• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > "Le plan de bataille des financiers". Rappel documentaire 2012

"Le plan de bataille des financiers". Rappel documentaire 2012

2012 "Le plan de bataille des financiers" C'est très bien d'avoir fait réémerger cette preuve accablante je dépose l'original. "Le Plan de bataille des financiers" en date de 2012," Nous sommes face aux pires crapules.

2021 on abuse d’un "Pass Sanitaire" qui n'a rien de sanitaire et du choc qu'a créé la "pandémie" pour casser définitivement le code du travail et de le jeter à l'ultralibéralisme, en plus de porter atteinte à nos libertés individuelles.

 

Tags : Finance Pass Sanitaire




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    



    • 2 votes
      Simple citoyenne Simple citoyenne 30 juillet 08:47

      Tout est là. à lire l’article tout est là


    • 2 votes
      sls0 sls0 29 juillet 13:28

      Déjà en 2012 Mélanchon était l’ennemie à abattre pour les marchés financiers et l’UE, c’est pas demain qu’il passera.


      • 7 votes
        Djam Djam 29 juillet 14:39

        Ce qui assez frappant dans le 1ère vidéo (entretien avec le responsable. économique du CA) ce n’est pas tant ce qu’il confie mais le petit sourire typique des individus qui œuvrent pour ce grand système mortifère, parfaitement injuste et abjecte.

        C’est d’autant plus gerbatoire que le gars confie qu’il est en CDI ! En clair, il se sait à l’abri et n’a que faire des masses anonymes, sans visage (et encore plus gommées depuis le port banalisé de la muselière pour tous) et considérées depuis longtemps comme "variables d’ajustement permanents".

        C’est le même petit sourire satisfait de soi que l’on observe également sur le visage du PDG de la banque Rothschild France dans la vidéo où il est interrogé sur le "petit Emmanuel", ancienne recrue de la banque de toutes les basses manœuvres envers les peuples. 

        Même petit sourire lorsqu’on écoute le triste Attali dont la mélancolie intérieure suinte de tout son visage laissant sa bouche afficher ce petit rictus de mépris content. 

        Même petit sourire sur le visage du petit roitelet de l’Elysée lorsqu’il est challengé par un journaliste soudainement moins couard que les autres. 

        C’est la marque des puissants de papier dont la caractéristique est de n’avoir ni empathie, ni sensibilité ni même de haute intelligence. Ce sont juste des "pragmatiques", heureux de penser comme les pharisiens de la City de Londres dont la totale désinvolture vis à vis des conséquences de leurs décisions et petites actions mesquines est à l’aune de leur non-vie.


        • 3 votes
          juanyves 29 juillet 15:37

          Un plan très simple et de toujours : le Monopoly

          Le Monopoly est un jeu dans lequel il y a de plus en plus de monde exclus du jeu car sans argent. Petit à petit la richesse se concentre dans les joueurs qui restent jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un : le gagnant.

          On parlent des financiers, mais qui sont-ils ?

          Il y a ceux qui bossent pour eux, on leur laisse de grosses miettes. Ils jouent, gagnent ou perdent c’est selon.

          Derrière il y a ceux qui ne jouent pas mais ont le gros des actions, des propriétés et déterminent par le mouvement de quelques pions qui peut avoir des miettes et leur grosseur.

          Ce sont des familles bien éduquées et qui sont là depuis longtemps et ne sont jamais ruinées, jusqu’à ce qu’on arrive vers la fin de la partie ou que quelque idiot (ou covidiot) donne un grand coup de pied dans la table qui supporte tous les pions.


          • 2 votes
            rinbeau rinbeau 29 juillet 18:12

            On parlent des financiers, mais qui sont-ils ?


            La dynastie Rothschild bien sur ! tous les autres sont des vassaux ! qu’ils soient agents comme JP Morgan, Rockefeller… Où des membres de leurs "propres" familles à la tête des multinationales ! 


            • 3 votes
              juanyves 30 juillet 19:19

              @rinbeau
              Rockefeller. Rothschild on en parlait déjà en 1515, François 1er,
              Ils n’ont pas changé de nom ?


            • 3 votes
              Simple citoyenne Simple citoyenne 29 juillet 20:36

              Monsieur Hollande bien sûr que le monde de la finance à un nom, il a même un visage, il est même en marche vers le parti de la dictature, "on" nous a imposé sa candidature, il a même été élu, et même, il gouverne, c’est même vous Hollande qui lui avez mis le pied à l’étrier ! Il s’appelle Macron, c’est le monde de la finance dont Monsieur Hollande vous êtes aussi, vous avez trahi la France.


              • 3 votes
                Simple citoyenne Simple citoyenne 29 juillet 21:04

                Je vais vous dire ce qui va se passer, si ça continue, pour aller voter on va vous demander un " pass sanitaire" voilà, et ceux qui n’adhèrent pas aux flicages ne pourront pas aller voter, au pire, ce sera le vote par correspondance ( piratage) si vous le voulez jusque-là, moi certainement pas.



                  • 2 votes
                    Simple citoyenne Simple citoyenne 30 juillet 07:44

                    @eau_du CA commence à faire beaucoup de morts pour des effets secondaires,


                  • 2 votes
                    Simple citoyenne Simple citoyenne 30 juillet 09:21
                    "Le plan de bataille des financiers" contre la France

                    À quelques jours du premier tour de scrutin de la présidentielle, la question se fait de plus en plus pressante. Le monde de la finance va-t-il attaquer la France ? C’est ce que prédit Jean-Luc Mélenchon. Selon le candidat du Front de gauche, les financiers vont se débarrasser de la dette française, quel que soit le candidat élu, de droite comme de gauche. Conclusion : autant choisir celui qui leur résistera, c’est-à-dire lui-même.

                    Dans une vidéo mise en ligne mercredi sur le site de l’émission de Daniel Mermet de France Inter, Là-bas si j’y suis, les journalistes François Ruffin et Olivier Azam accréditent l’idée d’une attaque de la finance face à laquelle François Hollande, favori des sondages, serait obligé de céder. Ils affirment avoir découvert un "véritable plan de bataille des financiers", en cas d’élection du candidat socialiste. L’objectif ultime des marchés serait de se débarrasser de notre bon vieux CDI. Rien que ça.

                    Savamment mis en scène, le sujet exploite une note rédigée par le chef économiste de Cheuvreux, le broker du groupe Crédit agricole Corporate and Investment Bank.

                    Voir la vidéo :

                    Fantasme ou réalité ? Dans sa note de huit pages datée du 8 mars (ici au format PDF), Nicolas Doisy s’essaie en fait à anticiper, pour ses clients anglo-saxons, les conséquences de la probable élection du candidat socialiste. François Hollande a "adopté une position ambiguë sur l’austérité budgétaire et la réforme du marché du travail (...) pour des raisons purement électorales", écrit-il. Mais cette "stratégie décevra à coup sûr l’électorat populaire ou les marchés financiers puisqu’il est impossible de réconcilier les deux".

                    Nicolas Doisy mise visiblement sur une déception de l’électorat populaire : "L’euro-pragmatisme de François Hollande devrait se réveiller sous la menace d’une attaque sur la dette française liée à la colère des partenaires européens de la France face à son inaction. (...) Dans le pire des scénarios (mais pas le plus probable), les marchés le forceront à un virage à 180 degrés comme en 1983." Nicolas Doisy ne voit pas François Hollande résister à Angela Merkel, étant donné la situation de l’économie française. Il en va de l’appartenance même de la France à la zone euro, considère-t-il.

                    Des concessions factices

                    Pour mieux faire passer la pilule auprès de la gauche du non au référendum de 2005, les partenaires européens de la France seraient bien inspirés "d’afficher quelques concessions sur la politique de croissance, même si elles ne sont pas réelles". "Certaine d’échouer", une telle politique ne serait en réalité qu’un cache-misère pour faire passer la pilule de la libéralisation du marché du travail et des professions réglementées, rendues indispensables par l’appartenance même de la France à la zone euro. Et seule la contrainte extérieure peut forcer le Parti socialiste à s’engager dans une telle voie, déjà empruntée par l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne.

                    L’analyse de l’économiste rejoint donc bien celle de Jean-Luc Mélenchon, qui décrit Hollande en représentant de la gauche molle prête à céder. Mais elle sert aussi Nicolas Sarkozy. Le président sortant en a fait un de ses principaux arguments de campagne : en cas d’élection de François Hollande, les marchés ne mettront pas deux jours pour exprimer leur défiance à l’égard de la France.

                    Citoyens vous comprendrez pourquoi la Suède n’est pas concernée par ce fatras et l’arnaque Covid, elle n’est pas dans la Zone Euro, tout est dans la vidéo et dans l’article, c’est le début, vous comprendrez pourquoi Hollande et pourquoi Macron maintenant.


                    • 2 votes
                      Simple citoyenne Simple citoyenne 30 juillet 11:18

                      Pour les employeurs et les employés, attention ! N’appliquez pas les contrôles vous serez hors la loi !

                      Pourquoi le passe sanitaire sera le Stalingrad de Macron - Le courrier des stratèges

                      • vote
                        Simple citoyenne Simple citoyenne 3 août 07:31

                        Ce sont les banques qui ont mis Hitler au pouvoir !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès