• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le socialisme utopique : un mouvement mal nommé ?

Le socialisme utopique : un mouvement mal nommé ?

Le socialisme utopique ou "premiers socialismes" se caractérise par la volonté de mettre en place des communautés idéales selon des modèles divers, certaines régies par des règlements très contraignants, d'autres plus libertaires ; certaines communistes, d'autre laissant une plus grande part à la propriété individuelle. Le socialisme utopique se caractérise surtout par sa méthode de transformation de la société qui, dans l'ensemble, ne repose pas sur une révolution (anti)politique, ni sur une action réformiste impulsée par l'État, mais sur la création, par l'initiative de citoyens, d'une contre-société socialiste au sein même du système capitaliste. C'est la multiplication des communautés socialistes qui doit progressivement remplacer la société capitaliste. Ainsi désginés en premier lieu par Engels et Marx, les socialistes utopiques sont-ils mal nommés ?

 Le socialisme est né dans les années 1830 avec Robert Owen en Grande-Bretagne, Saint Simon, Charles Fourier et Louis Blanc en France. Plus tard, Karl Marx et Friedrich Engels qualifieront ces socialistes d'"utopiques" : leurs idées seraient trop idéalistes, impossibles à mettre en pratique. En effet, ils conçoivent une société d'abondance et d'égalité dont la réalisation dépendrait de la raison et de la bonté de l'homme. Ils ne tiennent pas compte selon les marxistes, de la lutte des classes et ne reconnaissent pas le rôle du prolétariat.

 Les socialistes utopiques veulent transformer la société, mais pas de façon aussi radicale que leurs prédécesseurs (les utopistes Thomas More et Campanella) : par exemple, ils n'envisagent pas la disparition du mariage, la mise en commun des enfants. Certains, comme Proudhon, n'entrevoient même pas la suppression de la propriété privée. En revanche, certaines idées se rapprochent davantage du communisme : Etienne Cabet (1788-1856) prône la production collectiviste, Pecqueur (1801-1887) verrait une société où l'Etat possèderait toutes les terres.

 On peut distinguer deux visions différentes : le socialisme de frugalité fondé sur la répartition des richessses existantes et un socialisme d'expansion fondé sur la possibilité de se procurer davantage de richesses, grâce aux colonies.

 Une autre caractéristique de ce type de socialisme est de faire coïncider l'ordre de la nature et celui de la société. Ainsi, Saint-Simon attribue un rôle essentiel à la science appliquée à la gestion de la société ; Fourier, de son côté, s'est intéressé aux passions humaines.

 Dans l'ensemble, ces penseurs se soucient peu des moyens de parvenir à leurs fins. Louis Blanc envisageait une révolution pour les réaliser ; il était à ce titre un grand défenseur de la Révolution Française de 1789. A l'inverse, Fourier et Owen s'y opposent et sont même hostiles aux émeutes. De façon générale, les socialistes utopiques comptaient sur la force de persuasion et la générosité des membres de la société. Ils ne défendaient pas l'avènement d'un mouvement social, à l'instar des socialistes scientifiques.

1. Les utopies sociales du XVI- XIXè siècle

Définition et de l'origine du mot utopie à l'explosion des expériences sociales au 19e siècle : Owen et Fourier en particulier.

2. Le familistère de Guise

3. L'utopie sociale moderne

Des communauté hippies ou écologistes des Etats-Unis ou d'Europe, aux fermes et écovillages en passant par certains kibboutz en Israël, petit panorama des expériences sociales modernes et actuelles.

Source du texte : http://lycee.reclus.free.fr/courants.htm

Tags : Livres - Littérature Economie Politique Société Histoire Philosophie Sécurité Sociale




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • vote
    sls0 sls0 6 septembre 03:03

    Jeune je disais : c’est ça qu’il faudrait.

    Vieux je dit toujours : c’est ça qu’il faudrait.

    L’arrivée de l’ultralibéralisme début des années 80 m’a fait sérieusement douter le la possibilité.


    • vote
      mmbbb 6 septembre 10:28

      @sls0 " Jeune je disais : c’est ça qu’il faudrait. " 
      Jeune j etais naif et con Je suis moins vieux que vous , mais l experience devant être retenue, la nature humaine etant immuable , je préfère vivre a la mode " bourgeoise" .

      D ailleurs c est ce que font les " socialistes " a la francaise , mais ils sont des tartuffes et hypocrites , ils ne l avoueront pas !

      Ps lorsque j accompagnais ma femme a l universite de Bron , pres de Lyon, celle ci d obédience de gauche etait une veritable porcherie . Que ces personnes " pensantes " et voulant la promotion du bonheur, commencent a etre propre .

      Ces universites francaises sont devenues desoramais, des chateaux forts ideologiques ou le débat n est plus possible .

      Nous citer Proudhon Engels Marx ....ad nauseam et ne pas voir que ces branlots d intellos se recycleront dans l adminstration ou des postes de papa mama en passant leur vie a critiquer le syteme capitaliste 


    • 1 vote
      Clocel Clocel 6 septembre 10:15

      Dernier bouquin de Graeber téléchargeable gratuitement.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Galahad

Galahad
Voir ses articles


Publicité





Palmarès