• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Influence de la Conscience sur la Matière ? - Retour sur l’expérience des (...)

Influence de la Conscience sur la Matière ? - Retour sur l’expérience des fentes de Young avec le choix retardé de Wheeler

Retour sur l'expérience des fentes de Young avec des électrons (*) et le choix retardé de Wheeler (pb de la gomme quantique) - Pourquoi les électrons ont-ils l'air d'obéir à un "observateur" ?

Dans mon dernier article sur la quantique (**), Roland Lehoucq en parle (mn 49), sans aborder "le choix retardé de Wheeler" ! C'est l'expérience Reine de la Physique, que tout quantien qui se respecte a médité maintes & maintes fois ; tantôt du seul point de vue de la Science "cartésienne" (interprétations purement rationnelles, dont celle prédominante aujourd'hui, dite de Copenhague, censée etre pour la majorité des physiciens d'aujourd'hui, la plus verosimile) ; tantôt d'un point de vue autre, davantage métaphysique, faisant notamment intervenir la Conscience !

Rappelons ici le point de vue (darshana) qui m'est particulièrement cher ; celui de la MIA (***), qui parle lui d'une approche duale avec Purusha (la Conscience) & Prakrti (la Matière dépourvue de Conscience, mais non sans Qualité) et ses 3 Gunas.

Que nous dit ce darshana, à propos du rôle de "l'observateur", dans cette expérience décisive de la MQ, tout au moins, pour ses interprètes, physiciens et/ou métaphysiciens dits "universitaires" ?

(*)Voir mon article antérieur concernant ce sujet

(**) La plus belle expérience de physique qui n'est jamais été faite

https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/une-conference-qui-permet-d-81277#commentaires

(***) Métaphysique Indienne Antique

(Voir toutes mes publications qui en parlent)

---------------------------------------

Question fondamentale :

Pourquoi les électrons ont-ils l'air d'obéir à un "observateur" ?

Qu'en pensez-vous ?

Merci

Influence de la Conscience sur la Matière

Tags : Recherche Dieu Prospective et futur Philosophie Culture Science et techno Université




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • 2 votes
    Belenos Belenos 17 avril 10:34

    Pour avoir besoin de "preuves" d’une relation entre "l’esprit" et "la matière", il faut vraiment manquer d’esprit. Soyez conscient de votre esprit et de votre matière, vous n’aurez besoin d’aucune "preuve" à présenter devant un tribunal. 


    • vote
      john 21 avril 22:41

      @Belenos oui et la terre est plate parce qu’elle nous semble plate CQFD, t’es un bon toi, à partir du moment ou t’essaies naïvement d’interpréter ce que tu ressens tu fonces dans le mur, la moindre des choses c’est au moins de s’en rendre compte avant prendre une posture catégoriquement dualiste en affirmant dissocier ce que vous êtes par autre chose que de la matière en mouvement ce qui va à l’encontre des neurosciences (inférences par méthode scientifique.. tu sais le truc qui te permets d’envoyer de petits messages par satellites à l’autre bout de la planète enfin bref) libre à toi de pondérer irrationnellement ta croyance ou comment se masturber sur une proba de 1/1000000000000.. aussi obstinément que sur une terre plate...(Descartes 3+ siècles..on a fait de chemin depuis)

      Agoravox ou la diarrhée humaine de la "connaissance" populaire...vite fuyons d’ici


    • vote
      crow crow 17 avril 11:40

      Trompé par son son sens de la vue, c’est l’interprétation du contemplateur qui définit l’état de la matière grâce à un système oculaire organique relié à un cerveau tout aussi organique qui remet d’abord l’information perçue à l’endroit et l’interprète ensuite en l’adaptant à notre réalité commune. 


      • vote
        CoolDude 17 avril 11:47

        Pourquoi les électrons ont-ils l’air d’obéir à un "observateur" ?


        Posez vous la question de comment est observé le passage d’un électron dans cette expérience, car tout n’est pas dit évidement... Ca ne se fait pas grâce à l’œil d’un observateur humain, d’un simple regard.

        "Observateur" => Instrument de mesure.

        Toute mesure de l’état quantique d’une particule perturbe cette particule voir le système dans sa totalité.

        C’est le problème de la vulgarisation qui veut faire dans le spétaculaire.

        Un exemple dans le monde Macro : « Ne me dites pas que la Lune n’existe pas quand personne ne la regarde » A. Einstein...

        Observer dans ce cas, c’est capter les photons qui ont été réfléchis par l’objet Lune ! Ces photons réfléchis ne sont pas dû à l’œil de l’observateur... Mais dû au soleil.

        La vrai question seront plus la suivante : La lune existerait-elle sans aucune lumière pour l’observer... Si il n’existait aucune interaction avec elle et elle sur elle-même.


        • vote
          herve_hum 18 avril 14:24

          @CoolDude

          "La vrai question seront plus la suivante : La lune existerait-elle sans aucune lumière pour l’observer... Si il n’existait aucune interaction avec elle et elle sur elle-même.

          "

          Question toute aussi absurde !!!

          Dans ce cas là, la Lune n’existerait pas pour l’observateur humain qui ne pourrait pas la voir, sauf que la Lune existe indépendamment de l’observateur humain, elle existe relativement au système qui la fait exister. De la même manière, l’humain existe à la condition qu’il existe d’abord un système solaire, mais ce dernier n’a pas besoin de l’humain pour exister, sans cela, il faudrait conclure que tout système solaire implique l’existence d’êtres de types humanoîde ou du moins, ont pour but de le faire exister.

          En fait, la réponse est plus simple, élémentaire, évidente, mais pour la "voir", il faut sortir de son propre anthropocentrisme. Faire ceb qu’on appelle, preuve d’humilité, ce qui n’est pas le propre de l’humain moderne !

          Bref, vous faites comme ceux qui affirment que la Lune n’existe pas quand personne ne la regarde !


        • vote
          JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 15:04

          @CoolDude. Laissons de côté l’absurdité astronomique, et restons sur la microphysique.
          Fort perturbés par la guerre mondiale, à laquelle ils avaient personnellement échappé au bénéfice de l’âge, ces galopins à Göttingen ont prolongé leur adolescence au cri (anglais ici) de "Me ! Myself and I !’. Ils se sont mis au centre de l’image microphysique, télescopant une dizaine d’ordres de grandeur. Ne jamais chercher la taille de la maille d’analyse pertinente est une faute professionnelle. Cette faute professionnelle est au pouvoir depuis 1927. Cela fait plus de trois générations qu’elle règne sur tout l’enseignement et toute la vulgarisation.

          Que le physicien scrute et instrumente ou pas tel paquet d’absorbeurs pour en faire un senseur ne change rien au fait que de toutes façons, un photon  ou dit plus clairement, une onde électromagnétique individuelle  va d’un émetteur à un absorbeur (un seul) via de l’espace intermédiaire avec éventuellement des dispositifs optiques, et qu’il transfère un quantum d’action par cycle de Planck h. Il transfère en outre par des moyens électromagnétiques une énergie-impulsion qui dépend des repères respectifs de l’émetteur et de l’absorbeur. A quelle fréquence ? Sur quelle longueur le photon ? Avec quelle polarisation ? Cela dépend des propriétés respectives de l’absorbeur et de l’émetteur, et de l’espace intermédiaire.
          Quand les galopins de 1927, les Knabenphysiker, dénient les absorbeurs et leurs propriétés physiques, il ne leur reste plus que les slogans, les carabistouilles et les contes de fées. Et toi tu gobes tout cela parce que tu n’as pas d’expérience expérimentale en physique.

          J’ai personnellement assisté à deux diffractogrammes Laue sur le grand microscope électronique de l’INSTN. Cela prouve qu’un électron lancé diffracte comme une onde, il n’a jamais cessé d’être une onde, comme il était onde stationnaire autour d’un noyau d’atome. Jamais un électron ne se transmute en "corpuscule". Electron ou onde électronique, c’est chou vert et vert chou. Accessoirement, les deux inclusions dont nous avons fait le Laue étaient bien des carbures genre cémentite, à réseau cubique ; mais nous n’avons pas mesuré son paramètre de maille.


        • vote
          CoolDude 20 avril 22:35

          @herve_hum

          "La vrai question seront plus la suivante : La lune existerait-elle sans aucune lumière pour l’observer... Si il n’existait aucune interaction avec elle et elle sur elle-même.

          "

          Question toute aussi absurde !!!

          Dans ce cas là, la Lune n’existerait pas pour l’observateur humain qui ne pourrait pas la voir...


          Et c’est la même chose pour une particule !

          Sans interaction... Elle n’existe pas, sauf dans notre imaginaire métaphysique. Une particule qui n’interagit pas n’existe pas dans l’absolue. La métaphysique (et notre metaconscience) nous aide à comprendre la phénoménologie. Mais sans phénomène...

          Essayer de comprendre des phénomènes qui n’existent pas n’a pas de sens... Sauf en psycho !

          Après cette expérience sur les électrons peut s’expliquer...

          Mais l’expérience à choix retardé d’Alain Aspect avec des photons est une autre paire de manche !

          Mais ce que je voulais surtout faire comprendre, c’est que nous sommes des observateur passif dans ce genre d’expérience.

          Il faut différencier le subconscient, du conscient : Ce qui qui bouge nos membres, et nous informe de leurs mouvements, etc...

          Des interactions a distances. Si mon esprits dirigé le monde, il ne serait pas dans cette état là !


        • vote
          CoolDude 20 avril 22:42

          @CoolDude

          Voir Méditations et pensées métaphysiques de Descartes et Spinoza.

          Il y a une distinction a faire entre la métaphysique et la physique, le réel et la pensée Humaine.


        • vote
          CoolDude 20 avril 22:46

          @CoolDude

          Si mon esprits dirigé le monde, il ne serait pas dans cette état là !

          Si mon esprits dirigait le monde, il ne serait pas dans cette état là !

          La preuve que je ne contrôle rien... Les lois de la grammaire, et moi...


        • vote
          JC_Lavau JC_Lavau 21 avril 14:49

          @CoolDude. Si le Soleil était éteint, n’émettait nulle lumière, mais que Lune, Terre et Soleil gardaient les mêmes masses, les forces de marées seraient les mêmes. Ce qui changerait est qu’elles s’exerceraient sur de la glace, et non des océans liquides.


        • vote
          JC_Lavau JC_Lavau 21 avril 17:29

          @CoolDude. Il n’appartient pas à tes sensorialités d’édicter quoi existe ou quoi n’existe pas. La plupart des animaux nocturnes nous échappent, et il nous faut disposer des pièges ou des caméras à infra-rouges pour suppléer à notre vision nocturne si limitée.
          En radioastronomie, on traque des radiations infrarouges voire micro-ondes qui échappent à notre sensorialité.
          On sait très mal capter les neutrinos, et pourtant ils sont là en énormes quantités.

          Sur des distances astronomiques et dans le vide intersidéral, les photons n’ont interagi avec pratiquement rien, si ce n’est avec d’autres photons : ce sont des bosons ; et un peu avec des champs gravitationnels. Tu aurais voulu baguer le faisceau, il t’aurait fallu l’interrompre. Quel que soit le mode opératoire dont tu rêves, tu buteras sur le fait qu’une onde individuelle ou photon, n’a qu’un seul émetteur et un seul absorbeur. Tu changes la distance de l’absorbeur ? Alors c’est une expérience distincte.

          C’est ce que les propagandistes de l’artillerie de corpuscules n’arrivent jamais à comprendre.


        • 1 vote
          edwig 17 avril 11:49

          Ce qu’il y a de notable, c’est qu’il est absolument impossible de prouver qu’une réalité extérieur à nous même existe, vous ne pouvez pas prouver que c’est vrai.

          Par contre prétendre que tout n’est que conscience est une "réalité" plus "tangible", paradoxalement plus évidente et vous ne pouvez pas prouver que c’est faux.

          et pourtant, nous avons choisi de partir de la première hypothèse pour appréhender le "monde".

          j’ai toujours trouvé cela curieux.

          il me semble plus logique de partir du postulat "tout n’est que conscience " et d’orienter nos recherches en ce sens.


          • vote
            JC_Lavau JC_Lavau 17 avril 19:57

            @edwig. C’est vrai ! Tu ne peux pas prouver qu’un clou sur la chaussée a crevé ton pneu. Tu ne peux pas prouver que tu as marché sur une crotte de chien. Tu ne peux pas prouver qu’une tique s’est logée dans ta peau, du côté où tu ne peux intervenir.
            Tu ne peux pas prouver qu’une branche d’arbre a cassé et est tombée. Tu ne peux pas prouver l’existence de l’avalanche avant qu’elle t’emporte et t’écrase...
            Tu ne peux pas prouver que les fourmis ont mangé ta tomate avant même qu’elle murisse.
            Tu ne peux pas prouver que quand du haut de ta chaise haute, tu jettes un chiffon par terre, il ne fait pas le même bruit jouissif qu’une cuiller, mais tu es quand même vachement surpris.
            Etc. etc. etc.


          • vote
            JC_Lavau JC_Lavau 17 avril 19:58

            @JC_Lavau. J’oubliais la crotte de pigeon sur ton costume.
            Donc la réalité extérieure ne peut exister.


          • 1 vote
            Belenos Belenos 17 avril 20:44

            @JC_Lavau
            Je ne pense pas que c’est ce que voulait dire Edwig, si je l’ai bien compris. A mon avis, il fera aussi un écart dans la rue si un bus fonce sur lui. Mais en termes de "preuve", il est vrai que nous ne pouvons pas faire la différence entre l’état de "rêve" et l’état de "veille". Dans un rêve, nous ferions aussi un écart si un bus fonce sur nous. Et on peut aussi en rêve se retrouver dans un hôpital suite à un accident de la circulation. Etc. Certes, le rêve ne nous semble plus du tout réel quand on s’en souvient en dehors du rêve ; mais rien ne "prouve" que nous ne rêvons pas aussi à l’état de veille. Il semble simplement que ce soit un rêve plus long et dont nous retrouvons une certaine cohérence chaque matin. Pour autant, il arrive aussi qu’on sorte d’un rêve à l’état de veille, quand par exemple on quitte un état passionnel ou colérique ou qu’on se libère d’une idéologie ou bien qu’on cesse de croire au Père Noël. Il existe donc aussi parfois une certaine discontinuité dans la conscience de veille. En partant de ce constat, on pourrait se poser la question suivante à propos de la "réalité" partagée : dans quelle mesure et pourquoi avons-nous le sentiment de vivre dans le même monde que nos voisins lorsque notre corps n’est pas endormi ? La réalité commune est-elle autre chose qu’un rêve en commun ?


          • vote
            JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 09:54

            @Belenos. Tu as juste oublié que la science commence quand on prend le risque de faire des prédictions que l’expérience pourrait démentir.
            Prenons le domaine où il y a le plus de fraudeurs et de charlatans : la psychiatrie.
            Milton Erickson avait pour habitude, après avoir vu une personne ou une famille pour la première fois, et dont il se doutait qu’il ne les reverrait pas avant plusieurs années, de coucher son pronostic sur papier, de le mettre dans une enveloppe qu’il fermait et rangeait. Plusieurs années après, à la nouvelle consultation, il comparait avec son pronostic.
            Les ruses, notamment l’hypnose, utilisées par les sectes, religions, vendeurs, politiques et escrocs sont connaissables. On peut par exemple comparer les ruses d’hypnotiseur utilisées par Joël Sternheimer et celles utilisées par Jean Jouzel :
            http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/Theorie_fondee_sur_l_hypnose.html

            Un autre élément diagnostic est la fureur et la violence qui se déclenchent chez l’escroc, le charlatan ou l’imposteur quand tu commences à soulever un pan du voile. Là tu as la preuve qu’il en a beaucoup à cacher, et que la peur d’être démasqué(e) le rend ou la rend paranoïaque.


          • vote
            Belenos Belenos 18 avril 10:15

            @JC_Lavau
            "Tu as juste oublié que la science commence quand on prend le risque de faire des prédictions que l’expérience pourrait démentir."

            Cela n’a pas de rapport avec mon propos ici. 


          • vote
            JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 10:44

            @Belenos. Si. Reprend la pièce de Pirandello : "A chacun sa vérité".
            Galantuomo, Pirandello n’a présenté qu’une situation symétrique de délire à deux, des délires complémentaires.
            Dans la vie réelle, il subissait une situation dissymétrique, accusé en tous sens par une épouse devenue paranoïaque suite à leurs déboires miniers et financiers.
            Sous ce genre d’assauts psychotiques, paranoïaques précisément, comment en avoir le coeur net, qui de nous deux est fou à lier, voire les deux ?
            Une solution fiable est d’organiser des expériences neutres, permettant de discriminer le délire de la personne réellement paranoïaque.
            http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/mission_parricide/Un_de_nous_deux_est_fou.html
            Tandis que ce qui n’est pas fiable est de se fier à l’air du temps. L’air du temps a déjà souventes fois déliré.
            La discipline scientifique apporte vraiment du nouveau et des solutions irremplaçables.
            Tandis que prise en masse dans sa relation incestuelle avec le conglomérat judiciaire, et toute la corruption qui va avec, la psychiatrie demeure globalement en immaturité scientifique.
            http://info.deonto-famille.org/index.php?topic=42.0


          • vote
            JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 16:50

            @edwig : partir du postulat "tout n’est que conscience " 

            En neurologie et en psycho cognitive nous connaissons les cécité cérébrales : Le cortex occipital visuel V1 n’est plus fonctionnel, ou les voies thalamiques vers ce cortex ont été rompues. Pourtant on fait l’expérience suivante avec cet aveugle, dont les rétines sont intactes :
            On va t’assoir dans une cabine où il fera noir. Devant toi un écran noir, puis on déplacera un point lumineux sur cet écran, et toi avec ton doigt tu pointeras ce point.
            — C’est idiot ! Je n’y vois rien.
            — Pas grave, tu pointeras au hasard
            .
            Et l’aveugle pointe au hasard, exactement dans la direction où le spot lumineux se manifeste.
            Pourquoi ? Les voies colliculaires n’ont pas été endommagées, elles. Elles font ce qu’elles savaient déjà faire quand nos ancêtres étaient amphibiens, voire poissons.
            Du moment qu’une grenouille a une rétine spécialisée dans la détection d’insectes volant en vol horizontal, d’une voie thalamique et d’une voie colliculaire, elle peut attraper des insectes volants, sans jamais les "voir" au sens humain. Mettez une grenouille au milieu de mouches mortes, elle mourra de faim, incapable de voir les mouches. Elle n’a pas de cortex, donc pas de cortex visuel.
            La "conscience" a été inventée tard par l’évolution : c’est une fonction lente et coûteuse, peu performante, dans un organe très coûteux. A l’âge adulte, ton cerveau consomme vingt watts, soit un quart de ton métabolisme de base. A ta naissance, il en consommait les deux tiers à lui seul.

            Ton postulat est une absurdité totale.


          • vote
            JC_Lavau JC_Lavau 17 avril 13:48

            Encore et encore le délire animiste de Wigner et von Neumann !

            2.1.13 Postulat animiste Wigner-Neumann.

            «   Moi gros animal macrophysique qui me déclare "observateur", je suis tellement tout-puissant que j’ai le pouvoir de retarder indéfiniment les réactions d’absorption et la décohérence qui en résulte, rien qu’en n’observant pas !   ».

            L’apologue narquois publié en 1935 par Erwin Schrödinger, du chat «   mort-vivant   » tant qu’un physicien copenhaguiste ne penche son auguste attention sur le résultat de l’expérience, se moquait ouvertement du délire Wigner-Neumann, se foutait respectueusement de leurs augustes gueules.

            Tout le battage marketing promettant un jour des "ordinateurs quantiques" repose sur le postulat de Wigner-Neumann.

            Oh, ce ne fut pas Wigner qui inventa ce postulat animiste, qui flottait incréé dans l’air du temps à Göttingen, mais il le poussa à son paroxysme, et d’autres firent pire encore après lui.


            • 4 votes
              medialter medialter 17 avril 16:07

              "Influence de la conscience sur la matière ?"

              *

              Influence de la connerie sur les délires ? Utiliser l’exemple de l’expérience du choix de Wheeler pour justifier de l’action de la conscience sur la matière témoigne du charlatanisme de notre génie de caniveau. Du nouillage de rave party. Parce que la matière, c’est macroscopique, et la MQ ne s’applique qu’aux particules. Bye bye le clown et ses délires sur les rapports entre MIA & MQ (*). Ce qui ne veut pas dire que la conscience ne peut pas avoir d’influence sur la matière. Je suis absolument persuadé de l’existence de cette influence, mais c’est pas demain que ça entrera dans le champs des démonstrations scientifiques, il faudrait que la science puisse déjà définir et ensuite modéliser la conscience, et alors là il faudra que nos petits scientistes acceptent la refonte totale de leur cadre épistémologique.

              (*) Voir ses innombrables délires sur le sujet smiley


              • vote
                ezechiel ezechiel 18 avril 00:11

                "Pourquoi les électrons ont-ils l’air d’obéir à un "observateur" ?"

                La mesure en physique quantique n’a rien à voir avec la présence d’un quelconque observateur humain, elle est uniquement liée à l’interaction entre un objet quantique et un objet classique, c’est-à-dire un appareil de mesure interagissant avec la fonction d’onde d’un objet quantique (dans l’expérience décrite dans votre vidéo (fentes d’Young ou Scully), la mesure est le capteur qui détecte l’impact de l’électron, indépendamment de la présence ou non d’un observateur humain).
                Cette interaction peut rapidement mener à une décohérence, c’est-à-dire à la destruction de la superposition d’états propres de la fonction d’onde, superposition d’autant plus fragile que le nombre de particules composant l’objet quantique est grand, on parle ici de quelques particules.

                La décohérence d’un objet quantique formé de quelques particules, ou "réduction du paquet d’ondes" c’est-à-dire son passage du monde quantique au classique par l’interaction avec un appareil de mesure ou par son environnement (interactions avec des photons, des molécules, environnement extérieur instable, etc...) se fait très rapidement, elle a été démontrée par plusieurs expérimentateurs, tels Serge Haroche et David Wineland, prix Nobel de Physique 2012.
                https://www.nobelprize.org/uploads/2018/06/popular-physicsprize2012.pdf
                https://www.unamur.be/sciences/philosoc/revueqs/textes-en-ligne/RQS_184_3_NobPhysique.pdf


                "Ceci étant, l"être classique" est ordinairement appelé "appareil", et on parle de son processus d’interaction avec l’électron comme d’une "mesure". Il convient toutefois de souligner qu’on n’a alors nullement en vue un processus de "mesure" où participe un physicien observateur.
                Par mesure on entend en mécanique quantique tout processus d’interaction d’un être classique et d’un être quantique, se déroulant, par ailleurs, indépendamment de tout observateur.
                On doit à Niels Bohr d’avoir élucidé le rôle profond de la notion de mesure en mécanique quantique."

                Mécanique quantique - Landau-Lifchitz p11 - éditions mir


                • vote
                  JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 09:24

                  @ezechiel. La propagande hégémonique détenue par cette secte rabâche l’opposition sémantique "classique vs quantique", à titre de ruse rhétorique pour proclamer "C’est nous qu’on est les modernes jusqu’à la fin des temps !".
                  Si leur "fonction d’onde", et leur "destruction de la superposition d’états propres de la fonction d’onde" existaient dans le monde physique, alors un atome qui a émis un photon devrait parfois attendre plus de quatorze milliards d’années pour savoir dans quelle direction est son recul.
                  J’ai recensé vingt et un postulats tacites et clandestins utilisés par cette secte qui a pris le pouvoir en 1927 par violence pure. Leur premier postulat est anti-relativiste : ils postulent qu’un temps universel comme celui du dieu d’Isaac Newton existerait, et aurait pertinence en microphysique. On a des zillions de preuves quotidiennes démentant ce postulat.
                  Ils postulent que la microphysique c’est rien que de l’artillerie de corpuscules, kifkif comme en macrophysique, juste avec un peu de magie noire par dessus pour esbrouffer les gogos. Or l’optique physique de Fresnel datant de 1819 et les équations de Maxwell datant de 1873 rendent parfaitement compte de l’expérience quotidienne des interférences, des couleurs interférentielles, des couches anti-reflets, de toute la radiocristallographie, de l’optique cohérente, de l’existence de la polarisation plane de la lumière.
                  L’existence de la polarisation plane de la lumière et les lames quart d’onde démentent toute corpuscularisation de la lumière.
                  L’existence de la transparence Ramsauer-Townsend prouve que les électrons ne se propagent que sous forme ondulatoire. Aussi l’effet Ramsauer-Townsend  prouvé depuis 1921 est-il banni de tous les livres enseignant la MQ, sauf le Sivoukhine. Jamais un électron ne se transmute en "corpuscule", dans le monde réel. Les plus sommitales zautorités demeurent devant l’équation de Dirac  1928  comme une poule qui aurait trouvé une fourchette.

                  Etc. 

                  Cette secte postule que les absorbeurs n’existent pas, et que leurs propriétés ne doivent surtout pas être étudiées, et encore moins enseignées. Ce faisant, ils dénient la totalité des absorptions spectrales, les colorants, la colorimétrie. Je renonce à dénombrer les procédures d’analyse chimique qui dépendent de ces absorptions spectrales. Sans même parler des bandes d’absorptions infrarouges de l’ozone, du monoxyde et du dioxyde de carbone, de la vapeur d’eau, etc. Qui jouent un si grand rôle dans la propagande carbocentriste.

                  Je me demande pourquoi ils n’ont pas aussi dénié les émetteurs. Tant qu’à faire...
                   
                  — 
                  http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
                  http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html
                  http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-24051553.html


                • vote
                  herve_hum 18 avril 14:29

                  Le gars qui commence par dire "notre réalité n’est qu’une illusion", n’a pas besoin d’en dire plus pour me convaincre de sa bêtise et donc, de m’épargner le visionnage..

                  tant de niaiserie, ne cesse de me laisser pantois, sauf quand je comprend l’intérêt de véhiculer ce genre de niaiserie...


                  • vote
                    herve_hum 18 avril 17:18

                    L’incompréhension dites "quantique", tient essentiellement de la mauvaise, pour ne pas dire trompeuse définition de ce qu’est la réalité et de son opposée, l’imaginaire ou illusion.

                    Cette mauvaise compréhension trouve son origine dans des interdits de penser du cogito humain, entretenu depuis quelques milliers d’années et pour le moins en occident depuis la Grèce antique avec la logique causale d’Aristote, biaisée.

                    Résultat, Einstein comme la quasi totalité du monde scientifique et philosophique, nous affirme que "la réalité n’est qu’une illusion".

                    Or, si donc la réalité n’est qu’une illusion, qu’est que l’illusion elle même ? La réalité !

                    Cette affirmation a pour conséquence logique de ne plus différencier la réalité de l’illusion. Les deux termes sont donc, dans la logique causale de cette affirmation, indiscernables. Ce qui est contraire à l’observation la plus élémentaire que tout un chacun peut faire entre sa propre existence où il ne dispose que d’une vie, subit des contraintes qu’il voudrait ne pas subir et l’imaginaire ou illusion, où effectivement, il dispose d’autant de vies que son imagination lui permet d’en concevoir, peut être libre et sans contraintes d’aucunes sortes. Autant donc d’Univers dits parallèles, mais qu’en réalité, personne n’a encore jamais observé.

                    Je ne vais pas faire toute la démonstration ici, mais juste remarquer que la mécanique quantique est précisément celle qui a permise l’explosion des mondes virtuels, illusoires ou imaginaires, que l’on résume par l’expression "réalité virtuelle". Mais, qui n’a de réel que les objets physiques servant à produire ces mondes parallèles imaginaires et non les mondes qui apparaissent dans notre réalité en tant que tel. Un ami jouait avec un jeu de réalité virtuelle, mais je n’ai pas vu cette réalité prendre le dessus et me faire aller dans un monde parallèle.

                    La réalité n’est pas une illusion de l’Univers physique, tout simplement, parce que c’est LA condition pour qu’il existe un Univers physique, c’est à dire, muni de lois physiques, c’est à dire, s’appliquant à tout objets et permettant à ces "objets" d’interagir entre eux, ce qui est impossible sans cette condition. Autrement dit, sans la réalité muni de ses lois physiques, chaque "objet" serait confiné dans son propre imaginaire, sans pouvoir communiquer avec les autres "objets" Sans pouvoir donc évoluer de quelque manière que ce soit tel que nous l’observons. Dans les jeux de réalité virtuelle, pour pouvoir jouer avec d’autres joueurs, il faut obligatoirement passer par la réalité non virtuelle, sans cela, on joue tout seul !

                    Mais ce n’est là qu’un élément de l’explication et démonstration.

                    Pour vous aider, l’imaginaire, en respect de sa définition, est le domaine de toutes les potentialités créatrices (vous pouvez être Dieu ou superman au choix, voir même les deux en même temps), alors que la réalité est l’expression d’une potentialité créatrice réalisée ou choisie (et ne peut être autre chose à la manière des blockchain). La logique causale faisant le reste, normalement, tout devient évident, or, force est de constater que c’est à partir de là que tout le monde scientifique et philosophique coince ! Pourtant, c’est du simple "bon sens" qui devrait relever du niveau primaire ou tout au plus, du niveau collège, mais certainement pas universitaire.

                    Maintenant, poser la question des conséquences de la réponse sur la conscience humaine et peut être plus encore, sur les relations humaines avec son système économique, politique et social, est poser la bonne question et peut être, s’apercevoir préférer ne pas la connaître.

                    .



                    • vote
                      JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 19:15

                      @herve_hum. Tes "mondes virtuels" non plus n’existent pas.


                    • vote
                      herve_hum 18 avril 20:48

                      @JC_Lavau

                      Certes, mais les tiens non plus !

                      Sinon, t’as autre chose à dire sur la réalité ???


                    • vote
                      herve_hum 18 avril 20:50

                      @JC_Lavau
                      ah oui, je me souviens, t’es le gars qui me disait se torcher le cul avec la causalité, alors effectivement, la réalité, c’est pas trop ton domaine, t’es dans la théorie.


                    • vote
                      JC_Lavau JC_Lavau 18 avril 21:58

                      @herve_hum. Combien de fois faudra-t-il te rappeler que j’ai recensé vingt et un postulats tacites et clandestins utilisés par cette secte qui a pris le pouvoir en 1927 par violence pure ? 
                      Leur premier postulat est anti-relativiste : ils postulent qu’un temps universel comme celui du dieu d’Isaac Newton existerait, et aurait pertinence en microphysique. On a des zillions de preuves quotidiennes démentant ce postulat.

                      Et toi justement, tu es rivé à ce postulat anti-relativiste, qu’un macro-temps du laboratoire aurait valeur universelle.
                      Charlie Chaplin dans son rôle de Grand Dictateur en dirait "Prumf  !".
                       

                      — 
                      http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/microphysique-quantique-transactionnelle-principes-et-applications/paperback/product-23362834.html
                      http://www.lulu.com/shop/jacques-lavau/transactional-quantum-microphysics-principles-and-applications/paperback/product-23656620.html


                    • vote
                      herve_hum 19 avril 10:44

                      @JC_Lavau

                      Je me contrefous d’Isaac Newton ou de ceux que tu nomme la secte de Gottingen, la seule chose qui m’intéresse, c’est la logique causale, celle là même qui conditionne toute réalité physique, c’est à dire, avec des lois, c’est à dire, avec le principe de récurrence, sans laquelle, il ne peut pas exister de loi dans quelque domaine que ce soit. Cela vaut autant pour la microphysique ; les mathématiques, la géométrie, que pour tes relations sociales. C’est le défaut de respect des lois qui fait s’écrouler toute réalité physique. Mais si on s’arrête là, il ne peut pas y avoir évolution d’un système quelconque, pour cela, il faut faire entrer, dans le même espace-temps logique, mais dans le respect de l’ordre causal, deux autres principes, soit, l’itération et la division fractale.

                      Le second principe nécessaire à la réalité physique pour qu’elle soit évolutive, c’est donc l’itération, dont les algorithmes en sont l’expression actuelle la plus parlante. Qui s’appuie sur la récurrence et permet l’exploration d’une dimension physique, mais ne permet pas de la dépasser. Donc, limité à une seule dimension logique d’espace-temps. Disons, le monde microphysique et qui ne permet pas le monde macrophysique.

                      Le troisième principe nécessaire, c’est la division fractale, sans laquelle, l’Univers ne peut pas évoluer au delà d’une seule dimension logique. Et c’est surtout ce principe là qui pose problème au monde scientifique, philosophique, mais aussi, socio-économique pour les relations humaines. Sa caractéristique principale étant l’inversion des rapports de grandeurs logiques et explique la différence physique entre la réalité macrophysique et microphysique. Seulement, on ne parle pas de fractale que l’on fait sur une feuille et qui donne de jolies dessins, on parle de division fractale d’espace-temps, qui n’est rien d’autre qu’une relation logique entre deux états polarisée..

                      Je t’invite à lire ce lien, il se sert du principe de division fractale dans sa dynamique au niveau de l’évolution humaine (ce qui m’intéresse), mais vaut pour toute la réalité physique en son principe. 

                      Pour finir, je n’ai jamais écris dans aucun de mes commentaires où que ce soit, que je niais la relativité, ni même la théorie transactionnelle. J’ai simplement pointé du doigts certaines limites logiques de ces théories.


                    • vote
                      herve_hum 19 avril 10:50

                      @JC_Lavau

                      J’oubliais, la réalité, ce n’est pas que ces éléments constitutifs qui définissent surtout les moyens pour que la réalité existe, c’est aussi et surtout, ses finalités.

                      Or, si le scientifique sait observer et utiliser ses observations pour créer des outils, ce n’est pas lui qui les exploitent, mais d’autres.

                      Perso, ce n’est pas la réalité que me décrit le scientifique qui m’intéresse, mais ce qu’en font ceux qui en ont l’usage via les outils crées comme les bombes nucléiares. De ce point de vu, le scientifique est un idiot utile, quand bien même on lui donne des titres pompeux pour flatter son égo et mieux le manipuler.

                      Bref, le scientifique moderne est un imbécile fier de l’être et sa conscience est la plus minimale possible, loin derrière un ’simple d’esprit"...


                    • vote
                      JC_Lavau JC_Lavau 19 avril 11:01

                      @herve_hum. Certes le macro-temps instrumental fourni par une horloge est archimédien.
                      Il suffit de deux horloges, dont l’une est plus haute que l’autre, ou dont l’une est envoyée sur un avion de ligne faire le tour de la Terre, pour que cette belle simplicité soit brisée.
                      Il suffit d’un photon aussi. Et des photons, il s’en trafique pas mal...


                    • vote
                      JC_Lavau JC_Lavau 19 avril 13:45

                      @herve_hum. Quand une ancre casse, ou quand une Caravelle chavire vingt mètres après son départ de plage, ce sont des réalités, fort dangereuses, qui n’ont nul besoin des principes à Hervé.
                      L’enveniment par une vive non plus n’a aucun besoin du gloubiboulga à Hervé.


                    • vote
                      herve_hum 19 avril 14:45

                      @JC_Lavau

                      Tu voudrai que les autres prennent ce que tu écris sans même réfléchir et surtout pas qu’ils pointent du doigt les faiblesses de ta théorie, comme le fait que ta théorie à besoin de corpuscule pour exister ! en effet lavau, ton émetteur et récepteur sont des corpuscules et non des ondes. De même, je n’ai jamais vu une "relation réussie" entre deux objets qui ne fasse pas appel à une forme d’intentionnalité. Selon ta théorie, les choses se font sans qu’on sache pourquoi elles se font. Bref, Lavau existe, mais ne sait pas pourquoi il existe, il a des relations réussies en tant qu’émetteur ou récepteur, sans avoir aucune intention quelconque. Je comprend pourquoi tes relations avec les femmes sont surtout des relations non réussies ! D’ailleurs, ta haine de la femme montre surtout le fait que tu ne vaut pas guère mieux que la "secte de Gottingen"

                      Sinon, je te retourne le compliment, la Caravelle n’a pas plus besoin de tes gloubiboulga,


                    • vote
                      herve_hum 19 avril 14:51

                      @herve_hum

                      Au fait, le mieux est de s’ignorer mutuellement, vois tu, tout système ne peut exister qu’à la condition d’obéir aux mêmes lois causales, comme visiblement tes principes sont des gloubiboulga pour moi et réciproquement, il y a aucune chance pour que notre discussion ne soit rien d’autre qu’un mauvais gloubiboulga.

                      Cela dit, l’histoire dira qui de nous deux avait le meilleur gloubiboulga, même si on ne sera plus forcément là pour le voir.

                      Salut et au plaisir de ne plus discuter avec toi.... Et si par malheur je l’oubli, ne manque pas de me le rappeler.


                    • vote
                      JC_Lavau JC_Lavau 19 avril 16:47

                      @herve_hum. Abus signalé.
                      Attaques à la personne, totalement hors sujet.
                      Biographie calomnieuse et procès d’intention délirants.


                    • vote
                      herve_hum 19 avril 16:59

                      @JC_Lavau

                      "Quand une ancre casse, ou quand une Caravelle chavire vingt mètres après son départ de plage, ce sont des réalités, fort dangereuses, qui n’ont nul besoin des principes à Hervé.

                      "

                      Je vais te démontrer que si, la Caravelle qui chavire ou l’ancre qui casse ont besoins des "principes à Hervé", mais absolument pas besoin des tiens.

                      En effet, si on ne tient pas compte des "principes à Hervé", on reproduira toujours les mêmes conséquences parce qu’on aura pas tenu compte des raisons qui ont provoqués et la casse et le chavirement. Par contre, ils n’ont effectivement nul besoin de ta théorie transactionnelle pour éviter ou du moins réduire le risque d’une nouvelle casse ou chavirement.

                      Considérer les "principes à Hervé" comme du "gloubiboulga", ne permet d’ailleurs pas de construire une Caravelle ou une ancre ou n’importe quoi, comme construire la théorie transactionnelle de Lavau.

                      Bref, Lavau utilise malgré lui les "principes à Hervé", tout en prétendant qu’il s’agit de "gloubiboulga". Lavau, fait avec ’les principes à Hervé" encore plus fort que la secte de Gottingen avec Lavau.

                      La preuve ? le principe de récurrence, est celui qui permet d’identifier une relation causale, sans laquelle, on ne peut rien identifier du tout et encore moins, établir une loi, qui ne fonctionne, n’existe, que via le principe de récurrence, à moins que Lavau ne sache pas ce que veut dire récurrence, itération et fractale..

                      Le principe d’itération, est celui qui permet d’explorer toutes les pistes pour résoudre le problème relevé.

                      Quand au dernier principe, manifestement, Lavau n’a pas les facultés nécessaires requises pour sa compréhension. Je lui épargnerai donc son explication, d’autant qu’il n’est pas utile pour une casse d’ancre ou le chavirement d’une Caravelle. Il l’est seulement pour résoudre le problème de cohérence entre microphysique et macrophysique, mais Lavau ne peut pas aller plus loin que la microphysique....

                      Ceci étant dit, rappelle moi de ne plus discuter avec toi !!!


                    • vote
                      Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 19 avril 17:10
                      herve_hum 19 avril 14:45

                      "@JC_Lavau

                      Tu voudrai que les autres prennent ce que tu écris sans même réfléchir et surtout pas qu’ils pointent du doigt les faiblesses de ta théorie, comme le fait que ta théorie à besoin de corpuscule pour exister ! en effet lavau, ton émetteur et récepteur sont des corpuscules et non des ondes."

                      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
                      "en effet lavau, ton émetteur et récepteur sont des corpuscules et non des ondes"

                      @herve_hum
                      ... Si vous permettez ; et s’en prendre partie sur votre échange, et en me concentrant sur un point précis, surtout pour ne pas noyer le poisson, sur votre affirmation péremptoire que je mets en exergue ci-dessus, pourquoi vous n’admettez pas ce que nous pensons Lavau, moi & quelques autres, quand même, dans le monde, que dans le subatomique (pour rester dans une référence précise), tout au moins, le corpuscule -qui est par excellence un concept macro— n’existe pas !

                      J’affirme ici, si vous me permettez d’être, quelque part,

                      en la circonstance, aussi péremptoire

                      que vous :

                      que dans le subatomique,

                      le corpuscule -qui est par excellence un concept macro— n’existe pas

                      Merci pour votre précieuse contribution

                      @tous

                      Qu’en pensez-vous ?
                      Merci


                    • vote
                      JC_Lavau JC_Lavau 19 avril 19:10

                      @herve_hum... Jusqu’à plus ample informé, le sujet de l’article est en physique, et hélas à l’intérieur des contes de fées propagandés par la secte hégémonique en physique théorique.
                      Toi tu t’imagines que les sciences, c’est rien que du baratin, et que grâce à ton barratin de psychotique, tu vas les dominer facilement.
                      Jamais tu n’as manipé en physique.
                      Tu n’as jamais fait une seule expérience en physique atomique ni en physique nucléaire. Tu n’as jamais manipé en optique ni en mécanique. Tu n’as jamais procédé en radiocristallographie, ni en microscopie électronique, ni en spectroscopie, ni aucune méthode de chimie analytique, ni en métallurgie, ni en céramiques, ni en minéralogie.
                      Tu ne sais mener à bien aucun calcul.
                      Tu n’as aucune idée des moyens de vérifier une assertion, ou de la réfuter.
                      Jamais on ne t’a vu dénoncer et corriger une erreur que as commise.
                      Aucune discipline. Aucune maturité.
                      Le baratin et l’esbrouffe, rien d’autre.
                      C’est vrai que dans le Parti Intérieur de Gorgonavox, il y a d’autres psychotiques, d’autres charlatans, d’autres calomniateurs qui comme toi raisonnent par insultes, et tu ne vois pas pourquoi tu ne ferais pas la loi aussi bien qu’eux.


                    • vote
                      Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 19 avril 21:40

                      JC_Lavau 19 avril 19:10

                      "Le baratin et l’esbroufe, rien d’autre.
                      C’est vrai que dans le Parti Intérieur de Gorgonavox, il y a d’autres psychotiques, d’autres charlatans, d’autres calomniateurs qui comme toi raisonnent par insultes, et tu ne vois pas pourquoi tu ne ferais pas la loi aussi bien qu’eux."
                      °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

                      @JC_Lavau

                      Membres incontestables du "Parti Intérieur de Gorgonavox", les escrocs constituant la "clique trollesque" -toujours à mes trousses- méritent tous les compliments que vous leur attribuez ; à commencer par, ce qui ne trompe que les cons -les plus imbéciles- : "le baratin et l’esbroufe"

                      qu’ils portent en bandoulière  !

                      Merci JC_Lavau

                      pour votre contribution exceptionnelle



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mao-Tsé-Toung

Mao-Tsé-Toung
Voir ses articles







Palmarès