• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Orwell

Orwell

Le lait et les pommes (ainsi, camarades, que la science le démontre) renferment des substances indispensables au régime alimentaire du cochon. Nous sommes, nous autres, des travailleurs intellectuels. La direction et l'organisation de cette ferme reposent entièrement sur nous. De jour et de nuit, nous veillons à votre bien. Et c'est pour votre bien que nous buvons ce lait et mangeons ces pommes.

Tableau de bord

  • Premier article le 03/08/2017
  • Modérateur depuis le 26/08/2017
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 129 184 3192
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 54 45 9
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • 2 votes
    Orwell Orwell 15 juin 10:38

    @Laconicus

    La psikhouchka est systémique chez toi, lol. Nous mon camp antiraciste. Les fafs, nos ennemis. Le racisme systémique est indépendant des attitudes individuelles. RAF du droit, croire que l’égalité des droits produit une égalité réelle mékilécon , G pas l’temps d’instruire les idiots du village, va lire Tocqueville, pas particulièrement renommé pour être marxiste mais ki commence un tout petit peu à toucher du bout du petit doigt l’problème. Hasta siempre

    "Les maux immédiats produits par l’esclavage étaient à peu près les mêmes chez les anciens qu’ils le sont chez les modernes, mais les suites de ces maux étaient différentes. Chez les anciens, l’esclave appartenait à la même race que son maître, et souvent il lui était supérieur en éducation et en lumières. La liberté seule les séparait ; la liberté étant donnée, ils se confondaient aisément. Les anciens avaient donc un moyen bien simple de se délivrer de l’esclavage et de ses suites ; ce moyen était l’affranchissement, et dès qu’ils l’ont employé d’une manière générale, ils ont réussi. Il y a un préjugé naturel qui porte l’homme à mépriser celui qui a été son inférieur, longtemps encore après qu’il est devenu son égal ; à l’inégalité réelle que produit la fortune ou la loi, succède toujours une inégalité imaginaire qui a ses racines dans les mœurs  ; mais chez les anciens, cet effet secondaire de l’esclavage avait un terme. L’affranchi ressemblait si fort aux hommes d’origine libre, qu’il devenait bientôt impossible de le distinguer au milieu d’eux. Ce qu’il y avait de plus difficile chez les anciens était de modifier la loi ; chez les modernes, c’est de changer les mœurs, et, pour nous, la difficulté réelle commence où l’antiquité la voyait finir. Ceci vient de ce que chez les modernes le fait immatériel et fugitif de l’esclavage se combine de la manière la plus funeste avec le fait matériel et permanent de la différence de race. Le souvenir de l’esclavage déshonore la race, et la race perpétue le souvenir de l’esclavage. Ainsi, le nègre, avec l’existence, transmet à tous ses descendants le signe extérieur de son ignominie. La loi peut détruire la servitude ; mais il n’y a que Dieu seul qui puisse en faire disparaître la trace. L’esclave moderne ne diffère pas seulement du maître par la liberté, mais encore par l’origine. Vous pouvez rendre le nègre libre, mais vous ne sauriez faire qu’il ne soit pas vis-à-vis de l’Européen dans la position d’un étranger (...) Les modernes, après avoir aboli l’esclavage, ont donc encore à détruire trois préjugés bien plus insaisissables et plus tenaces que lui : le préjugé du maître, le préjugé de race, et enfin le préjugé du blanc (...)"




  • 1 vote
    Orwell Orwell 15 juin 08:35

    @Laconicus

    Ooooh des millionnaires noirs ça existe comme c mimi, alors le racisme n’existe pas. Mdr. smiley

    https://www.youtube.com/watch?v=0vg4bqHfYRQ&t

    https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/violences-policieres/tout-le-monde-le-sait-le-voit-et-le-subit-des-policiers-racontent-le-racisme-dans-leurs-rangs_4006021.html

    https://www.franceinter.fr/justice/ce-que-disent-les-etudes-parues-en-france-sur-les-controles-au-facies-et-les-violences-policieres

    Yep, laissez-nous Marx et la lutte des classes les fafs pcq en utilisant nos références vous déclenchez des "laughing out loud" irrépressibles

     



  • 2 votes
    Orwell Orwell 15 juin 00:56

    @Et Hop !

    _____________________________________________________________
    Le gouvernement a organisé ce mouvement pour détourner la lutte des classes, c’est-à-dire de 90 % de la population contre eux, la classe dominante, en une prétendue lutte raciste/antiraciste entre white et coloured.

    ______________________________________________________________

    Lol, l’obstination de tous ces braves gens à nous expliquer que le racisme est un épiphénomène. L’essentiel serait la lutte des classes et non la lutte contre le racisme, il serait ainsi scandaleux de se réclamer de la lutte des classes lorsqu’on participe au combat contre le racisme. Ils convoquent Marx et ils clignent des yeux. PTDR

    Marx a parfaitement vu le rapport entre discrimination raciale et oppression de classe, et qu’il a écrit des pages lumineuses sur la question sur l’engendrement du capitalisme moderne à partir du régime colonial et de l’esclavage de plantation et sur le colonialisme britannique aux Indes. Ce que montre Marx avec brio, c’est que le capital a institué le racisme systémique dès son origine, il a vu qu’il était indissociable de la genèse du mode de production capitaliste, il représentait la pointe extrême d’un système d’exploitation mondialisé qui transformerait bientôt les travailleurs, quelle que soit leur couleur, en simples marchandises vouées à l’accumulation du profit. Loin d’être indifférent au racisme, Marx qui savait fort bien que Lincoln défendait les intérêts de la bourgeoisie industrielle du Nord mais il a publiquement pris parti pour l’Union contre la Confédération durant la guerre civile, et ce simple fait invalide toute interprétation visant à minorer la question du racisme dans sa pensée. L’abolition de l’esclavage racial pratiqué dans le Sud était pour lui une priorité absolue : "Le travail des peaux blanches ne peut pas s’émanciper là où le travail des peaux noires demeure marqué d’infamie". Karl Marx, Le Capital

    Ce n’est pas parce que ce combat vous parait insignifiant qu’il l’est. Pour Marx, il ne l’était pas. La lutte des classes passe par le combat contre le racisme car son abolition est un préalable à la lutte des classes par définition inter-raciale.



  • 11 votes
    Orwell Orwell 13 juin 19:50

    LOL 

    Un Jean-Foutre sur des milliers de manifestants a hurlé sale juif. Peut être payé par les fafs, who knows ? Et ces fafs qui affectionnent tant les juifs comme on le sait, toujours dans la pratique de l’inversion accusatoire de racisme, englobent tous les manifestants, comme elle est débile cette manipulation PTDR smiley 



  • 1 vote
    Orwell Orwell 13 juin 16:18

    @ezechiel

    Chut. Pour le bien de tous, du tien aussi, tais-toi. Aie pitié de toi-même, et fais vœux de silence lol.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité