• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

maQiavel

maQiavel

 
Machiavel est incontestablement le premier penseur de l’Etat stratège et de l’évolution institutionnelle. Son innovation est la création du « vivere politico ». Le « vivere politico » machiavélien n’est pas un objectif éthique en soi, mais un moyen de défendre la liberté civique et les multiples objectifs des individus afin de maintenir la stabilité de l’État dans une période trouble favorable au déclin d’une république.
Dans le républicanisme de Machiavel, l’État existe en tant que fin en soi, mais il se maintient grâce à la liberté civile et à la participation active du peuple : il y a clairement une co-évolution entre la solidité de l’État et l’activité civique, le « vivere politico ».
Machiavel énonce les principaux traits de caractère du leader républicain : avant toute chose, c’est un architecte. Les fondations de l’État doivent être solides, tant dans le domaine institutionnel que dans le domaine physique, et encourager le comportement vertueux. Deuxièmement, il sait concevoir des institutions adaptées à la culture des citoyens sans se poser la question de la forme du meilleur régime politique. Troisièmement, c’est un médecin : il ne se contente pas de soigner, mais il prévient aussi et surtout la corruption en adaptant les institutions. Il doit anticiper l’arrivée de la mauvaise fortuna de manière à renforcer sa virtù. Le diagnostic est propre à chaque situation et aux circonstances, afin de faciliter les capacités adaptatives des institutions. Afin d’éviter la constitution d’intérêts acquis, le dirigeant doit être issu du peuple mais est toutefois borné par un peuple actif politiquement qui limite et contrôle son pouvoir. Et il doit y avoir rotation parmi les agents de l’État afin d’équilibrer le bien commun du petit nombre et celui du grand nombre grâce à l’activité civique directe.
Machiavel ne souhaite pas bâtir un régime parfait d’harmonie sociale, mais considère que la lutte entre les classes sociales et les intérêts divergents est normale et témoigne d’une vie civique active, qui permet au bien commun du grand nombre de triompher sur l’intérêt privé des puissants. Les conflits sont nécessaires et font partie du « vivere politico ». Ils ne menacent pas l’État, mais le renforcent, puisque aucune république ne peut exister sans passions et leur expression organisée. Le renouvellement de la vertu civique par le biais des conflits produit un équilibre dynamique différent d’un ordre princier imposé.
Machiavel explique que le processus de corruption commence lorsque l’individu perd son autonomie et n’est plus en mesure d’agir en tant que citoyen actif et que le pouvoir du grand nombre devient le pouvoir du petit nombre.
 

Tableau de bord

  • Premier article le 21/12/2011
  • Modérateur depuis le 24/01/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 305 23947 19069
1 mois 0 7 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1898 1697 201
1 mois 2 1 1
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • 23 votes
    maQiavel maQiavel 6 novembre 13:24

    Je suis très loin d’etre un sympathisant de Soral mais tout ce que trouve à faire le petit-fils de Pierre Mendès France, c’est de mener une enquêtes sur le montage financier d’un essayiste youtuber qui est tellement condamné par la justice ( et pas parce qu’il aurait commis des violences ou abusé de bien sociaux, juste à cause de son expression publique) qu’il en est réduit à fuir le pays ? Il n’y aurait pas d’enquêtes plus importantes à mener sur les montages financiers mit en place par les multinationales, leurs grands actionnaires et élaboré en complicité avec des hauts fonctionnaires, qui se comptent en plusieurs dizaines de milliards d’euro d’évasion fiscale ?  smiley



  • 12 votes
    maQiavel maQiavel 6 novembre 13:08

    @gerard

    Vous avez tout à fait raison. On vit une époque à laquelle les désirs sont rois, il n’y a plus aucun sens du labeur.

    Nous devrions prendre exemple sur la vie du grand Jean Michel Balek. Son grand père est mort à 14 ans du scorbut dans la mine. Et pourtant il n’a jamais fait grève ou demandé l’aide de l’Etat pour quoi que ce soit. C’était pas un assisté. Sa grande mère était bucheronne le jour et maçonne la nuit. Vous croyez qu’elle se plaignait ? Jamais. Son père travaillait 14 heures par jour et à la maison, petit il mangeait des cailloux à la mayonnaise. Pourtant, personne n’a songé à interpeller le chef de l’Etat, c’étaient pas des couilles molles comme aujoud’hui. Avec ce petit salaire, la famille s’est acheté une bâche en plastique pour habiter dessous. C’était modeste mais ils étaient heureux avec 5 frères et sœurs.

    Marre de nos contemporains qui pleurnichent pour un rien alors que leurs conditions de vie sont luxueuses, génération de cassos.

     smiley



  • vote
    maQiavel maQiavel 6 novembre 12:47

    @Ozi
    Ah d’accord. 



  • vote
    maQiavel maQiavel 24 octobre 22:39

    @Hieronymus

    « c’est un forum public, quand tu te livres à un de tes habituels numéros d’intoxication sur l’Islam, on n’a pas le droit d’écrire que t’es en train de nous enfumer ?  »

    ------> Bah voilà. Voici donc la réponse à ta question : c’est un forum, public, quand tu te livres à un de tes habituels numéros d’intoxication de fan de Boris Le Lay tapant à l’envi sur du bougnoule, du bamboula et du feuj, on n’a pas le droit d’écrire que t’es en train de nous enfumer ? Ta réaction est alors d’attaquer l’autre en cherchant à lui nuire par tout moyen : médisance ( lorsque tu me traites d’hypocrite), propos injurieux ( lorsque tu me qualifie de con), menace ( lorsque tu affirmes que je mérite des baffes)  et on peut continuer comme ça longtemps avec la liste. Comme tu me l’as dit toi-même : on récolte ce qu’on a semé. Tu as une autre question ou tu vas continuer à jouer à la victime encore longtemps, en feignant de ne pas être celui qui a lancé les hostilités ? 



  • vote
    maQiavel maQiavel 22 octobre 19:34

    @Laconicus

    Les ordures toxiques constituent un danger. En réalité, même les personnes les plus libertaires que je connais ne défendent pas une liberté absolue, sachant que certains comportements peuvent s’avérer un risque pour la sécurité des personnes, la santé publique, les biens etc. Il est évident que les droits doivent avoir des limites. Mais le spectacle d’un humouriste ne constitue un danger pour quiconque parce qu’on y fait des quenelles. Je n’ai pas plus l’impression qu’un tissu sur la tête puisse constituer un danger. Là on est face à des comportements qui heurtent des sensibilités et que certains souhaitent interdire pour cette raison. Moi dans ce cas-là celui que je blâme, c’est celui qui ne supporte pas les vexations et les jugent tellement insupportable qu’il cherche à les interdire.

    Il ne me viendrait pas à l’idée par exemple de blâmer le prof Faurisson à cause de la loi Gayssot et pourtant on pourrait, selon votre raisonnement, le traiter de con égoïste parce qu’en publiant les conclusions de son travail, il a heurté la sensibilité de gens et qu’à cause de ce délinquant relationnel, la société a été obligé d’en passer par une loi pour limiter autant que possible son comportement pénible qui constitue un manque de respect pour la société. Non, moi je blâme les tarlouzes qui cherchent la médiation de l’Etat pour le seul motif qu’ils refusent d’être offusqué.

Voir tous ses commentaires (20 par page)






Palmarès