• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Jacques Attali perd ses nerfs chez Ruquier... et quitte le plateau (...)

Jacques Attali perd ses nerfs chez Ruquier... et quitte le plateau !

Nouveau clash (après Bernard Tapie et tant d’autres) dans l’émission de Laurent Ruquier On n’est pas couché sur France 2. Cette fois-ci, c’est Jacques Attali, ancien conseiller de François Mitterrand, qui a craqué face à Zemmour et Naulleau. Au point de quitter le plateau !

Tout avait pourtant bien commencé... jusqu’à ce qu’Eric Naulleau n’aborde l’épineux sujet du rapport Attali (en fin de vidéo) ; commandé par le président Nicolas Sarkozy, il fournissait des recommandations et des propositions afin de relancer la croissance économique de la France.

Naulleau, qui n’a manifestement pas lu le rapport en détail, en fait une présentation maladroite, qui met Attali en rogne. Naulleau prétend en effet que le rapport est d’inspiration libérale, tandis que son auteur affirme au contraire qu’il préconise "plus d’Etat". Lorsque Naulleau lance que ses propositions n’ont pas tellement été suivies (affirmation assez hasardeuse), Attali met une dernière fois les points sur les i, avant de quitter, furieux, le plateau. Une colère froide qui fait tout de même désordre, l’économiste ne semblant vraiment pas tolérer la critique, assimilée d’emblée à de la "stupidité".

Jacques Attali avait peut-être déjà été échaudé par l’intervention d’Eric Zemmour, qui, une fois de plus, nous a ressorti sa grande théorie, selon laquelle la mondialisation conduit à une paupérisation des classes moyennes occidentales ; à cause, d’une part, des délocalisations, et d’autre part, de l’immigration voulue par les capitalistes pour faire pression à la baisse sur les salaires. Une vision fausse selon Attali, qui, déjà, n’avait pas vraiment accepté le débat, constatant un "dialogue de sourd" avec Zemmour. Ce qui n’avait pas empêché le public d’applaudir chaudement le chroniqueur de Ruquier au terme de sa brillante démonstration.

Le journaliste du Figaro se montrait fort déçu après le départ d’Attali, ajoutant qu’il aurait eu beaucoup de questions à lui poser, en particulier sur son vœu de voir s’instaurer un jour ou l’autre un gouvernement mondial. Zemmour est en effet farouchement opposé à cette idée, si chère à Attali.

Pour compenser cette absence de débat sur ce thème, voici une vidéo qui donne un aperçu de ce que pourrait être le nouvel ordre mondial prôné par Attali :




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • 38 votes
    Romain Desbois 14 décembre 2008 07:00

    Attali oublie dans l’affaire des subprimes, c’est que du jour au lendemain, les taux d’intéret ont augmenter de 50%, mettant les emprunteurs dans l’impossibilité de rembourser. La raison est que c’était des crédits à taux variables. dire que c’est parceque c’était des pauvres est scandaleusement faux ! D’ailleurs pour Attali gagner 2 à 3000 dollars par mois c’est être pauvre.

    si l’immobilier s’est cassé la figure , c’est parceque les banques ont préféré virer les gens de chez eux plutôt que de renogocier le crédit. Du coup trop de biens s’est retrouvé sur le marché, faisant chuter les prix, selon la loi de l’offre et de la demande.

    Lorsqu’il se refère au déficit extérieur, il oublie que l’on peut avoir une bonne balance commerciale sans que ce soit économiquement bénfique ! Le chiffre du commerce extérieur ne tient pas compte des aides et subventions à l’exportation, que l’on devrait déduire pour avoir le vrai chiffre.

    Pareil pour la dette de l’Etat qu’Attali dit être en faillite, l’on ne tient pas compte de l’actif que l’on devrait déduire de la dette pour avoir la vraie somme.

    Nous sommes comme habitant le château de Versailles, nous nous contentions de pleurer sur le découvert de notre compte courant ou oubliant les autres valeurs possédées.

    Merci d’avoir rappelé l’affaire Falcone que j’avais oublié. Conseillé et être payé par un traficant d’armes est la pire des vilennies et éclaire la zone sombre du personnage. dommage que chez ruquier ils n’aient pas commencé par lui poser la question.


    • 59 votes
      dup 14 décembre 2008 10:41

      Un sinistre con et un Zemmour très lucide et dieu rit des gens qui déplorent les effets qu’ils causent

      La crise a été provoquée par un appauvrissement de la classe à faible revenu aux usa .

      Les revenus ont baissés par une pression insolente du capitalisme sur le rendement des entreprises qui à dû comprimer les charges ..donc appauvrir

      A force de délocalisation et concurrence libre et non faussée chère à Attali, les usa on tué leur propres clients. Ford qui n’était pas un imbécile a dit que si je veux vendre mes bagnoles, il faut que je paie mes ouvriers,

      Comme ils ne savaient plus à qui vendre, ils ont rebaissé leur prix de produits et fourni des crédits à ceux qui avaient de TOUTES FACON pas les moyens de rembourser

      Ca, ils le savaient ,mais les financiers qui sont tellement intelligeant comme Attali, ont cru avoir inventé le mouvement perpétuel.

      En fourguant des titre pourris affublés de noms fantaisistes, ils ont pensé se débarrasser des patates chaudes .Ce qui est purement une ESCROQUERIE.

      La patate chaude leur est revenu sur la gueule et voilà que le grand penseur arrogant et mondialiste propose des voies infaillibles pour le fascisme et le mondialisme et la mise en esclavage des humains . C’en est fini de vous

      POURQUOI IL FAUT PAS ECOUTER CE JOUEUR DE FLUTE

      La mondialisation existe déjà et elle a montré son caractère non démocratique.

      FMI OMC ONU UE OTAN Bilderberger CFR etc.. c’est quoi à votre avis ?

      Le pouvoir sur le monde ne peut pas être démocratique. Je vois comme dans ma commune 18000 hab ,il se pose des opposition et comme les problèmes peuvent être complexes et impliquent les habitants , pour un plan de quartier , des aménagements etc.. comme régler cela par un gouvernement mondial, c’est absurde et stupide .. à mois d’être sois même candidat dictateur, ce qui est pas improbable dans son cas.

      C’est nier une donnée fondamentale qui a conduit aux échecs de l’URSS par ex . Les hommes sont ainsi faits que s’il voient pas les conséquences de leur actes en terme de punition récompense , la motivation s’arrête et la responsabilité aussi . On veut pas recommencer tout les temps les mêmes conneries.

      Une autre donnée fondamentale est que l’homme est un être irrationnel et pas tout réduire à l’économie . L’épanouissement passe aussi par les erreurs et les hommes veulent être impliqués dans la vie . C’est pour cela qu’on a inventé les droits de l’homme . Chaque peuple a une histoire et façon de vivre différente.

      Autre évidence : que croyez vous qui l’on mettra dans ce gouvernement mondial . Pas une tête n’est tombée suite à cette crise dont nous vivons que les prémices . On verra les mêmes que ceux qui ont œuvré pour cette catastrophe

      Que croyez vous ce qui arrivera à force d’appauvrir un classe importante de la population : la guerre civile et les émeutes. La Grèce ouvre le bal en ce moment .

      Prétendre que immigration et chômage n’est pas corrélé est un pur mensonge .

      Monsieur Attali je ne vous aime pas


      • 32 votes
        JoelP 14 décembre 2008 15:37

        "Dieu se rit des créatures qui déplorent les effets dont elles continuent de chérir les causes"

        Attali dit souvent des choses justes. L’ennui, comme le fait remarquer Onfray dans la seconde video c’est son absence d’esprit critique. Il affirme un truc puis un autre et autre et jamais, il ne se relit pour se rendre compte de ce qu’il avait dit avant et pour réaliser qu’il se contredit, qu’il se trompe, comme tout le monde, mais forcément beaucoup plus que tout le monde puisqu’il parle et écrit sans arrêt. Ce comportement déjà difficilement acceptable chez un politique est totalement irritant chez un homme qui fait profession de penseur.

        Avec un tantinet de modestie et une dose d’humour, ces sois-disant grands penseurs (Minc and co) deviendraient sympathiques alors que là, ils ne sont que des petits péteux trop sur d’eux-mêmes.


      • 26 votes
        Rage 14 décembre 2008 22:45

        Bonsoir,

        Pour avoir lu, en entier, le rapport Attali, ainsi que pour avoir vu et entendu M.Attali à de nombreuses reprises, je dirai que l’intelligence de cet homme n’a d’égal que la confiance qu’il y porte aveuglément.

        En Français, cela donne que J.Attali assène avec des certitudes extrêmes des positions qu’il n’est absolument pas prêt à remettre au débat.

        La fascination qu’il exerce ne peut fonctionner que pour les esprits limités en quête d’un peu d’extase intellectuelle.

        Le problème étant, que J.Attali joue à la fois avec les concepts virtueux en même temps qu’avec les pires applications, créant de fait une équation très dangereuse au rendu final.

        Plus d’Etat, oui il le dit, mais aussi avec beaucoup plus d’idées démesurées, beaucoup de rapport de forces, beaucoup de paris non prouvés, beaucoup de concepts qui ont déjà montré leur limites.

        Il y a néanmoins des idées intéressantes, mais quand je les lis, je me dis que ces idées auraient pu l’être en l’état il y a 30 ans, mais qu’aujourd’hui le défi est beaucoup plus grand.

        En quelques mots : le monde a changé pendant que les idées d’Attali se sont sclérosées.

        Ses certitudes sont devenues ses propres chaines, son obstination à prendre les autres de haut, sa prison.

        Attali fait parti de ces penseurs que la France n’a pas sû utiliser à bon escient dans leur époque, les catapultant de fait dans une quête de reconnaissance dans une époque qui n’est plus la leur, bouffant par conséquent l’espace pour d’autres idées.

        Car c’est bien de cela dont il s’agit : en France, le paysage des penseurs, des intellectuels, des pseudos philosophes et des politiques est statique depuis 30 ans.

        Le mouvement ne vient que par le décès des uns ou des autres, jamais ils ne raccrochent, jamais ils veulent passer à autre chose.

        La vie est faite pour évoluer et s’adapter.

        Plus on laissera une minorité monopoliser la parole pour déverser des "idéologies" plus que des idées simples et pratiques (cf restos du coeur de Coluche par ex), plus nous perdrons notre temps et notre rang.

        Dommage que "nous" accordions tant d’honneurs à de tels personnages (comme J.d’Ormesson qui s’est barré en Suisse en ayant détourné des millions et qui est réapparu comme par hasard début 2007 pour soutenir Sarkozy... comme B.Tapie, comme... comme trop).




        • 14 votes
          Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit [email protected] 14 décembre 2008 12:19

          Attali triste sir, roi du plagiat ... et très généreux avec l’argent des autres goût pharaonique pour la déco de son bureau de la BERD à Londres

          http://www.google.com/search?source=ig&hl=fr&rlz=&=&q=attali+plagiat&btnG=Recherche+Google&meta=lr%3D

          http://www.google.com/search?hl=fr&q=attali+le+scandale+de+la+berd&btnG=Rechercher&lr=

          Je me demande pourquoi que l’on écoute toujours un tel citoyen !

          @+ [email protected]


          • 1 vote
            Oreille 15 décembre 2008 09:35

            @Odal Gold Je ne vois pas de quel contexte vous sortez cette citation de cet inflationniste de Keynes, dont les théories sont à l’origine de la paupérisation actuelle de l’Amérique.


          • 24 votes
            Oreille 14 décembre 2008 12:40

            Attali c’est un faux prophète... il est du genre à créer les problèmes, puis les suggère dans ses torchons avant qu’ils retombent sur la gueule du bon peuple se faisant ainsi passer pour un visionnaire. Dans l’émission de Ruquier il démontre toute sa lâcheté en partant avant l’heure, traitant Nolau d’idiot et refusant le dialogue avec Zemmour, qui pour le coup est remonté dans mon estime. Attali ce piètre personnage.


            • 14 votes
              herbe herbe 14 décembre 2008 13:23

              Je ne suis pas loin de penser comme vous sauf à dire qu’il s’agit là d’un instantané.

              Comme le dit aussi par exemple Emmanuel Todd (mais bien d’autres le confessent, certains allant même jusqu’à célébrer publiquement la victoire de la leur quand ils sentent avoir gagné une bataille) il s’agit d’une guerre d’idéologies.

              En ce qui me concerne c’est Zemmour qui cette fois ci est le porte étendard de la bonne idéologie, mais certaines fois Attali peut être défenseur de par exemple le concept de micro finance qu’il n’a pas inventé (voir prix nobel) mais qu’il promeut à travers "planetfinance".

              D’autre fois c’est Zemmour qui se montre limite (voir controverse récente sur la race) ainsi qu’Attali (plagiat et autre choses déjà rappelé ici précédemment).

              En gros plutôt que de promouvoir ou non les "égo" qui se battent pour des idées, Il serait utile de valoriser les idées, même si les porteurs d’idées en retirent bénéfice ou opprobre c’est humain finalement.


            • 2 votes
              onsecroyaitchic 14 décembre 2008 13:42

              La mondialisation les multinationales les états , rien de nouveau depuis 30 ans http://fr.youtube.com/watch?v=qYEbrbjH51w


              • 25 votes
                Sébastien Ticavet 14 décembre 2008 13:47

                Il faudra qu’un jour on s’inspire de l’Union européenne comme prototype du nouvel ordre mondial, nous dit-il ?

                C’est ça son modèle de "démocratie mondiale", l’Europe ? C’est à dire en réalité la disparition de la démocratie, la pression contre les référendums, le vote infini tant que les rares peuples encore consultés n’ont pas dit OUI aux Traités, le pouvoir aux 15 000 cabinets de lobbyind bruxellois, l’opacité permanente, l’arrogance des technocrates,...

                On comprend avec cet exemple révélateur ce qui se cache derrière ce projet de "nouvel ordre mondial" : la disparition de la démocratie.

                La démocratie, c’est le pouvoir du demos, le peuple. Il ne peut y avoir de démocratie sans peuple. Voilà pourquoi il est, au mieux illusoire, plus sûrement trompeur, de réclamer une démocratie mondiale. Il n’y a pas de peuple mondial, il ne peut pas y avoir de démocratie mondiale. Il ne peut y avoir au niveau mondial qu’une démocratie entre les Etats, les nations, au sein de la "communauté internationale". Le reste n’est que mensonge dissimulant un projet totalitaire de transformation de l’individu citoyen en consommateur décérébré.

                Voilà qui ne nous étonnera pas de la part d’un Attali symbôle mieux que personne d’autre du Système euro-libéral en faillite, du Système porté par l’UMPS Modem. Il incarne à 100% ce Système, par ses idées, ses écrits, ses courtisaneries (hier le PS, Mitterrand, aujourd’hui l’UMP, Sarkozy).

                http://www.levraidebat.com


                • 0 vote
                  sisyphe sisyphe 14 décembre 2008 14:28

                  Dieu sait que je ne suis pas un fan d’Attali, mais il me semble impossible de ne pas constater que, sur ce dialogue, il a, évidemment, tout à fait raison. Zemmour nous ressort son obsession de l’immigration, qui n’a strictement rien à voir avec le transfert de 10% du PIB mondial des salaires vers le capital. Les délocalisations sont permises, justement, comme le dit Attali, parce qu’il n’y a aucun ordre démocratique mondial, et que le marché, en se globalisant, opère au dessus des démocraties, et sans la moindre LOI. C’est ce qui permet, évidemment, la concurrence faussée avec les pays sans aucun système social, qui peuvent produire à très bas prix.

                  Attali a donc entièrement raison ; il faut un système démocratique mondial, qui régule le marché ; et, contrairement à ce que dit ce primaire de Zemmour, la démocratie, ce n’’est pas seulement le droit de voter de temps en temps ; la démocratie, ce sont LES LOIS et les organismes pour les faire respecter. Ces lois, dans une démocratie, sont prises dans l’intérêt commun, pour le bien du plus grand nombre. Dans nos pseudos démocraties où l’on nous donne, de temps en temps, des élections comme un os à ronger, nous n’avons aucun pouvoir sur l’économie qui, elle, se passe totalement des lois, et agit sans régulation ni contrainte. C’est ça qui permet les délocalisations. Quant à l’immigration, Zemmour, une fois de plus, dit des conneries ; puisque, dans une démocratie, il y a un salaire minimum ; auquel tous les employeurs sont soumis, qu’ils emploient des immigrés ou non. Si certains employeurs emploient des immigrés au noir, c’est un double problème : 1) de respect des lois (et c’est les employeurs qui doivent être sanctionnés) 2) de lois trop répressives pour les immigrés par rapport au besoins du marché du travail. Un immigré qui trouve à être employé, doit voir sa situation régulariser instantanément.

                  Bref, comme d’hab, Zemmour nous ressort ses vieux épouvantails de derrière les tiroirs poussiéreux de son esprit formaté, en les présentant, à chaque fois, comme LA vérité, alors qu’il ne dit que des conneries.


                  • 13 votes
                    Internaute 14 décembre 2008 18:13

                    « Les délocalisations sont permises, justement, comme le dit Attali, parce qu’il n’y a aucun ordre démocratique mondial, et que le marché, en se globalisant, opère au dessus des démocraties, et sans la moindre LOI. »

                    Vous rêvez ou quoi ? Avez-vous oublié qu’il existe en France un parlement, lequel se réunit régulièrement à l’Assemblée Nationale à Paris, prés de la place de la Concorde et sans lequel il n’y a pas la moindre loi qui ait une valeur quelconque en France à moins que le président ne prenne les pleins pouvoirs par l’Article 16 de notre Constitution ?

                    L’ensemble des lois qui ont provoqué les délocalisations ont été votées par nos députés, PS et UMP. Tous les changements constitutionnels pour abandonner notre souveraienté et accepter les dédidératas des tenants du syphonage de nos économies, de la paupérisation de l’Europe et du pouvoir mondial ont été votés par l’Assemblée Nationale et le Sénat réunis. Est-ce que des fois vous considérez qu’il n’y a pas en France de "pouvoir démocratique" ?

                    Alors ne venez pas faire semblant qu’on y peut rien. Nos députés sont mouillés jusqu’au cou dans ce scandale national.

                    Ce que vous appelez un "ordre démocratique mondial" n’est rien d’autre qu’un pouvoir mondial dictatorial qui n’a strictement rien de démocratique. C’est comme toutes les "Républiques Démocratique Populaires de xxx" qui n’avaient rien de démocratiques. Merci, on a déjà donné et cela nous a déjà coûté des millions de morts en Europe.


                  • 3 votes
                    sisyphe sisyphe 14 décembre 2008 18:42

                    N’importe quoi.

                    Que peut le parlement français face au système libéral mondialisé ? Si une entreprise décide de se délocaliser en Chine ou en Roumanie, de quelle façon une loi française pourrait l’en empêcher ?

                    Vous n’avez pas encore compris que le système mondial totalitaire existe déjà ; c’est celui de l’ultralibéralisme actuel, qui fait régner le système financier sur l’économie mondiale, au delà de toute loi, et de toute démocratie ?


                  • 13 votes
                    Internaute 14 décembre 2008 20:23

                    Vous confondez délocalisation et implantation extérieure. Qu’une entreprise monte une usine en Turquie pour vendre en Asie centrale parcequ’elle est plus compétitive là-bas qu’en banlieue Parisienne est tout à fait normal et, comme vous le dites, nos députés n’y peuvent rien.

                    Par contre, qu’une entreprise ferme une usine en France, en monte une en Turquie pour ré-importer sans taxes ensuite en France cela est condamnable et cela a été voté par nos députés. Qu’un importateur puisse importer de Chine en France en mettant en faillite sur notre marché national nos propres fabrications cela aussi est condamnable et a été voté par les députés. Ouvrez les yeux.


                  • 3 votes
                    Bergame 14 décembre 2008 20:49

                    J’ai peur de ne pas bien comprendre la différence moi non plus, Internaute, votre sens de la nuance est subtil. smiley

                    En revanche, je suis pour ma part assez d’accord avec la thèse de Zemmour. Il n’est pas certain que d’aucuns aient organisé des filières d’immigration pour constituer une "armée de réserve", mais il est clair que la constitution de fait de cette main d’oeuvre bon marché arrange bien les populations bourgeoises. Allez donc voir au Parc de Maisons-Laffite qui travaille dans les paddocks et allez regarder les conditions dans lesquelles ces pauvres gens sont "hébergés". Sans parler évidemment du BTP et de la restauration. Moi, quand j’entends dire qu’il y a 300.000 jobs non pourvus en France dans le batiment, je rigole, et je réponds que, vous inquiétez pas, on trouve bien un moyen de s’arranger, va !

                    Accessoirement, il est amusant de noter que c’est précisément l’argument que Mitterand employait dans les années 80 pour expliquer sa politique vis-à-vis de l’immigration. Face à Chirac dans un débat -en 88 sans doute ?- il avait répondu qu’il fallait arrêter l’hypocrisie, et que l’immigration, c’était les intérêts économiques et financiers français qui l’organisait ; et qu’une fois que ces gens avaient été amenés sur le sol français, il fallait bien que l’Etat s’en préoccupe.

                    Au fond, ce que je trouve presque le plus intéressant, c’est de voir un Zemmour citer Marx et Mitterand ! smiley


                  • 0 vote
                    sisyphe sisyphe 14 décembre 2008 23:18

                    @Internaute

                    Vous persistez dans un total confusionnisme. Aucune loi nationale ne peut permettre ni empêcher n’importe quelle entreprise de localiser, ou de s’implanter où elle veut, pour ensuite revendre ses produits, dans le cadre du "libre-échange" mondialisé.

                    Le problème n’a rien à voir avec des lois votées en France ou ailleurs ; le problème est celui d’un système globalisé qui impose son absence de lois aux démocraties, dans le cadre d’un néolibéralisme mondial. Le problème, c’est le FMI, la Banque mondiale, l’OMC, qui sont des organismes aux mains de la finance internationale, sans aucune régulation ni loi.

                    Que pensez vous que la France pourrait changer toute seule, si ce n’est, en politique intérieure, c’est à dire à la marge, d’effectuer une plus juste redistribution des richesses produites ? Et comment faire face à la concurrence de produits venant de pays où la main-d’oeuvre est 10 fois moins chère qu’ici ? Instaurer un protectionnisme franco-français ?


                  • 3 votes
                    Internaute 15 décembre 2008 10:15

                    Comment faire ? Imposer des quotas d’importation ou des taxes à l’importation pour rétablir une concurrence loyale.

                    Je vous renvoie à des personnalités qui ont étudié la question comme Paul Craig Roberts (ancien ministre de Reagan) ou Maurice Allais (notre Prix Nobel d’économie) ou encore plus récemment Emmanuel Todd.

                    La France toute seule peut beaucoup plus que vous ne le croyez. Sarkozy, en tant que Président du Conseil Européen, aurait trés bien pu lancer une politique de protection du marché commun européen. Il n’a même pas mis la question sur le tapis. Aprés tout il a bien réussi à faire avancer son plan de sauvetage des banques.

                    Les politiques évitent soigneusement le sujet de la mondialisation et de la suppression des frontières alors qu’ils pourraient trés bien en faire le sujet permanent. Ils savent trés bien qu’ils sont coupables.

                    La suppression des frontières commerciales a été votée par les députés, vous n’allez quand-même pas le nier. Personne ne peut faire rentrer illégalement des marchandises en France sans poursuites judiciaires. Les accords de l’OMC ont été prépaprés et votés par Chirac, Rocard, Cresson, Beregovoy et Balladur.


                  • 22 votes
                    BA 14 décembre 2008 14:52

                    Le 24 janvier 2008, Jacques Attali remet à Nicolas Sarkozy un rapport intitulé « Rapport de la Commission pour la libération de la croissance française ».

                    Dans ce rapport, Jacques Attali et les membres de la Commission demandent à Nicolas Sarkozy de prendre 316 décisions.

                    Quand on lit certaines décisions demandées par le rapport Attali, on croit rêver !

                    Jacques Attali demande à Nicolas Sarkozy :
                     de prendre exemple sur le Royaume-Uni,
                     de confier des services publics à des fondations privées ou à des banques,
                     d’introduire en France les retraites par capitalisation (fonds de pension),
                     d’accélérer le développement de la finance et de la Bourse !

                    Je recopie quelques décisions du rapport Attali :

                    Décision 22 : Développer les financements privés. Les universités doivent pouvoir, dans le respect de leur indépendance académique, créer des « fondations pour l’enseignement supérieur » visant à développer des programmes d’enseignement ou de recherche, à l’instar des fondations privées de recherche, sans financement public obligatoire, leur permettant de faire bénéficier tout de suite les donateurs - qu’ils soient des entreprises ou des particuliers - du régime fiscal des fondations.

                    Décision 97 : Harmoniser les réglementations financières et boursières avec celles applicables au Royaume-Uni pour ne pas handicaper les acteurs français par rapport à leurs concurrents internationaux européens.

                    Décision 101 : Multiplier les initiatives communes entre les enseignements supérieurs et les institutions financières dans le financement de chaires dédiées aux recherches sur la modélisation financière.

                    Décision 103 : Modifier la composition des associations, des commissions et des collèges de régulateurs, pour que les champions de la finance, toutes classes d’actifs confondues, puissent s’exprimer et influencer la position du Haut Comité de place.

                    Le Fonds de réserve des retraites institué en 1999 pour soutenir le régime par répartition n’a jamais été doté des actifs à la hauteur de son ambition initiale et ne résoudra qu’une faible partie du problème. La montée en puissance de l’épargne retraite individuelle ou collective est donc nécessaire. Décision 305 : Réorienter massivement le régime fiscal de l’assurance-vie et du Plan d’épargne en actions vers l’épargne longue investie en actions (à coupler avec les fonds de pension).

                    http://www.liberationdelacroissance.fr/files/rapports/rapportCLCF.pdf

                    Quelques semaines après la remise du rapport Attali, toutes les Bourses de la planète s’effondraient.

                    Aujourd’hui, nous savons qu’il s’agit de la pire crise financière depuis 1929. Nous savons que cette crise est très loin d’être finie. Le rapport Attali rejoindra le grand cimetière des rapports morts et enterrés.


                    • 11 votes
                      Internaute 14 décembre 2008 18:16

                      Jacques Attali nous ressort les recettes du Protocole des Sages de Sion qui lui sont si chères au coeur. Certains affirment que ce livre est faux mais dans ce cas on peut se demander pourquoi quelqu’un d’aussi brillant et intelligent que Jacques Attali y puise ses idées.

                      Je remercie cependant Attali de me donner raison sur un point. Combien de fois ne me suis-je pas fait prendre pour un idiot en disant que le clivage politique n’existait plus entre la gauche et la droite mais se situait entre les mondialistes et les nationalistes. Il vient d’en apporter la preuve. Cet homme de gauche qui travaille pour la droite ne se différencie que par une seule position, sa position mondialiste.


                    • 0 vote
                      sisyphe sisyphe 14 décembre 2008 15:04

                      Je suis d’accord pour dire que le rapport Attali était un plaidoyer pour plus de libéralisme, et qu’il a, depuis, retourné sa veste. De toutes façons, je n’ai aucune sympathie pour Attali, et son aspect grand visionnaire, qui, en fait, ne fait jamais rien d’autre que naviguer dans le sens du courant.

                      Mais, sur l’émission d’hier soir, par rapport aux âneries de Zemmour, il prônait, pour une fois, des mesures de bon sens, et il a eu tout à fait raison de dire à Zemmour que sa fixation sur le problème de l’immigration était hors sujet.


                      • 0 vote
                        Philaxel 14 décembre 2008 16:24

                        Je trouve hallucinant la manière dont vous introduisez le montage vidéo par la phrase :"voici une vidéo qui donne un aperçu de ce que pourrait être le nouvel ordre mondial prôné par Attali". Car ensuite, vous placez une succession de citations mélangeant des prévisions de Jacques Attali sur l’avenir du monde si nous ne faisons rien et ses propres volontés.Donc, vous laissez entendre que lorsque Jacques Attali prévoit le pire, c’est le pire qu’il souhaite.C’est tout simplement un procédé de désinformation.

                        Si vous aviez suivis le postulat de votre introduction de manière honnête, vous seriez plutôt aller chercher ce que souhaite vraiment Jacques Attali lorsqu’il propose une gouvernance mondiale, par exemple en citant des extraits de ces derniers livres.Et vous constateriez par vous-même que ses propositions sont au contraire du libéralisme, puisqu’il s’agit d’opposer un état de droit international à un marché international dérégulé.

                        Pour ma part, je comprends donc l’exaspération de Jacques Attali devant les réactionnaires (au sens strict) , c’est à dire ceux qui réagissent sans même avoir lu.Car vous avez entendu comme moi dans l’intervention de Mr Nolleau qu’il avoue ne pas avoir lu le rapport Attali, avant de bafouiller à la fin et se contredire.Il l’a lu ou pas ? S’il ne l’a pas lu alors c’est comme vous, de la réaction pure et de la désinformation.

                        Pour reprendre une phrase de Jacques Attali que je trouve très intéressante, permettez-moi , pour ma part, de préférer une république des experts, plutôt qu’une république des imbéciles réactionnaires.

                        Philippe Axel www.philaxel.com


                        • 13 votes
                          concitoyen 14 décembre 2008 19:22

                          Attali nous montre sa vraie tête de néocon. Attali est un des grands sorciers et idéologue pour la dictature du nouvelle ordre mondiale. Ils pensent lui et ses amis avoir gagné la guerre contre les peuples d’Europe et leur liberté. Il a au moins le courage de ses idées bravo ! Comme tous les néocons il ne supporte pas la critique et la remise en cause de leur plan.


                          • 0 vote
                            paltroum 15 décembre 2008 15:14

                            La nouvelle mode de la télé : organiser des débats soit-disant politiques sur des plateaux animés par des chansonniers. Peut-être qu’un jour les politiques comprendront que ce n’est pas dans ce genre d’émissions que l’on peut exposer des idées et avoir un débat constructif. Là, ce n’est que du spectacle, du superficiel, surtout quand on est face à un Zemmour ou à un Barbier qui ne sont là que pour faire leur auto-promotion et surtout pas pour amener une réflexion chez le téléspectateur.


                            • 1 vote
                              BA 15 décembre 2008 17:42

                              Le 24 janvier 2008, Jacques Attali remet à Nicolas Sarkozy un rapport intitulé « Rapport de la Commission pour la libération de la croissance française ».

                              Dès la page 8, Jacques Attali s’en prend à l’Etat :

                              « N’ayant pas abandonné un modèle hérité de l’après-guerre, alors efficace mais devenu inadapté, la France reste très largement une société de connivence et de privilèges. L’État réglemente toujours dans les moindres détails l’ensemble des domaines de la société civile, vidant ainsi le dialogue social de son contenu, entravant la concurrence, favorisant le corporatisme et la défiance. Alors que notre époque requiert du travail en réseau, de l’initiative et de la confiance, tout se décide encore d’en haut, tout est contrôlé dans un climat de méfiance générale. Les dépenses publiques françaises sont les plus élevées de tous les pays de l’OCDE et augmentent encore plus vite que la production. »

                              Quand on lit certaines décisions demandées par le rapport Attali, on croit rêver ! Jacques Attali demande à Nicolas Sarkozy :

                               de transférer encore plus de compétences de l’Etat vers les collectivités territoriales,
                               de ne pas remplacer deux fonctionnaires sur trois qui partent à la retraite.

                              DECISION 251 :

                              Les transferts de compétences de l’État vers les collectivités territoriales doivent être accompagnés d’un abandon effectif de la mission correspondante par les services de l’État, et du redéploiement de l’intégralité des agents de l’État concernés, pour éviter les doublons entre les actions de l’État et des collectivités territoriales.

                              DÉCISION 252 :

                              Utiliser les gains de productivité définis plus haut pour mettre en oeuvre de manière systématique le principe du non-remplacement de deux fonctionnaires sur trois partant à la retraite, sans nuire à la qualité des services.

                              http://www.liberationdelacroissance.fr/files/rapports/rapportCLCF.pdf

                              L’idée générale du rapport Attali, c’était : « Moins d’Etat. Toujours moins d’Etat. C’est comme ça que nous nous en sortirons. »

                              En septembre 2008, patatra ! En septembre 2008, le système financier mondial s’effondre !

                              Que fait alors Jacques Attali ?

                              Jacques Attali écrit un livre, puis il fait la promo de son livre en répétant : « Plus d’Etat ! Bien sûr qu’il faut plus d’Etat ! Je l’ai toujours dit ! »


                              • vote
                                mike gallantsay 31 décembre 2008 09:14

                                Jacques Attali a remis le 23 janvier 2008 à Nicolas Sarkozy et François Fillon le rapport de la Commission pour la libération de la croissance française. Objectifs : obtenir un point de croissance supplémentaire, ramener le taux de chômage à 5 % et réduire la dette publique.

                                Le chef de l’Etat s’est dit d’accord "pour l’essentiel" avec les propositions de la commission Extraits :

                                300 décisions pour changer la France

                                "OBJECTIF Faire de Paris une place financière majeure L’industrie financière croît depuis 2001 en Europe trois fois plus vite que le PIB. Elle joue un rôle déterminant dans la croissance, en raison de son poids dans l’économie et en tant qu’organisateur du financement de l’ensemble des secteurs. Elle représente en France 4,5 % du PIB et 730 000 emplois. La France dispose d’atouts remarquables dans la compétition internationale : des champions nationaux en position de leaders mondiaux sur des segments à haute valeur ajoutée ; de jeunes diplômés avec un profil quantitatif apprécié par les principaux recruteurs anglo-saxons.

                                Pourtant, l’industrie financière française ne représente que 10 % du secteur financier européen, derrière l’Allemagne et le Royaume-Uni. Le classement The Global Financial Center index, édité chaque année à Londres, mentionne que Paris a perdu sa 10e place en 2007. Dans les comparaisons utilisées pour la stratégie 2015 de la Suisse sur tous les secteurs d’activité, aucune référence n’est faite à la place de Paris. L’industrie financière représente 3,1 % de l’emploi total en France contre 4,3 % au Royaume-Uni, 5,2 % en Allemagne et 6,4 % aux États-Unis.

                                Dans ce secteur, les équipes et les actifs sont de plus en plus facilement délocalisables et le progrès technologique réduit les délais entre la conception et la distribution de produits innovants : délocalisation de la recherche-actions en Inde, globalisation de la conservation de titres, déplacement des produits structurés à Londres ou des centres de gestion en Irlande. Enfin, les jeunes diplômés français valorisent une embauche à l’étranger comme un accélérateur de carrière et des perspectives de rémunération supérieure.

                                Le risque est grand : au total, le départ des 25 000 emplois directs (front, back-office et IT) de la place de Paris entraînerait une perte de 3,2 Md € de recettes de l’État.

                                De fait, l’attractivité de la place financière de Paris pâtit de plus en plus d’un environnement fiscal dissuasif. Si la suppression de l’impôt sur les opérations de bourse a permis d’améliorer la situation,les entreprises du secteur sont toujours soumises à la taxe 93 sur les salaires, à hauteur d’environ 2 Md € par an (corrélativement,les opérations de banque et d’assurance sont exclues du champ de la TVA).

                                DÉCISION 96
                                Instaurer sur le modèle du dispositif allemand un droit d’option permettant de choisir, opération par opération, le mécanisme de TVA (assujettissement/déductibilité), afin de désamorcer les effets négatifs de la taxe sur les salaires sur l’activité des banques dans le domaine des services aux entreprises (B2B).

                                DÉCISION 97
                                Harmoniser les réglementations financières et boursières avec celles applicables au Royaume-Uni pour ne pas handicaper les acteurs français par rapport à leurs concurrents internationaux européens.

                                DÉCISION 98
                                Regrouper la Commission bancaire et l’Autorité de contrôle des assurances et des mutuelles (ACAM) avec la mission de promouvoir la place financière de Paris, favorisant la création de pôles de compétence internes sur des produits financiers, au lieu de disséminer ces compétences entre les différents régulateurs.

                                DÉCISION 99
                                Améliorer les conditions d’accueil des étrangers hautement qualifiés,en particulier par la mise en place d’un guichet spécifique pour la délivrance rapide de titres de séjour de longue durée.

                                DÉCISION 100
                                Développer massivement l’enseignement de l’anglais professionnel pour faciliter l’émergence d’activités financières internationales susceptibles de recruter largement des collaborateurs, qualifiés et non qualifiés, pouvant se fondre dans une entreprise internationale.

                                DÉCISION 101
                                Multiplier les initiatives communes entre les enseignements supérieurs et les institutions financières dans le financement de chaires dédiées aux recherches sur la modélisation financière.

                                DÉCISION 102
                                Doter la place financière de Paris d’un indicateur d’attractivité publié trimestriellement et intégrant tous les critères d’appréciation possibles, y compris la qualité du système éducatif, le taux d’imposition (avec le bouclier fiscal), l’efficacité du réseau de transports, la qualité des soins médicaux, le coût de la vie, en particulier le logement.

                                DÉCISION 103
                                Modifier la composition des associations, des commissions et des collèges de régulateurs, pour que les champions de la finance, toutes classes d’actifs confondues, puissent s’exprimer et influencer la position du Haut Comité de place."

                                31 Décembre 2008, communiqué du Leap

                                LEAP/E2020 estime que la crise systémique globale connaîtra en Mars 2009 un nouveau point d’inflexion d’une importance analogue à celui de Septembre 2008. Notre équipe considère en effet que cette période de l’année 2009 va être caractérisée par une prise de conscience générale de l’existence de trois processus déstabilisateurs majeurs de l’économie mondiale, à savoir : 1. la prise de conscience de la longue durée de la crise 2. l’explosion du chômage dans le monde entier 3. le risque d’effondrement brutal de l’ensemble des systèmes de pension par capitalisation

                                Comment k’y dit l’Attali ? : “L’industrie financière joue un rôle déterminant dans la croissance, en raison de son poids dans l’économie et en tant qu’organisateur du financement de l’ensemble des secteurs” Ce type est un visionnaire ! Puisqu’on vous le dit !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Bob34

Bob34

Le bob.


Voir ses articles


Publicité





Palmarès