• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Clémentine

Clémentine

La pulpe de l'info...

Tableau de bord

  • Premier article le 03/03/2011
  • Modérateur depuis le 23/03/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 97 9 4310
1 mois 2 6 362
5 jours 1 1 135
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • 2 votes
    Clémentine Clémentine 24 juillet 18:48

    @Vulpes vulpes
    Si les vidéos vous semblent trop courtes, vous pouvez nourrir votre soif de connaissance avec les 4 articles de debunking que j’ai mis en lien en fin d’article. Si vous daignez les lire, ils vous prendront une bonne heure de votre temps. smiley



  • vote
    Clémentine Clémentine 21 juillet 18:05

    @abolab
    Pourriez-vous me dire où l’OMS dit qu’il ne faut vacciner que 30% de la population, et qu’il faut s’arrêter là ? De mon côté, j’ai lu qu’il faudrait avoir vacciné 10% de la population de chaque pays d’ici septembre, et au moins 30% d’ici la fin de l’année, mais nulle part je n’ai vu qu’il ne fallait pas aller au-delà de 30% (j’ai à l’inverse lu un expert de l’OMS qui préconise d’aller à 60%). C’est simplement un calendrier avec les objectifs réalistes dans les prochains mois.

    Et, par ailleurs, dans quelles études est-il écrit cela : "Les données scientifiques montrent que les convalescents de la COVID-19 ont une forte réponse immunitaire acquise, supérieure à celle des vaccins" ?



  • 3 votes
    Clémentine Clémentine 21 juillet 16:56

    @abolab
    OK, autant dire les choses clairement : vous lisez entre les lignes. Autrement dit, vous ne vous fondez sur aucun avis scientifique (réputé toujours corrompu), mais vous essayez de deviner, à travers leur prose, ce que les scientifiques auraient dit s’ils n’avaient pas un intérêt matériel à dire autre chose. Le postulat de toute votre démarche est donc que le monde scientifique ment. Il est certain qu’il est difficile alors de s’entendre avec ceux qui pensent que, globalement, les scientifiques sont honnêtes et disent ce qu’ils pensent être le vrai.



  • 3 votes
    Clémentine Clémentine 21 juillet 16:27

    @abolab
    Je suis allée voir les 4 liens que vous donnez pour fonder votre affirmation selon laquelle l’immunité naturelle suffit et la vaccination est inutile.

    Premier article, je lis ceci (traduit) : "Prises ensemble, ces données établissent la justification d’un schéma de rappel vaccinal qui peut être utilisé pour induire sélectivement des réponses immunitaires qui augmentent l’étendue et la puissance des anticorps ciblant des régions RBD spécifiques de la glycoprotéine de pointe".

    Le deuxième article montre que l’infection induit des anticorps capables de tuer les cellules infectées quelle que soit la sévérité de la maladie (mais ça ne dit pas que l’immunité naturelle suffit).

    Le troisième article semble bien défendre le principe de la vaccination : "Après une seule dose de vaccination, le taux d’anticorps augmente fortement quel que soit le taux pré-vaccinal et quel que soit le type de vaccin administré. (...) En augmentant de manière significative les titres d’anticorps protecteurs, une vaccination à dose unique renforce la protection contre les variants. (...) En augmentant les taux d’anticorps neutralisants, le vaccin contre le SARS-CoV-2 peut renforcer leur capacité protectrice, en particulier contre les variants hébergeant des mutations d’échappement d’anticorps comme le variant sud-africain."

    Enfin, voici ce que conclut le quatrième article (traduit) : "L’équipe d’Ellebedy a observé les premiers signes que le vaccin à ARNm de Pfizer devrait déclencher la production des mêmes cellules. Mais la persistance de la production d’anticorps, qu’elle soit provoquée par la vaccination ou par l’infection, ne garantit pas une immunité durable au COVID-19. La capacité de certaines variants émergents du SRAS-CoV-2 à atténuer les effets protecteurs des anticorps signifie que des vaccinations supplémentaires peuvent être nécessaires pour rétablir les niveaux, explique Ellebedy. "Ma présomption est que nous aurons besoin d’un rappel.""



  • 3 votes
    Clémentine Clémentine 21 juillet 15:34

    @abolab
    Vous dites : "L’immunité naturelle est documentée comme étant la meilleure protection individuelle et collective contre la pandémie et donc devrait être la norme pour toutes les personnes non à risque."

    Des chercheurs ont certes découvert que l’immunité naturelle, acquise après une infection au SARS-CoV-2, durerait au moins un an, soit la même durée que celle conférée par les vaccins. Ces mêmes chercheurs soulignent pourtant que leurs conclusions ne doivent pas détourner le public de la vaccination.

    Voici ce qu’ils écrivent :

    "Avant de supposer que les personnes atteintes d’infections documentées par le SRAS-CoV-2, que ce soit par des tests de diagnostic par réaction en chaîne par polymérase ou par la présence d’anticorps, sont protégées contre de futures infections, il y a 2 mises en garde. Premièrement, nous ne savons pas combien de temps dure l’immunité naturelle. Deuxièmement, nous ne savons pas si l’immunité naturelle contre le virus de type sauvage est également protectrice pour les variants du SRAS-CoV-2 (virus avec des variations génétiques). Comme l’ont indiqué Spellberg et ses collègues, parvenir à une immunité collective par infection naturelle est un processus long et douloureux et, historiquement, la seule maladie humaine à être éradiquée, la variole, a été éradiquée par la vaccination, et non par l’infection naturelle.

    Parce qu’il est probable que la vaccination et les antécédents d’infection naturelle soient une meilleure protection que l’infection naturelle seule, toutes les personnes doivent être encouragées à se faire vacciner même si elles ont déjà été infectées par le SRAS-CoV-2. Bien que non prouvée, il est possible que la vaccination confère une immunité plus large aux variants que l’infection naturelle. Et parce que nous ne savons pas combien de temps durera la protection vaccinale ou s’il y aura des variants qui échapperont à la protection vaccinale, nous pourrions avoir besoin de rappels de vaccination et/ou de vaccinations reformulées à l’avenir."

Ses favoris



Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité