• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > Parodie > CSOJ : Finkielkraut face à Abdel Raouf Dafri

CSOJ : Finkielkraut face à Abdel Raouf Dafri

Pour les amateurs de Finkielkraut, et de ses sautes d'humeur, que l'on préfèrera sans doute à sa prose narcoleptique, voici un extrait de l'émission Ce Soir Ou Jamais, dans laquelle le scénariste des Mesrine(s) et du Prophète s'en prend au sage philosophe (ce qui n'est pas un pléonasme mais bien un euphémisme) dont l'islamophobie ne serait en fait que du racisme envers les "négros" et les "bicots".

 

Vidéo dans laquelle Finkielkraut , il le précise lui même, répond calmement à son interlocuteur.

 

 

Pour écouter le passage entier de l’intervention de Abdel Raoul Dafri, il suffit de cliquer ici, et d’aller à 14,15min.

 

On se régalera tout de même des quelques minutes qui précèdent la séquence, dans laquelle Finkielkraut, pour délégitimer la "révolte lycéenne", explique pourquoi cette posture chrétienne, c’est à dire "aimez-vous les uns les autres" ou "tu aimeras ton prochain comme toi même", n’aboutit qu’à une absence de réflexion, laissant la petite Leonarda accaparer autant de compassion à son encontre qu’un petit enfant juif pendant la seconde guerre mondiale (puisqu’il fait lui-même le lien en citant abusivement le mot "rafle", comme le lui rappelle d’ailleurs Taddéï).

 

Ce qui m’amènerai presque à penser, si je voyais le mal partout, que si Finkielkraut n’est pas islamophobe, il est probablement christianophobe.

 

Christianophobie et racisme seraient-ils les 2 vecteurs de l’idéologie de Finkielkraut ?

 

Tags : Alain Finkielkraut Polémique Frédéric Taddeï




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • 12 votes
    LowCost 21 octobre 2013 10:31

    Il faut vraiment qu’il prennent ses cachets celui la.En arriver à ce point a ne pas supporter la contradiction, ça en devient pathologique...


    • 8 votes
      Pablo el GENIO Pablo 21 octobre 2013 12:38

      Oyez, oyez ! Vous etes un juif sioniste hystérique et militant, mais voulez malgré tout etre défendu par un pseudo "judéocritique"militant ? Un conseil soyez raciste voire carrément racialiste, comme vient de le démontrer notre FaFaf ! MDR !!!


    • 13 votes
      Feathers McGraw dies irae 21 octobre 2013 12:42

      Je suis bien d’accord. Finkielkraut a peut-être un peu les fils qui se croisent lorsqu’il s’agit de la question israélienne, mais ça peut quand même se comprendre. Ne soyons pas injustes. Je trouve que ce qu’il dit sur l’éducation, sur l’école, sur le France, est très intéressant. Finkielkraut, sur le plan intellectuel et philosophique, c’est quand même autre chose qu’un BHL. Je le préfère largement aussi à une Élisabeth Lévy. 


    • 6 votes
      simplesanstete 21 octobre 2013 14:24

      LA HAINE DE L’HÔTE , C’EST MAINTENANT.
      Import export de termites.


    • 5 votes
      simplesanstete 21 octobre 2013 14:28

      Finky est en bout de course, il arrivera, mieux vaut tard, à dire quelques vérités desséchés.


    • 12 votes
      O Scugnizzo O Scugnizzo 21 octobre 2013 11:00

      Ce qui est marrant c’est qu’avant ça Finkie a coupé les deux intervenants précédents, trop insignifiants à ses yeu, s’est allègrement moqué d’une jeunesse homogénéisée par ses soins "qui aime trop mais ne réfléchit pas", trop chrétienne à son goût (or on sait tous ce qui reste de chrétien dans notre civilisation), ridiculisant par le même tour de passe-passe toute une religion déjà réduite en cendre "qui dit aimez-vous les uns les autres uniquement pour se dorer l’égo mais qui ne connait rien à la réalité". C’est clair que lorsqu’on se prend à être l’élu du Ciel, et non pas de la masse vulgaire et sans signification des hommes, notre matière première n’est pas vraiment l’humilité principielle chère à Lévi-Strauss (qui, pour en arriver là, a du se séparer des siens et passer une vie dans les forêts) et les plus grands oxymores se réduisent en peau de chagrin. Cet acrobate "juif laïc" (sic !) de la pensée doit néanmoins exercer un certain pouvoir social, au vu de la tête crispée d’un Taddeï toujours plus petit lorsque son chéri Finkie se met mal.


      Je voudrais également ajouter que si ce metteur en scène que je ne connais pas peut porter un argument dérangeant sur cette "France qui n’existe plus" et pourtant tant aimée par son peuple, il ne se situe que sur la même ligne horizontale de pensée que des nostalgiques à la Finkie ou encore Zemmour (à qui je porte certes plus de considération) (putain mais ils sont tous de la même famille les gens qui me viennent en tête :) ). Ils sont simplement à des pôles opposés de la même réflexion plate : la haine de la France. Celle de maintenant pour ceux-ci, celle de hier pour ceux-là, cela ne change rien. C’est en cela que malgré tous ces défauts, Soral est méritant. Sa nostalgie est constructive, il sait ce qu’il y avait de bien, il aime toujours autant ses compatriotes, il sait qu’à l’heure actuelle ce sont eux qui peuvent reconstruire une belle France. Il embrasse le mouvement dialectique de l’évolution (ou du changement pour les puristes), "détruire tout en conservant" dirait Hegel, mêler du neuf à ce qu’on a de meilleur pour évoluer. La destruction est la caractéristique principale de l’idéologie capitaliste. On ne peut pas être, aujourd’hui, hors système en tant que nostalgique conservateur qui a la haine de ses contemporains. Ils sont les idiots utiles, qui, par leur haine du présent, légitiment la destruction du passé (quand je vois Finkie il est légitime que je ne veuille pas de ce pain-là).

      • 5 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 21 octobre 2013 11:25

        J’ai souvent pensé que Finkielkraut avait le tort de ne pas s’intéresser à la philosophie arabo-musulmane. Il y a, par exemple dans la pensée d’un Farabi beaucoup de choses qui trouvent un écho favorable dans les analyses de Finkielkraut. Aussi devrait-il davantage, je pense, écrire sur les moyens de dissoudre - je dis bien dissoudre - l’islam dans la nation française (comme le catholicisme s’y est dissout également) plutôt que de s’évertuer à insister sur la non miscibilité de certains de ses caractères.
         
        Cela dit, le scénariste en face de lui est un charlot de première (dans cette émission du moins) et n’être pas capable de comprendre que le nationalisme est une émanation du romantisme, c’est déjà faire preuve de beaucoup d’inculture.
         
        Pour ce qui est de l’héritage catholique, je ne suis absolument pas d’accord avec vous : Finkielkraut a, selon moi, tout à fait bien interprété l’essence fondamentalement chrétienne distillée dans l’esprit des pleureuses modernes de la gauche compassionnelle. Les socialistes sont les descendants mièvres et ingrats de François d’Assise. Ces lycéens n’inventent rien, dans l’injonction "indignez-vous" (et Hessel-le-gourou aura droit à sa placette en plein Paris ces jours-ci), il y a "pas de prise de tête, réagissez comme vous le sentez et méfiez-vous donc de la raison sans cœur".
        Face à des gens comme ça, on a forcément tort, même quand on a raison.


      • 2 votes
        O Scugnizzo O Scugnizzo 21 octobre 2013 12:30

        Merci pour la suggestion de Farabi, si vous connaissez un peu la philosophie arabo-musulmane et que vous pouvez m’aiguiller sur quelques auteurs reconnus c’est avec plaisir. Pour préciser ma réflexion, il me parait clair que ce metteur en scène est un charlatan de la pensée. Ceci dit il est pour moi sur la même ligne que Finkie, malgré la différence de jargon, tous deux fils d’une culture de la haine, de la caractéristique principale du capitalisme (détruire constamment ce qui a été construit), empêchant une élévation baudelerienne.Je n’appuie pas les paroles du metteur en scène, mais j’observe ce qui ressort de cette discussion plate (sur le site de France 2 et non pas à partir de cette vidéo, bien sûr). Finkie ne fait que "condamnééééé", "taiiiiiire" les autres. Il devient insupportable. Il est possible, à l’image d’un Juvin, de partir d’une critique du communautarisme pour expliquer en quoi un certain hermétisme des cultures serait bénéfique à la société. Ca prend direct une autre ampleur. Sauf que bien sûr pour Finkie le "juif laïc", c’est une figure plus ardue que le Grand Ecart, parce que si la France appliquait le même régime que celui du chéri Israel où personne ne veut aller, ça ferait longtemps qu’il se serait fait botter les fesses direction Moyen-Orient. C’est ça qui m’exaspère chez lui. Ca reste un communautariste dans les faits, qui critique le communautarisme en théorie, simplement parce que le juif c’est bien (certes il le critique également mais participe à un nombre incalculable de conférences sur le sujet) mais le musulman non !


        Après concernant l’amour chrétien des socialistes... bon effectivement ça peut se défendre, mais c’est rien de transcendant. Faudrait déjà savoir de quels socialistes on parle. Du socialisme utopique à la française ? Ok effectivement, mais il ne faut pas oublier que la libération de la nation a toujours été l’accord transversal de toute la théorie socialiste, de Babeuf jusqu’à Marx. Seuls les anarcho-communistes n’étaient pas d’accord, voulant eux d’abord libérer le quartier, puis le village, et ensuite d’autres formes de groupement supérieur, mais ce mouvement du bas vers le haut a toujours primé sur l’universalisme abstrait. On parle du socialisme scientifique ? Il ne me semble pas que Marx et ses meilleurs disciples étaient trop portés vers l’amour de l’humanité toute entière. Des socialos gauchistes actuels ? Ok, mais je vois leur confusion mentale dans ce n’importe quoi qui a caractérisé ces deux derniers siècles, notamment du mélange politique (et donc culturel sur le long terme) entre socialistes et libéraux (Michéa), et je dirai alors que cet amour naïf et totalement instrumentalisé pour l’alterité abstraite est plus fils d’un relativisme culturel et moral typique de la tradition libérale que de la tradition chrétienne. Le pape Benoit XVI disait d’ailleurs que le relativisme culturel n’avait comme but que son propre égo et ses propres désirs. 

      • 4 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 21 octobre 2013 12:52

        Concernant la philosophie arabo-musulmane, je la découvre moi-même au fur et à mesure. Mais j’ai été amené à m’y intéresser parce que le grand Leo Strauss (à qui généralement Finkielkraut prête une oreille attentive, sauf lorsque Strauss s’oppose à Arendt... désolé je me fais de la pub en même temps, mais tout est lié) a perçu chez Farabi en particulier (et Averroès, qui reprend Farabi) et chez le juif Maïmonide l’assomption de l’héritage grec (platonicien et aristotélicien). Et moi qui m’intéresse de près à la philosophie politique, j’essaie de voir en quoi il y aurait une trame véritablement universelle entre les écrits des Grecs, les écrits de Farabi et ceux de Strauss.
        Je pense sincèrement que la seule possibilité de trouver du commun au sein de l’espèce, transcendant les particularismes, est la communion de pensée autour de la philosophie politique. Rares sont les auteurs a avoir touché du doigt l’universel - je parle bien entendu d’un universel qui relierait les hommes malgré eux, pas d’une religion comme l’islam ou le christianisme.
         
        Concernant le socialisme, je pense qu’il n’est qu’une dégénérescence du catholicisme : il croit à la fin heureuse et au triomphe des gentils, il croit que l’inégalité est le problème majeur de l’humanité et que la résorber c’est tendre vers le paradis, il croit à la bonté de tout homme souscrivant aux deux premières croyances.
        Ce qui les distingue : les socialistes pensent avoir tué Dieu, ou du moins l’avoir arraisonné. Ils ont donc ramené le paradis sur terre, mais c’est un paradis qui demeurera inaccessible à celles et ceux qui s’évertuent à tout niveler. Il est des inégalités natives qui ne sont négligeables QUE du point de vue d’un Dieu transcendant et tout-puissant.
        Mais le socialisme n’est pas à un paradoxe près, c’est même sa marque de fabrique...


      • 3 votes
        Vla l'Jean Jean Valjean 21 octobre 2013 12:15

        C’est clair qu’un petit extrait aussi court ne rime à rien...
        Je en vois même pas comment commenter quoi que ce soit à partir d’un fragment sorti de son contexte.


      • 6 votes
        Boom_QaBoom Boom_Boom 21 octobre 2013 13:24

        Bon, pour ma défense, parce qu’effectivement, j’ai quelques torts.
        1) Je n’ai pas su trouver le lien sur le site de CSOJ pour poster la vidéo de l’émission, raison pour laquelle j’ai mis en lien la page sur laquelle elle se trouvait.
        2) C’est pour cette raison que j’ai mis la vidéo dans la rubrique : PARODIE.
        3) Ainsi, la photo que j’avais mise pour présenter l’article était en fait celle-ci.
        4) Il est vrai que le mot "rafle" avait été employé au préalable par l’historien, et donc je m’excuse pour la diffamation envers Finkielkraut, qui, cette fois-ci, n’a effectivement pas fait dans le point Godwin, mais bien son interlocuteur. Mea Culpa.
        5) A lire les commentaires sur E&R, les critiques vont plutôt à l’encontre du "pleurnichard" Dafri, donc pas de procès d’intention.


      • 3 votes
        Boom_QaBoom Boom_Boom 21 octobre 2013 14:47

        Je rajouterai :
        Que Finkielkraut utilise ou dénonce le mot "rafle" ne change rien au sens de ma phrase puisqu’il s’offusque bien de de cette comparaison entre les rafles antisémites de la seconde guerre mondiale et le renvoi au pays de la charmante Leonarda. Donc la posture de l’un comme de l’autre est sioniste, que l’on voit de la rafle partout ou que l’on nie expressément toute similitude entre l’arrestation de Léonarda et une rafle, mot compris comme devant s’appliquer uniquement aux juifs pendant la guerre.
        J’ai abusivement fait confiance à Taddéï par contre, qui, à 2 reprises, entre 14min et 14,15min, m’a assuré que le mot "rafle" n’avait pas été employé. On m’y reprendra pas, c’est noté.
        PARODIE j’ai dit !


      • 3 votes
        Boom_QaBoom Boom_Boom 21 octobre 2013 17:11

        "Ben ouais c’est sûr, c’est un juif sioniste donc il a tord, même s’il a raison. CQFD"
        Tu m’as mal lu, je n’ai pas dit qu’il avait tort sur le fond, mais qu’il avait tort sur la forme. J’ai tout de même droit de dénoncer son sionisme omniprésent même lorsqu’il s’oppose à la doxa gauchiste. Si Finki dit "le mariage gay c’est de la merde, ça me rappelle les heures sombres", suis-je dans l’obligation de retenir uniquement la première partie de la phrase ?
        Permets moi simplement d’avoir quelques doutes sur le fait qu’il se soit insurgé contre l’emploi du terme "rafle" pour désigner le renvoi d’un "réfugié" juif hongrois.
        Et puis, je n’ai aucune certitude sur le fait qu’il soit juif, et n’en ai d’ailleurs pas parlé. Ce qui ne fait aucun doute c’est bien son sionisme. Tu m’accuserais presque d’antisémitisme, c’est l’hôpital qui se fout de la charité là :D
        Et il va de soi que j’ai beaucoup plus d’antipathie à l’encontre d’un goy sioniste que d’un juif(ou assimilé) sioniste.
        Excuse moi mais tu prends le mot rafle dans son acceptation sioniste uniquement, ce mot ne désigne pas FORCEMENT un aller simple pour Auschwitz, ce mot n’a d’ailleurs pas été créé en 42... On peut aussi le prendre tout simplement comme une arrestation faite à l’improviste par la police, ce qui ne m’apparait pas comme étant la référence de ces 2 zozos, mais peut-être me trompé-je.
        Et si tu veux le fond de ma pensée, vu que tu sembles convaincu que je l’ai donné, Finki est bien entendu plus juste et cohérent que ses détracteurs sur le sujet Léonarda, mais ce n’était pas le sujet.
        Le sujet était ses drolissimes hurlements, d’où la rubrique PARODIE.


      • 3 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 21 octobre 2013 11:56

        Heureusement qu’Hervé Juvin était invité.
        Il a contribué à élever le débat, et, textuellement, à en appeler à l’universel pour mieux montrer en quoi le problème identitaire est devenu aujourd’hui majeur et incontournable.
        Il faudra juste lui apprendre à prononcer "Finkielkraut".


        • 6 votes
          Hijack ... Hijack 21 octobre 2013 12:15

          Les 2 sont à mettre dans le même panier !


          • 5 votes
            wendigo wendigo 21 octobre 2013 12:24

             Un vicelard qui s’en prend à un psychotique .... pathétique instant !


            • 3 votes
              berphi 21 octobre 2013 12:24

              @ l’auteur

              Vous dites :

              Finkielkraut, pour délégitimer la "révolte lycéenne", explique pourquoi cette posture chrétienne, c’est à dire "aimez-vous les uns les autres" ou "tu aimeras ton prochain comme toi même", n’aboutit qu’à une absence de réflexion.

              C’est faux ! Finkielkraut parle d’un courant du christianisme (réécoutez son intervention), les protestants par exemple n’appliquent que ce pricipe de charité qu’à leurs membres ainsi que d’autres courants chrétiens. Je vois un homme inquiet de l’interprétation de ce dogme universel catholique face au danger de la mondialisation. On peut ne pas être d’accord sur son propos de posture d’amour sans sagesse, mais ne lui faites pas dire ce qu’il n’a pas dit.


              • 3 votes
                Boom_QaBoom Boom_Boom 21 octobre 2013 13:38

                @berphi
                Auriez vous préféré que je parle de catholicisme, puisqu’il cite le pape François, plutôt que de "posture chrétienne" ?
                Si oui, c’est accordé. Seulement je doute que les lycéens en colère soient portés par une quelconque ferveur catholique.


              • 2 votes
                berphi 21 octobre 2013 16:17

                @ boom-boom

                Je vous remercie de me l’accorder (geste plutôt rare que de reconnaître son erreur pour ne pas le signaler). je suis d’accord pour penser que les jeunes manifestants n’étaient pas portés par cette valeur catholique.


              • 3 votes
                Éric Guéguen Éric Guéguen 21 octobre 2013 16:31

                Même pas à leur insu ?... Parce qu’il faut savoir que leur insu est immense, même leur ignorance en fait partie... :- !


              • vote
                berphi 21 octobre 2013 18:32

                Même pas à leur insu ?... Parce qu’il faut savoir que leur insu est immense, même leur ignorance en fait partie... :- !

                @ Eric

                L’ignorance est le propre de l’affecte qui est le propre de l’ado (ça n’engage que moi).

                Affecte (symbole du bus et je suis entièrement d’accord avec Finkielkrault) + journée de cours de grattée, balade dans Paname, beau temps... Pas sur qu’ils aient eu une pensée pour le pape François.


              • vote
                Éric Guéguen Éric Guéguen 21 octobre 2013 21:13

                Ah oui, ça d’accord, sur cet exemple précis on est d’accord là-dessus.
                En revanche, pour ce qui est du compassionnel en général, de la joue tendue, du souci des indigents ou de l’image que l’on en a, etc., je maintiens ce que je dis. Tout particulièrement en France.


              • 11 votes
                Nora Inu Nora Inu 21 octobre 2013 12:47

                C’est tellement facile d’énerver Finkielkraut que la jouissance visible dans le regard de Dafri en est malsaine , obscène .


                L’attaquer sur ses haines secondaires , ou sur sa vision du romantisme , ou du nationalisme d’un Barres , c’est ne pas aller à l’essentiel .

                Il serait plus intéressant de l’attaquer sur sa Haine éternelle envers la France .

                • 6 votes
                  gerfaut 21 octobre 2013 13:35

                  La télévision serait- elle un masse médias dépassé ? On a cru que tous ces moyens de communications (portable, Ipad, etc...) nouveaux nous permettraient une meilleure information, c’ est plutôt le contraire qui se produit....


                  Là, nous avons Finkielkraut, qui est plutôt issu de l’ écrit, et qui a donc besoin de plusieurs phrases pour aller en finesse donner ses arguments, il a tout son temps, et face à lui on a un abruti qui n’ est pas là pour réfléchir, pas le temps. ’Racisme’ son mot est lâché, après il rigole. La discussion par étiquette et anathème, la ’pensée’ supermarchée, comme le stade suprême du consumérisme, et finalement de l’ abrutissement.

                  On est toujours seul au final, à faire ses choix, le net nous permet cela, lui, mais les débats sont de plus en plus mauvais, et on fait ses humanités de plus en plus seul.



                  • vote
                    O Scugnizzo O Scugnizzo 21 octobre 2013 13:56

                    Là vous touchez quelque chose d’important, qu’on perçoit aisément d’instinct mais qui mérite que quelques sociologues d’Etat se penchent sur des études de cas. Leurs études étant la plupart du temps tellement prévisibles, si pour une fois elle pourraient au moins être utiles en montrant empiriquement ce que tout le monde sait déjà, ce serait pas mal. Bon on peut dire que même si Finkie avait eu une heure et demi de disponible, il n’aurait pas terminé son idée, mais c’est autre chose. Maintenant, il faut aussi considérer que la société devient toujours plus "spectacle", elle se met toujours plus en scène, jusqu’à creuser le ridicule à des profondeurs abyssales, quelques fois. Dans cette optique-là, on peut dire que la télé a encore de beaux jours devant elle, pour autant qu’elle réussisse à se rendre plus attrayante, par l’illusion de la diversité de l’offre (Bourdieu a au moins le mérite d’avoir prouvé l’illusion). Peu de penseurs réfléchissent à la place que les médias devraient prendre dans une société décente. Je pense que la discussion destructive, la mise en scène d’un duel prévu d’avance où la seule surprise réside dans l’insulte la plus originale prendra une place toujours plus importante.


                    De manière générale, on peut dire sans doute que la véritable formation intellectuelle se passe dans les livres, et non pas sur France 2 ou Youtube.

                  • 2 votes
                    Éric Guéguen Éric Guéguen 21 octobre 2013 14:14

                    Le téléspectateur contemporain butine, il virevolte entre ses deux cent chaînes la télécommande à la main. Même celui qui cherche de l’intelligence est tenté par ce réflexe. Et au petit jeu de la phrase qui tue en peu de mots, vous avez raison de dire que Finkielkraut n’a aucune chance. L’emporte-pièce des gens en face de lui est plus commode à digérer, ils sont dans la com’ et parle jeuns’. Ils sont davantage apprêtés pour l’esprit Canal, potache, biactol, revenu de tout.
                    Définitivement, la télé ne se prête pas à l’intelligence et à la méditation.


                  • 1 vote
                    L'Andalou L’Andalou 21 octobre 2013 14:56

                    @ gerfaut, O Scugnizzo et Eric Guéguen
                    Bonjour.
                    Effectivement, la télévision ne se prête guère à l’intelligence.
                    Mais, il faut se rendre à l’évidence, la TV est plébiscitée. Comparez les programmes de TF1 à ceux de France Culture à 19h, et regardez leurs audiences.

                    Je pensais à un truc l’autre jour. On parle souvent de l’absence de la philosophie et de l’histoire sur les grandes chaînes, ce qui n’est pas faux.
                    Mais, où sont les émissions sur l’art ? Où sont les animateurs qui pourraient nous instruire sur des tableaux de Rembrandt, Van Gogh, David, Delacroix,... Où sont-ils ? A part Taddéi et ses pitoyables deux minutes sur France 2.


                  • 1 vote
                    Éric Guéguen Éric Guéguen 21 octobre 2013 15:01

                    Bonjour à vous.
                    Ceci nous renvoie aux sempiternelles lois du marché : il est donné aux gens ce que les gens désirent ardemment en masse. Nous pouvons nous en plaindre, tant que nous serons une minorité à le déplorer, nous ne serons pas entendu.
                    Le drame étant qu’il y a peu de chances que ce qui suscite l’effort intellectuel se vende un jour aussi bien que le débile, le cul-cul et l’humour gras.


                  • vote
                    Loki Loki 21 octobre 2013 18:59

                    Le zapping de ce soir répond comme un écho à votre échange pertinent, puisque l’explosion de colère de Finki y figure en bonne place, dans le zapping télé comme le zapping actu... Comme ça on est certain de ne pas louper la scène.
                    .
                    Oui on est dans la rapidité, l’immédiateté, l’émotion zapping, on passe du rire aux larmes en trois secondes, syndrome de la pensée fast food et phénomène de société qui ne va pas en diminuant mais au contraire en se répandant de plus en plus, la réflexion demande du temps, comme les choses bien faites demandent du temps. Là on ne prend plus le temps de rien, car on a envie de consommer tout, sans avoir le temps d’apprécier et reconnaître les valeurs des choses de qualité, qui perdent leurs saveurs, au profit de la quantité.
                    .
                    http://www.zap-tele.com/posts/zapping-tele-du-21-octobre-2013-alain-finkielkraut-explose-de-colere-dans-ce-soir-ou-jamais
                    .
                    Zappez, zappez, il en restera bien quelque chose... De la superficialité au détriment de la profondeur, des erreurs de jugements à la place de la justesse de raisonnement... Zappez, mixez, consommez, gobez, et quand la satiété sera comblée, vomissez pour mieux ingurgiter encore... Boulimie d’informations, indigestions d’images et de sons...
                     


                  • vote
                    Loki Loki 21 octobre 2013 19:02

                    ... Et dérèglement des émotions...


                  • 3 votes
                    gerfaut 21 octobre 2013 19:04

                    Merci Wyrd, toujours documenté, tu es unes des personnes les plus interessantes ici


                  • 3 votes
                    Pablo el GENIO Pablo 21 octobre 2013 22:28

                    Irrésistible ton sens de l’ironie, gerfaut ! Merci de m’avoir fait rire....


                  • 1 vote
                    gerfaut 22 octobre 2013 15:59

                    ’ironie’ erronée pour le cas


                    J’ estime les personnes qui proposent une explication par eux même qui fait réfléchir, les autres, les perroquets, les bigottes politiquement correctes, les pubs vivantes de la pensée supermarchée, moins...

                  • 6 votes
                    DIVA DIVA 21 octobre 2013 14:16

                    " ... il est probablement christianophobe ... "
                    .
                    Sans déconner !
                    Un juif christianophobe !
                    Ce serait bien une première !
                    .
                    Comment voulez vous que le groupe des "œil pour œil", s’entendent un jour avec le groupe des "aimez vous les uns les autres" ?
                    .
                    Définitivement incompatibles !


                    • 2 votes
                      Boom_QaBoom Boom_Boom 21 octobre 2013 14:54

                      @Diva
                      Et bien justement, à qui tendre l’autre joue sinon ? :)


                    • 1 vote
                      DIVA DIVA 21 octobre 2013 15:55

                      Tendre l’autre joue ? Voyons, c’était une feinte !
                      .
                      Sans rire, tendre l’autre joue, ça va un moment !


                    • 2 votes
                      Boom_QaBoom Boom_Boom 21 octobre 2013 18:04

                      Ou peut-être que les chrétiens n’existent que par opposition aux juifs et vice-versa, un peu comme la dichotomie maître/esclave, l’un n’existe pas sans l’autre.
                      Je préfère voir la violence du côté de la LDJ, même si il est vrai qu’on aurait bien envie de leur "foutre un coup de boule dans les valseuses" à ces danseuses.
                      Mais le chrétien est un éternel pêcheur, il ne faut pas l’oublier, que celui qui n’a jamais mis un coup de boule me lance la première pierre.
                      Heureusement que de la théorie à la pratique, il y a un pas :)


                    • vote
                      DIVA DIVA 21 octobre 2013 22:04

                      Internaute Boom_Boom, que vous préfériez voir la violence du côté de la ldj, ce qui n’engage que vous, ne change rien à l’affaire, elle n’est de toute façon nulle part ailleurs !


                    • 3 votes
                      Pablo el GENIO Pablo 21 octobre 2013 23:23

                      Diva "Oeil pour oeil " a pour origine Sumer et " aimer vous les uns les autres" et " Ne fais pas à l’autre ce que tu ne voudrais pas qu’il te fasse" a des origines égyptiennes , en réalité....L’un des principes amène irrémédiablement à l’anéantissement de la création, les deux autres à sa pérennisation....C’est un choix...opposé !


                    • vote
                      Pablo el GENIO Pablo 21 octobre 2013 23:29

                      "...ont des origines..."




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Boom_QaBoom

Boom_QaBoom
Voir ses articles


Publicité





Palmarès