• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Octave Lebel

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 15 0
1 mois 0 1 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 1 vote
    Octave Lebel 15 octobre 20:25

    Combat de petits coqs entre élites à celui qui imposera son cocorico dans la volière.

    En quoi sommes-nous concernés au juste ?



  • vote
    Octave Lebel 8 mars 09:16

    Pour prendre du recul.

    Onfray/Zemmour : le style souverainiste

    Michel Onfray « et ses amis » ont lancé une revue. Leur mot d’ordre ? Le souverainisme. Leur ennemi ? Maastricht.
    En réalité, il pourrait s’agir d’une redéfinition idéologique profonde du paysage néo-nationaliste.

    https://legrandcontinent.eu/fr/2020/06/19/onfray-zemmour-le-style-souverainiste



  • 1 vote
    Octave Lebel 15 février 12:05

    Tout ce qu’il faut pour inquiéter et embarquer.

    Habileté, intelligence, maîtrise des techniques de communication et persuasion, suggestion d’un entretien au fil de l’eau alors que c’est une vidéo scénarisée et montée, mise en complicité par la révélation d’informations ayant possiblement valeur d’initiation, modestie simulée du simple informateur qui s’affiche en témoin de moralité porteur de l’autorisation morale implicite de s’adonner à des hypothèses provocatrices, mobilisation de notre goût du mystère par le dévoilement de vérités dangereuses destinées à des esprits nécessairement forts, suggestion d’une communauté d’esprit qui se distingue de l’ignorance répandue afin d’embarquer dans un jeu de faux-semblants vers ce qu’il y a de pire dans les idéologies d’extrêmes droites, l’asservissement préalable de l’esprit critique et de l’autonomie morale d’un certain type de supporters pour en faire les hommes et les femmes des basses œuvres et des escalades dont on pourrait avoir besoin. Il s’agit aussi d’alimenter le petit business qui tourne autour de ce petit monde.

    Et suprême duperie, protéger le secret le mieux caché pour ces amateurs de prétendus secret, les extrêmes-droites ont toujours contribué à maintenir ou installer le capitalisme le plus violent et intolérant.



  • 3 votes
    Octave Lebel 15 février 10:34

    C’est un peu paradoxal de dénoncer l’infantilisation en nous parlant comme à des enfants. Qui plus est avec une "pédagogie" laborieuse.

    Balayer d’un revers de main les travaux de Piketty qui fait, c’est sa marque de fabrique, un effort significatif pour documenter ses travaux dans des formes accessibles à un public large afin de donner les éléments du débat, et asséner un certains nombre d’affirmations en se posant comme l’arbitre des vérités, c’est juste le premier degré de la propagande ordinaire : « Voilà la vérité parce que c’est moi qui détiens la vérité ».

    Bien souvent, l’on nous parle de sciences économiques ce qui en fait une affaire de spécialistes pointus qui ont l’amabilité de se mettre à notre portée en nous expliquant ce qu’ils pensent nous être accessibles.

    Vous avouerez que si on se revendique citoyens, c’est mal parti.

    En fait, c’est toujours d’économie politique dont il s’agit. C’est-à-dire l’étude de la finalité des moyens utilisés en vue d’objectifs précis. Economie politique, choix politiques.

     

    Voici un article court et synthétique qui ne cache pas son jeu, pour réfléchir et se faire une idée et continuer de réfléchir :

    Une idéologie affichée (ce n’est pas un gros mot, nous sommes tous portés par une idéologie avec sa part implicite et explicite, ouverte espérons-le sur les réalités en évolution) + des informations+un raisonnement+ une proposition politique.

     D’accord, pas d’accord et surtout à discuter. Moi, cela me va.

     

    https://www.politis.fr/articles/2021/02/la-dette-publique-comme-rapport-de-classe-42812

    Repères : Thomas Piketty-Capital et idéologie-Seuil 2019

    « Toutes les sociétés humaines ont besoin de justifier leurs inégalités : il faut leur trouver des raisons, faute de quoi c’est l’ensemble de l’édifice politique et social qui menace de s’effondrer. Les idéologies du passé, si on les étudie de près, ne sont à cet égard pas toujours plus folles que celles du présent. C’est en montrant la multiplicité des trajectoires et des bifurcations possibles que l’on peut interroger les fondements de nos propres institutions et envisager les conditions de leur transformation…

    À l’encontre du récit hyperinégalitaire qui s’est imposé depuis les années 1980-1990, il montre que c’est le combat pour l’égalité et l’éducation, et non pas la sacralisation de la propriété, qui a permis le développement économique et le progrès humain.
    En s’appuyant sur les leçons de l’histoire globale, il est possible de rompre avec le fatalisme qui nourrit les dérives identitaires actuelles et d’imaginer un socialisme participatif pour le XXIe siècle : un nouvel horizon égalitaire à visée universelle, une nouvelle idéologie de l’égalité, de la propriété sociale, de l’éducation et du partage des savoirs et des pouvoirs ».



  • vote
    Octave Lebel 11 février 16:27

    Bien entendu, cela dérange.

     

    Un discours structuré, des explications très claires et concises.

    Surtout, à partir d’un diagnostic porté sur une situation récemment partagée que furent les dernières élections nationales, une belle invitation pour réflexions et échanges sur ce qu’est la démocratie, construction collective jamais aboutie qui s’approfondit en s’exerçant. Ce qu’en sont les fondements et leurs possibles détournements, comme un encouragement à chercher des réponses, inventer des pratiques, susciter des évolutions possibles que nous concitoyens auront à inventer, expérimenter, pratiquer et défendre.

    Cette vidéo est entre autres un bel outil pour lancer un travail collectif formel ou informel.

    Bien entendu, cela dérange.Comme s’il y avait une connivence improbable entre des donneurs de leçons qui ont réglé définitivement le problème en disant qu’elle n’existe pas et les dénigreurs .Qui ont en commun d’en craindre la contagion et de devoir s’y confronter.

Les thèmes de l'auteur


Publicité


Publicité


Palmarès

Publicité