• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Réaction aux Créatifs Culturels

Réaction aux Créatifs Culturels

Ma réaction aux Créatifs Culturels :

La vidéo de présentation des créatifs culturels :

Tags : Culture



Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • vote
    Et Hop ! 27 septembre 16:05

    The fool at the top of the hill.


    • vote
      jimontheair jimontheair 27 septembre 17:58

      Alban, j’aime bien votre travail ; je vous ai découvert il y a quelques semaines, ai regardé quelques unes de vos vidéos, et j’y ai trouvé du courage intellectuel, aucun enfermement idéologique me semble t’il (je considère les idéologies comme les choses plus dangereuses qui soient), une façon en fond de toujours rechercher le mieux pour tous que vous appelez bien commun mais sans vouloir imposer des restrictions et des passages obligés, bref... 


      Concernant les créatifs culturels, et ceux qui s’en réclament, et pour rajouter un peu à vos critiques, ils posent problème pour sortir du système de domination actuel (sic vous) car au minimum : 

      - ils empêchent la formation d’un groupe social revendicateur suffisamment large pour faire plier ce système sur la base de communs contre -pour faire court- les oligarques qui se partagent les pouvoirs en tenant à distance la majorité du pouvoir ;

      comme vous l’avez compris ils se considèrent comme une élite conscientisée d’un point de vue politique, écologique, social, moral, économique, politique, spirituel, en tout en fait... ; 
      à ce statut d’âmes d’élite très catégorisatrices s’oppose surtout dans leur esprit la masse des ignorants, les gros boeufs en somme ; leur mépris pour eux est bien plus grand que celui pour les "oligarques" d’ailleurs... 

      cette opposition vécue par eux comme une stature supérieure et absolue est non seulement dommageable à ce titre d’empêchement de convergence de la majorité du peuple contre les quelques "oligarques", extrêmement simpliste également, assez détestable humainement, faisant penser aux errements convaincus des mi savants dont parle Pascal, 
      mais elle a quelque chose d’extrêmiste également, au sens qu’en donne Michéa qui lui aime bien entre autre les "gros boeufs" et leur football 
      (Michéa, pas mieux : "Il conviendrait, une fois pour toutes, de bien distinguer une position radicale d’une posture extrémiste (ou “extrême” - au sens où l’on parle, par exemple, d’un sport extrême). On appellera ainsi une critique radicale toute critique qui s’avère capable d’identifier un mal à sa racine et qui est donc en mesure de proposer un traitement approprié. Une posture extrémiste, au contraire, renvoie essentiellement à cette configuration psychologique bien connue (et généralement d’origine œdipienne) qui oblige un sujet - afin de maintenir désespérément une image positive de lui-même - à dépasser sans cesse les limites existantes (la surenchère mimétique perpétuelle constituant, de ce fait le rituel extrémiste par excellence)".

      - ce que je viens d’écrire renvoie vers la deuxième grande tare des créatifs culturels ; ce ne sont pas démocrates. J’airai même jusqu’à dire que ce sont des oligarques dans l’âme, oligarques sous prétexte d’aristos et pas d’argent cela va de soi restons propres hein...
      Et tout cela bien qu’ils prétendront forcément le contraire en prononçant ad nauseam des concepts pompeux tels que participatif, local, collaboratif, consensualité, sociocratie, "démocratie" ! 
      C’est qu’il s’agit de conserver désespérément une image positive d’eux-mêmes, en s’opposant aux méchants industriels et capitalistes "même moins qu’aux gros boeufs ignorants et non éveillés", en refusant aussi les contradictions inhérentes à leurs postures réfléchies en miroir amoureux et à leurs "raisonnements" guillemets. 

      Bref, je ne les aime pas des masses ces soit disant "créatifs", tous gentils en apparence, tout amour qu’ils disent, ils me semblent au contraire être de très classiques et conventionnels éternels fats, ou mi savants se croyant parvenus au sommet de la hiérarchie des savoirs et de la sagesse contrairement "à tous les autres". 

      - :) 

      • vote
        Alban Dousset Alban Dousset 28 septembre 11:25

        Bonjour,

        Je vous remercie pour ce long commentaire.

        Je considère également les idéologies avec beaucoup de méfiance. Je ne peux que vous encourager à consulter mes autres vidéos (les vidéos de ma chronique d’un éveil citoyen ou des hors-série m’ont demandées beaucoup de travail (en terme de recherche et en terme de conception))

        Vous semblez avoir un jugement plus tranché que moi au sujet de ces "Créatifs Culturels". Votre jugement est probablement issu de votre expérience. Dans une certaine mesure, je le comprends, car je connais certains "profils" semblables à votre description. Plutôt que de parler "d’oligarques dans l’âme", j’aurais plutôt parlé "d’aristocrates dans l’âme", mais ce n’est qu’une nuance.

         smiley


        • vote
          jimontheair jimontheair 28 septembre 13:09

          Oh de rien, c’est vous qui avait fait le plus gros du travail, et pas qu’un peu :) 


          C’est par votre "éveil citoyen" que j’ai découvert votre existence, un lien conseillé dans la colonne droite de youtube lors du visionnage de je ne sais plus quelle vidéo.

          En effet je les ai pas mal croisé les "créatifs culturels", et j’en ai tiré des expériences comme vous dites ; des conclusions aussi.
          Je les ai découverts aux alentours de 2005 je crois, dans leur frange "créatifs culturels parisiens très bourgeois à l’ai$e", disons. 
          Je les ai croisés régulièrement aussi toutes ces dernières années dans leur frange disons plus "créatifs culturels numériques légèrement anars et pas très bourgeois à l’ai$e". 
          Je n’ai que très peu rencontré par contre les créatifs culturels des champs, un peu autour des éditions Yves Michel et de leur fief des alpes, mais peu. Suffisamment toutefois pour conclure ce que j’ai conclu concernant cette frange là aussi. 
          Et faire la généralité que j’ai faite, même si forcément il doit y avoir des exceptions, quelques unes. 

          Ces 3 catégories me semblent englober le "mouvement", si "mouvement" il y a. 

          La nuance oligarques / aristocrates ? Sujet subtil... Les 2 termes me semblent adaptés pour les désigner, l’un menant à l’autre, dans un sens et une relation causale à déterminer avec nuances. J’avoue que je ne saurais lequel privilégier dans leur description au regard du problème qu’ils posent, notamment à la "démocratie". 

          Bien à vous. 

          • vote
            Alban Dousset Alban Dousset 28 septembre 13:42

            @jimontheair
            Oui, le sujet est subtil.

            Si je penchais plus pour le terme "aristocrate", c’est que leur sentiment de légitimité (notamment face au pouvoir) est davantage lié au fait qu’ils se considèrent comme une élite éveillée (les meilleurs) plutôt qu’au fait qu’ils se savent être "un petit nombre".


          • vote
            jimontheair jimontheair 28 septembre 19:55

            @Alban Dousset

            Oui, j’avais bien compris ça. En outre, le fait qu’ils se pensent (et se veulent...) être un petit nombre renforce encore cette appétence oligarchique et l’entretien de cette sorte de légère névrose mise en exergue par l’extrait de Michéa que je vous ai proposé. Songez donc, Créativité et Culture, double combo pour le self !

            Si je préfère ne pas choisir entre les deux concepts pour les définir c’est que j’en suis arrivé au fil du temps à me dire que aristocratie renvoyait à un état d’esprit basé sur des qualités délimitées et posées comme idéales, alors qu’oligarchie est le pendant rendu concret de cet état d’esprit ; non pas comme conséquence, mais les deux participant d’une même chose, partageant une essence commune, super-ordonnée à eux. J’y songe de temps à autre...  :) 

            Je songe aussi de temps à autre que ce penchant est extrêmement présent chez les gens qui se plaisent à se penser et se dire "de gauche" (dont font évidemment partie ces "créatifs culturels").

            Peut être ce goût pour l’ordre imposé de vertus présentées comme idéales, pour la pureté absolue des idées obligées car si bien pensées a priori... le tout étant si "progressiste" par le mot déclamé en tout cas, et le progrès si vertueux et si bien pensé, ça ne se discute pas*. 

            *Soit t’es in soit t’es out, et si t’es out tu es probablement avec tous les autres un gros boeuf de réactionnaire d’extrême droite inculte et bien pire même, à éduquer donc, avec pédagogie et amour bien entendu, à "éveiller" comme ils disent  ;) 


          • vote
            jimontheair jimontheair 28 septembre 20:02

            Je voulais bien entendu écrire vers le début "appétence aristocratique" - sourire amusé


          • 1 vote
            Alban Dousset Alban Dousset 28 septembre 21:43

            @jimontheair
            Je crois que nous sommes d’accord sur l’essentiel.

            Je vous remercie d’avoir détaillé votre point de vue sur le rapport oligarchie/aristocratie et d’avoir partagé votre témoignage sur les Créatifs Culturels.

            A bientôt, bonne continuation. smiley


          • vote
            Clément Gérardot Clément Gérardot 29 septembre 10:50

            @jimontheair

            Je ne connaissais pas du tout les "créatifs culturels", mais l’idée me parle énormément !

            L’évolution globale passe par notre pouvoir créateur, qui dépend en grande partie de la "propreté" ou non de notre psyché...

            Je suis interloqué par la bassesse créative qu’on rencontre dans les manifestations, les comportement stéréotypés qu’on y trouve. C’est la crispation intérieur le moteur de ces créations. Un pouvoir plus rapide, plus violent. C’est une lutte d’ego...

            Au contraire, faire du travail sur soi la priorité, se tenir à la compassion, à l’ouverture, et ne pas laisser la colère prendre le pas sur "l’amour" (chacun appelle ça comme il veut, à mon sens il transcende les passions, l’affection, et pousse à la contemplation, et est au centre d’une démarche "spirituelle", après il effectivement y a des hypocrites). Notre pouvoir créateur traversera peut-être des phases pénibles, des remises en questions déroutantes et difficiles, mais si on parvient à "faire le saut", à sacrifier des attaches intérieurs et extérieurs (qui en réalité nous cloisonne à une identité figée et des habitudes de faire et de penser) on s’en sort grandit. Un pouvoir plus lent, mais bien plus fort une fois épanoui. On prêche par l’exemple, et on amène plus de gens à se changer eux-même et apporter de leur talent. 

            Ce n’est pas du tout avoir une approche dégagée des problèmes politiques, économique, ou que sais-je ! Simplement, travailler sur soi, et donc en fortifiant son pouvoir créateur, on va avoir des répercussions bien plus fortes matériellement, plus profondes symboliquement, originales, que ce que nous sommes conditionnés à faire par habitudes.

            On ne peut pas être au mieux de nos possibilité si on est obnubilé par un but (changer la société par exemple, ou même devenir plus éveillé spirituellement), ou par les injustices de ce monde... 

            Sans compter les jalousies, la compétition entre les hommes (tacite ou non), qui ne cesseraient pas... 

            Il faut privilégier l’évolution à la révolution. 


          • vote
            jimontheair jimontheair 29 septembre 11:50

            @Clément Gérardot

            Allez, rions un peu, jaune, c’est vendredi ! 

            L’évolution globale passe par notre pouvoir créateur, qui dépend en grande partie de la "propreté" ou non de notre psyché...

            Brrrrh, voilà bien un des ferments favoris des totalitarismes.


            Je suis interloqué par (... bien, mal, love, haine, épanouissement par La voie, fais des petites tartes aux myrtilles avec amour et laisse les grands s’occuper des grands restes sans toi et contre toi...) qui ne cesseraient pas... 

            Bel enrobage, mes félicitations, moi qui aime le miel j’apprécie... 


            Il faut privilégier l’évolution à la révolution. 

            Oh vous savez, l’évolution se fait aussi et peut être surtout par acoups, même si les acoups font peur aux "mous du cul".
            Avons nous 
            société et humains pris un à un besoin d’un acoup, d’urgence même disent certains ?
            Oui. 


            Au plaisir... 


          • vote
            Clément Gérardot Clément Gérardot 29 septembre 13:38

            @jimontheair

            Ce dont je parle est impossible à imposer, justement. Ou alors, on est dans une secte, totalitaire effectivement, et rien ne change.

            L’amour dont je parle n’a rien à voir avec le romantisme béat et puéril dont nous sommes gavés ! C’est ce qu’il y a quand nous sommes équilibrés, sobres, affirmé, "individué". Pour moi "bonheur" est son synonyme. Quand nos passions, nos désirs, notre mental est canalisé. L’autre n’est qu’attachement infantile et désir de plaire. 

            Tout évolue à un niveau de subtilité qui nous échappera toujours, chercher à isoler des causes et des effets est vain... les circonstances matérielles sont le reflet des états de nos états intérieurs. 7 000 000 000 d’humains je le rappelle.

            Je suis d’accord, il y aura des "acoups". 


          • vote
            pegase pegase 29 septembre 12:01

            Lordon parle de "sortir du cadre" ???

            De quel cadre parle t’il ? On ne peut pas sortir du cadre administratif, vous avez un exemple absolument flagrant avec les monnaies locales, elles sont toutes adossées à l’euro à hauteur de 1 = euro ... c’est absolument interdit de sortir de ce cadre là .....

            Les échanges sans monnaies sont aussi impossibles, tout travail quel qu’il soit, payé en nature => c’est du travail au noir, c’est interdit, et gare à l’administration fiscale si vous ne l’avez pas déclaré .. ... sans parler des urssafs et RSI qui risque bien de vous tomber dessus aussi ...


            • vote
              pegase pegase 29 septembre 12:11

              Le seul moyen de sortir du cadre administratif, pour le moins très difficile en France, c’est d’aller s’installer à l’étranger ...


            • vote
              yoananda yoananda 29 septembre 12:17

              @pegase
              "Le seul moyen de sortir du cadre administratif, pour le moins très difficile en France, c’est d’aller s’installer à l’étranger ..."

              Ben oui.

              C’est la ou la construction européenne prends tout son sens. Et ça montre bien qu’il y a un problème franco-français et que l’Europe est la solution (à ce problème particulier).


            • vote
              pegase pegase 29 septembre 13:29

              @yoananda

              C’est la ou la construction européenne prends tout son sens. Et ça montre bien qu’il y a un problème franco-français et que l’Europe est la solution (à ce problème particulier).


              Même pas en rêve, que ce soit en Allemagne, ou au Portugal, les importations asiatiques rentrent comme dans un moulin à vent, et le différentiel de compétitivité entre la Chine et les pays de l’UE est tel que même en Roumanie la main d’œuvre est trop cher ...

              Sauf évidemment à produire du matériel très spécifique de haute technologie .... mais un exemple de la folie dans laquelle on est, ce sont les prothésistes dentaires qui font façonner les prothèses directement en Chine ... souvent sans le dire à leurs patients ...

              J’avais bossé dans une boite qui faisaient du prototypage de moule de presse à injecter, ils ne fabriquaient plus de moules en France, ils les faisaient venir de Chine pour un coût dérisoire, et nous on ne faisait plus que de la maintenance ..... alors que l’atelier était super équipé avec des machines hight tech de pointe, bureau d’étude avec plusieurs postes Catia IBM et tout le tralala ....


            • vote
              pegase pegase 29 septembre 13:36

              @yoananda

              C’est la ou la construction européenne prends tout son sens


              C’est certain que le cadre administratif dans lequel on est n’est plus du tout adapté à la situation actuelle avec les frontières grandes ouvertes ... C’était Ok sous Chirac, et encore ... dès Maastricht la situation s’est dégradée ...



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès