• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

La Télé de Gauche

La Télé de Gauche

La création du Parti de Gauche répond à la nécessité de redonner des perspectives à la Gauche. Il s’agit d’apporter des réponses à la crise du capitalisme et à la catastrophe sociale, écologique et démocratique qu’elle entraîne en changeant radicalement de société. Le PG est un outil pour battre la droite et conquérir la majorité politique autour d’un programme républicain de dépassement de la logique capitaliste.

Tableau de bord

  • Premier article le 28/06/2012
  • Modérateur depuis le 03/07/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 12 18 300
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • vote
    La Télé de Gauche La Télé de Gauche 7 novembre 2012 18:20

    Oui, excusez moi, je voulais dire "monnaie unique".
    Le problème c’est qu’il existe depuis 30 ans des fonds d’investissements qui ont les moyens de spéculer à la baisse sur une devise nationale et de la faire couler, quand la politique monétaire qui est appliquée dans ce pays ne leur convient pas. Ce qui nous fait penser que dire "en retournant au franc nous retrouverions automatiquement le contrôle de notre monnaie" est une erreur, elle serait d’autant plus sous le contrôle des marchés. A moins d’encadrer complètement l’échange des devises, de faire en sorte qu’elle ne passe plus par le privé ou sur les marchés européens.
     
    Pour ce qui est de la Banque de France, elle imprime déjà des euros français. Vous avez déjà remarqué que les euros n’ont pas tout à fait la même apparence selon leur provenance. Les euros français sont en réalité fabriqués par la Banque de France sous directive de la banque européenne, et nous pourrions récupérer ce pouvoir de directive puisque sur notre territoire c’est encore le peuple français qui est souverain.
    Pour la question des voisins qui en imprimeraient trop... déjà il y a une énorme marge, l’euro est extrêmement fort. Ensuite, ce n’est pas n’importe parti politique, dans les pays européens, qui sont capables de prendre le gouvernement et qui ont en vue de reprendre la main sur leur banque nationale, et nous sommes déjà en contact avec la plupart d’entre eux.
    Enfin, notre idée n’est pas de faire en sorte que chacun puisse faire ce qu’il veut, dans son coin, avec l’euro : c’est pour prouver aux peuples, par la pratique, qu’il est possible de financer une autre politique budgétaire et pour déstabiliser suffisamment les libéraux.
    Notre stratégie consiste en fait à contre-attaquer au niveau européen.



  • vote
    La Télé de Gauche La Télé de Gauche 7 novembre 2012 04:10

    C’est parce que nous ne sommes pas sur la même position. La sortie de l’euro peut se défendre mais en retournant aux monnaies nationales on retrouverait par la même occasion une compétition monétaire entre les nations et peut-être une course à celui qui dévalue le plus. De plus les grands groupes financiers récupèreraient un très efficace moyen de pression sur les états, celui de spéculer à la baisse sur les devises, comme ils l’ont fait de 1981 à 1983 en France pour mettre court aux politiques sociales du PS.
    C’est des types de spéculations un peu complexes qui sont en partie empêchées par l’existence d’une monnaie commune à toute l’Europe.
     
    Au PG nous pensons qu’il serait plus audacieux et efficace de rester dans la zone euro et de récupérer la planche à billet dans le giron de l’Etat. Il n’y a même pas besoin de la Banque centrale européenne pour ça, c’est la Banque de France qui fabrique les euros français. L’euro n’est le problème en soi, le problème c’est les politiques économiques et monétaires que nos gouvernements acceptent de mettre en place en même temps que l’euro. Nous pourrions très bien reprendre la main sur la Banque de France, où même sur les banques privés, et désobéir aux dictats européens si le peuple en a donné le mandat à un gouvernement.
    Et, en plus, il n’y a absolument aucun article dans les traités européens qui permettent à des nations d’en faire sortir d’autres de la zone euro. C’est à dire que nous pourrions profiter des avantages qu’offre l’euro et des avantages d’une politique monétaire avantageuse aux salariés, sans que légalement l’Union Européenne ne puisse faire quelque chose contre nous.
     
    Sachant cela, à votre avis, pourquoi tant de média tente de réduire la question de la crise économique à la question de l’euro ?
     
    Je vous inviterais volontiers à regarder des interventions de Jacques Généreux pour avoir plus de détails :
    - lorsqu’il explique comment le PG en est arrivé à décidé de penser une nouvelle politique économique à l’intérieur de la zone euro
    - lorsqu’il explique quel sont les moyens que nous aurions pour sortir des politiques d’austérité
     



  • vote
    La Télé de Gauche La Télé de Gauche 6 novembre 2012 19:25

    Pourquoi toujours se préoccuper des exportations et jamais du marché intérieur ?
     
    Nos exportations ne sont pas en berne, le problème c’est le déséquilibre de la balance commercial.
    Pour certains le problème vient des exportations qui ne sont pas assez importantes, et ils voudraient baisser le prix du travail pour que l’on soit compétitif sur le marché mondial.
    Pour d’autres le problème vient de la désindustrialisation du pays, qui fait que nous achetons de plus en plus de produits venant d’ailleurs et faisons exploser les importations.
     
    Vous faites un drôle de mélange des deux positions.



  • 2 votes
    La Télé de Gauche La Télé de Gauche 6 novembre 2012 19:14

    J’ai un peu de mal à comprendre comment vous êtes passé à côté...
     
    Mélenchon a passé une majeure partie de la campagne présidentielle à dénoncer ce système absurde où l’on interdit aux états de fabriquer de la monnaie, ce qui fait qu’ils empruntent aux taux du marchés, à des banques privées qui, elles, empruntent aux banques centrales presque gratuitement.
    C’est ce qu’on appelle la privatisation des gains et la socialisation des pertes. Les banques s’engraissent sur l’économie des pays, et lorsqu’elles font faillite parce qu’elles ont pris trop de risques (comme avec les sub-primes par exemple) c’est les états qui les renflouent avec l’argent public.
    Le Parti de Gauche propose de faire pression au sein de l’Union européenne pour que la banque centrale européenne prête directement aux états (ce qui mettrait fin à la crise et provoquerait peu inflation) et, en attendant, il faudra reprendre la main sur la Banque de France ou faire des emprunts forcés aux banques privés à taux extrêmement bas (ce qui est tout à fait possible, et a déjà été réalisé par le passé).
     
    Seulement, en plus de cela, il nous faudra aussi faire un moratoire sur la dette et en annuler environ les 2 tiers qui sont de la dette complètement illégitime (due à des avantages fiscaux accordés aux plus riches et aux très grosses entreprises, qui poussent l’état à leur emprunter de l’argent avec intérêt plutôt que les impôser).



  • 2 votes
    La Télé de Gauche La Télé de Gauche 29 octobre 2012 08:04

    Bizarrement, les admirateurs de de Gaulle oublient systématiquement de dire que celui-ci était bien forcé de faire des concessions sociales, vu que pour diverses raisons le parti communiste et les mouvements sociaux étaient extrêmement forts à l’époque et que le patronat français s’était complètement discrédité pendant la collaboration avec l’Allemagne nazie.






Palmarès