• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Carasov

Carasov

Mima Kirigoe : Excuse me... who are you ? Excuse me... who are you ?
Rien de plus qu'un simulacre.

Tableau de bord

  • Premier article le 25/04/2016
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 5 29
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires




  • vote
    Carasov Carasov 2 mai 2016 21:17

    Saleté de technolâtrie !



  • vote
    Carasov Carasov 29 avril 2016 04:55

    @Aaltar

    Non, c’est évident que ce n’est pas aussi dual que cela. Vive la dialectique ! Mais disons que, "de notre côté" (et la police, pour certaines de ses branches, pourrait très bien le rejoindre), il y a beaucoup d’enfants auxquels ce monde a brisé trop de rêves.



  • 3 votes
    Carasov Carasov 26 avril 2016 14:15

    @lancelot

    En vous lisant, je remarque que le dualisme et les bulles médiatiques ont fait de sérieux ravages.



  • vote
    Carasov Carasov 24 avril 2016 19:42

    @Qaspard Delanuit

    Heureux que vous ayez perçu le sens.

    Votre réponse soulève des questions stratégiques centrales, surtout dans le cas où ce mouvement naissant prendrait la forme d’une insurrection révolutionnaire. F. Lordon n’est ni sage, ni mage, et dans le moment qui nous préoccupe, c’est tout au plus un agitateur qui n’a peut-être pas tout à fait conscience des "forces" en présence. Il peut vite prendre peur, comme d’autres, si il comprend que des forces extrémistes, et non radicales comme elles prétendent l’être, deviennent hors de contrôle. Nous pensons en premier lieu, vous comme moi il me semble, aux groupes antifascistes.

    En tant que groupe, ils sont dangereux, et ils peuvent (et j’en comprends les raisons depuis peu) vite assimiler certaines positions politiques à des "idées hérétiques" (héritage qui vient, comme vous l’avez souligné, de la pensée marxiste) et basculer dans la chasse aux sorcières. Disons qu’ils visent une fin sans questionner les moyens pour y parvenir.

    Mais individuellement, pour ceux que les circonstances m’ont fait connaitre, beaucoup débordent de sincérité, d’intégrité et plus généralement d’humanité. D’une certaine manière, et c’est fait sans intention de manipulation aucune, il faut conquérir leur coeur. Et le plus essentiel : aucun n’est aussi débile que l’archétype de l’antifa qui est représenté en spectacle. Tous ont des histoires à raconter, et c’est aussi comme ça quel leur action prend du sens.

    Tout l’enjeu est de savoir si, en tant que groupe, nous pourrons les "canaliser" au bon moment. J’en doute. Disons que pour le moment, tout l’enjeu est de faire perdre le contrôle aux institutions vouées au culte du Saint Management et de la Sainte Technologie. Un peu de barouf guerrier ne fait pas de mal.



  • vote
    Carasov Carasov 24 avril 2016 03:51

    @Qaspard Delanuit

    Vous qualifiez pourtant il y a encore peu de temps les prises de positions récentes de Lordon (lors de son intervention à Amiens) de "courageuses". Sous prétexte qu’il soit clivant (il me semblait que c’était le propre du domaine politique), vous vous servez de son rang d’universitaire à la solde du CNRS pour le calomnier. Je trouve ça facile au regard de ce à quoi vous nous avez habitué en termes de qualité et de précision de la critique. Se contenter de calmonier un individu en fonction de la position qu’il occupe actuellement dans le système de places me semble bien limité. Qu’en est-il de notre capacité à devenir Autre ? F. Lordon, serait donc dépourvu de cette qualité humaine ?

    Certes, ce mec est un universitaire en chambre à la solde d’une des facettes du Capital qu’il pourfend pourtant tant, c’est à dire l’Etat. Il s’agit en effet d’une contradiction de fond. Mais qui peut aujourd’hui, face à un miroir, s’auto-proclamer "être pur" dépourvu de toute contradiction entre sa position en tant qu’agent social et ses aspirations politiques et émancipatrices ?

    Ce qu’il se passe depuis un mois est fort, humainement, mais nous nageons également (et ça va de pair) en plein dans les eaux de l’incertitude. Nous n’attendons pour beaucoup d’entre nous qu’une chose : être en capacité d’actualiser notre rêve ancien d’autonomie. Et nous avons certainement tous à assumer nos responsabilités face à cette question la question suivante : "Jusqu’à quel point somme nous prêts à remettre en cause de nos modes de vie, individuellement et collectivement ?"



Articles les plus lus de cet auteur

  1. Les policiers sont-ils tous des bâtards ?



Palmarès