• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

ffi

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 16/05/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 4265 24
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires




  • vote
    ffi 5 janvier 12:49

    @yoananda2 la religion ne permet pas d’économiser du kwh. Certains vont dépenser beaucoup d’énergie pour une croyance, ce qui semblera absurde à celui qui ne la partage pas. L’énergie est purement matérielle. Or ce qui importe aux hommes n’est pas seulement matériel, chose que les athées peinent à percevoir. Pour prendre un exemple non religieux mais culturel : considère les salaires exhorbitants versés aux footballeurs. Quel énergie font-ils gagner ? Aucune. Le spectacle qu’ils offrent est à la mode, c’est tout. Une fois les besoins matériel assouvis, les gens payent pour ce qu’ils aiment. Or on ne peut étalonner l’amour. Cela dit, une société où tout les achats découleraient de caprices n’irait pas loin.



  • vote
    ffi 4 janvier 17:41

    @yoananda2
    Pour ce qui est du kwh économisé, j’y avais pensé, il y a longtemps, au début de mes réflexions sur l’étalon monétaire. Cependant, finalement, en considérant qu’il existe de nombreuses choses immatérielles, et ne nécessitant aucune énergie, qui ont des importances considérables pour l’être humain, qu’il va donc vouloir obtenir à tout prix, mon avis est que l’énergie ne suffit pas à produire un étalon monétaire incontestable.

    Par exemple, j’avais entendu que les croyants en la réincarnation sollicitaient un corps de métier bien particulier pour leur bien-être : les nettoyeurs de mémoire morte, c’est-à-dire ceux qui effacent la mémoire issue des vies antérieures. Ce genre de travail ne correspond évidemment pas à du kwh économisé.

    On peut donc distinguer une monnaie physique, corporelle, où l’étalon est l’énergie physique, donc déterministe et qui vaut pour tous, et une monnaie spirituelle, où l’étalon est non déterministe, et qui ne vaut que relativement à un contexte culturel.

    Par exemple, plus près de nous, considère les échoppes de souvenir à Lourdes. Rien de ce qu’elles vendent n’apporte de l’énergie ou n’en font économiser.



  • 2 votes
    ffi 4 janvier 17:29

    @yoananda2
    Si j’ai mal aux dents je suis de mauvaise humeur ? C’est extrêmement scientifique tout cela... Mais je sais de quoi tu parles. Toute une partie des scientifiques rêvent de démontrer la génération spontanée : ils cherchent à la découvrir dans les concepts de l’auto-organisation, de l’émergence, ou de la symbiose. Recherche qui dure depuis 70 ans, après-guerre, et qui n’a rien donné de notable.

    Il ne faut pas confondre réseau de neurone et Esprit. Un réseau de neurone qui gère la digestion, processus très complexe, n’est pas un cerveau. Dire que l’on a un cerveau dans l’Estomac, c’est de la connerie. Le cerveau est l’organe dans la tête.

    De plus, rien ne permet d’affirmer que l’Esprit est une « Émergence » de la matière. C’est une hypothèse de travail, mais qui n’a pas de preuve, même si nombreux sont ceux qui s’escriment à la rendre crédible.

    Ce qui est certain, et empiriquement observé, c’est que « penser » implique un afflux de sang dans le cerveau, et parfois un mal de crâne.

    Ce qui est certain encore, c’est que tout homme a ses propres finalités, ou intentions, c’est-à-dire une volonté. Cette volonté est immatérielle, rien ne permet de la mesurer. C’est pourquoi on la fait découler d’une entité immatérielle dans la personne : son Esprit. Or cette volonté peut être bénéfique, ou nuisible à autrui. Une volonté perverse, telle celle d’un tueur en série, doit être stoppée. C’est ce qui justifie une puissance légale, qui distingue les volontés légitimes des volontés illégitimes.

    Quelque soit toutes les éléments que tu tire faussement de la science, en la distordant sans rigueur par transposition hors de leur contexte, l’histoire humaine a montré abondamment que toute puissance légale s’appuie toujours sur des troupes, qui son coordonnées, en dernier ressort, par un chef et un seul.



  • vote
    ffi 2 janvier 20:24

    @pegase
    C’est certain que vu la désindustrialisation qui s’est opérée, il faudra investir beaucoup pour reconstruire.

    Mais la production d’argent n’est pas non plus la panacée, si cela ne s’accompagne pas d’un accroissement de la production, comme de la consommation. En effet, le prix est issu d’un équilibre entre la quantité de signe monétaire, de la quantité de produits disponibles, et de la demande en produits.

    Le mystère de l’argent ? C’est un droit d’avoir, récompense du service que l’on rend à la société par son travail.

    On saurait facilement rétribuer l’effort : En physique, c’est direct, le travail, c’est l’énergie dépensée. Son unité est donc le Joule, ou le kwh. Le dollars est d’ailleurs porté par le pétrole gare à qui ne paie pas son pétrole en dollars !

    Mais il y a encore d’autres genres de services rendus à la société qui ne découlent pas de l’effort physique, comme donner des idées par exemple. Dans ce cas, je n’ai pas encore trouvé l’étalon. Pas sûr que l’on ait besoin d’étalonner ces genres-là à l’échelle d’un état.

    Donc je dirai que l’étalon monétaire, c’est l’énergie.



  • vote
    ffi 2 janvier 20:07

    @gaijin
    « la contre société se construit ( ce n’est pas un futur ) de manière organique par auto organisation des initiatives individuelles

     »
    Cette auto-organisation des initiatives individuelles, c’est précisément la main invisible du marché. C’est ce qui se fait tout seul.

    Il faut que tu apprennent ce que signifie « organique » dans le cadre politique. C’est une analogie entre la société et un être vivant. Or un être vivant, cela a une tête, son chef, qui commande ses membres, les coordonne et les régule. Une société organique est donc l’exact contraire de l’anarchie. C’est une monarchie.

    Une structure économique, dans la société organique, n’est qu’un membre de la société. Elle doit donc aussi obéir à son chef, qui est en devoir de la réguler. Si elle n’obéit pas, elle peut devenir comme un cancer, et produire des métastases partout, jusqu’à parasiter les autres instances de la société.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur

Psychologie


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité