• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Eric Zemmour aurait préféré que Hapsatou Sy s’appelle Corinne : elle menace de (...)

Eric Zemmour aurait préféré que Hapsatou Sy s’appelle Corinne : elle menace de porter plainte

Invité de "Les Terriens du Dimanche" le 16/09/2018, Eric Zemmour a fait savoir qu'il ne souhaitait que des prénoms français, issus du calendrier des saints chrétiens, en France. Au nom de l'assimilation. Ce qui a choqué ses interlocuteurs.

En particulier, il a signifié à Hapsatou Sy qu'il préfererait que ses parents l'aient appelé Corinne. L'intéressée a annoncé sur Twitter qu'elle allait porter plainte contre le polémiste.

La séquence à laquelle fait référence la chroniqueuse de C8 a été coupée au montage. Comme on le voit dans un communiqué de la chaîne, celle-ci n'est pas franchement solidaire de Hapsatou Sy, en lui rappelant que, si elle veut quitter l'émission de Thierry Ardisson, la porte est grande ouverte :

Lundi matin sur LCI, Eric Zemmour est revenu sur la polémique, et enfonce le clou. Si Hapsatou Sy a ressenti une grande violence dans ses propos, il juge que les Français subissent une violence encore plus grande de la part de parents comme les siens, qui refusent de donner des prénoms français à leurs enfants, alors même qu'ils prétendent vivre en France.

Tags : France Discriminations Eric Zemmour Polémique




Réagissez à l'article

156 réactions à cet article    


  • 26 votes
    Belenos Belenos 17 septembre 20:59

    C’est une "violence inouie" de dire à une femme que le prénom Corinne lui irait bien. La pauvre Hapsatou est traumatisée, en état de choc, au bord de l’agonie. Va-t-elle survivre à une si terrible agression ?  smiley 


     smiley  smiley  smiley

    • 3 votes
      Belenos Belenos 17 septembre 21:02

      Remarquons tout de suite qu’il y a heureusement encore quelques pseudos français, et je dirais même franchement gaulois, sur ce forum. 


      • 2 votes
        Ozi Ozi 17 septembre 21:43

        @Belenos

        Hola Belenix, peux-tu me citer des exemples de noms Gaulois (enfin Celtes), vierges de toutes souillures du temps, qui par leurs simples invocations, recomposerait l’idéal civilisationnelle perdu ?

        Parce qu’en ce moment je me prend la tête avec un futur à court/moyen terme sur des questions futiles comme l’anthropocène et la finitudes des ressources primaires, et je sens bien que je suis peut être à côté de la plaque dans mes priorités, peut être qu’un retour aux prénoms bibliques est là solution sine qua non qui éclaircirait enfin une brume épaisse comme me le suggère la plupart des médias ...

        Merci d’avance..  smiley


      • 11 votes
        ken_le_sous-vivant ken_le_sous-vivant 18 septembre 07:46

        @Ozi

        Remarquons tout de suite qu’il y a heureusement encore quelques pseudos français, et je dirais même franchement gaulois, sur ce forum. 

        A l’aise, mais AV est une sorte d’exception qui regroupe pas mal de personnes qui vont à contre courant de cet eldorado culturel americano-mondialiste que nos zélites tentent de nous imposer.


      • 4 votes
        Eric_F 18 septembre 11:38

        @ken_le_sous-vivant
        Ken est en effet un prénom sans aucun rapport avec la culture américano-mondialiste smiley


      • 17 votes
        ezechiel 17 septembre 21:11
        On ne comprend pas trop où est la polémique, et où sont les insultes dans les propos, à moins qu’il y en aient eu hors caméra.
        Que Zemmour suggère à Hapsatou de s’appeler Corinne cela n’a rien de choquant, c’est comme ça que se sont assimilées les populations à la France pendant des siècles.
        Après, si elle n’est pas d’accord et trouve ça choquant, elle peut toujours retourner en Afrique.

        • 14 votes
          maQiavel maQiavel 17 septembre 21:39

          Pour coller un procès à quelqu’un parce qu’il aurait dit "avec un prénom comme le votre on est pas dans la France", c’est qu’on vit vraiment dans une époque de fragilité psychologique étonnante smiley...

          C’est son opinion et il a le droit de l’avoir et Zemmour n’oblige personne à la partager. Si c’est vraiment le propos qui va faire l’objet d’un procès , c’est pathétique. Et s’il est condamné ce sera encore pire mais au regard de ce qu’est devenu la liberté d’expression dans ce pays ça ne m’étonnerait même pas. 
          Par contre, la colère d’Éric Zemmour face à Natacha Polony m’a étonné, il a littéralement pété un boulon lorsqu’elle lui expliquait qu’il n’avait pas le sens de la nuance ( constat que je fais aussi). J’avais remarqué le même genre d’énervement lorsqu’il était face à Phillippot même si avec Polony c’était plus intense. Ce que les contradicteurs de Zemmour ne comprennent pas, c’est qu’il suffit de contre argumenter de façon calme et pondérée pour lui faire perdre ses moyens, il déteste ça, c’est un radical et les radicaux détestent la modération, ils préfèrent largement avoir des contradicteurs aussi radicaux qu’eux. 
          Zemmour qui est devenu une carricature de droitard décomplexé avide de politiquement incorrect se promène face aux bobos médiatiques idéalisant bêtement ce concept creux qu’est le "vivre ensemble" et qui n’ont pas d’autres façons de lui répondre qu’en lui collant des procès au train ou en se disant choqué par ses propos. Mais dès qu’il est face à une personne qui peut lui répondre sur le fond ,il perd de sa superbe... 

          • 10 votes
            ezechiel 17 septembre 21:47

            @maQiavel "Par contre, la colère d’Éric Zemmour face à Natacha Polony m’a étonné, il a littéralement pété un boulon lorsqu’elle lui expliquait qu’il n’avait pas le sens de la nuance ( constat que je fais aussi)"

            Zemmour s’est énervé non pas parce qu’elle lui a dit qu’il n’avait pas le sens de la nuance, mais parce qu’elle ne lui laissait pas terminer ses phrases.
            Impossible pour lui de poser une argumentation calme, il est sans cesse interrompu, c’est super gênant.


          • vote
            maQiavel maQiavel 17 septembre 21:56

            @ezechiel
            Parce que dans cette émission, elle était la seule à le couper ? smiley


          • 5 votes
            ezechiel 17 septembre 22:57

            @maQiavel "Parce que dans cette émission, elle était la seule à le couper ?’

            Pendant qu’il lui répondait, oui, elle n’arrêtait pas de lui couper la parole, pour l’infantiliser.


          • 12 votes
            Norman Bates Norman Bates 17 septembre 23:05

            Couper Zemmour c’est mettre le doigt sur un lointain traumatisme...


          • vote
            Belenos Belenos 17 septembre 23:06

            Après l’énorme succès du "Taisez-vous" de Doc Finkie, on attend la sortie de "Laissez-moi répondre" de MC Zemmour. 


          • vote
            maQiavel maQiavel 17 septembre 23:15

            @ezechiel
            Mais bien sûr, dans le champ de bataille qu’était cette émission, elle était la seule à lui couper la parole sur le plateau smileyHapsatou Sy , Raquel Garrido ou Goldnadel ne l’ont pas fait. Juste Polony qu’il va d’ailleurs accusé d’avoir un ton professoral avec lui . smiley


          • 9 votes
            Qirotatif Qirotatif 18 septembre 08:15

            @maQiavel
            "Par contre, la colère d’Éric Zemmour face à Natacha Polony m’a étonné, il a littéralement pété un boulon lorsqu’elle lui expliquait qu’il n’avait pas le sens de la nuance ( constat que je fais aussi). "

            Tu parles d’une autre séquence j’imagine... Parce qu’ici il ne pète pas une durite et se contente de la traiter de crypto-coco, ce qui m’a bien fait marrer au passage.


            "Mais dès qu’il est face à une personne qui peut lui répondre sur le fond ,il perd de sa superbe... "

            Ceci dit il est rare qu’on lui mette qq’un qui a le niveau. il y a eu Ramadan, Polony et qq autres mais dans ces talk, ils furent peu nombreux. Car le plateau ici est consternant de médiocrité : un papy-boomer bobo qui encadre un plateau avec une ex-député FI, Mounia machin (connais pas), Apsatou, Goldnadel, une journaliste qui prend garde à bien rester dans les clous (Pollony)... il manquait juste une lesbos viet-namienne bossue et un comique beur et on avait le casting idéal ultra-représentatif de la population.

            Le passage sur Soral lui donne raison : tout le monde s’autorise à lui cracher dessus sans jamais l’inviter, la contradiction terrifiant tout ce petit monde. 

            Quant à l’autre pleurnicharde qui fait un procès (qu’elle va perde : il n’y a aucun propos diffamatoire ici, aucune injure, rien de rien... son baveux doit déjà lui avoir expliqué ; tout cela est de l’écume) parce qu’on lui dit que son prénom n’est pas français (pas plus que Julia ou Kevin...), en effet, sa réaction est symptomatique de la fragilité psy de l’époque mais surtout d’une terreur "intellectuelle" (et surtout judiciaire) à sens unique exercée par les minorités qui revendiquent l’égalité tout en faisant valoir un privilège identitaire de la différence. Il y a indéniablement une jurisprudence en la matière et la bonne nouvelle - c’est sarcastique bien entendu - c’est que la minorité européenne de demain pourra s’en prévaloir. Ah, on me fait signe dans mon oreillette d’oppresseur-né que non... smiley


          • 1 vote
            Qirotatif Qirotatif 18 septembre 08:33

            @maQiavel
            "Zemmour qui est devenu une carricature de droitard décomplexé avide de politiquement incorrect se promène face aux bobos médiatiques idéalisant bêtement ce concept creux qu’est le "vivre ensemble" et qui n’ont pas d’autres façons de lui répondre qu’en lui collant des procès au train ou en se disant choqué par ses propos."

            En même temps, il n’y a plus que cela (des bobos médiatiques). Pour trouver qq voix dissonantes il faut se taper des débats de sportifs, et encore, même là, la diversité esclavagisée-oppressée montre sa fragilité mentale et ce qui accompagne généralement les faibles d’esprit : l’agressivité.


          • 2 votes
            Heimskringla Heimskringla 18 septembre 09:47

            @maQiavel

            "c’est qu’on vit vraiment dans une époque de fragilité psychologique étonnante."

            Oui et c’est ce qui confirme entre autre pour ma part la thèse de Medialter quand il dit que les gens finiront par se "bouffer" entre eux. 


          • 5 votes
            Joe Chip Joe Chip 18 septembre 16:39

            @Qirotatif

            Zemmour connaît très bien Ardisson et n’est pas dupe de l’endroit où il met les pieds. Il n’est pas question de débattre, ni même de "polémiquer" mais de pondre du buzz, du clash en traitant superficiellement des sujets qui se prêtent déjà à la caricature (l’histoire des prénoms). J’imagine bien Ardisson jouir intérieurement à chaque fois qu’un "réac" s’en prend à une "bobo métissée" sur son plateau. 

            Mais sur le fond Zemmour se prend les pieds dans une contradiction flagrante de son discours. En effet, il revendique depuis quelques temps le concept de "grand remplacement" théorisé par Camus. Le problème, c’est qu’il décline ce thème sur le plan culturel - l’histoire de la substitution des prénoms du calendrier par des prénoms étrangers en est un bon (mauvais) exemple - alors que Camus parle bien de substitution de peuple, au sens exclusivement ethnique du terme. Zemmour reste bien entendu dans le champ culturel parce qu’il est conscient des limites à ne pas franchir sur un plateau télé mais aussi parce qu’il sait que ses contradicteurs l’attendent tous sur le thème "Vous êtes vous aussi originaire d’Afrique du Nord". 

            Mais qui pourrait croire que donner de noms du calendrier à des millions de noirs ou d’arabes venus d’Afrique modifierait quoique ce soit à la dynamique de substitution engendrée par les flux migratoires, tout du moins telle que l’énonce Renaud Camus ? 

            Donc il y a une contradiction, il ne peut pas d’un côté raisonner en culturaliste de droite en expliquant que tout est donné avec la démographie et de l’autre nous la jouer républicain hyper-assimilationniste en exigeant que les immigrés intègrent les moeurs et les codes culturels de la population majoritaire. Les deux points de vue se défendent, mais on ne peut pas les articuler comme il tente de le faire, c’est plus de la gymnastique sophistique.

            Par ailleurs, il est à mon avis mal renseigné sur cette histoire car je suis à peu près certain que l’on trouve en proportion plus de noms tirés du calendrier chrétiens chez des noirs que chez des Français de souche adeptes des prénoms américains ("Dylan" et "Kevin" ont régné en maître chez les prolos blancs durant toutes les années 90-2000), des prénoms originaux et autres "nouveaux prénoms", voire des prénoms de clebs. Même s’il est indéniable par ailleurs que l’africanisation s’impose de plus en plus dans de nombreuses communautés noires. 

            Au-delà de tout ça je commence vraiment à me demander à quoi joue Zemmour car il est de plus en plus caricatural dans son numéro d’identitaire télégénique. Il ne rend certes pas service à ceux qui essaient d’expliquer que l’immigration massive est un problème à long terme pour une société (pour toute société) et que les flux migratoires doivent être régulés dans le cadre d’une politique de rééquilibrage des flux économiques nord-sud, en contribuant à l’hystérisation ambiante du débat.  


          • 1 vote
            Zatara Zatara 18 septembre 16:54

            @Joe Chip
            Mais qui pourrait croire que donner de noms du calendrier à des millions de noirs ou d’arabes venus d’Afrique modifierait quoique ce soit à la dynamique de substitution engendrée par les flux migratoires, tout du moins telle que l’énonce Renaud Camus ?

            absolument.bon post


          • 1 vote
            Heimskringla Heimskringla 18 septembre 17:03

            @Joe Chip

            "Zemmour car il est de plus en plus caricatural dans son numéro d’identitaire télégénique. Il ne rend certes pas service à ceux qui essaient d’expliquer que l’immigration massive est un problème à long terme pour une société (pour toute société) et que les flux migratoires doivent être régulés dans le cadre d’une politique de rééquilibrage des flux économiques nord-sud, en contribuant à l’hystérisation ambiante du débat."


            C’est ce que je me dis depuis un bon moment. Pareil quand il était face à Attali, j’ai trouvé sa défense du peuple autochtone assez médiocre voir limite méprisante. Au final, il rend surtout service à ceux qui prônent cette immigration massive. 


          • 4 votes
            Joe Chip Joe Chip 18 septembre 17:14

            @Qirotatif

            En même temps, il n’y a plus que cela (des bobos médiatiques). Pour trouver qq voix dissonantes il faut se taper des débats de sportifs, et encore, même là, la diversité esclavagisée-oppressée montre sa fragilité mentale et ce qui accompagne généralement les faibles d’esprit : l’agressivité.

            Non, avant on avait la plaie du politiquement correct, maintenant on a la plaie du politiquement correct et celle du politiquement incorrect qui sont en réalité deux variétés du même phénomène qui consiste à vouloir repousser la réalité avec des mots, dans un cas par de gentils euphémismes ("bien-mieux-vivre-ensemble"), dans l’autre par des exagérations servies le plus souvent sous forme de sarcasmes. 

            Il y a dix ou quinze ans, les excès libératoires du politiquement incorrect se justifiaient dans la mesure où ils venaient compenser une ou deux décennies de domination absolue du politiquement correct et du puritanisme de gauche. L’élastique avait été trop tendu dans un sens, il fallait forcément que la tension se libère dans l’autre. Je me souviens très bien de l’époque où il fallait toujours tourner 7 fois sa langue dans sa bouche et où le seul fait de parler d’immigration dans son entourage revenait à se jeter du tremplin de 10 mètres avec l’assurance de se fracasser la gueule en bas. Le problème c’est que certains ne veulent plus ranger le Diable dans la boîte, à commencer par les trolls de droite et les vrais débiles qui voient dans le politiquement incorrect la condition même de leur survie médiatico-politique. 

            Donc non la présence massive de bobos médiatiques à la télé n’est pas contradictoire avec le politiquement incorrect, elle en constitue plutôt la conséquence. La Hasfatou, tu lui enlèves Zemmour qui lui dit que son prénom est une "insulte à la France" (ce qui est une grosse connerie quand même) et tout son numéro de victime à l’identité bafouée par un odieux mâle réac s’écroule.


          • 1 vote
            Belenos Belenos 18 septembre 17:17

            @Joe Chip
            "Mais qui pourrait croire que donner de noms du calendrier à des millions de noirs ou d’arabes venus d’Afrique modifierait quoique ce soit à la dynamique de substitution engendrée par les flux migratoires, tout du moins telle que l’énonce Renaud Camus ?" 

            Ce sont deux choses différentes, qui d’ailleurs pourraient n’avoir aucun rapport l’une avec l’autre. 


          • vote
            Zatara Zatara 18 septembre 17:25

            @Belenos
            Serieusement Belenos... on ne changera jamais son éducation, sa culture et son entourage familliale en changeant de prénom. C’est tellement évident que je ne comprends même pas ce que vous cherchez à dire...

            Si c’est une question de preuve d’intégration de moeurs du pays dans lequel on va vivre, le seul prénom ne fera pas illusion bien longtemps....


          • vote
            Zatara Zatara 18 septembre 17:28

            @Belenos
            Et d’ailleurs, je suis sûr qu’on préfèrera mille fois Mohammed parfaitement intégré qu’un Bertrand se baladant en tunique avec femme sous chapiteau.... sans déconné


          • 1 vote
            Joe Chip Joe Chip 18 septembre 17:41

            @Belenos

            Pas sûr d’avoir compris le sens de ton objection. 


          • 1 vote
            Belenos Belenos 18 septembre 17:47

            @Zatara

            "Serieusement Belenos... on ne changera jamais son éducation, sa culture et son entourage familliale en changeant de prénom. C’est tellement évident que je ne comprends même pas ce que vous cherchez à dire... Si c’est une question de preuve d’intégration de moeurs du pays dans lequel on va vivre, le seul prénom ne fera pas illusion bien longtemps...."


            D’abord, soyons clair, je ne parle pas de changer de prénom une fois qu’on est adulte. Pour le reste, donneriez-vous un prénom masculin à votre fille ? Bien sûr que non. Et pourtant je pourrais aussi vous dire que ce n’est pas cette précaution qui va à elle seule résoudre le problème (si c’en est un) de l’homosexualité en France ou dans le monde. Et alors ? Au moins, en ne donnant pas un prénom de garçon à une petite fille dès sa naissance, vous éviterez de lui créer une difficulté supplémentaire. Les enfants ne peuvent pas choisir leur prénom, les parents ne doivent donc pas seulement se faire plaisir, ils doivent penser à l’enfant et à sa vie personnelle. Ensuite, en donnant un prénom de garçon à une fille, on participerait à une confusion des genres. Là encore, vous pourriez me dire que que ce ne sera pas suffisant pour éviter la tendance générale qui est à la confusion des genres. Et vous aurez raison. Mais... et alors ? Cela n’empêche pas de chercher à comprendre ce qui est juste et à agir en conséquence. La merderie globale est aussi quand même en rapport avec de petites merdes qu’on trouve insignifiantes quand on les prend une par une : la manière de consommer, de se déplacer, de se comporter au travail, etc. Le prénom qu’on donne à ses enfants fait partie de ces petites choses qui ont une incidence globale quand elles sont multipliées par le nombre d’habitants sur Terre. 


          • vote
            Belenos Belenos 18 septembre 17:51

            @Joe Chip
            "Pas sûr d’avoir compris le sens de ton objection." 

            Reprocher aux parents de donner un prénom étranger à un petit français n’a pas forcément de rapport avec la thèse du "grand remplacement". Les prénoms américains ont été les premiers à être critiqués. 


          • 1 vote
            Belenos Belenos 18 septembre 18:00

            @Zatara
            "Et d’ailleurs, je suis sûr qu’on préfèrera mille fois Mohammed parfaitement intégré qu’un Bertrand se baladant en tunique avec femme sous chapiteau.... sans déconné"

            Si vous prenez tous les détails qui constituent un conditionnement socio-culturel, un par un, vous pourrez toujours dire que ce n’est pas ça qui fait un conditionnement socio-culturel. Mais le petit Mohammed sera (toutes choses étant égales par ailleurs) plus enclin à finir par "se balader en tunique avec femme sous chapiteau" que le petit Bertrand. Le prénom peut n’avoir qu’une toute petite influence, mais ça jouera quand même toujours plutôt dans ce sens là... En tout cas, ce n’est pas neutre... sans déconner ! Ne serait-ce que parce que ça va inciter l’enfant à se rapprocher plutôt des autres mômes qui ne se moquent pas de son prénom. 


          • vote
            Zatara Zatara 18 septembre 18:14

            @Belenos

            Pour le reste, donneriez-vous un prénom masculin à votre fille ?

            heu... Camille  ?

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Pr%C3%A9nom_mixte

            Et alors ? Au moins, en ne donnant pas un prénom de garçon à une petite fille dès sa naissance, vous éviterez de lui créer une difficulté supplémentaire.

            C’est l’inverse qui serait plus difficile... un garçon avec un prénom exclusivement féminin engendrerait des moqueries d’ordre sexuelle durant toute la primaire... Surtout qu’il n’y aura pas de communauté trans à laquel il pourra se raccrocher... et pourquoi le ferait il d’ailleurs ?? Est ce que le gosse deviendrait un trans pour autant ?

            Mais oui, soit, va pour "difficulté"

            Les enfants ne peuvent pas choisir leur prénom, les parents ne doivent donc pas seulement se faire plaisir, ils doivent penser à l’enfant et à sa vie personnelle.

            Et je suis d’accord, sauf que ceci ne décrit absolument pas l’époque dans laquelle nous vivons...ni la culture (ou la sous culture) qui l’accompagne. Une bonne partie de la population n’entend strictement rien aux conventions et aux mœurs sociales de cet ordre là, tout cela a été explosé depuis un bon moment maintenant. Il s’agit précisément de se faire plaisir avec le prénom de son enfant. Quant à une éducation digne de ce nom.... on va évité d’en parler....

            La merderie globale est aussi quand même en rapport avec de petites merdes qu’on trouve insignifiantes quand on les prend une par une : la manière de consommer, de se déplacer, de se comporter au travail, etc. Le prénom qu’on donne à ses enfants fait partie de ces petites choses qui ont une incidence globale quand elles sont multipliées par le nombre d’habitants sur Terre.

            Je suis d’accord... mais le prénom est de l’ordre des mœurs d’un seul pays... Et autant ça peut peser sur la vie du gosse lorsqu’il est dans un pays dont les prénoms sont historiquement différent, autant c’est ridicule par rapport à l’idéologie qu’on va lui mettre dans le crâne, son poids environnementale, sa capacité à se développer et à vivre heureux, décemment , en harmonie avec d’autres gens d’autres origines, d’autres religions, d’autres spiritualités...


          • vote
            Joe Chip Joe Chip 18 septembre 18:16

            @Zatara

            on ne changera jamais son éducation, sa culture et son entourage familliale en changeant de prénom. C’est tellement évident que je ne comprends même pas ce que vous cherchez à dire

            Pas si "évident"...

            L’assimilation culturelle n’est pas un processus uniforme. Dans certains cas, ou à une certaine époque, la francisation fonctionnait d’autant mieux que la culture française se présentait comme universelle, ou prétendait, à tort et à raison, donner accès à une forme d’universalisme. 

            Donc, pour un immigré italien ou polonais, le fait de donner le prénom Michel plutôt que Michele avait dans ce contexte-là un sens proche de celui décrit par Zemmour, signifiant la volonté d’accéder à une culture perçue comme dominante ou supérieure à la culture d’origine. Il ne faut pas se mentir, cela faisait partie intégrante du discours même s’il reposait sur des valeurs progressistes et émancipatrices.

            A l’heure actuelle, l’universalisme est plutôt identifié à la mondialisation ; la France continue à y jouer un rôle mais son modèle apparaît désormais comme largement dépassé par le modèle communautariste anglo-américain. L’universalisme français est au mieux présenté comme un archaïsme républicain du XIXème, au pire comme un outil néocolonial visant à acculturer les populations des anciennes colonies ou à les maintenir dans un ordre de domination. On peut ne pas être d’accord avec cette vision des choses, mais peu importe, la perception prime la compréhension. 

            Dans ces conditions, il est impossible d’attendre de la part des immigrés la même disposition à se fondre dans le creuset de l’assimilation républicaine, et ce d’autant plus qu’ils sont issus majoritairement d’anciennes colonies. C’est la terrible faute de nos dirigeants de ne pas avoir voulu le comprendre en maintenant la façade de cet universalisme qui a fini par se retourner contre la culture française à mesure que celle-ci était concurrencée par la culture anglo-américaine. 

            C’est ce qui explique aussi la fascination invincible de nos élites ou tout au moins d’une partie d’entre elles pour le modèle américain, et pourquoi elles se désespèrent à l’heure actuelle (à l’image de Macron) du sort qu’est en train de lui faire subir Donald Trump.  


          • vote
            Zatara Zatara 18 septembre 18:16

            @Belenos
            En tout cas, ce n’est pas neutre... sans déconner ! Ne serait-ce que parce que ça va inciter l’enfant à se rapprocher plutôt des autres mômes qui ne se moquent pas de son prénom.

            Je n’ai jamais dis que c’était neutre, bien au contraire... maintenant, je dis que c’est secondaire par rapport à une chié de paramètre...rien d’autre...


          • vote
            Zatara Zatara 18 septembre 18:19

            @Belenos
            Mais le petit Mohammed sera (toutes choses étant égales par ailleurs) plus enclin à finir par "se balader en tunique avec femme sous chapiteau" que le petit Bertrand.

            Et bien, par principe, j’estime que le prénom est foutrement secondaire par rapport au background familliale. Que si, statistiquement, c’est Momo qui va se balader en tunique avec un chapiteau, il aurait pu s’appeler Maurice dans la même famille, dans le même quartier que ça ne changerait strictement rien.


          • 1 vote
            Belenos Belenos 18 septembre 18:24

            @Zatara
            "autant c’est ridicule par rapport à l’idéologie qu’on va lui mettre dans le crâne."

            Il s’agit bien entendu de nuancer les choses, mais je ne suis pas certain que l’influence du prénom soit si minime que vous semblez le penser. Si cela avait si peu d’importance, les gens ne changeraient pas de prénom au moment où ils se convertissent, par exemple. 


          • vote
            Joe Chip Joe Chip 18 septembre 18:25

            @Belenos

            Reprocher aux parents de donner un prénom étranger à un petit français n’a pas forcément de rapport avec la thèse du "grand remplacement". Les prénoms américains ont été les premiers à être critiqués. 

            Zemmour l’articule clairement à la théorie du "grand remplacement", ce en quoi il a tort justement. 


          • vote
            Belenos Belenos 18 septembre 18:29

            @Joe Chip
            "Zemmour l’articule clairement à la théorie du "grand remplacement", ce en quoi il a tort justement." 

            Ah, je n’avais pas perçu cette articulation dans les vidéos dont nous discutons ici. 


          • 1 vote
            Zatara Zatara 18 septembre 18:34

            @Joe Chip

            Donc, pour un immigré italien ou polonais, le fait de donner le prénom Michel plutôt que Michele avait dans ce contexte-là un sens proche de celui décrit par Zemmour, signifiant la volonté d’accéder à une culture perçue comme dominante ou supérieure à la culture d’origine. Il ne faut pas se mentir, cela faisait partie intégrante du discours même s’il reposait sur des valeurs progressistes et émancipatrices.

            Evidemment ok avec cela... maintenant le background familiale et culturel, comparativement à des familles algérienne ou marocaine, était quasiment le même.

            Le problème est justement de continuer à vouloir procéder de la même façon que pour les italiens, les polonais ou les espagnols.... Il y a un gap monumental, et la langue française (ou le style de vie fr, s’il existe encore quelque part) ne saurait finalisé l’intégration de gens provenant de culture fondamentalement différente. Ceux qui y sont arrivé ont du littéralement s’extirper totalement (ou alors leurs parents avaient déjà fait une bonne partie du chemin)

            A l’heure actuelle, l’universalisme est plutôt identifié à la mondialisation ; la France continue à y jouer un rôle mais son modèle apparaît désormais comme largement dépassé par le modèle communautariste anglo-américain. L’universalisme français est au mieux présenté comme un archaïsme républicain du XIXème, au pire comme un outil néocolonial visant à acculturer les populations des anciennes colonies ou à les maintenir dans un ordre de domination. On peut ne pas être d’accord avec cette vision des choses, mais peu importe, la perception prime la compréhension.

            Ce serait une erreur grave de considérer l’équilibre communautariste anglo-américain comme un modèle... ce sont au contraire des "antis-société" ultra individualiste et parfaitement atomiser. Mais vu l’échec latent fr et l’intérêt qu’il y a à suivre ce mode de fonctionnement, d’autant plus qu’il est parfait dans le cadre d’un empire monde ultra sécuritaire ou tout est marchandise, impeccable, on y va, et avec un cache sexe de gôche en plus....

            Ok avec le reste de ton post, sauf pour Trump.... Ce n’est pas tant le modèle sociale que l’exceptionnalisme et la primauté voulu par Trump et les élites nationalistes américaines qui dérange l’Euro-mondialisme (avec sa cohorte de milliardaires apatrides)


          • vote
            Zatara Zatara 18 septembre 18:37

            @Belenos
            Si cela avait si peu d’importance, les gens ne changeraient pas de prénom au moment où ils se convertissent, par exemple.

            Ah oui ! là, c’est foutrement important, je confirme. Car c’est de l’ordre de l’individu, et de sa spiritualité, un changement au plus profond de son être. Et le prénom est dans ce cas (au minimum) symbolique.


          • 1 vote
            Joe Chip Joe Chip 18 septembre 18:41

            @Belenos

            Si vous prenez tous les détails qui constituent un conditionnement socio-culturel, un par un, vous pourrez toujours dire que ce n’est pas ça qui fait un conditionnement socio-culturel. Mais le petit Mohammed sera (toutes choses étant égales par ailleurs)plus enclin à finir par "se balader en tunique avec femme sous chapiteau" que le petit Bertrand. Le prénom peut n’avoir qu’une toute petite influence, mais ça jouera quand même toujours plutôt dans ce sens là... En tout cas, ce n’est pas neutre... sans déconner ! Ne serait-ce que parce que ça va inciter l’enfant à se rapprocher plutôt des autres mômes qui ne se moquent pas de son prénom. 

            En fait vous avez raison tous les deux.

            En tenant compte des éléments que j’ai indiqués plus haut (pas de processus uniforme d’assimilation culturelle) je dirais qu’à l’heure actuelle le fait de donner à un enfant le prénom Mohamed a une signification bien plus forte que de l’appeler Michel en terme de "condtionnement socio-culturel".

            Je veux dire par là que Zemmour a tort quand il suppose que donner des noms d’origine chrétienne à des millions d’arabes musulmans contribuerait à leur "assimilation". En revanche, il a raison quand il suppose que la proportion importante de Mohammed dans les maternités traduit la diffusion et la vitalité de la culture arabo-musulmane en France.


          • vote
            Zatara Zatara 18 septembre 18:47

            @Joe Chip

            Absolument d’accord avec ça


          • vote
            Joe Chip Joe Chip 18 septembre 18:58

            @Zatara

            Ce serait une erreur grave de considérer l’équilibre communautariste anglo-américain comme un modèle... ce sont au contraire des "antis-société" ultra individualiste et parfaitement atomiser. Mais vu l’échec latent fr et l’intérêt qu’il y a à suivre ce mode de fonctionnement, d’autant plus qu’il est parfait dans le cadre d’un empire monde ultra sécuritaire ou tout est marchandise, impeccable, on y va, et avec un cache sexe de gôche en plus....

            Désolé mais c’est une caricature. C’est précisément le modèle français qui nie la société et la tradition en posant un lien à la fois puissant et problématique (car exclusif) entre l’individu et l’Etat. Toutes les médiations culturelles, religieuses et sociétales sont à priori  écartées. 

            Dans le modèle anglo-américain, l’Etat est mis en retrait et la loi (common law) devient la médiatrice principale ds rapports entre l’individu et la société. C’est pour cette raison que le modèle anglo-américain accepte que les immigrés conservent leur culture d’origine et continuent de vivre, pour l’essentiel, au sein de leur communauté. Certains n’en sortent jamais et les communautés vivent juxtaposées les unes à côté des autres. 

            De notre point de vue, leur modèle est dysfonctionnel et conduit à une régression communautariste insupportable. Du leur, le nôtre est dysfonctionnel et conduit à un monopole autoritaire de l’Etat qui impose une culture, une langue voire une religion.


          • 1 vote
            Zatara Zatara 18 septembre 19:19

            @Joe Chip
            es tu déjà aller aux US ? même NY (qui pour le coup est encore "autre chose") ? ou la Californie ? Le racisme sous jacent à peine déguiser par ce systéme communautaire, le nombre de SDF en Californie (état le plus riche), l’individualisme le plus autistique qui soit..... ce pays me répugnait déjà du point de vue politique et militaire, mais les ricains, même ceux qui se pensent de gauche...

            ... Il y a de bon côté (mais c’est facile quand tu comprend le côté "Corée du Nord" de la France, et la ripoublique des copains) mais on ne peut pas décemment parler de société américaine, ou de modèle sociale américain, c’est une fable pour enrober un communautarisme raciale qui s’équilibre par le dollar et uniquement par le dollar d’un côté, et par la police de l’autre. Les ricains sont à 99,99% les pires incultes qui soient, ce qui ne les empêchent en rien d’être foutrement efficace dés qu’il s’agit de pognon.... leurs bêtises n’a d’égale que leur dangerosité. Et même si je déteste cette ripoublique, j’estime à plus d’un titre que ce qui fait société en France reste préférable et de loin



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Zorba

Zorba
Voir ses articles







Palmarès