• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

gorguetto

gorguetto

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 88 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 7 votes
    gorguetto gorguetto 13 juin 10:27

    C’est vrai, ce qui arrive à Chouard fait mal, parce qu’on l’aime bien, il est sincère et un peu utopiste. Denis Robert qui a l’habitude de la polémique se révèle dans cette interview comme un traitre au service du système. Le Media tout entier se révèle comme une entreprise malfaisante. Je ne parlerai pas de Enthoven, celui la est minable, par rapport aux autres Enthoven, et dans son argumentation, il s’est mis lui même en défaut par rapport à la loi Fabius Gayssot, puisqu’il a argumenté son opinion, ce que la loi interdit. Par contre Denis Robert est arrivé par derrière, et a planté un couteau dans le dos de Chouard. Chouard n’avait pas à répondre à cette question. Mais une candeur qui l’habite, une grande naïveté l’a acculer vers des réponses hésitantes.
    Or, sur la question des chambres à gaz. Il n’y a aucune hésitation permise. La loi dicte la seule réponse à donner, le doute n’est pas permis, la question de Denis Robert n’était pas permise non plus, au nom de cette loi. Cette loi Fabius Gayssot n’autorise pas que la question sur l’existence des chambres à gaz soit seulement posée. Denis Robert est lui aussi en infraction. Mais le plus terrible, c’est sa façon sournoise d’amener Chouard à exprimer son ignorance sur le sujet. Il avoue ne pas y avoir réfléchi. Il ne s’est jamais posé la question, ce qui est un point positif pour lui, puisque l’existence des chambres à gaz ne faisait pas de doute pour lui, jusqu’à ce que Denis Robert lui pose la question. Cette question venant d’une personne de référence dans le domaine de l’investigation amène la réflexion de Chouard à chanceler, face à l’autorité que Denis Robert représente dans cette matière.
    Denis Robert joue de cette autorité, et connait la naïveté relative de Étienne Chouard. C’est en cela que Denis Robert devient illico pour moi, un personnage douteux, indigne de confiance, du moins de la confiance que je lui accordais en regard de son œuvre abondante d’investigation. En fait, il cache son jeu, il devient pour moi un collabo du système, et avec lui tout cette chaine Le Media, que je considère désormais comme un merdia, au même titre que les chaines mainstream.

    Denis Robert a agi comme un prédateur, cette interview n’est rien moins qu’un viol par surprise.
    Étienne Chouard, garde, cela va sans dire, mon entière confiance. C’est un grand combattant. Il lui faudra juste apprendre à porter une armure contre tous ces filous malhonnêtes et veules, qui avancent cachés comme ce Denis Robert collabo de première.



  • 2 votes
    gorguetto gorguetto 8 juin 16:05

    Décidément, il s’accroche le Juanito. À s’en méfier comme de la peste. Voyez cet article : https://www.marianne.net/culture/crepuscule-juan-branco-livre-critique

    Il faut de très gros moyens pour afficher dans le métro. Qui paye ? Son RSA ?

    Onfray, qui depuis son affaire "Freud" doit accepter de se racheter, apporte sa caution au "Juanito", qui avance caché, mais qui dans son livre ne s’attaque qu’à des petits, si tant est que les milliardaires sont des petits.

    Mais s’en prendre à eux, agit comme un beaume apaisant et qui porte confiance. Les vrais patrons, ceux qui ont décidé de la présidence de Macron, sont au dessus, autrement plus riches que les Pinault, Drahi, Mulliez, Bernard Arnaud, et autres Bettencourt... je ne les citerai pas tous... Il s’agit des Riche absolus, les intouchables Rothschild, et la City de Londres. les patrons de la France, ceux qu’on ne voit jamais.

    Ils ont déjà largué le freluquet Macron, et avancent un pion feutré : Juan Branco.

    Dans son Crépuscule de la politique actuelle, Branco ne touche certainement pas un mot de la grande oligarchie mondialiste qui s’est depuis longtemps emparé de la France. Son livre si difficile à publier, affrirmait-il, s’étale désormais dans toutes les grandes librairies de la façon la plus ostensible. Il a franchi toutes les retenues et les soi-disant peurs des éditeurs.

    Une peste à bonne présentation, un gentil garçon, au dessus de Macron qui ne dit mot, car il sait. Les patrons ont parlé... Il aura peut-être même un deuxième mandat le Macron. Mais comme à la guerre, il y a des tirs de barrages pour préparer la suite.

    Branco, parle très bien, il est très posé, jeune séduisant pour les jeunes...  Il a déjà hypnotisé beaucoup de personnes, et des gilets jaunes, qui comme le Petit Prince recevront la morsure fatale du serpent qu’ils demandent inconsciemment, fascinés qu’ils sont par le discours incantatoire. Arriba "Juanito" ! 



  • 3 votes
    gorguetto gorguetto 23 mai 21:13

    Aurélien Enthoven en entrant chez Asselineau, ne fait que combler un vide. Il fallait un sioniste à l’UPR, voilà c’est fait. Tous les sayanim sont en place. Le terrain électoral est complètement miné par le système. Je suis bien déçu, Asselineau était le seul valable avec Philippot pour le Frexit. Essayez maintenant de trouver un groupe sans souillure sioniste.... il n’y en a pas ils occupent toutes les positions stratégiques comme des sniper. Je n’irai pas voter.



  • 2 votes
    gorguetto gorguetto 22 mai 20:08

    Macron nous fait une belle gastro. Il va encore plus souiller l’Élysée.



  • 2 votes
    gorguetto gorguetto 11 mai 18:03

    Accident de jeu... à lui comme à d’autres ! Tout à fait normal... 

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès