• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Vincent Lapierre : Les "Gamers" (Un Reportage ERTV)
#45 des Tendances

Vincent Lapierre : Les "Gamers" (Un Reportage ERTV)

Le marché des jeux vidéo connaît depuis une vingtaine d’années une croissance sans précédent, allant jusqu’à dépasser désormais l’industrie du cinéma en chiffre d’affaires. Les « gamers » sont au cœur de cette industrie gigantesque. Pourquoi jouent-ils ? Que recherchent-ils dans les mondes virtuels qu’ils ne trouvent pas dans le monde réel ? Vincent Lapierre est allé à leur rencontre lors de la Paris Games Week, le rendez-vous annuel des « gamers » et des concepteurs de jeux vidéo.

 

Note de Vincent Lapierre : chers internautes, afin de faire connaître notre travail à un maximum de monde, la version intégrale du reportage sur les « gamers » est en accès libre. N’hésitez pas à la faire tourner ! Pour être sûrs de pouvoir visionner la version intégrale à chaque reportage, vous pouvez rejoindre mon projet. Merci à tous pour le soutien !

 

Version intégrale du reportage :

Tags : Jeux vidéos




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • 1 vote
    dadyBoo dadyBoo 15 novembre 13:05

    Les question sont intéressantes, par contre certaine réponses...


    Sinon pour la question "le jeux vidéo est-il un art ?", je pense qu’il ne faut pas confondre oeuvre et média.
    Le jeux vidéo est un art, mais Call of Duty ou FIFA sont des produits commerciaux, au même titre que le cinéma est un art mais Fast & Furios ou Star Wars sont des produits commerciaux. Idem pour la musique.

    Par contre c’est pas un sport, c’est un jeux (vidéo-ludique en l’occurrence) et c’est pas parce qu’il y a des compétitions que ça en fait un sport (on pourrais organiser une coupe du monde du Monopoly, ça en ferai pas un sport pour autant).

    • vote
      matthius matthius 15 novembre 13:07

      Il faut savoir que le service du jeu vidéo est déficitaire.
      En effet, la finance utilise les jeux vidéos pour créer des zombies.
      Demandez-vous pourquoi les jeux de science-fiction sont des jeux d’horreur.
      Ben, comme ça, le joueur croit qu’il n’a pas d’avenir.


      • vote
        Destouches 15 novembre 22:55

        @matthius
        Un jeu rentable est malheureusement un jeu qui capte l’attention et rend accro, le modèle "free to play" en est le plus parfait exemple.

        La SF s’est souvent vautrée dans la dystopie et l’oppression à tout va, rare d’y trouver des perles joyeuses. L’horreur a toujours eu du succès quel qu’en soit le support, depuis les comics trash des années 50, suivirent les slashers au cinoche, puis les films à bidoche décomplexés actuels, le jeux vidéo ne fait que suivre la tendance (la mode zombie est enterrée, d’autres viendront...).

        Par contre, c’est le succès des jeux de tir ultra réalistes auprès des occidentaux me laisse perplexe...Les joueurs asiatiques semblent nettement plus raffinés.


      • vote
        dadyBoo dadyBoo 15 novembre 23:17

        @matthius

        La SF essai avec plus ou moins de réussite, de faire une critique du présent en imaginant le futur (en mode si on continue comme ça voilà ce qui pourrait arriver), C’est dur de faire une critique, si le future qu’on décrit est le monde des bisounours. (Le meilleur des mondes ?)


      • vote
        Destouches 16 novembre 09:52

        @dadyBoo
        C’est vrai, si l’objectif est de critiquer le futur, pas de place pour les bisous smiley

        L’uchronie peut, elle, se permettre des folies d’optimistes.

        Admettons que le catholicisme ait tenu bon face au matérialisme libéral entre le XVIII et le XIXème (houla, je risque d’en faire bondir certains smiley ). Les massacres de population à l’ouest de la Loire, les déportations massives des paysans vers les banlieues crasseuses ou les guerres industrielles auraient-elles eu lieu avec la même intensité ? Pire, auraient-elles eu lieu tout court ?

        C’est plus sympa de faire une critique du présent en extrapolant le passé. Ne dit-on pas que les morts gouvernent les vivants ?


      • vote
        dadyBoo dadyBoo 16 novembre 14:01

        @Destouches

        En effet dans ce sens là l’optimisme peut faire partie de la critique :) 

        Mais d’un point de vue purement technique, s’il y à si peu d’auteur qui s’essai à "l’uchronie optimiste", c’est que c’est pas évident de faire une histoire intéressante quand tous se passe bien (pas d’éléments perturbateur).

        Même si dans l’exemple que tu exposes, mon opinion serai plus qu’il y aurait eu d’autre massacres et d’autre guerres pour d’autre excuses, mais chaque oeuvre n’est que le reflet du point de vue de son auteur.

        Et pour la mode des zombies plus haut, si on en vois autant dans le JV c’est parce leurs IA est très facile à coder (c’est très con un zombie) et ça choque pas plus que ça d’en voir plein de clones, le méchants parfait pour un développeur :p


      • 1 vote
        Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 15 novembre 20:17

        Reportage intéressant, dommage pas assez étoffé, beaucoup de facettes du monde du jeu vidéo ont été occultées, assez superficielle comme approche, mais on constate que les gamers ont du coeur, j’en ai compté 12 en 33 minutes 55 secondes pour Vincent Lapierre, quand on sait que les forumeurs du 18-25 parlent beaucoup de Soral, ceci explique cela.
        .
        Perso je pense que le jeu vidéo est une synthèse qui regroupe plusieurs arts, graphiques, musicaux, romanesques, joueur invétéré depuis la vidéopac de Phillips en 78, j’ai récidivé en étant un fan absolu du commodore 64, des bornes d’arcade, de l’amiga 500 puis amiga cd32 (ma plus grosse déception vidéo ludique à la faillite de Commodore) j’ai persévéré dans ma débauche immature avec le pc, un pentium 90 puis pentium 2, puis 3 puis etc jusqu’à aujourd’hui, un pc performant pour le game.
        .
        Oui le jeu vidéo est une manière de s’évader de cette société malade, il n’en est peut être pas le médicament mais il peut se substituer aux antidépresseurs pour certains et éviter dépressions et suicide grâce à la soupape psychique qu’il offre, ce qui n’est pas plus mal, car, nous sommes abrutis, tous autant que nous sommes, d’une manière ou d’une autre par un monde complexe pour nos cerveaux lents, alors, au lieu de nous traiter les uns les autres de décérébrés moutonniers, avouons juste que nous faisons de notre mieux pour devoir accepter cet état de fait, la révolution que nous espérons plus ou moins en secret, je n’y crois plus, l’oligarchie en place est en place pour un sacré bout de temps, qu’on le veuille ou non, tant que notre système est dominé par l’argent, cet outil devenu dieu et aussi indispensable que l’air et l’eau pour nous permettre de vivre, alors à quoi bon juger les gamers sur leurs dépenses de temps libre qui n’est ni meilleure ni pire que ceux qui se plongent dans les bouquins des autres ou s’avachissent devant la tv d’Hanouna.
        .
        Un gars qui a passé la plupart de son temps et toute sa vie pour faire partie du cirque du soleil à essayer de casser le moins d’assiettes possible du fond de sa province chinoise natale pour les faire tourner avec son petit orteil en équilibre inversé sur un manche à balais tenu par trois phoques, a t’il perdu du temps ou participé à une hypothétique prise de conscience des masses occidentales endormies ou n’a t’il égoïstement qu’oeuvré pour son cul perso à vouloir offrir un divertissement et ainsi s’accaparer une forme de reconnaissance émerveillée de spectateurs venus l’acclamer dans le spectacle, qui ont vécu différemment de lui et ont certainement contribué à l’économie de porcelaine nécessaire pour accomplir cette prouesse, certes, intéressante d’un point de vue exploit humain, mais pas indispensable à la survie de l’espèce ? Poser la question, c’est y répondre.
        .
        Quand je lis les commentaires sur E&R, je me dis que la secte Soraëlienne est composée d’une bonne frange de mecs à qui je péterais bien les dents au bout de deux minutes de débat tellement ils sont prompts à juger autrui sur des bases inexistantes en plus de se prendre pour des paragons de vertu juchés sur des hauteurs himalayennes de moraline dégoulinante qui suinte de leurs culs bénis de sainte nitouche qui se noieraient dans un bénitier.
        .
        Sinon il semblerait qu’il y aie une partie de gens cools, mais ils ont l’air de constituer une minorité, quoiqu’il en soit, c’est avec une impression de désappointement teinté d’approbation hésitante entre les larmes de crocodiles et le rire aux éclats que je me risque de prendre le temps de lire les commentateurs d’E&R... Entre naïveté immature, condescendance paternaliste, moralisateurs de tout poil, prosélytes JeanRobinesques et autres chevaliers bayards virtuels qui côtoient des gens beaucoup plus ouverts d’esprit avec une expérience de vie un peu plus étoffée que celle des militants de civitas, je me demande qui va se réconcilier avec qui dans cette auberge espagnole, honnêtement...

        .
        Ah oui, le sujet c’est les gamers... Bon ben j’en suis un, donc pas objectif, donc inutile que je donne mon avis là dessus, je ne suis qu’un consumériste qui participe à l’emprise tentaculaire du libéralisme capitaliste dont les moyens de productions ne sont plus les même qu’au temps du pauvre Marx, d’ailleurs, Karl, si il avait vécu à notre époque, jouerait il du côté Russe ou Américain ? Hein ? Répondez, z’avez 2 heures, merci, au revoir....
         


        • vote
          Destouches 15 novembre 22:43

          @Gaston Lagaffe
          Très intéressant témoignage, merci.

          Avez-vous déjà essayé de faire votre propre création dans ce domaine ?


        • vote
          Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 15 novembre 23:21

          @Destouches
          Quel domaine ? Programmeur ? Non, je n’en ai pas les capacités, hélas, sauf sur shoot’em up construction kit, à l’époque du c64, oui j’ai créé des sprites et des scrollings pour faire un jeu de tir grâce à ce programme précalculé, mais pas plus, j’avais appris le langage basic, tapé des milliers de lignes de code à force de pokes et de peeks, avec des chiffres et des virgules à n’en plus finir, essuyé un nombre incalculable de syntax error in line x ou y, langage informatique désuet qui s’est fait dépasser rapidement par l’assembleur et le langage C+, j’ai honteusement jeté l’éponge car d’autres priorités se sont imposées à moi pour survivre.

          .

          Si c’est dans d’autres domaines que vous faites allusions, je ne sais lesquels, précisez votre question, remplacer Marx et son Capital ? ça ne m’a jamais effleuré les neurones smiley


        • vote
          Destouches 16 novembre 09:58

          @Gaston Lagaffe
          Votre avatar est le touche-à-tout par excellence, vous l’incarnez à merveille. Tous ses robots avaient des "syntaxe error" !

          Ravi de voir que vous avez pu goûter à cette discipline. C’est ce que j’aime avec les joueurs, leur passion et leur versatilité. Qualités que je ne retrouve que très rarement chez nos commensaux.


        • vote
          Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe 16 novembre 17:57

          @Destouches
          En effet, touche à tout mais expert en rien, hélas smiley


        • 1 vote
          DJL 93VIDEO DJL 93VIDEO 15 novembre 22:47

          Plonger dans un jeu vidéo est une manière de fuir ce monde si déplaisant ... J’ai été gamer jusqu’à mes 20-22 ans, après j’ai complétement zapper ce divertissement, donc ce n’est pas une maladie incurable gamer, mais à 40 ans on joue + d’1 heure par jour à la Playstation , là çà deviens une maladie addictive !

          On trouve 100 fois + de plaisir à faire un match de football avec un vrai ballon sur une vraie pelouse, que de jouer à FIFA 18 ^_^ lol




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès