• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Agression de R. Ménard : Tepa décrypte le débat du Maire de Béziers avec A. (...)
#72 des Tendances

Agression de R. Ménard : Tepa décrypte le débat du Maire de Béziers avec A. Corbières

De prime abord, le Maire de Béziers Robert Ménard sembla pris dans une bousculade. Puis à y regarder de plus près, ce dernier fut bien plus que simplement chahuté : attrapé par ses vêtements, frappé par derrière (avec 4 jours d'interruption totale de travail et 10 d'ITT) par des énergumènes surexcités et projeté au sol, il fut bel et bien l'objet d'une agression physique caractérisée.

 

Définition du Larousse : « Agression : Attaque non provoquée, injustifiée et brutale contre quelqu'un, contre un pays ». La deuxième partie de la définition traite du cas de l'attaque par l'environnement, dans le sens plus commun du terme.

L'article 222-13 du Code Pénal précise : « Les violences ayant entraîné une incapacité de travail inférieure ou égale à huit jours ou n'ayant entraîné aucune incapacité de travail sont punies de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende lorsqu'elles sont commises ». Le point 4° précise bien « lorsque la qualité de la victime est apparente ou connue de l'auteur ».

Les faits se sont déroulés en plein jour, sous le regard de nombreux témoins (dont les forces de l'ordre) et l'agression a été filmée. Nul doute que la justice pourra interroger les protagonistes et appliquer la loi, enfin... on peut toujours rêver...

 

Vérifications d'usage et guerre des mots

 

Au préalable et à l'aide d'un moteur de recherche bien connu une petite vérification des versions numériques des principaux organes de presse subventionnés s'imposait. Avec les mots clés "Robert" "Ménard" "Nom du média". Voici le résultat :

 

- Le Figaro : Le 06/05, le quotidien parle de "bousculade" dans son court article. Il titre : "Bousculé en Gironde, RM porte plainte".

- Libération : Le 06/05, le quotidien titre "RM, chahuté à une réunion en Gironde, porte plainte". Le quotidien indique que RM a été "brièvement bousculé" et relate les faits sans préciser qu'il fut la victime "lors d'une bousculade qui a duré moins d'une minute".

- Le Parisien : Le 05/05, le quotidien titre "RM, pris à partie par des manifestants en Gironde, a porté plainte" : Là encore il est question de "journée mouvementée" au cours de laquelle l'élu "a été bousculé".

- L'humanité : Ceux qui titrèrent naguère (1953) "Deuil pour tous les peuples qui expriment, dans le recueillement, leurs immense amour pour le grand Staline" n'ont pas jugé bon de relater l’événement.

- Le monde, Ouest France : idem que Libé, dans le titre le Maire a simplement été "chahuté" et dans le corps de l'article copié/collé il a été "brièvement bousculé". A chaque fois le terme "agressé" est repris entre guillemets.

- L'est Républicain : le titre reprend l'expression "pris à partie", mais le corps de l'article nuance : Il a été "fortement bousculé", "secoué". Le terme "agression" est repris sans guillemets mais pour indiquer que c'est l'élu qui l'a dénoncé de la part de "fascites de gauche".

- BFM TV titre également avec le mot "chahuté" puis dans le corps de l'article "bousculé". Le mot "agressé" est encore une fois utilisé entre guillemets. Il aura fallu attendre le 11/05 pour que le mot « agression » soit repris mais suite à la réaction indignée de Zohra Bitan, une des « Grandes Gueules » de la maison Drahi.

- Pour le Dauphiné, le Maire a été "pris à partie" (titre) et "fortement bousculé" (corps).

- En comparaison, l'année dernière, Le Point titrait "Agression de NKM : Vincent Debraize, l'homme qui n'aimait pas les bobos". Alors évidemment une vérification du traitement du cas Ménard par les mêmes s'imposait : "Point" (ho ho ho) de surprise... Dans le titre, le Maire a simplement été "chahuté" et dans le corps du texte "brièvement bousculé" . Le mot "agressé" a, une nouvelle fois, été mis entre guillemets pour bien signifier qu'il s'agissait de l'appréciation de l'élu.

 

En réalité trouver un média qui parle explicitement d'agression ne fût pas chose aisée. Ah si, le confidentiel "infos-bordeaux.fr" a bien titré que le Maire avait été "agressé", sans les guillemets cette fois. On peut également citer Valeurs Actuelles qui titre "RM violemment pris à partie en Gironde" et l'article ajoute "au point de finir au sol". Étonnamment L'Express fut l'un des rares MSM à employer le verbe ad hoc sans se pincer le nez en titrant honnêtement : "RM agressé par des "fascistes de gauche". L'hebdomadaire Paris Match a également titré le 09/05 sur l'agression sans les guillemets. Boulevard Voltaire parle lui aussi d'agression et s'indigne de l'absence de réaction des hautes autorités de l'Etat.

 

Que fait la police ?

 

S'agissant de l'événement, la réponse est simple : Rien. RM est exfiltré de la rue comme s'il n'était même autorisé à l'emprunter. Mais la police obéit aux ordres et RM ne l'a met pas en cause à juste titre. C'est là le deuxième aspect de cette affaire : Mis à part Nicolas Dupont-Aignan, Thierry Mariani et quelques autres, personne en haut lieu – gouvernement, responsables de partis - n'a jugé bon de condamner publiquement l'agression dont a été victime cet élu de la République. Personne non plus ne s'est interrogé sur cette passivité des forces de l'ordre laissant l'élu se faire agresser en toute impunité.

 

Décryptage

 

Dans cette vidéo, Tepa, comme d'habitude, procède à un excellent et indispensable décryptage du débat que RM a eu avec Alexis Corbières, député de la France Insoumise, sur le plateau de Pascal Praud.

Le tartuffe Corbières consent à condamner du bout des lèvres toutes les violences en général – oui, enfin, pour celle des antifas on repassera... - mais, bien évidemment, sans jamais évoquer l'attitude de ses troupes manifestement chauffées à blanc. Mauvaise foi caractérisée et relativisme (parallèle douteux avec l'entartage d'un de ses collègues) déplacé sont au rendez-vous comme à l'accoutumée.

Une petite réflexion de Tepa glissée au passage et qui aurait mérité un approfondissement : Praud est un ancien journaliste sportif et, effectivement, contre toute attente, c'est bien souvent parmi ceux-ci que l'on trouve les professionnels du secteur les moins frileux à aborder certaines thématiques : Daniel Riolo est l'un d'eux. Voilà qui en dit long sur le niveau actuel de la profession.

En résumé, le salaud d'extrême-droite Ménard l'a, au fond, bien cherché. Bien au-delà de l'ambiance générale, voilà en substance la tonalité du propos d'une caste politico-merdiatique qui, quand il s'agit d'un élu mal-pensant, au mieux édulcore quand elle ne se tait pas directement et au pire justifie l'injustifiable.

 

 

Tags : Politique Violence Robert Ménard




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • 7 votes
    maQiavel maQiavel 14 mai 14:36

    L’agression de Menard est évidemment scandaleuse, si c’était des militants d’extrême droite qui s’en étaient pris à un maire d’extrême gauche, l’impact médiatico-politique serait différent c’est le moins qu’on puisse dire, ça c’est selon moi une évidence qui relève d’un flagrant deux poids deux mesures qui est proprement honteux. Et bien sur, les groupuscules de gauche ou d’extrême gauche sont les plus actifs dès qu’il s’agit de faire taire les personnes dont ils ne partagent les idées, y compris par l’usage de la violence. 

    Si ce n’était que ça le sujet et rien d’autre, je serais évidemment d’accord avec Tepa. Mais dans ce debunkage, il déborde sur beaucoup d’autres choses. Le Tepa que j’appréciais s’est radicalisé, il est devenu une espèce de caricature de droitard en croisade contre les gauchistes. Cela se ressent très fort dans ce debunkage que je considère comme le plus mauvais qu’il ait fait, il ne se livre pas à une analyse critique de la séquence médiatique qu’il présente mais plutôt à une entreprise partisane de démolition de Corbière. Finalement c’est son animosité pour Corbière et son rejet épidermique de la FI et de la gauche qui ressort plus qu’autre chose alors qu’à l’époque il essayait de dépasser ces clivages stériles et puérils …

    Corbière a dénoncé l’agression de Menard, je ne vois pas ce qu’il aurait du faire de plus. Menard lui-même raconte dans cette émission que les insoumis ont souris, applaudis ou filmé mais n’ont pas participé à l’agression. Si c’est vrai ce n’est pas très chevaleresque mais pourquoi s’en prendre à la FI et à Corbière comme s’ils étaient responsables de l’agression elle-même ? C’était aux gendarmes sur place de protéger Menard, ce dernier est d’ailleurs plutôt conciliant avec eux et ne les mets pas en cause alors que selon lui ils n’ont pas bougé …

    Par ailleurs ce n’est pas Corbière qui a fait glisser le débat sur l’extrême droite mais Pascal Praud (pour lequel Tepa a une opinion positive). Mais si on lui pose la question , Corbière a le droit de dire que selon lui Menard est d’extrême droite (je ne dis pas que c’est vrai ou faux) tant qu’il peut justifier son point de vue (ce qu’il a fait, qu’on soit d’accord ou non avec lui, sa position a un sens).

    Bref l’acharnement sur Corbière ici , qu’on aime ou non le personnage , est injustifié. 


    • 2 votes
      Qirotatif Qirotatif 14 mai 18:30

      @maQiavel

      D’abord, bien évidemment que Tepa est militant anti-gauchiste assumé et je suis en parti d’accord sur sa radicalisation dans ce sens. On a perdu en finesse, en recul. Sans vouloir faire de la psy à deux balles, celle-ci s’explique en grande partie par le constat, qu’en face, on a aussi des radicalisés mais impunis eux, avec un antiracisme qui vire à l’hystérie, un déni permanent sur les sujets clivants, etc. Il est déjà loin le temps où la FI se focalisait sur les rapports socio-éco, l’écologie... c’est du moins l’impression qu’ils donnent. Il faudrait que je me cogne les propositions de loi, les Q au gouv, etc pour objectiver cette impression. 

      Pour ma part et connaissant un peu cette évolution chez lui, j’ai pris la peine de vérifier si le deux poids deux mesures qu’il dénonçait était à ce point avéré et le différentiel dans le traitement médiatique d’un même événement est à mon sens incontestable. C’est étrange parce que l’on attend naturellement de la droite patriote (je ne parle évidemment pas de LR et consorts) qu’elle soit pondérée, réaliste, qu’elle fasse attention alors qu’en même temps l’on tolère sans pb que les autres soient bêtement anti-droitard primaires, comme si nous avions intériorisés qu’ils l’étaient er les excusions. Pas certain d’être clair : c’est un peu comme le type qui arrive tous les jours en retard au travail. Tout le monde fini par dire "oh bah c’est Raymond... il est comme ça..." alors qu’un autre toujours ponctuel et qui, un matin seulement, se pointe en retard se fait alpaguer par ses collègues et sa hiérarchie. 

      "Corbière a dénoncé l’agression de Menard, je ne vois pas ce qu’il aurait du faire de plus"

      Il l’a fait au bout de x minutes après avoir déblatéré en long et en large sur le climat que Ménard aurait lui-même crée, sur son père, sur l’OAS... il ne manquait plus qu’il parle des accointances du cousin de la belle-soeur de son voisin soupçonné d’être abonné à National Hebdo.

      Oui, bien sûr qu’il la fait mais pas au début en tout cas comme c’est d’usage : c’est pourtant simple, quand un élu - quel que soit son bord - se fait agresser, il est normal de condamner l’acte, soutenir l’élu quel que soit le bord politique du concerné. Là il a quasiment fallu lui arracher les mots.


      "enard lui-même raconte dans cette émission que les insoumis ont souris, applaudis ou filmé mais n’ont pas participé à l’agression. "

      Après au préalable avoir harangué leurs troupes apparemment (faudrait vérifier le rôle exact)... La justice déterminera qui étaient les auteurs... mais, simple hypothèse : imaginons qu’il y ait parmi eux des adhérents ou sympathisants de la FI, penses-tu que la direction du parti les condamnera (voire les dégagera du parti) eu égard au discours de Corbières ici ? Et prenons le cas inverse : imaginons qu’une ou plusieurs personnes agresse un élu FI et qu’il se trouve que celles-ci soient militants/sympathisants du FN. Quelle serait la réaction des médias ? Nous connaissons tous la réponse : cris d’orfraie, manifs pour dénoncer le retour des zeursléplusombres, commission d’enquête, nouvelles lois pour réprimer davantage l’atteinte aux élus. Par contre nul doute que le FN aurait, avant même le barnum habituel, exclu les auteurs de leurs rangs, tandis que l’inverse...

      " C’était aux gendarmes sur place de protéger Menard, ce dernier est d’ailleurs plutôt conciliant avec eux et ne les mets pas en cause alors que selon lui ils n’ont pas bougé …"

      Les gendarmes comme la police obéissent aux ordres. Manifestement ici le ou les gradés n’a/ont pas donné cet ordre. Quand ils interviennent de leur propre chef ils ont bien souvent des ennuis par la suite. Maintenant, en principe ils sont sensés intervenir sans ordre. On avait pas affaire non plus à des centaines d’excités mais une qq dizaines au plus dont une majorité de braillards. Donc oui, il est plutôt indulgent. 


      En définitive, oui, la critique de Corbières est un brin systématique, mais j’ai trouvé l’exercice intéressant et dans la mesure où ce dernier est un spécialiste de la contorsion parfaitement formé qu’il a été à l’école lambertiste, on peut aussi se laisser aller de temps en temps à un peu de radicalité (dont les Corbières et cie ne se privent jamais)


    • vote
      maQiavel maQiavel 14 mai 22:50

      Salut Qiro.

      Personnellement je n’apprécie pas la radicalisation de Tepa et je trouve cette perte de recul et de finesse dommageable notamment dans ses debunkage que j’appréciais à une époque, mais bon ce n’est que mon opinion et je peux comprendre que l’on voit les choses différemment.

      Sur l’identité des agresseurs tu as tout à fait raison, la justice la déterminera. Mais dans ce débat, tout le monde, y compris Menard,  part du postulat que les insoumis n’y ont pas participé mais qu’ils auraient cependant filmé, applaudit ou sourit. S’il s’avère que c’est vrai , ce ne serait pas très glorieux  ,certes ,  mais les assimiler aux agresseurs comme le fait Tepa qui invente la notion de « spectateur actif » comme pour dire qu’ils ne sont pas les agresseurs mais tout de même responsable de l’agression quelque part  est une accusation injustifié ( je n’irai pas jusqu’à dire malhonnête mais on est pas très loin ).

      Pour Corbière, si tu suis bien l’émission, dès le départ il condamne l’agression, il dit qu’il est en désaccord avec Menard mais que ça ne justifie pas qu’il prenne des coups et qu’on vit une période dans laquelle les politiques se font violenter et que ce n’est pas bon. C’est Praud qui lui demande s’il reconnait une forme de responsabilité dans cette agression parce qu’il dit que Menard est d’extrême droite. Il explique qu’il n’a aucune raison de se sentir responsable car selon lui Menard est d’extrême droite mais que ce n’est pas le sujet parce que ce n’est pas parce qu’il est de ce bord là qu’il doit se faire agresser. C’est Praud qui revient encore à la charge avec l’extrême droite et Corbière est obligé de justifier la raison pour laquelle Menard est d’extrême selon lui et c’est comme ça que le père de Menard arrive sur le tapis puisque ce dernier était d’après Corbière un combattant de l’OAS ( qui est historiquement d’extrême droite ) et que Menard l’utilise dans le débat public en prétendant agir en sa mémoire. C’est aussi comme ça que la discussion va dériver sur l’Algérie.

      Ce n’est pas la faute de Corbière tout ça, lui se serait contenté de dire que l’agression est condamnable , il dit même explicitement que le fait que Menard soit d’extrême droite n’est pas le sujet et que la guerre d’Algérie est terminée mais lorsque Praud demande s’il a une part de responsabilité dans le fait de classifier  Menard à la droite de la droite dans l’échiquier politique , il le met dans une situation ou il est obligé de justifier cette classification et donc d’en parler. On peut ne pas apprécier Corbière (ce qui est mon cas, je ne l’apprécie pas plus que Menard) mais ce n’est pas lui qui est responsable du HS sur l’extrême droite ou l’Algérie dans ce débat, ça c’est le reproche qu’il faut faire à Pascal Praud. Sincèrement, je ne vois pas ce qu’on peut reprocher à Corbière.


    • 2 votes
      Qirotatif Qirotatif 15 mai 10:01

      @maQiavel
      "Pour Corbière, si tu suis bien l’émission, dès le départ il condamne l’agression, il dit qu’il est en désaccord avec Menard mais que ça ne justifie pas qu’il prenne des coups et qu’on vit une période dans laquelle les politiques se font violenter et que ce n’est pas bon"

      J’ai re-regardé, c’est exact. Seulement il bascule tellement vite sur "je suis en désaccord complet avec RM qui fait des unes insupportables et qui compte les enfants de confession musulmane dans les écoles... bon bref, c’est pas le sujet" que l’impression qui reste est celle d’une non-condamnation. Corbières utilise cette vieille technique rhétorique bien connue dans certains milieux qui consiste à balancer insidieusement une crotte de nez puis désamorcer immédiatement lui-même - mais trop tard... le coup sous la ceinture est parti quand même et le message est passé. Bon, par la suite il dit clairement "je ne suis pas d’accord avec le fait qu’il prenne des coups, ça ne doit pas avoir lieu", donc ok pour cette partie. 

      En revanche il ne condamne à aucun moment l’attitude des élus ayant prétendument fait monter la sauce ni celle des militants de la FI mis en causes ici par RM mais fallait pas rêver non plus.


      S’agissant de l’évolution de Tepa, il y a un paramètre à prendre en compte : la droitosphère, plus communément désignée par l’infamant "fachosphère", est largement ostracisée dans l’ensemble des médias. Si ce n’était que cela ça passerait, mais en plus YT censure allègrement les contenus. Comme d’autres, Tepa a vu ses chaînes se faire interdire ou limiter (interdiction de faire des émissions en direct par exemple). Même des humoristes sans étiquette (comme Greg Tabibian) admettent devoir en permanence marcher sur des œufs pour passer entre les gouttes voire s’auto-censurer. Il ne me semble pas que les contenus d’extrême-gauche subissent le même traitement. Exemple : ici, une personne représentant un groupuscule bien identifié accuse ouvertement un parti politique de perpétrer des assassinats : c’est de la pure diffamation et selon les règles de YT, cette chaîne devrait être a minima signalée et même sauter et les auteurs poursuivis. Il n’en est rien. Pour trouver des journalistes ou des hommes politiques qui condamnent ce genre de mouvements il faut se lever de bonne heure.

      D’une manière générale, les idées souverainistes, patriotes n’ont pas bonne presse, celle-ci étant à gauche très largement : ce 80% dont parle Tepa est une réalité, qu’il s’agisse de la presse nationale, de la presse quotidienne régionale - le canard par chez moi qui a le monopole est radicalement de gauche... je me marre souvent en lisant les articles et le ton caricatural employé dés qu’il y a opinion - ou même des télés. C’est tellement vrai que l’on compte sur les doigts d’une main les journalistes dits de droite - Jean-Pierre Pernaud, Zemmour (dégagé des émissions où il officiait avec succès : chez Ruquier, chez i-télé) - Brunet, Elisabeth Lévy... alors que l’on peut dresser une liste longue comme le bras des autres. Le traitement médiatique d’événements est aussi incroyablement partisan : c’est le cas ici, mais on pourrait citer des tas de situations similaires comme par exemple le blocage des universités : une poignée de gauchistes s’y adonnent en toute illégalité et dans certains cas depuis des mois sans que cela n’interpelle plus que cela. Ils peuvent même, en toute impunité, faire annuler les examens de tous. Je pense que les CRS auraient été envoyés dare-dare si ces bloqueurs avaient été d’un mouvement de droite. 

      Mais encore plus efficace que la censure, le procédé consiste bien souvent à ne tout simplement pas parler des réalités : par exemple lors des émeutes de 2005, la presse et les politicards se sont félicités qu’il n’y ait pas eut de victimes. Or c’était évidemment faux : 5 personnes sont mortes, certaines sous les coups des émeutiers et dans un silence assourdissant : Jean-Claude Irvoas, battu à mort sous les yeux de sa famille pour simplement avoir photographié un lampadaire, Jean-Jacques Le Chenadec décédé suite à un coup de poing alors qu’il tentait d’éteindre le feu mis à sa poubelle, Salah Gahem asphyxié en tentant de porter secours à une autre personne, une femme handicapée brûlée dans un bus, Alain Lambert décédé en tentant d’éteindre un feu... plusieurs sociologues ont même estimé que ces victimes n’étaient pas en lien direct avec les émeutes (cf. article sur vvikipédia). Il n’y en avait que pour les deux jeunes qui s’étaient électrocutés alors qu’ils étaient entrés de leur propre chef dans un transformateur EDF.

      Tout cela pour dire que cette droitisation de Tepa conduisant, il est vrai, à cette moindre finesse dans l’analyse, s’explique par un contexte général (l’extrême judiciarisation par les officines "antiracistes", l’histoire hallucinante de la quenelle et j’en passe) et une expérience personnelle du réel : il a, lui aussi, fait les frais (procès pour avoir donné la parole à Faurisson) de cette censure et cela explique sans doute en grande partie son évolution. 


    • 2 votes
      DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 14 mai 17:52

      Les politiciens sont souvent d’une grande violence avec les petites gens, de même que les ultra-riches mènent une guerre sans pitié contre les pauvres ... Par contre, les politiciens et les super-riches redoutent que le peuple soit aussi violent envers eux, ils ont peur que le peuple siffle la fin de récréation et qu’on ressortent les guillotines des musées pour les tester en place public ... Je voterais pour la guillotine et qu’on remplisse quelques sacs de têtes de super-ruches et de politiciens corrompus !


      • vote
        Joe Chip Joe Chip 14 mai 18:05

        Mesnard a malheureusement un côté "tête à claques" qui fait qu’il est parfois difficile de se sentir en solidarité avec le personnage. Il a par ailleurs tendance à mettre en scène l’ostracisme généralisé dont il est ou prétend être la cible, ce qui n’arrange pas les choses quand il est réellement victime de ce genre d’agression.

        Ceci étant dit, il a évidemment raison sur le fond, en France certains violences politiques sont tolérées (contre la droite et l’extrême-droite) quand d’autres font l’objet d’une réprobation immédiate et excessive. 
        Tant que des militants d’extrême-gauche ne seront pas sévèrement punis par la justice, ce climat de chasse aux sorcières perdurera car des habitudes ont été prises depuis les années 70 (censure au sens physique du terme de certains discours au nom d’un antifascisme d’opérette). 
        En outre, je pense qu’il y a une arrière-pensée de la part des autorités qui se disent que tant que ces groupuscules occupent la rue et l’espace protestataire, les militants et groupuscules d’extrême-droite resteront cantonnés à la portion congrue c’est à dire pour l’essentiel à la sphère internet et à des actions confidentielles, ce en quoi ils ont d’ailleurs parfaitement raison. 
        Le problème, c’est qu’il y aussi a souvent chez ces gens des "clients" difficiles à faire condamné : fils de bonne famille, étudiant en grandes écoles... comme on l’a encore vu avec les manifs récentes où la police a arrêté des cadres (dont un diplômé de Centrale) et un fils de chercheur du CNRS chez les blacks blocs. 

        • 1 vote
          ezechiel 14 mai 19:09

          Dans un régime socialiste, Ménard est un élu secondaire, classé comme extrême-droite, vous pouvez le frapper ou lui cracher dessus, ça émouvra à peine le système de la classe politique dirigeante (politiques, média, presse).


          • vote
            kader13 14 mai 22:45
            wikipédia

            Issu d’une famille catholique pied-noir installée en Algérie française depuis 18501, Robert Ménard naît en 19532. Il a neuf ans lorsque sa famille, rapatriée d’Algérie3, s’installe à Brusque dans l’Aveyron4, puis dans le quartier pauvre de la Devèze, à Béziers5. Son père, Émile, est tour à tour commerçant, imprimeur et éleveur de poules6 ; également syndicaliste communiste5, il devient membre de l’OAS7,8. L’un des oncles de Robert Ménard est par ailleurs emprisonné pour avoir piloté un avion de putschistes9.


            • 1 vote
              Constant Danlerreur Constant Danlerreur 15 mai 13:21
              Encore une fois je tombe du haut de ma chaise de gauche authentique à la lecture et l’écoute, de cet article de propagande nazie, pour tout vous dire, je ne comprends pas son existence même car OÛ est le problème ?
              .
              Qu’un membre de la gestapo se fasse légèrement molester, presque affectueusement au vu de son inexcusable parti pris idéologique, par les gardiens de la véritable démocratie de gauche authentique ?
              .
              Alors on sort les mouchoirs, on agite le pavillon de l’indignation, on fait semblant de s’offusquer du sort mérité par un nazi revendiqué face au gentil peuple de gauche authentique ? Mais on nage en plein délire là, je passe rapidement sur la farce grotesque de cet oberstürmführer pas très clair de peau avec son chapeau tyrolien de triste mémoire, car apparemment il se pense suffisamment aryen pour jouer avec le feu de la suprématie raciale blanche mais il devrait se regarder dans une glace ce pauvre garçon qui ose se proclamer patriote ouvertement ce qui revient au même que d’avouer avoir participé à la shoah de manière active, il perd la raison ce nervis d’extrême droite aux yeux injectés de sang, faudra pas s’étonner qu’il se fasse remettre à l’ordre par les sentinelles de la démocratie de gauche authentique après, hein, on provoque, on lance des propos nauséabonds, on joue au nazi et puis après on pleure de se ramasser une gifle de gauche authentique, on connaît la musique, de gauche authentique évidemment.
              .
              C’est pourtant simple de comprendre la démocratie de gauche authentique et d’en faire partie, il suffit d’être ouverts d’esprit, humanistes, tolérants, progressistes, tournés vers l’avenir avec le sourire en pensant printemps de gauche authentique tout le temps, être disciplinés, respectueux, toujours vigilants envers l’extrême droite toujours issue du ventre de la bête immonde toujours fécond ainsi que de se souvenir des heures sombres de notre histoire pour pouvoir envoyer au goulag tous ceux qui ne sont pas de gauche authentique, voire de les lyncher sur place afin de maintenir l’harmonie de gauche authentique dans notre démocratie de gauche authentique dans ce pays de gauche authentique, c’est pas compliqué bon sang !
              .
              Ceux qui ne sont pas capables de se souvenir de ces règles comportementales fondamentales de gauche authentique méritent d’être châtié sans procès, c’est ce qui préservera l’harmonie de gauche authentique qui a été si difficile au prix de milliards de morts d’extrême droite comme des résistants de gauche authentique aussi d’ailleurs, c’est peut être le seul point commun que nous ayons avec cette engeance nazie, de verser le sang pour nos idéaux, le nôtre comme celui des autres, mais c’est le lot pour vivre ensemble dans la pax gauchae authenticae si chère à Jules César, grand empereur de gauche authentique.


              .
              Tous ceux qui critiquent cette façon de vivre, AU GOULAG PUNKT SCHLUSS !!!

              .
              Tous avec moi contre la haine mes amis de gauche authentique : "
              Avanti o popolo, alla riscossa,Bandiera rossa (bis)Avanti o popolo, alla riscossa,Bandiera rossa trionferà.
              Bandiera rossa la trionferà (ter)Evviva il comunismo e la libertà.
              Degli sfruttati l’immensa schieraLa pura innalzi, rossa bandiera.O proletari, alla riscossaBandiera rossa trionferà.
              Bandiera rossa la trionferà (ter)Il frutto del lavoro a chi lavora andrà.
              Dai campi al mare, alla miniera,All’officina, chi soffre e spera,Sia pronto, è l’ora della riscossa.Bandiera rossa trionferà.........."

              • 2 votes
                Qirotatif Qirotatif 15 mai 16:57

                @Constant Danlerreur
                Me doutais bien que cette misérable bafouille, bricolée entre deux séances de tortures infligées préférentiellement à quelques soldats des forces progressistes que je me garde toujours en réserve au fond de la cave, provoquerait l’ire d’un des représentants de cette nouvelle race de bâtisseurs de futurs enchanteurs. Prendre la défense du nazillon Ménard, un individu aussi nauséabond que James et notoirement connu pour trépaner de petites têtes crépues quand il n’est pas affairé à alimenter son funeste poêle d’un combustible encore moins avouable, était un pari risqué aux conséquences attendues : les forces de la gauche la plus authentique qui soient n’allaient pas manquer de pulvériser les phalanges de cette vermine fascistoïde de Ménard et les miens par la même occasion à grands coups de marteau et de sectionner nos orteils respectifs à la faucille afin de nous remettre à notre juste place : le purgatoire où du reste nous retrouverions la vermine nationaliste Tepa dont les origines gabonaises ne doivent en aucun cas laisser accroire aux candides qu’il s’agirait d’un antiraciste authentique. Il n’en est évidemment rien. Maintenant que nous sommes confondus, nous nous devons de dénoncer ce complice de crime contre l’humanité qui, du fond de sa cave, diffuse sur les ondes des diatribes plus haineuses les unes que les autres et qui ne méritent en aucun cas la clémence de cette association désintéressée et pleine d’humanisme bien compris qu’est la licra.

                De là et seulement après avoir tout déballé au Tout Puissant quant à ces odieuses accointances, Tout Puissant, qui, soit dit au passage et pour l’avoir aperçu lors d’un séjour précédent, ressemble bien à un authentique homme de gauche avec son collier de barbe, son veston en velours marron avec ronds de simili cuir intégrés qui rendrait fou de jalousie Robert Hue - homme de conviction s’il en est, puisque courageusement passé de la social-traitrise vaguement communiste au seul parti qui défend ardemment et en marche ces prolétaires spoliés de CAC40, les Bolloré, Arnaud et consorts - de là disions-nous, nous pourrons expier de nouveau ces innombrables et immondes forfaits et espérer obtenir le pardon miséricordieux des forces du progrès. 

                Commençons d’ailleurs dés maintenant en le clamant haut et fort : cet insupportable Ménard, ce Faurisson biterrois, authentique réincarnation du Docteur Petiot, sinistre amateur d’onomastique douteuse aux pieds aussi noirs que les mains sales nous donnant désormais une existentielle nausée authentiquement de gauche, cet ignoble Mengele occitan complotant nuit et jour à la privation de cornes de gazelles de certains enfants au préalable fichés S dés la maternelle par ses soins, cette crapule aurait bien mérité plus radicale bastonnade de la part du camp du bien. "Le camp des saints châtié par le camp du bien", voilà qui aurait d’ailleurs fait un bien meilleur titre pour cet article. 

                Puissent les forces de gauche authentique dans leur infini bonté daigner pardonner un jour pareils crimes.


              • 1 vote
                Constant Danlerreur Constant Danlerreur 15 mai 13:54
                Comment ne pas se sentir envahit par l’émotion de gauche authentique en versant des larmes de gauche authentique devant tant de beauté de gauche authentique, quel panache, quelle gloire, quelle magnificence, j’en perds mon latin de gauche authentique devant tant de merveilles de gauche authentique, cette vidéo est postée ici en exorcisme de cet article aux relents nauséabonds qui nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire de gauche authentique :


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Qirotatif

Qirotatif
Voir ses articles







Palmarès