• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

PumTchak

PumTchak

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 19/07/2018
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 311 54
1 mois 0 63 0
5 jours 0 6 0


Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires




  • 2 votes
    PumTchak PumTchak 17 octobre 10:48

    @Le Celte@Hieronymus

    En bas à droite de la vidéo, cliquer sur le dessin de la roue dentée, puis cliquer "vitesse" et sélectionner celle souhaitée.



  • 7 votes
    PumTchak PumTchak 17 octobre 10:33
    Les coups de sang de Mélenchon, on les connaît, ça lui coûte la crédibilité d’un présidentiable, il n’a qu’à s’en prendre qu’à lui même.

    Maintenant, les élus et militants ont quand même réussi à retourner l’opération de comm. Dans cette opération de police politique (légale, mais abusive), il y avait le but de l’intimidation (10 perquisitions quand même, ce n’est pas rien). Et il y avait le but d’installer la suspicion sur la FI, les médias mainstream étant chargés d’assurer le service après vente. Les élections européennes approchent, d’une part, et miner la crédibilité de ses adversaires est une façon comme une autre de refaire la popularité dont l’hôte du Château a besoin. Et le recrutement d’un cerbère de la macronie au ministère de l’intérieur était le bon moment pour faire sentir la nouvelle poigne de fer qui arrive sur Mélenchon, par ailleurs capable de se transformer en carpette comme à la terrasse de Marseille devant le Gosse.

    Et ce qu’on y voit, ce sont les flics à Macron, ceux de Benalla, chef avorté de la police personnelle de Zupiter qui n’a pas été perquisitionné, qui vont farfouiller les affaires des membres d’un parti politique, pour des histoires de factures à rembourser en souffrance et de partage d’activités incertains pour des attachés parlementaires.

    Pour le moins, cette opération de restauration d’image n’a pas marché.


  • 1 vote
    PumTchak PumTchak 15 octobre 17:37

    @Emile Mourey

    Ainsi que notre univers, vu que, jusqu’à nouvel ordre, aucune autre vie intelligente que la nôtre n’y a été détectée.

    J’ignore si vous connaissez "Patience dans l’Azur" de Hubert Reeves, mais ce que vous écrivez, c’est sa thèse. Et c’est l’évidence qui s’impose à travers l’histoire de l’univers, du Big Bang à l’organisation de la vie sur Terre qu’il décrit.

    Si nous sommes dérisoire au milieu des espaces infinis, l’espèce humaine est par contre un sommet de la complexité que l’univers a produit. Nous sommes des organismes vivants que la planète recréé, nous sommes des êtres conscients, comme les animaux, nous sommes la seule espèce à être conscients d’être conscients, c’est à dire rendre à lui-même tout ce qui existe. Et être au sommet de la complexité veut dire en être un résultat : la planète n’a pas besoin de nous pour vivre, mais nous avons besoin de la vie de la planète pour exister. C’est la religion que j’aurais bien voulu connaître. Nous sommes nous mêmes des dieux, d’un certaine manière, ce qui est une affaire de responsabilité. Notre destinée humaine aurait pu être d’aller essaimer la vie sur les autres planètes sans vie du système solaire et ainsi contribuer à l’intelligence de l’univers. Mais on n’ira pas terraformer la planète Mars, si on n’est pas capables d’entretenir notre planète alors qu’elle a déjà été terraformée.

    Notre conscience d’être conscient a ouvert toutes sortes de possibilités et toutes sortes d’incertitudes, notamment la question angoissante de notre immortalité. C’est la raison du succès des religions abrahamiques, avec un dieu hors de tout, sorti de rien pour pouvoir y thésauriser notre vie éternelle et ainsi renoncer à la vie réelle pour laquelle nous devions œuvrer.



  • 1 vote
    PumTchak PumTchak 13 octobre 11:20
    Bravo.

    Pour les premiers coups de scie, j’aurais au moins mis le petit dans l’autre sens pour scier, il pourrait ainsi éloigner sa main.

    Sinon, les enfants en auraient bien besoin, au moins dans les écoles primaires.

    Jadis, les instituteurs proposaient des leçons de choses, sans que cette pédagogie soit devenue académique.


  • 1 vote
    PumTchak PumTchak 13 octobre 10:54
    Ce sont deux tempéraments différents.

    Alain Soral est l’homme d’une doctrine, d’une explication du monde depuis « Comprendre l’Empire ». C’est une explication qui est refusée du débat national, que ce soit via les partis politiques ou les médias mainstream. Il ne reste à Soral que le combat, pour montrer qui sont les maîtres du pays (il en a vu deux sur trois), avec les outrances et la monomanie inévitables.

    Vincent Lapierre a le tempérament d’un passeur, de celui qui présente aux uns les idées des autres. Semblable à Frédéric Taddeï. Il s’est trouvé aussi le format médiatique d’aller chercher les opinions qui circulent ou émergent parmi la population, plutôt que celles fabriquées ou relayées par des décideurs et porte-paroles institutionnels. Ses risques sont le micro-trottoir et la dilution des idées.
Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur

Etats-Unis Oligarchie



Articles les plus lus de cet auteur

  1. We are Q : suivez QAnon
  2. AREL3, de Bruce Benamran



Palmarès