• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Nigari

Nigari

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 01/12/2009
  • Modérateur depuis le 08/06/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 434 911 8351
1 mois 1 0 1
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 142 78 64
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • 3 votes
    Nigari Nigari 15 septembre 18:22

    Dans son autobiographie "Silence on tue des enfants !", Regina Louf décrit comment un certain Tony (Antoine Vanden Bogaert), avait littéralement la mainmise sur elle depuis sa petite enfance, et comment il s’employait à l’exploiter comme une esclave sexuelle dans un réseau pédocriminel élitiste. Ce Tony avait visiblement bien connaissance des processus dissociatifs et semblait même les cultiver chez son esclave :

    « À Knokke, chez ma grand-mère, les adultes s’étaient rendu compte que je parlais avec les voix dans ma tête, que je changeais rapidement d’humeur, ou même que je parlais parfois avec une autre voix ou un autre accent. Bien que je n’avais que 5 ou 6 ans, je compris que ces choses-là étaient bizarres et que ce n’était pas permis. J’ai donc appris à cacher mes voix intérieures, mes autres ‘moi’ (...) Tony était le seul adulte qui comprit que quelque chose n’allait pas dans ma tête. Cela ne le dérangea pas du tout, au contraire, il le cultivait. Il me donnait différents noms : Pietemuis, Meisje, Hoer, Bo. Les noms devinrent lentement une part de moi. La chose étrange était que si il mentionnait un nom, la personnalité qui correspondait au nom était immédiatement appelée. « Pietemuis » (petite souris) devint le nom de la petite fille qu’il ramenait à la maison après l’abus - une petite fille effrayée et nerveuse qu’il pouvait réconforter en lui parlant d’une façon bienveillante et paternelle. « Meisje » (fille) était le nom de la partie de moi qui lui appartenait exclusivement. Si il m’abusait dans mon lit tôt le matin, par exemple, ou s’il n’y avait personne autour de nous. « Hoer » (pute), était le nom de la partie de moi qui travaillait pour lui. « Bo » était la jeune femme qui s’occupait de lui s’il était saoul et avait besoin qu’on veille sur lui. « Maintenant tu me laisses m’occuper de ça », disait-il quand je lui demandais avec curiosité pourquoi il me donnait tant de noms, il rajoutait : « Papa Tony te connaît mieux que tu ne te connais toi-même »... Et c’était malheureusement vrai. »



  • vote
    Nigari Nigari 29 juin 15:48

    @beo111
    Bonjour, oui je connais ce témoignage d’un certain Abdelhayy Fati diffusé en 2018, mais je n’en sais pas plus.



  • 4 votes
    Nigari Nigari 30 avril 13:32

    Merci Joe !



  • 5 votes
    Nigari Nigari 25 février 15:56

    @sls0
    De l’imposture de cette théorie fumeuse mise en avant par les lobbies pédos :
    http://mk-polis2.eklablog.com/syndrome-des-faux-souvenirs-p646525

    Ralph Underwager, ex directeur de l’Institute for Psychological Therapies du Minesota (USA), était régulièrement appelé à témoigner dans les tribunaux où il attaquait systématiquement la crédibilité des personnes faisant des accusations d’abus sexuels. En 1993, il est venu témoigner en France, à Aix en Provence, pour défendre les membres de la secte "La Famille" (ex Enfants de Dieu) mis en examen pour "proxénétisme aggravé, violence volontaire sur mineurs, séquestration et corruption de mineurs". Les 22 membres de la secte ont tous été acquittés en partie grâce à Underwager.

    C’est Ralph Underwager qui est le fondateur officiel de la False Memory Syndrome Fondation, la FMSF (fondation pour le syndrome des faux souvenirs). Cette fondation, qui n’a rien d’une organisation scientifique compétente en matière de psychiatrie, est régulièrement appelée à la rescousse dans les dossiers de pédocriminalité impliquant des mémoires traumatiques, notamment liées aux abus rituels sataniques. Lorsque Underwager et d’autres membres fondateurs de la FMSF ont été eux-mêmes mis sous le coup d’accusations de pédophilie, Underwager a rapidement été poussé à la démission pour être remplacé par Pamela Freyd, se disant elle-même victime des fausses accusations d’abus sexuels que sa fille, Jennifer J. Frey, porte contre elle et son mari. Sa fille, professeur de psychologie à l’Université d’Oregon a publiquement accusé ses parents lors d’une conférence intitulé "Controversies around Recovered Memories of Incest et Ritualistic Abuse" (controverse autour des mémoires retrouvées d’inceste et d’abus rituels). Une conférence donnée en août 1993 à Ann Arbor dans le Michigan (USA). La mère s’est alors tournée vers le psychiatre Harold Lief (membre du conseil d’administration de la FMSF) pour poser un diagnostic sur les "troubles" de sa fille : selon ce psychiatre, les couples hétérosexuels ne violent pas leurs enfants et les mémoires refoulées dans les cas d’abus sexuels n’existent pas, l’affaire est close...

    En 1995, lors d’une conférence de thérapeutes regroupés dans la "Society for the Investigation, Treatment and Prevention of Ritual and Cult Abuse" (société pour l’étude, le traitement et la prévention des abus rituels et sectaires), Walter Bowart (l’auteur du livre "Operation Mind Control") a déclaré que la FMSF, tous ces gens qui travaillent à faire passer les mémoires traumatiques, dissociatives, pour de "faux souvenirs", était une création de la CIA visant à discréditer et désinformer le milieu de la santé mentale, et qu’elle servait principalement à faire taire les victimes des expériences gouvernementales de contrôle mental.




  • 5 votes
    Nigari Nigari 25 février 10:21

    ☞ Rituel de la Golden Dawn impliquant du Pédo-Satanisme - Samir Aouchiche "L’Enfant sacrifié à Satan" : https://www.youtube.com/watch?v=zNXwH68IL6A

    ☞ Archive TV France2 : https://archive.org/details/AffaireKriptenArchiveTele

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité