• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

herve_hum

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 06/12/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 671 62
1 mois 0 8 0
5 jours 0 0 0


Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires




  • 3 votes
    herve_hum 17 novembre 20:45

    @pemile

    le mensonge est une forme d’imposture, dixit pemile au sujet de Raoult. Ce dont je suis d’accord.

    Mais quid des dirigeants des labos au sujet de la transmission du virus, parmis tant d’autres gros mensonges largement documentés et condamnés par la justice.

    Mais peut être faut il voir là un effet désirée de la Macronolâtrie.

    Vous me faites penser à Biglé face à Praud qui regardait derrière lui, comme d’autres leur chaussures.



  • vote
    herve_hum 7 novembre 15:58

    @Gaspard Delanuit

    C’est peut-être la conscience humaine qui a construit la réalité d’une Terre tournant autour du Soleil indépendamment de la conscience humaine. "

    Cette hypothèse contredit ce que vous écrivez dessus comme "étant frappé au coin du bon sens"

    Vous devez donc vous mettre d’accord avec vous même !

    comprendre que peu importe comment vous voyez le monde extérieur à vous même, que vous soyez une fourmi ou un humain, peu importe la "peinture" que vous faites, la réalité physique est indépendante de votre perception, ce n’est que la réalité sociale qui dépend de votre perception, car celle-ci dépend d’abord de votre imaginaire, mais peut toujours être qualifié de réalité car cela fait appel à des lois et des moyens de communications avec autrui.

    Bref, de mon point de vue, la réalité et l’imaginaire sont intriquées l’une à l’autre, donc, sont polarisées par le sens de la causalité. Dans la réalité, la causalité est l’ordre premier, dans l’imaginaire c’est le sens inverse !



  • vote
    herve_hum 7 novembre 15:47

    @yoananda2

    Pour faire court, de mon point de vue, chaque échelle disons matérielle ou spatio-temporelle obéit à un ordre directeur propre qui n’est pas le même que l’échelle suivante ou antérieure, mais où chaque échelle est intriquée aux autres dans la mesure où elle est soit le support, soit supporté par l’échelle antérieure ou suivante. Exactement comme une échelle pour grimper dans son principe fondamental. C’est le principe de fractalisation de l’espace-temps.

    Selon une loi de causalité, un principe est fondamentalement invariant quelle que soit l’échelle ou le domaine auquel on l’applique, seule la forme change et d’autant plus radicalement selon l’échelle ou le domaine considérée.

    Or, le principe de dualité veut que deux pôles sont indissociables l’un de l’autre, dans la mesure où l’un n’existe pas sans l’autre. De fait et selon le principe précédent, deux photons intriqués sont indissociables l’un de l’autre indépendamment de la vitesse, car s’ils étaient dépendant de la vitesse, alors, cela violerait le principe de causalité.

    Bon, ce n’est pas que cela soit difficile à comprendre car reposant sur des bases élémentaires simples, c’est seulement que ce n’est pas exactement le même mode de pensé, notamment avec le principe de fractalisation de l’espace-temps, qui veut qu’il y ait inversion de polarité à chaque changement d’échelle, entre autre.

    Ici, la causalité n’est pas une affaire de vitesse, rien de plus faux, la causalité est une affaire de logique pure qui n’implique pas une vitesse, mais un ordre de précession, soit, la cause précède l’effet.

    En logique pure, vous pouvez avoir une vitesse infinie, des milliards de fois plus rapide que la lumière, cette notion ne fait pas sens. Par contre, si vous voulez rendre compte et/ou avoir une évolution de votre relation causale, alors, vous devrez impérativement définir des limites d’espace-temps.

    J’insiste bien sur le fait qu’un ordre de précession ne définit en aucune manière une vitesse, ni une limite, ces dernières n’entreront en jeu que pour obtenir une relation causale observable dans l’espace-temps, mais ce n’est pas ce qui définit la causalité, c’est seulement ce qui en rend compte !

    C’est Einstein qui affirme que dépasser la vitesse de la lumière revient à remonter dans le temps, ceci, pour affirmer qu’il est impossible d’aller plus vite dans la réalité, mais c’est totalement faux dans l’imaginaire. Dans ce dernier, la notion de vitesse ou de flèche du temps est accessoire, sauf dans deux cas.

    Pour communiquer avec autrui et pour vivre avec autrui, dans ces cas là, votre imaginaire est totalement impuissant, vous devez en passer par la réalité ou causalité comme ordre premier.



  • vote
    herve_hum 5 novembre 12:16

    @yoananda2

    en aucun cas la mécanique quantique viole la causalité, au contraire, elle confirme magistralement la causalité comme fondement de la réalité.

    l’absolu dont vous parlez est ce qui englobe la réalité ET l’imaginaire, qui en absolu existe et où ce qui est absolu, c’est le fait de l’existence de l’être. Le tout étant de savoir alors dans quelle mesure cette existence a ou non un sens.



  • vote
    herve_hum 5 novembre 09:53

    @Gaspard Delanuit

    Vous ne vous trompez pas, la réalité obéissant à la causalité est une "chose objective indépendante de ma conscience" car si elle était dépendante de ma conscience, alors, la réalité serait, dépendrait de mon imaginaire. Conséquence logique, il me suffirait de ne plus vouloir quelque chose pour que cette chose disparaisse ou se transmute en tout ce que je veux, or, à l’exemple que vous donnez, l’anneau magique existerait réellement et ne serait donc pas confiné au seul imaginaire du fou. Ici, la définition de la réalité de K Dick est parfaite "la réalité est tout ce qui refuse de disparaitre lorsque JE cesse d’y croire". Le je est toujours personnel et non pas universel (en dehors de Dieu bien évidemment) !

    Sans vous en rendre compte, vous faites ce qu’on appelle l’inversion accusatoire, car c’est vous qui confondez l’imaginaire et la réalité, puisque vous limitez le champ de la réalité à votre conscience, tout en m’accusant de cette erreur.

    Question simple, l’héliocentrisme existe t’il depuis que l’humain en à pris connaissance par l’observation directe ou bien existe t’il depuis que certains humains ont su imposer son existence par conviction intellectuelle dans le sens où avant eux, l’Univers était géocentrique. Autrement dit, est ce la conscience humaine qui fait la réalité objective de l’héliocentrisme et avant lui, la sphéricité de la Terre, ou bien cette réalité existait indépendamment de notre conscience depuis quelques milliards d’années ?

    Ce que j’écris ne dit en aucune manière que l’imaginaire n’est pas dans une relation de causalité ou d’intrication avec la réalité, j’écris seulement que c’est la réalité via la causalité qui permet seul à des êtres dotés de leur propre imaginaire de communiquer et partager un espace temps commun, de concevoir des outils obéissant à la causalité de la réalité, sans cela, chacun est pris dans son propre imaginaire et ne peut plus rien partager avec autrui. Il n’y aurait alors pas besoin d’outils puisqu’il suffirait de vouloir pour pouvoir quoi que ce soit. Votre exemple et tous les exemples que vous pourrez prendre ne diront pas le contraire.

    Ici, on touche à un interdit du cogito, car cela ouvre la porte à ce qu’on appelle la boite de pandore et qui touche tout le champ de ce qu’on appelle le surnaturel.

    Mais je n’insisterai pas plus.... Je tenais juste à clore la discussion commencé dans l’autre article et où il manquait une réponse de ma part.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur

Israël Antisémitisme Judaïsme Santé


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité