• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Matt Damon : "Notre problème, c’est l’obéissance civile"

Matt Damon : "Notre problème, c’est l’obéissance civile"

Matt Damon, un ami de longue date d'Howard Zinn et de sa famille, a lu des extraits d'un discours d'Howard Zinn qu'il a donné en 1970 dans le cadre d'un débat sur la désobéissance civile.

 

 

Zinn était connu en tant qu’historien et politologue américain, Professeur au département de science politique de l’Université de Boston durant 24 ans. Il a également été un acteur de premier plan du mouvement des droits civiques et du courant pacifiste aux États-Unis.

 

Matt Damon a fait ce discours le 31 Janvier 2012 dans le cadre d’un événement appelé "The People Speak, Live !", qui donne la parole aux rebelles, aux dissidents, et aux visionnaires d’hier et d’aujourd’hui.

 

Sources : Youtube / Le Journal du Siècle

 

Tags : Livres - Littérature Politique Etats-Unis Cinéma Démocratie Activisme Censure Manifestation Liberté d’expression Wikileaks Les Indignés Occupy




Réagissez à l'article

96 réactions à cet article    


  • 3 votes
    Stof Stof 26 novembre 2013 09:43

    Je suppose que ce discours date de la guerre du Viet Nam.


    • 20 votes
      Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 09:45

      Aaaaah, Hollywood, c’est merveilleux Hollywood !
      C’est amusant de constater qu’en matière de philosophie politique, les deux seuls domaines rock’n’roll, qui attirent vraiment les foules, ce sont l’écologie et la désobéissance civile.
      Pour ce qui est de cette dernière, j’ai bien du mal à imaginer un Matt Damon capable d’y souscrire dans les faits alors qu’un Socrate s’y est refusé et a bu la coupe jusqu’à la lie.
       
      La désobéissance civile, ce n’est pas donné à tout le monde. Il ne suffit de s’insurger contre le train du monde actuel si c’est pour s’en remettre à de nouveaux tyrans. Or, combien parmi les concitoyens de Monsieur Damon, qui boivent ses paroles par ailleurs, seraient réellement capables de s’autogouverner ou d’être force de proposition dans le "nouvel ordre" à établir ?


      • 21 votes
        niQolas_d nicolas_d 26 novembre 2013 09:56

        "Il ne suffit de s’insurger"
        Non, mais c’est déjà pas mal.


      • 16 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 10:12

        Je vois plus de rébellion dans le geste de celui qui tente de comprendre le monde par lui-même que dans celui qui manifeste derrière des banderoles en débitant des slogans éternels.
        La différence est que le premier mise sur la raison, le second sur la force. Alors certes, dans une démocratie comme la nôtre, qui n’est pas fondée en raison mais en nombre, le geste du second aura plus de poids que celui du premier (manifester son désappointement bruyamment trouvera plus d’adeptes que l’exercice de l’esprit).
        Mais une fois qu’on a tout foutu en l’air, comment reconstruire ? Où devra s’arrêter la désobéissance civile ? Si je suis maire et que je refuse de marier un couple homosexuel, n’est-ce pas aussi de la désobéissance civile ? Qui place le curseur ? Matt Damon ? smiley
         
        La désobéissance civile s’appuie sur un ensemble de valeurs. Elle n’a aucun poids dans un monde qui les a congédiées.


      • 13 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 10:16

        Il y a du Stéphane Hessel dans tout ça, non ?
        1. La guerre, c’est mal.
        2. Les méchants sont méchants.
        3. Et l’eau, ça mouille.


      • 12 votes
        niQolas_d nicolas_d 26 novembre 2013 10:54

        La désobéissance civile s’appuie sur une constitution.
        Et le curseur de la constitution, c’est le peuple qui le donne.
        Je sais que vous n’aimez pas la démocratie, sous entendu la loi de la majorité.
        Alors normal que vous tiriez sur les petites mains qui font ce qu’elles peuvent (et qui je vous l’accorde n’auront peut être pas la suite dans les idées le moment venu), vu que ces petites mains pourraient devenir la majorité (et dans ce cas les actes suivront les idées)


      • 6 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 11:07

        Que Monsieur Matt Damon commence par faire comprendre à ses concitoyens que tôt ou tard il leur faudra arrêter de bâfrer comme quatre pour que d’autres puissent se développer à travers le monde. S’il a le courage de tenir un tel discours sans avoir peur de voir son audience chuter, je l’applaudirai.
         
        Je suis démocrate au sens où je suis convaincu que le talent n’est pas affaire de classe, de race ou autres, mais se trouve disséminé, parcellisé dans toute le société.
        Je ne le suis plus à partir du moment où l’on prétend que tout talent est en chacun, ce que postule notre vision hallucinée de ce régime.
        Critiquer la démocratie, ce n’est pas y être opposé, il faut grandir un peu Nicolas.


      • 6 votes
        niQolas_d nicolas_d 26 novembre 2013 11:23

        J’ai été bien clair, j’ai parlé de démocratie au sens majorité.
        Votre système élitiste sans classe n’est pas une démocratie.
        Et j’ai pas envie de grandir comme vous smiley


      • 4 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 11:38

        Vous devriez, vous apprendriez ainsi ce que veulent dire les termes :
        Dans demos, il faut entendre peuple, à savoir que le pouvoir émane du peuple. Mais cela n’implique pas du tout que tout le peuple est au pouvoir.
        Tirez au sort des éléments du peuple pour les mettre à sa tête à tour de rôle et vous demeurez démocrate. Vous êtes englué dans notre vieux système, Nicolas, vous ne parvenez pas à sortir de la matrice ! smiley


      • 7 votes
        niQolas_d nicolas_d 26 novembre 2013 12:58

        "vous ne parvenez pas à sortir de la matrice"
        Alors que c’est vous qui voulez qu’une élite conserve le pouvoir ?
        Lequel de nous deux est le plus dans la matrice ?
         
        Je sais très bien ce que veut dire démocratie. Et en regardant vite fait les régimes de part le monde, pour que le pouvoir émane du peuple, il ne faut pas qu’une élite soit au pouvoir.
         
        Si vous êtes élitiste vous n’êtes pas plus démocrate que Hollande ou Sarko


      • 3 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 13:32

        Voyez, pour vous démocratie c’est égalité parfaite. On aurait parlé dans ce cas d’isocratie.
        C’est bien ce que je dis, vous êtes dans la matrice...


      • 6 votes
        niQolas_d nicolas_d 26 novembre 2013 13:38

        "Voyez, pour vous démocratie c’est égalité parfaite"
        Qu’est ce qui, dans mes propos, vous fait conclure que je pense ça ?
         
        Vous faites de la manipulation, des mots, des concepts, des idées
        En ce sens vous êtes très proche de la matrice je trouve


      • 5 votes
        niQolas_d nicolas_d 26 novembre 2013 13:41

        Si vous parliez d’égalité politique, oui, vous aviez raison
        Mais du coup autre question ? Qu’est ce qui vous fait dire que l’égalité politique est un concept de la matrice ?
        Alors que moi, naivement (la jeunesse sans doute...) je pense le contraire ?


      • 1 vote
        Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 13:53

        Vous avez répondu vous-même à votre question : j’entends par égalité parfaite l’égalité politique, la politique étant la discipline-reine.
         
        Je me permets de dire que vous êtes dans la matrice car vous n’arrivez pas à concevoir la plus petite distorsion dans l’encéphalogramme plat du pouvoir politique (égalité parfaite donc) autrement qu’en criant à l’élitisme, et je pense que ce dernier terme est connoté négativement dans l’emploi que vous en faites. Je ne trahis là aucun de vos mots me semble-t-il.


      • 2 votes
        LadyFel 26 novembre 2013 14:47

        La désobéissance civile commence quand on s’autorise tout ce qui est prévu dans la Constitution mais qui, en pratique, est condamné par l’Ordre moral... par exemple ne pas envoyer ses enfants à l’école de la république ni à l’école du tout, ou se souvenir que tolérer ce n’est pas respecter et que l’on peut haïr ce qu’on tolère, ne pas s’endetter, ne pas travailler plus que ce dont on a besoin , refuser le fait accompli... 


      • vote
        maQiavel machiavel1983 26 novembre 2013 15:20

        Au fait Gueguen , j’ ai en modération ( ago bleu et rouge ) un article qui devrait vous plaire , un coup de pouce serait le bienvenu !


      • 2 votes
        niQolas_d nicolas_d 26 novembre 2013 15:38

        "petite distorsion"
        Non, c’est vrai, car les petites distorsions sont là pour grossir.
         
        Entendons nous bien : je vois deux manières de considérer l’égalité politique
        - tout le monde est "cap"
        - tout le monde a "le droit de"
        La première j’aimerai y croire, et je veux bien le faire jusqu’à preuve du contraire. Chouard par exemple semble le croire lui.
        Mais comme c’est des suppositions, alors au lieu de tout baser là dessus, je pose comme base démocratique la seconde.
        Fondamentalement, tout le monde a le droit de décider qui est "cap". Notamment soi même.
        Et dans le concept "tout le monde", arrive forcément le concept de "majorité". Je ne dissocie pas "majorité" de "démocratie"
        C’est là, je pense, que nous divergeons : en refusant la majorité (donc, selon moi, usurpation du mot "démocratie"), vous retombez dans le problème d’aujourd’hui (de la matrice) du serpent qui se mort la queue : à savoir que ce sont les "cap" qui décident qui est "cap".
        C’est ça que j’appelle "élitisme", avec, c’est vrai, une note péjorative, celle du mec qui se croit toujours plus "cap" que l’autre... et tout ce qui s’ensuit...
         
        Maintenant, si vous ne voulez plus que le serpent se morde la queue, en restant dans le mode "tout le monde n’est pas cap", comment faites-vous ?


      • 3 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 15:38

        C’est fait Mach’. Même si je n’ai pas pris le temps de lire.
        A priori pour l’instant vous avez deux votes pour et deux votes contre. Mais bon, est-ce pertinent ces histoires de votes ? Bref, attendons la suite.


      • 3 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 15:47

        Personnellement, je suis capable de dire ce que je ne suis pas capable de faire. Ce n’est pas le cas de tout le monde. Il faut être honnête avec soi-même, ça aide à l’être avec les autres.
         
        J’ai une jolie citation de Robert Michels à vous soumettre :
        "Le choix des capacités présuppose la capacité à choisir".
        C’est tiré de son célèbre livre sur les partis politiques et je suis d’accord avec ça.
         
        Alors comment résoudre le problème ? En cessant de faire dépendre la politique d’un choix. La politique est une nécessité, pas un caprice. C’est la raison pour laquelle je préfère encore le tirage au sort. Au moins avec celui-ci l’égalité formelle est-elle assumée jusqu’au bout.


      • 3 votes
        Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 16:08

        Mach’, j’ai lu votre article. Très bien fichu, félicitations.
        J’aurai des choses à dire sur Gallup.


      • 4 votes
        Lord Volde lord volde 26 novembre 2013 16:29

        Matt DAMON est non seulement un grand acteur dans l’âme, mais c’est aussi un esprit brillant dont la personnalité n’a rien à envier aux tragiques héros qui ont peuplé notre enfance.


        Le problème qu’il souligne en lisant l’extrait d’un texte écrit par un maître qu’il appréciait tant pour l’esprit que pour la douceur qu’il incarnait est bien posé : l’obéissance à l’ordre établi, à la loi des puissants et à la force soumise à ses maîtres nous renvoie à l’expérience probante et significative de Milgram. 

        Je souscris à l’ensemble du texte, bien évidemment, qui nous éclaire dans l’affirmation sous-jacente que ce sont nos propres choix qui détermineront l’avenir de nos successeurs.

        Il parle à notre conscience et nous avise que ensemble notre pouvoir est plus grand et plus fort que la somme des pouvoirs de l’élite oligarchique reposant quant à elle, essentiellement sur notre capacité de dire non et d’opposition.

        Les puissants ont toujours gagné les guerres contre la plèbe en s’appuyant en vérité sur l’obéissance et la servilité des masses laborieuses. 

        Ils payent à bas prix la moitié de l’humanité pour tuer l’autre moitié pendant qu’ils se réjouissent sans commune mesure du succès de leur entreprise criminelle. 

      • vote
        niQolas_d nicolas_d 26 novembre 2013 16:45

        "Alors comment résoudre le problème ? En cessant de faire dépendre la politique d’un choix."
        Mais c’est pas possible ça o-O ?
        Comment ne pas "choisir" vu qu’on ne "sait pas" ?


      • vote
        Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 16:47

        Nicolas, lisez ce que j’ai écrit après le mot choix en caractères gras.


      • 5 votes
        Lord Volde lord volde 26 novembre 2013 16:55

        Si le vrai pouvoir émanait du peuple, c’est lui qui gouvernerait par l’intermédiaire d’un gouvernement élu qui siégerait comme législateur tant qu’il sera légitime et qui rendrait des comptes au peuple jouissant de la capacité de le démettre en cas de trahison aux engagements donnés.


        Or, nous sommes dans une ploutocratie où les riches gouvernent par l’intermédiaire d’un système électoral faussement démocratique.

      • 1 vote
        Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 17:01

        Et non Lord... Regardez, je vous relis :
        "Si le vrai pouvoir émanait du peuple, c’est lui qui gouvernerait par l’intermédiaire d’..."
         ??? N’est-ce pas dépourvu de sens ???
        Il m’est avis, plutôt, que quiconque gouverne le fait sans intermédiaire. Point barre.
        Sinon il ne "gouverne" pas. Non ? De là la légèreté de croire qu’un peuple, dans son ensemble, peut "gouverner". Pas d’accord ?


      • 2 votes
        niQolas_d nicolas_d 26 novembre 2013 17:17

        Autant pour moi, j’ai cru que vous vouliez rendre la politique indépendante du choix... d’un point de vue général
         
        Donc je vous rejoins sur le tirage au sort les jours ou je pense qu’en moyenne tout le monde est "cap"
        Les autres jours je mise sur la majorité et donc la démocratie directe...
        Ca dépend des jours ou des sujets...


      • 2 votes
        Lord Volde lord volde 26 novembre 2013 17:20

        Le conditionnel a son utilité pour lier la subordonnée à la principale. Si le pouvoir appartenait au peuple, c’est lui qui gouvernerait par l’intermédiaire des représentants qu’il a choisis. Or, le principe électoral repose sur le mandat non-impératif (représentatif de mon cul) qui a pour effet de soustraire la volonté du peuple et son emprise sur les décisions le concernant au premier chef. 



      • 3 votes
        jeanpiètre jeanpiètre 26 novembre 2013 22:47

        marrant de la part de quelqu’un qui prend Socrate et les penseurs classique comme référence ultime. hollywood n’est pas plus , pas moins.

        Combien d’hommes politiques , de philosophes se réclament des mêmes références que vous ? Certainement la totalité,, et pourtant face à la réalité, tous se muent en petites girouettes.
        Hollywood n’est que la vitrine d’un système qui phagocyte tout, et en particulier sa critique
        Même nos "dissidents" se laissent avaler par ce système , et avec plaisir et orgueil qui plus est.
        there’s no biznees like show bizness 

      • 8 votes
        Al West Al West 26 novembre 2013 09:47

        Matt Damon, ça c’est du rebelle, c’est du type proche du peuple qui en chie tous les jours, dont les richesses sont spoliées, qui se fait harceler et esclavagiser par l’état.
         
        Désobéis, Matt, ta situation te l’impose.


        • 12 votes
          Ozi Marenlapine 26 novembre 2013 11:13

          Concernant Matt Damon, ses prises de position ne sont pas nouvelles, petit extrait éloquent du film "Will Hunting" (dont il est le scénariste) : http://www.youtube.com/watch?v=Q7ISppJN8aA


        • 7 votes
          Jaggyfree 26 novembre 2013 10:24

          Il n’y a pas beaucoup de célébrités qui prennent clairement parti pour le peuple. 

          Alors je trouve vraiment stupide de se moquer d’eux, sous le prétexte qu’ils auraient de la renommée ou de la richesse. Être riche ou connu ne fait pas de vous un homme mauvais, même si cela risque de vous éloigner du peuple et de vous faire perdre le sens des réalités de ses souffrances. Et être pauvre ne vous rend pas bon.
          Il faut encourager et soutenir toutes les initiatives d’où qu’elles viennent, qui essaient de lutter pour le bien des peuples, contre les oligarchies mondialistes qui contrôlent le monde. Nous sommes faibles, nous ne contrôlons pour ainsi dire rien de ce monde. Nous, rebelles qui recherchons la justice, la paix et la prospérité pour tous les peuples du monde, nous ne pouvons nous payer le luxe de nous dénigrer entre nous.

          • 9 votes
            Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 10:38

            C’est une plaisanterie ?
            Vous voulez une liste de tous les gens du show-biz, en France ou outre-Atlantique qui s’estiment parler au nom du peuple, qui s’émeuvent des injustices, qui disent que "les gentils sont en prison et les méchants dehors" ? Prenez déjà la liste des gens d’Hollywood à s’être engagés pour Obama, des gens qui ne bitent rien en politique mais qui se sont contentés de promouvoir une couleur de peau.
            Et à côté de ça, vous entendez souvent des gens en vue prenant le risque de dire publiquement : "Bougez-vous le cul, tas de moules !" ?


          • 7 votes
            Super Di$$ident Super Dissident 26 novembre 2013 12:09

            Jammel Debouzze, Josiane Balasko, Charles Berling, Emmanuel Béart, Raphaël, Cali, Vincent Delerme, Zaz, Zazie, Yannick Noah, Richard Bohringer, Guy Bedos et descendance, Florent Brunel... Oui car en plus de s’être farci les parents pendant des décennies, on a le droit maintenant à leurs rejetons, mêmes idéaux, mêmes gueules en plus jeune, pour encore des décennies si rien ne change, ces dynasties de militants engagés qui vont encore nous tirer la larme en période de Noël pour nous inciter à vider nos poches au profit de nécessiteux qui ne verront pas la couleur d’un euro.
            +
            Haaa ils sont nombreux les dissidents paillettes qui pensent à la misère du monde entre deux coupes de champagne, et deux grains de caviar. C’est pas facile quand on a une sensibilité artistique de gôôôôôôôche de faire bombance sans culpabiliser, mettez vous un peu à leur place, les pauvres, vivre de façon inverse à leurs beaux idéaux bisounours, c’est une souffrance dont on ne parle pas assez souvent et qui est malheureusement trop souvent ignorée par les gens qui s’exstasient devant les prouesses artistiques de ces êtres qui portent leur mal de vivre jusque dans les larmes des homards à la nage qu’ils vont avaler après que ces petits êtres au regard si affectueux se soient faits ébouillanter pour les fins gourmets que sont aussi ces grands esprits des lumières engagés.


          • 2 votes
            Lord Volde lord volde 26 novembre 2013 16:39

            Les comédiens français qui en France sont souvent bien rances dans leur jeu d’acteur et bien pâles dans leur personnalité ne se soucient que de leur avenir, de leur confort matériel, de leur succès si tant est qu’ils y parviennent, hormis quelques rares exceptions qui ont, soit quitter la scène, soit rendu les armes en tournant les talonnettes. 


            L’affaire Polanski nous l’a amplement démontré. 

          • 3 votes
            Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 16:55

            En général, quand on parle d’un acteur "engagé", il faut entendre "bien à gauche".
            Je ne connais pas de personnes du show-biz à s’être "engagée" de manière intelligente, c’est toujours tapageur et bon nombre le regrettent une fois la gauche arrivée au pouvoir et vidée de toute substance comme un soufflé froid. Peut-être que les plus intelligents le savent et se tiennent à carreau, s’en tenant à faire l’acteur sans leçons de morale ?
             
            Aux USA, qui, parmi les gens en vue à avoir massivement soutenus Obama ose dire qu’il est déçu ? Personne ne moufte de peur de favoriser le camp du diable. Beaucoup d’hypocrisie d’un côté comme de l’autre.


          • 5 votes
            Super Di$$ident Super Dissident 26 novembre 2013 19:32

            Philippe Torreton avait violemment critiqué Depardieu drapé dans ses idéaux de gôôôôôôôôôche, Fabrice Luchini a fait son coming out d’homme de droite qui aimerait bien être de gôôôôôôôôôôôche mais qui y a renoncé car la tache est surhumaine selon lui. Alain Delon n’a jamais caché qu’il était à droite, enfin que Dieu est à la droite de Delon. Brigitte Bardot sous ses airs de protectrice des animaux est une misanthrope de droite.
            +
            Mais en effet, dans le showbusines, c’est montrer patte blanche pour entrer et rester dans le club que de se prétendre de gôôôôôôôôôôôôôôche, c’est pas nouveau. D’ailleurs la sensibilité, la créativité, les bons sentiments, ne peuvent qu’être de gôôôôôôôôôôôôô^che, jamais de droite.
            +
            L’imposture bien pensante du bal des faux culs humanistes devant sodomites derrière a fait une OPA sur les gentils et ceux qui en méritent le titre.
            +
            Gauche/droite dans ta face, c’est un concept non seulement con sur les bords mais même carrément au milieu. Bayrou, tiens, encore un François, n’y échappera pas, tout centriste qu’il prétend être.
            +
            Tout ça c’est obsolète, le monde se divise en deux catégories, les faux culs et ceux qui le sont le moins possible.
            +
            Car dans l’art de l’hypocrisie, il faut parfois se montrer diplomate si on ne veut pas connaître les joies de l’ermitage et de la solitude.
            +
            La frontière est fine entre hypocrisie et diplomatie, aussi fine qu’un string de brésilienne. Entre deux fesses, protégeant la raie publique mais pas à l’abri des traces de pneu.


          • 8 votes
            Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 10:39

            Le libre port d’armes, aux USA, a été institué au nom de la désobéissance civile, il ne faut pas l’oublier, surtout pas.


            • 7 votes
              niQolas_d nicolas_d 26 novembre 2013 11:01

              Et donc ?
              La désobéissance civile c’est mal et le port d’arme aussi ? Genre Hessel ?
              Ou bien la désobéissance civile c’est parfois nécessaire donc les armes parfois salutaires ?

              Aurions nous eu le CNR sans les armes des résistants communistes ?


            • 3 votes
              Éric Guéguen Éric Guéguen 26 novembre 2013 11:12

              Et donc, très cher Nicolas, il y a des logiques qui échappent à celles et ceux épris de justice aveuglément. Je m’adresse là aux amoureux éperdus du Bien monolithique sous toutes ses formes : révolutionnaire lorsqu’il s’agit de condamner l’emprise des dominants sur les dominés, et pacifistes lorsqu’il s’agit de déplorer les passages à l’acte de fous armés, faits divers US que l’on égrène dans nos médias éplorés.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès