• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

ffi

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 16/05/2015
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 4269 24
1 mois 0 3 0
5 jours 0 0 0


Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires




  • vote
    ffi 22 février 17:56

    @pegase

    Attention, je n’ai pas dit que j’étais contre le fait qu’une banque nationale génère de la monnaie. Je suis plutôt pour, puisque, comme je l’ai dit, la monnaie met en relation le monde physique (l’abondance de biens) et le monde social (la rétribution pour service rendu à l’effort collectif). L’émission monétaire doit être sous contrôle de l’instance politique (malgré toutes ses imperfections, c’est le moins pire, puisque c’est l’instance en charge d’assurer l’équité des droits). De plus, puisque les juridictions sont nationales, et qu’il est illusoire d’avoir un jour un étalon monétaire fiable, ce qui interdit fatalement l’équité des taux de changes, le libre-échange mondialisé est dans l’impossibilité de produire un minimum d’équité (la France ayant été parmi les plus naïves). Je suis donc pour un minimum de protectionnisme.



  • 2 votes
    ffi 21 février 20:40

    @pegase Je crois que le but de la manoeuvre (1973) importe finalement peu, mais qu’il est important de comprendre que tout ceci repose sur une conception fausse de la monnaie, et de voir comment en résulte de fortes inéquités.

    La première question est : qu’est-ce que la monnaie ? C’est une institution qui met en rapport les ressources disponibles et leur répartition sociale. D’un point de vue physique, c’est de l’énergie. D’un point de vue social, c’est du droit (le droit d’avoir). Par conséquent, la création monétaire ex-nihilo posent 2 problêmes. 1 . Le découplage de l’économie des réalités. 2 . La création de faux droits de propriété, car non liés à la rémunération d’un travail utile socialement.

    Si l’on ajoute encore à cela l’erreur du libre-échange, qui revient à mettre en concurrence des sociétés aux droits distincts, on peut entrevoir combien la conception de la monnaie est erronée.

    Les élites actuelles cherchent à maintenir ces conceptions erronées de la monnaie.



  • 6 votes
    ffi 7 février 01:48

    L’art des comploteurs est de dénoncer le complotisme de ceux qui les dénoncent.



  • 2 votes
    ffi 31 janvier 09:01

    @Durand

    Certes. Mais comment les états ont-ils été amenés à se départir de leur pouvoir de création monétaire ?

    C’est déjà qu’il y avait un problème politique.

    Et ça rejoint le sujet ici. À partir du moment où la politique fut fondée sur l’opinion générale, elle fut guidée par les seuls en capacité de communiquer leur opinion à grande échelle : les plus fortunés.

    Ainsi, Mr Schwab, patron de Davos, bien que sa pensée politique soit digne d’une dissertation d’un lycéen moyen, a une très grande influence, mais ce n’est que par sa fortune personnelle.

    En démocratie, les seuls qui ont le temps de participer politiquement, sont les riches. Les premiers furent les banquiers.



  • vote
    ffi 5 janvier 2020 12:49

    @yoananda2 la religion ne permet pas d’économiser du kwh. Certains vont dépenser beaucoup d’énergie pour une croyance, ce qui semblera absurde à celui qui ne la partage pas. L’énergie est purement matérielle. Or ce qui importe aux hommes n’est pas seulement matériel, chose que les athées peinent à percevoir. Pour prendre un exemple non religieux mais culturel : considère les salaires exhorbitants versés aux footballeurs. Quel énergie font-ils gagner ? Aucune. Le spectacle qu’ils offrent est à la mode, c’est tout. Une fois les besoins matériel assouvis, les gens payent pour ce qu’ils aiment. Or on ne peut étalonner l’amour. Cela dit, une société où tout les achats découleraient de caprices n’irait pas loin.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur

Psychologie


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité