , merci !


    • 1 vote
      yoananda2 11 janvier 16:56

      @Super Cochon
      oui, le marché c’est "merdique" parce qu’il débouche forcément sur des oligarchie ou des monopoles, mais le socialisme, c’est à dire l’étatisme, c’est à dire la bureaucratie et la planification, c’est à dire la corruption et le gaspillage, les passes droits, les avantages et privilège (comme on a en France en ce moment) ce n’est certainement pas mieux, et les bilans des pays qui s’y sont essayés ne sont pas fameux.
      Alors oui, ici ou la, il y a bien des cas ou la privatisation de multinationales voraces donne une bouffée d’air frais aux peuples, c’est indéniable, mais, dans l’ensemble sur le long terme, le socialisme ne fonctionne pas.
      En charibe et scilla, entre la peste et le cholera ...


    • 5 votes
      Super Cochon 11 janvier 17:54

      La Gauche est l’ami du Capitalisme , car ils prônent à eux deux la libre circulation des marchandises et des travailleurs (immigration) en fonction des besoins et des intérêts d’un marché globalisé. Volonté de faire disparaître les frontières et les identités de chaque pays aux détriment des peuples.

      .

      L’URSS n’est pas devenu le paradis de l’ouvrier , mais un ENFER ou il a été mis en esclavage !


      • 2 votes
        gaijin gaijin 12 janvier 10:37

        @Super Cochon
        " La Gauche est l’ami du Capitalisme "
        oui !
        on peut le dire autrement : ce sont les deux faces de la même pièce


      • vote
        CoolDude 12 janvier 12:20

        @Super Cochon

        La Gauche est l’ami du Capitalisme , car ils prônent à eux deux la libre circulation des marchandises et des travailleurs (immigration) en fonction des besoins et des intérêts d’un marché globalisé.

        Ça, c’est Orwellien... Quand on ne comprends pas le sens du mot Capital, Capitalisme et Capitaliste, ses tenants et aboutissants, on en vient à dire cela.

        "Le capital est une somme d’investissements utilisée pour en tirer un profit, c’est-à-dire un stock de biens ou de richesses nécessaires à une production.

        Cet emploi, courant en sciences économiques, en finance, en comptabilité, en sociologie et en philosophie, a néanmoins dans les domaines distincts des significations spécifiques."

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Capital

        A vous entendre, "La Gauche" au sens large est l’ami des Capitalistes et qu’ils ont pour ambition de tout "privatiser"... L’eau, l’air, la vie (comme dit la pub).

        Après, il y a des principes "Economique" et de "Coût" Humain... qui sont universels.

        Si du blé est là et pas assez là, des terres arables là et pas là, ça se gère !

        Et c’est soit un capitaliste qui décide (je détruis ma récolte pour ne pas vendre à perte, je vends à perte ou au contraire, j’ai le monopole ou je suis un cartel)...
        Soit une autre structure !

        Et il y a différente structure de contrôle et de niveau de contrôle... Que le libre marché !

        Si Capitalisme = Économie ! Ben oui, dans ce cas là... La Gauche fait de l’économie comme tout à chacun.

        La Gauche est l’ami du Capitalisme , car ils prônent à eux deux la libre circulation des marchandises et des travailleurs (immigration) en fonction des besoins et des intérêts d’un marché globalisé.

        Et la Droite dans tout cela ?

        Empêcher la libre circulation des biens et des personnes est il Anti-Capitaliste ?

        Non, car l’intérêt de ceci peut être aussi de protéger, privilégier les Capitalistes Nationaux, dans un libre marché nationale. Mais au moins eux, ils sont Nationales.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Capitalisme_de_connivence


      • 2 votes
        Super Cochon 12 janvier 20:05

        @CoolDude
        .
        Comme tu joues au con , je vais préciser ! ........... le GRAND Capital , ou le Libéralisme !
        .
        Je ne suis pas contre la propriété privé , bien au contraire ! ......... Le Capitalisme à la papa n’est pas un problème , c’est celle de la prédation Bancaire , des Lobby étrangers , et celles des traitres oligarques français qui pose problème !
        .
        Le capitalisme de la petite PME n’est pas responsable de la baisse des salaires par une immigration massive voulu par le grand patronat !


      • vote
        JL 13 janvier 09:16

        @Super Cochon
         
        ’’La Gauche est l’ami du Capitalisme’
         
        Dit autrement, la gauche n’est pas le communisme. Ça on le savait depuis longtemps.
         
        Si Marx s’est trompé c’est parce qu’il a attribué au capital les turpitudes des capitalistes.
         
         Le capitalisme c’est l’économie de marché ; le libéralisme c’est la société de marché.
         Le capitalisme c’est le pouvoir du capital dans l’économie ; le libéralisme c’est le pouvoir des capitalistes dans la société.
         
         
        « Ne pas laisser le capital régner, voilà ce qu’est être de gauche. » Frédéric Lordon

         
        Je dirais pour paraphraser Lordon : Ne pas laisser les capitalistes régner, voilà ce qu’est être de gauche.
         
        Carlos Gohn en prison, ça relève de cette idée.


      • 1 vote
        Super Cochon 13 janvier 14:15

        @JL
        .
        L’essence même de la Gauche est marxiste , donc , contre l’idée même de propriété privée . Aujourd’hui , en France , tu pars en vacances , et en revenant tu t’aperçois que ton logement est squatté , il te sera très difficile de récupérer ton bien si ces ordures sont là depuis plus de 48 heures avec une commande de pizza livré à domicile . .......... pour les biens du citoyen lambda , pas celles de la Nomenklatura du Parti ( Hidalgo , Macron , etc ...)
        .
        La Gauche , c’est une escroquerie ! ......... elle détruit les identités des peuples , saccage le patrimoine et la culture du pays , et appauvri la population !


      • vote
        ged252 14 janvier 19:52

        @JL
        En plus il ne raconte que des conneries le JL, comme tous les gauchistes.
        .
        Il y a 3 espèces de libéralisme, un libéralisme économique, qui consiste à laisser chacun faire ce qu’il veut pour gagner sa vie, c’est le seul bon libéralisme, parce qu’il permet de casser les monopoles et les rentes détenus par les capitalistes.
        .
        Un libéralisme moral : "les vices privés sont des vertus publiques", c’est au moins un amoralisme, une absence de morale, et parfois un immoralisme.
        .
        Et un libéralisme des moeurs, qui consiste a laisser s’épanouir toutes les formes de sexualité, et avoir toutes sortes de familles possibles, monoparentales, homoparentales recomposées ect
        .
        Donc le terme libéralisme est un HOMONYME pour parler techniquement.
        .
        Ho la la qu’est-ce qu’on est bon et intelligent quand on FN, c’est incroyable hein ... !! smiley quand même hein smiley


      • vote
        ged252 14 janvier 19:58

        Et ça veut dire ; homonyme, que à chaque fois que quelqu’un parle de libéralisme, il doit préciser de quel libéralisme il parle, sans quoi personne ne peut savoir ou comprendre de quoi il parle, voilà smiley


      • 2 votes
        zygzornifle zygzornifle 13 janvier 13:30

        Le Socialisme ?

        Je vais de suite voir sur wikipédia pour savoir ce que c’était , pas trouvé sur

        Doctissimo

        ....

        • vote
          simplesanstete 13 janvier 13:56

          La vérole marxiste affabulatrice aura fait couler bcp d’encre et de sang, comme jésus et c’est pas fini J’ai écouté le Kevin métisse .......blabla très érudit et sans fin encore impressionné par Max pfft.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès