• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Tyrans d’Afrique de Vincent Hugeux

Tyrans d’Afrique de Vincent Hugeux

Tyrans d'Afrique - Les mystères du despotisme post-colonial | Vincent Hugeux | PERRIN

Soixante ans après son lever, le « soleil des indépendances », occulté par la persistance de la tentation despotique, peine à éclairer l’Afrique. Au fil des décennies, la cohorte des tyrans, adeptes du pouvoir absolu, du repli clanique et du parti unique, se seront échinés à dévoyer une souveraineté en trompe-l’œil, moins conquise qu’octroyée.
Qu’il s’agisse de l’Ougandais Idi Amin Dada, de Sa Majesté Bokassa Ier, empereur de Centrafrique, du Congolo-Zaïrois Mobutu ou du Zimbabwéen Robert Mugabe, les ex-tuteurs européens se repaissent des frasques, tantôt grotesques, tantôt cruelles, de satrapes qui furent leurs élèves, leurs soldats puis leurs alliés. Feignant d’oublier que tous, du bouffon ubuesque au dictateur à l’implacable froideur, n’auront été au fond que les rejetons monstrueux de l’aberration coloniale
...

https://www.lisez.com/livre-grand-format/tyrans-dafrique/9782262076665

 

Tags : Afrique Livres - Littérature




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • vote
    sls0 sls0 31 mars 20:27

    La réponse de Mobutu de l’au delà :

    https://youtu.be/AoK3jBrOcXI

    Pour ceux qui veulent la suite :

    https://youtu.be/h9hsdSO7nR0


    • 3 votes
      Allexandre 31 mars 20:36

      Vos propos sont la caricature d’un Européen blanc qui ne connaît rien de l’Histoire et de la Culture africaines, dont nous descendons tous.

      • Les dictateurs africains ont été mis en place et maintenus par l’Occident pour faire barrage au communisme. Ensuite, il fallait préserver l’exploitation des richesses du sous-sol africain, le plus riche du monde. Une dictature est toute indiquée pour jouer le méchant gendarme.
      • Chaque fois qu’un chef d’Etat africain a essayé de couper le cordon et d’assumer le pouvoir, il a été assassiné ou expulsé sans délicatesse.
      • Coups d’Etat, massacres et autres horreurs ont toujours eu lieu avec l’appui de la Françafrique (pour l’Afrique francophone).
      • Les Africains ne sont ni plus ni moins intelligents que les Blancs auxquels ils ont transmis l’essence même du terme "Civilisation"
      • La colonisation après trois siècles d’esclavage, a réduit à néant des peuples qui ne demandaient rien, et que les Européens avide de richesses et de commerce, sont venus imposer leur culture et leur sainte religion, avec la bénédiction pontificale.

      Alors laissez les Africains écrire leur Histoire que les Blancs se croient tenus d’écrire avec leurs paradigmes hors-sujet.


      • 1 vote
        Conférençovore Conférençovore 31 mars 21:10

        @Allexandre
        "Vos propos sont la caricature d’un Européen blanc qui ne connaît rien de l’Histoire et de la Culture africaines, dont nous descendons tous."

        Non.


        "
        Les Africains ne sont ni plus ni moins intelligents que les Blancs auxquels ils ont transmis l’essence même du terme "Civilisation"

        Notre civilisation est de culture greco-latine et aux racines chrétiennes. Elle n’a rien d’Africaine. Je n’ai pas envie de polémiquer sur le début de l’affirmation mais il existe des données moyennes. 

        "La colonisation après trois siècles d’esclavage"

        L’esclavage existait avant et existe toujours en Afrique, bien après la fin de la colonisation, notamment en Mauritanie (jusqu’à 4% de la pop selon certaines estimations), au Soudan, dans plusieurs régions du Sahel, et ailleurs. CErtaines zones d’Afrique n’ont jamais été colonisées mais ne s’en pas mieux sorties...

        "a réduit à néant des peuples qui ne demandaient rien"

        Aucun peuple colonisé n’a jamais demandé à l’être... Cela étant, l’Afrique avait 100 millions d’hab avant la colonisation. Ils seront bientôt à 2 milliards. C’est le génocide le plus surprenant de toute l’histoire.

        "et que les Européens avide de richesses et de commerce, sont venus imposer leur culture et leur sainte religion, avec la bénédiction pontificale."

        "Les Européens", ça ne veut rien dire. Quelques Européens se sont enrichis mais globalement la colonisation et l’esclavage n’ont rien pesé dans nos économies. Il existe des données sur le sujet. Pour la France, un pays qu’elle a crée de toutes pièces comme l’Algérie a par exemple coûté certaines années jusqu’à 20% de nos dépenses. Nous y avons tout crée : routes, ports, aérodromes, voix ferrées, centrales énergétiques, ouvrages de génie civil par milliers, une agriculture florissante, l’administration, etc. Ce fut un gouffre pour nos finances et cet épisode n’a strictement rien apporté aux Français, juste mis fin à 3 siècles de razzias des Barbaresques. Figure-toi que quand les Français sont arrivés en Afrique du Nord, ce qu’ils ont découvert étaient des marchés aux esclaves...
         
        La France a colonisé l’Indochine mais étrangement cette région (comme bien d’autres qui l’ont également été) est devenue l’une des plus dynamiques au monde.


        "Alors laissez les Africains écrire leur Histoire que les Blancs se croient tenus d’écrire avec leurs paradigmes hors-sujet."

        L’Histoire est une discipline pratiquée par des gens qui étudient les textes. Peu importe qu’ils s’agissent de noirs ou de blancs. Il existe des historiens Noirs en France. Doit-on aussi les interdire d’étudier l’histoire de France ou d’un autre pays au prétexte qu’ils sont noirs ? Ce que l’on demande à un historien c’est de comprendre les textes qu’il étudie, leurs contextes, leur généalogie, éventuellement la philologie... bref que des disciplines qui n’ont par ailleurs pas été inventées par les Africains. 


      • vote
        Mr.Knout Mr.Knout 1er avril 01:10

        @Allexandre

        On dit des blancs, les blancs n’ont pour une immense majorité, aucune envie d’écrire l’histoire des africains, ni même l’histoire en général. de l’apprendre non plus d’ailleurs vu vos propos tout droit sortis d’un comte pour grands enfants.
        Blanc ne veut rien dire, pas plus que noir d’ailleurs. L’identité d’un individu ne se résume pas à sa couleur de peau.

        Les colonisations sont l’histoire de l’humanité, occidentaux, africains, turco-mongol, hans, arabo-musulmans...depuis toujours comme vous le dites maladroitement, homo sapiens à colonisé l’Europe, déjà peuplé d’hominidés avec une culture. 
        Sinon je ne reviendrais pas sur vos 5 points qui malgré quelques vérités sont l’expression d’une grande confusion.
        Sinon un petit mot pour les royaumes qui se sont enrichit en vendant leurs ennemis voir les plus faibles dans leurs propres rangs aux arabo musulmans puis aux occidentaux ? L’africain de l’ouest doit il être défini comme un dangereux esclavagiste par essence ?

        Sinon rassurez moi, vous n’êtes pas "blanc" ?


      • vote
        Allexandre 1er avril 14:10

        @Conférençovore
        Il vaut mieux ne pas en discuter, parce que vous récitez ce que l’on vous a appris (faux) et nombre de savants et philosophes grecs ont écrit sur le sujet et reconnaissent que c’est en Afrique orientale qu’ils ont puisé leurs richesses. Mais les vôtres sont loin de rivaliser avec les leurs !!


      • vote
        Conférençovore Conférençovore 1er avril 17:09

        @Allexandre
        En effet, ton premier post bourré de contre-sens et d’absurdités ne méritaient sans doute pas une réponse, du moins pas une réponse argumentée tant il était évident que tu serais incapable d’y répondre. 


      • vote
        ezechiel ezechiel 3 avril 12:21

        @Allexandre "la colonisation après trois siècles d’esclavage, a réduit à néant des peuples qui ne demandaient rien, et que les Européens avide de richesses et de commerce, sont venus imposer leur culture et leur sainte religion, avec la bénédiction pontificale."

        L’esclavage en Afrique existait plusieurs siècles avant l’arrivée des Européens sur le continent africain, et la traite négrière de masse existe toujours aujourd’hui.
        Les Européens ont profité et exploité temporairement, sur une période de trois siècles environ, les différents marchés aux esclaves qui existaient alors. Ce sont d’abord et avant tout des marchands d’esclaves noirs qui vendaient des captifs aux Blancs sur les comptoirs des différents ports.


      • vote
        microf 3 avril 12:27

        @ezechiel

        Tous ces chefs d’Etat ont été assassinés au pouvoir par la France.( le travail des gentils francais en afrique )

        https://youtu.be/_5iDD_XgjqI

        La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts”, c’est la formule devenue le refrain du Général De Gaulle qui n’aura pas lésiné sur tous les moyens pour éliminer physiquement les dirigeants africains qui ont tenté de se libérer du joug de la métropole. Depuis 1963, 22 présidents africains ont été assassinés avec la complicité des services secrets français : le SDECE, la DGSE et la DST. Ce sont ces trois bras armés qui ont fomenté des coups d’États en Afrique en se servant des valets et traîtres nègres. Les crimes commis par les dirigeants français sont bien connus et consignés dans des livres écrits par des historiens, chercheurs, et les documentaires réalisés par des journalistes courageux .


      • vote
        ezechiel ezechiel 3 avril 12:58

        @Allexandre "Les Africains ne sont ni plus ni moins intelligents que les Blancs auxquels ils ont transmis l’essence même du terme "Civilisation"

        Les Africains sub-sahariens n’ont pas de tradition écrite, ni aucun livre. Que voulez-vous qu’ils transmettent, à part quelques recettes de cuisine, la construction de maison en terre cuite et la fabrication de pirogues ?


      • 1 vote
        magatst 3 avril 14:27

        @ezechiel
        Oui, l’écriture ne vient pas d’Afrique et les pharaons étaient Belges ... MDR


      • vote
        Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 3 avril 14:49

        @magatst
        Les Africains sub-sahariens actuels n’ont rien à voir avec les civilisations africaines antiques. De même que vous n’avez aucun lien avec les personnes qui habitaient à l’endroit de votre maison il y a plusieurs milliers d’années. 


      • vote
        yoananda2 1er avril 00:03

        Vos propos sont la caricature d’un Européen blanc qui ne connaît rien de l’Histoire et de la Culture africaines, dont nous descendons tous.

        n’importe quoi.

        Selon la théorie "out of africa" (qui n’est plus la seule, désormais l’hyppothèse multi-régionaliste est de plus en plus plausible) nos lointains ancêtres, qui étaient des petits singes, vivaient en Afrique.

        Mais ni les européens ni leur culture n descendent de celles des africains, en aucune manière. Ce serait comme dire que je suis le petit fils de ma soeur. Nous sommes cousins avec les africains, de race différente, ou de sous-espèce ou de variété si le mot race vous incommode. Nous (humains) sommes aussi cousins avec les grands singes (cousins plus éloignés bien sûr).

        Rien de plus, rien de moins.

        L’histoire et la culture sont apparus bien après que nous nous soyons séparés.

        Arrêtez de dire de la merde de gauchiste anti-blanc, même si c’est à la mode et poussé par le capitalisme trans-nationnal, vous n’êtes pas obligé d’être l’idiot utile des GAFAM. 


        • vote
          Mr.Knout Mr.Knout 1er avril 12:30

          @yoananda2

          Personne ne reconnait de sous espèces à homo sapiens, faut arrêter avec ça.
          Comme quoi il n’y a pas que chez les gauchistes (theorie du genre) qu’on fait de la biologie maison.


        • vote
          Allexandre 1er avril 14:14

          @yoananda2
          Vous êtes inculte et ridicule. Quand on ne fait que redire les âneries qu’on a appris à l’école, mieux vaut-il vérifier. L’esprit critique cela vous dit quelque chose ? Visiblement, il ne vous étouffera pas. Quant aux petits singes, c’est tellement en dessous du niveau de la mer que j’ai failli m’étouffer.
          Comme quoi les Blancs ont toujours la certitude de leur "supériorité".


        • vote
          Tchakpoum Tchakpoum 1er avril 15:53

          @tous

          On vit une sorte de syndrome Benetton : tous égaux dans la diversité. C’est un oxymore qui vise à neutraliser la hiérarchie des races, aux effets désastreux que l’on a connus. Mais ensuite, c’est une diversité de quoi ? Les mots  « race », « sous espèce » sont proscrits, celui d’ « ethnie » ne tolère que des caractéristiques culturelles.

           Cet oxymore cache la disparition de la fabuleuse diversité humaine, y compris physique, existante encore au siècle dernier. L’ethnocide général a détruit justement cette diversité, que ce syndrome Benetton empêche maintenant d’appréhender. Même simplement en France, un breton, un méridional, et un alsacien de souche, n’ont pas les mêmes traits physiques, ni les mêmes tempéraments, ni les mêmes conditions culturelles d’existence. La littérature populaire le reconnaît, mais aucune université ne pourra admettre une telle étude par un chercheur. Et pourtant, l’analyse de cette diversité humaine serait riche d’enseignements utiles. Finalement, l’ethnologie n’a servi à rien.

          Un autre problème est l’habitude de la taxinomie. Le sapiens a connu des « catégories » différentes (au moins les rouges, les noirs, les blancs et les jaunes), comme les clades précédentes : les hominines ( desinoviens, erectus, ergaster, florengiesis, etc…), et avant, la clade des homininés, etc… La distinction a toujours été faite par arborescence : la recherche de la branche ou du maillon explicatif. C’est très récemment qu’on a accepté un autre fait évolutif : par buissonnement, croisements (du matériel génétique néanderthalien dans le sapiens, par exemple). Un troisième fait d’évolution est l’adaptation géoclimatique : la plasticité, physique comme culturelle de l’humain. Par exemple, les mélanésiens d’aujourd’hui descendent des austronésiens et des papous, qui descendent eux-mêmes aussi d’asiatiques. Physiquement, ils ressemblent à des africains noirs, alors qu’ils sont de matériel génétique asiatique. Dans le monde animal, on appelle ça l’homologie.

          Bien dommage que les disputes idéologiques entravent la compréhension des phénomènes évolutifs et adaptatifs, physiques comme culturels des humains, car je ne suis pas sûr que l’indifférenciation humaine sur la planète soit la bonne vision. En tout cas, ça n’a jamais marché comme ça.


        • vote
          yoananda2 1er avril 16:31

          @Allexandre

          Vous êtes inculte et ridicule.

          oui mais moins que vous.

          Quant aux petits singes

          Oui ça s’appelle la théorie de l’évolution. Nous sommes des grands singes et descendons de petits singes.


        • vote
          yoananda2 1er avril 16:39

          @Tchakpoum

          C’est un oxymore qui vise à neutraliser la hiérarchie des races

          il n’y a pas de hiérarchie biologique. Chaque espèce est adaptée à sa niche écologique. Les hiérarchies sont des constructions (en cela je donne raison aux gauchistes sur ce point précis) socio-culturelles. Mais il y a des différences (entre les groupes tout autant qu’entre les individus, le sophisme Lewontin a été debunké depuis longtemps).

          La littérature populaire le reconnaît, mais aucune université ne pourra admettre une telle étude par un chercheur

          En France oui, mais la littérature scientifique, notamment anglo, sur la question est bien fournie.

          Un troisième fait d’évolution est l’adaptation géoclimatique : la plasticité, physique comme culturelle de l’humain.

          physique, culturel et comportemental. Il y a des traits comportementaux plus développés que d’autres sous certains climats.

          car je ne suis pas sûr que l’indifférenciation humaine sur la planète soit la bonne vision. En tout cas, ça n’a jamais marché comme ça.

          Ca c’est LA question : que voulons nous.

          Aujourd’hui, avec les technologies modernes, nous avons, ou nous allons bientôt avoir le pouvoir de "lisser" les différences raciales, autant au niveau phénotypique que comportemental. La question est : le voulons nous ? voulons nous d’un humain standardisé, d’un humain en batterie, voire, d’un humain fabriqué industriellement (l’utérus artificiel est en route, folsavoir !hein), d’un humain hors sol qu’on transpose au grès des besoin du marché piloté par les gafams ? ou bien voulons nous préserver la biodiversité humaine et donc raciale au même titre que la biodiversité des autres animaux ?

          Pour ma part, la question elle est vite répondue.


        • 1 vote
          Gaspard Delanuit Gaspard Delanuit 1er avril 16:43

          @yoananda2

          "Ca c’est LA question : que voulons nous."

          https://editions-arqa.com/wp-content/uploads/2020/07/Le-mouton-du-FUTUR.jpg



        • 2 votes
          Mr.Knout Mr.Knout 1er avril 17:33

          @Tchakpoum

          "celui d’ « ethnie » ne tolère que des caractéristiques culturelles."
          Faux. Il y a bien des caractéristiques physiques et l’ascendance qui sont prises en compte dans la définition d’une ethnie mais ces caractéristiques ne sont pas suffisantes pour dégager des sous espèces. Ce termes convient parfaitement pour différencier les groupes humains "d’avant hier", la mondialisation et la disparition des identités qu’elle entraîne (triste constat pour moi) change petit à petit la donne.

          Aucun chercheur sérieux ne peut le reconnaître puisque la génétique nous a montrer qu’étrangement vous pouvez parfois avoir plus de similitudes génétique avec un papou (je pousse le trait volontairement) qu’avec votre voisin depuis cinq générations, le brassage, même s’il parait au premier abord peu évident, est en fait assez conséquent et empêche jusqu’à aujourd’hui l’apparition de sous espèces identifiables, j’ai longtemps pensé le contraire vu le long isolement de certaines peuplades mais cela n’a pas était suffisant. Il faudra je pense une colonisation du système sol pour en voir apparaître ou un transhumanisme conséquent.
          Quand au quelque chercheurs américains et anglais qui poussent en ce sens, il sont tout autant rongés par l’idéologie que les chercheurs gauchistes dans d’autres domaines. Bon je reconnais que la science, c’est pas une science exacte smiley et que le futur pourra me donner tort, je parle du haut des connaissances actuelles. 

          Je ne comprend vraiment pas cette obsession à vouloir dégager des sous espèces chez homo sapiens, nous n’avons vraiment pas besoins de ça pour affirmer nos identités et c’est en plus, vu le passif européen, complètement contre productif.

          Tout ce que montre ce débat pour moi c’est à quel point nous sommes colonisé par une pensée étrangère.


        • 2 votes
          Mr.Knout Mr.Knout 1er avril 17:38

          @yoananda2

          J’ai beau remettre en question votre postulat sur la question, on en arrive à la même question et, je pense, la même réponse.
          Et c’est bien là pour moi l’une des questions où se perd la gauche qui se targue pourtant de défendre la diversité.


        • vote
          Tchakpoum Tchakpoum 1er avril 21:38

          @yoananda2

          Nous avons la même réponse à la question de fond, je ne vais pas revenir là-dessus. Après, c’est votre radicalité que je ne suis pas. Est-ce parce que je me cache à moi-même ou est-ce parce qu’on a quand même des différences de vision ? Je l’ignore. Aussi parce que je vois bien ce qui est détruit et je ne vois pas comment ça peut se réparer.

          En France oui, mais la littérature scientifique, notamment anglo, sur la question est bien fournie.
          Ok, je parlais pour les universités françaises, où l’ethnologie était intéressante et fertile (Dumezil , Levy Stauss, Levinas, PEV, de Rosny, Mauss, etc… la collection Terre Humaine…). Il y avait encore un regard, une curiosité sur le monde fait de cette mosaïque de populations. Mais cela a été tué par cet « universalisme » plat, éteint, aveugle.

          physique, culturel et comportemental.
          Oui. Et jadis, les ethnies, ou peuples, selon, avaient des Weltanschauung pas simplement spécifiques, mais incomparables avec en tout cas le nôtre. Une culture n’est pas qu’un ensemble de pratiques, mais quand elle est aboutie, elle a une âme, qui fait sa raison d’être à un peuple, avec des individus qui avaient atteint une tranquillité d’esprit. C’est cette perte là que je trouve affolante. En plus on ne s’en rend même pas compte, ou on n’en a rien à foutre. Vous aviez réagi à l’obsession de Bégaudeau « d’échapper à ses déterminismes ». Comme une obsession à vouloir éventrer des sacs ou jeter le pied dans une fourmilière. Certes, quand son existence devient insupportable, il faut sortir de son déterminisme, où aller voir ailleurs, mais quand les gens sont bien où ils sont et avec ce qu’ils font, pourquoi déranger... Et il pense lutter contre le capitalisme…

        • 1 vote
          Tchakpoum Tchakpoum 1er avril 22:01

          @Mr.Knout

          Je prends vos propos dans le désordre pour organiser ma réponse.
          .
          Aucun chercheur sérieux ne peut le reconnaître puisque la génétique nous a montrer qu’étrangement vous pouvez parfois avoir plus de similitudes génétique avec un papou…
          On ne parle pas de la même chose. C’est le paradoxe de Lewontin qu’indiquait Yoananda. Je peux faire des meubles avec du chêne pour la structure et la portance, du sapin pour les tiroirs et rayonnages et de l’acajou pour la marqueterie. Si je vous dis « voilà une armoire et un buffet », vous n’allez pas me dire « non, c’est faux parce qu’ils sont faits avec des mêmes bois, la différence est qu’il y a plus d’acajou ici et plus de chêne là ».
          .
          "celui d’ « ethnie » ne tolère que des caractéristiques culturelles."
          Faux. Il y a bien des caractéristiques physiques et l’ascendance qui sont prises en compte dans la définition d’une ethnie 

          Larousse :
          Groupement humain qui possède une structure familiale, économique et sociale homogène, et dont l’unité repose sur une communauté de langue, de culture et de conscience de groupe.
          Le Robert
          Ensemble de personnes que rapprochent un certain nombre de caractères de civilisation, notamment la langue et la culture.
          Une ethnie ou un groupe ethnique est une population humaine qui considère avoir en commun une ascendance, une histoire (historique, mythologique), une culture, une langue ou un dialecte, un mode de vie ; bien souvent plusieurs de ces éléments à la fois. L’appartenance à une ethnie ou ethnicité est liée à un patrimoine culturel commun, que ce soit la tradition, les coutumes, le rôle social, l’origine géographique, l’idéologie, la philosophie, la religion, la cuisine, l’habillement, la musique…
          (…) ce processus est culturel et non pas « naturel » (comme le postule la sociobiologie2,3).
          Jamais les mots « physique » ou « physionomique » sont utilisés comme indicateurs caractéristiques d’une ethnie, ce que la nature fait est même dénié.

          Pour reprendre mon exemple, si vous mettez devant moi un breton, un méridional et un alsacien de vieilles souches, je les reconnais tout de suite. Pourquoi je les reconnais et comment s’appelle cette distinction ? Je vais en Inde régulièrement et distingue aussi à Bombay un tamil, un orissani, un keralais, un rajastani, etc… pourquoi la science refuse cette expérience que vit tout un chacun ? Et si quelqu’un est métissé, eh bien oui, il l’est. Je peux encore deviner ses origines. Ou pas. Et on porte tous la culture d’où l’on vient et qui est liée.
          .
          Ce termes convient parfaitement pour différencier les groupes humains "d’avant hier", la mondialisation et la disparition des identités qu’elle entraîne (triste constat pour moi) change petit à petit la donne.
          Oui, tout à fait. Mais pas partout. Ce n’est pas très sympa de décider à leur place que les ethnies qui existent encore, peu ou prou, doivent disparaitre. Si ? 
          Je ne comprend vraiment pas cette obsession à vouloir dégager des sous espèces chez homo sapiens,
          Ok, le mot sous-espèce ne vous convient pas. Vous opposez une pensée rigide à une autre. Mon premier commentaire était justement de décoincer ça et d’indiquer des corrélations qui font une ethnie, voire un peuple, qui font partie de grands ensembles qu’on a longtemps désignés avec les 4 couleurs de peau. C’est pour dégrossir, pas ranger dans des cases et interdire les croisements. Mais à ces peuples ou ethnies qui restent, quels mots leur laissez-vous pour les définir et reconnaitre leur existence ?
          Le san, le jarawa, le hmong ou le tibétain a droit à ses traits physiques, à sa couleur de peau, etc… pour lui et comme marqueurs à sa communauté où il se sent chez lui. Pourquoi faudrait-il lui dénier cela ? Ne voyez vous pas que votre propre idéologie, avec vos propres raisons de la concevoir sont envahissantes et participent à dénier l’existence des peuples qui ne vous appartiennent pas ? 
          .
          Dit autrement, si j’essaie de deviner votre préoccupation (éventuellement, vous me corrigez). Je pense que vous connaissez Kemi Seba et Rockaya Diallo. Ils sont racistes. Ok. Mais allez plus loin : lequel est constructif et lequel est destructif ?

        • vote
          Mr.Knout Mr.Knout 2 avril 01:07

          @Tchakpoum

          J’avoue être assez confus mais j’ai des souvenirs de descriptions ethnologiques comprenant des traits physique. Pour moi "ascendance" est une manière politiquement correct de mes deux pour ne pas en parler.

          ’Ce n’est pas très sympa de décider à leur place que les ethnies qui existent encore, peu ou prou, doivent disparaitre. Si ?" Je ne decide pas, je constate. Les traits physiques restent mais les traits culturels disparaissent, c’est un fait. Ce n’est pas fini mais en cours et j’ai peu d’espoir qu’on inverse la tendance.

          "Ok, le mot sous-espèce ne vous convient pas " "C’est pour dégrossir, pas ranger dans des cases et interdire les croisements"

          J’ai bien compris et je n’en doute pas mais je vous rappel que ceux qui forcent pour remettre "race" ou "sous espèces" en lumière ne dégrossissent pas, d’abord on différencie puis on déshumanise, leurs dérapages, y compris chez ces fameux universitaires anglo saxons, sont édifiants sur la question. Peuple ou ethnies, que vous utilisez, sont parfaits, pourquoi s’emmerder dans ce cas ? En quoi utiliser des termes connotés négativement et rejetés par une très grande majorité des chercheurs serait plus efficaces pour aider à la la préservation de la diversité ethnique ?
          En quoi dire d’un groupe qu’il est une ethnie c’est denier sont droit à conserver son identité ? Je ne comprend vraiment pas d’où vous tirez de telles conclusions sur mes intentions.

          Vous vous méprenez sur mon propos et mon idéologie, il est clair que je m’exprime assez mal. Mon déracinement, pourtant seulement intra-européens, la perte de la langue et des traditions dans ma famille et ce même si j’embrasse avec plaisir la culture française, reste une souffrance. Je vois comme un drame la disparition des différences ailleurs et comme une plaie leurs trop grande place ici, pour dégrossir mon opinion sur le sujet, comme vous dites. 

          "Dit autrement, si j’essaie de deviner votre préoccupation (éventuellement, vous me corrigez). Je pense que vous connaissez Kemi Seba et Rockaya Diallo. Ils sont racistes. Ok. Mais allez plus loin : lequel est constructif et lequel est destructif ?"

          Je ne dirait pas qu’ils sont racistes, plus racialistes et leurs positions bancales. Dans une vision idéaliste du monde je dirais que Seba est constructif sans aucune hésitation mais dans le monde réel son orientation à 40 ans de retard (et encore je suis gentil). Comprenez bien que je n’approuve pas du tout le monde tel qu’il évolue sur ce sujet mais je doute qu’un changement de cap soit possible.


        • vote
          Tchakpoum Tchakpoum 2 avril 09:01

          @Mr.Knout

          Vous vous méprenez sur mon propos et mon idéologie, il est clair que je m’exprime assez mal.
          J’ai moi-même été hésitant avec mon dernier message car nous sommes sans doute sur le sujet le plus clivant et épineux qui soit. Et il est difficile de le traiter sans avoir à mettre en place toutes les prévenances de contexte qui envahiraient alors l’échange. Votre réaction m’indique que j’ai été pas trop mal compris.

          J’ai eu une enfance et jeunesse plongée dans des lectures et albums décrivant les peuples et sociétés à travers le monde. C’était un enchantement. Et à l’époque, la description des traits physiques qui participent à l’unité de ces peuples était évidents. Y compris les couleurs. Aujourd’hui, on est en 2021...
          Pour moi, parler de races, c’est au contraire restituer les singularités qui leur appartiennent. On disait "les humanités" : je trouve même que le mot "Humanité" a un caractère totalitaire, prédateur.

           Je vis aussi le "déracinement" que vous décrivez. En fin de compte, je vois très peu de blancs. Et je vois qu’à force de devenir "soft" avec les mots je ne pourrais plus décrire le peuple avec le quel je vis, qui permet de leur reconnaître ce qu’ils sont. Ma culture et ma "race" ne sont pas la leur, on se comprend parfaitement là-dessus et ils m’apprécient pour cela. Je n’ai pas besoin de les singer, et réciproquement, ils ne se sentent pas besoin de jouer le blanc. Et ouf, heureusement, leur culture et les pratiques qui y sont liées sont très vivantes et nourrissent leur existence. Ils ont une tranquillité d’esprit que je n’ai pas.

          En France c’est Albert Jacquard qui faisait référence et tenait ce discours scientifique anti-raciste. Je ne doute évidemment pas de sa bonne volonté, mais ce faisant, il n’a rendu service à personne.

          Je ne dirait pas qu’ils sont racistes, plus racialistes
          Les dégâts de cette science "anti-raciste" : mal nommer les choses, c’est aggraver la malheur du monde. Et moi-même, je ne sais plus comment dire. Et je pense que vous avez compris que je n’ai aucun intérêt au nazisme, ni à ce courant de pensée anthropologique des Gobineau, Carrel... que véhicule complètement un Henry de Lesquens. Même si je partage et comprends son besoins défendre la culture et la manière de vivre françaises. Quand les écosystèmes de vies sont détruits, de toute façon, il ne reste ensuite que des opinions de réactions dans tous les sens. Ce à quoi on assiste maintenant en France.

          Dans une vision idéaliste du monde je dirais que Seba est constructif sans aucune hésitation mais dans le monde réel son orientation à 40 ans de retard 
          Je pense qu’il a raison, au contraire, de vouloir rendre l’Afrique aux africains. Peut-être qu’il n’y arrivera pas, mais il montre l’exemple et il redonne une possibilité et des mots pour y réfléchir dans le bon sens.


        • 1 vote
          microf 1er avril 13:01
          Tous ces chefs d’Etat ont été assassinés au pouvoir par la France.

          https://youtu.be/_5iDD_XgjqI

          La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts”, c’est la formule devenue le refrain du Général De Gaulle qui n’aura pas lésiné sur tous les moyens pour éliminer physiquement les dirigeants africains qui ont tenté de se libérer du joug de la métropole. Depuis 1963, 22 présidents africains ont été assassinés avec la complicité des services secrets français : le SDECE, la DGSE et la DST. Ce sont ces trois bras armés qui ont fomenté des coups d’États en Afrique en se servant des valets et traîtres nègres. Les crimes commis par les dirigeants français sont bien connus et consignés dans des livres écrits par des historiens, chercheurs, et les documentaires réalisés par des journalistes courageux .

          NUMERO 1 : Sylvanus Olympio, né le 6 septembre 1902 à Kpando et assassiné le 13 janvier 1963 à Lomé, est un homme politique togolais, premier président de la République togolaise d’avril 1958 au 13 janvier 1963, date de son assassinat devant l’ambassade américaine de Lomé lors du coup d’État de 1963 fomenté par Gnassingbé Eyadema.

          numéro 2 : Major General Johnson Thomas Aguiyi-Ironsi, né le 3 mars 1924,est mort le 29 juillet 1966 à Lalupon, dans l’État d’Oyo, est un homme d’État nigérian.

          numero 3. Abdirashid Ali Shermarke , né le 16 octobre 1919 et mort le 15 octobre 1969, est un homme politique somalien. Il a été Premier ministre du 12 juillet 1960 au 14 juin 1964, et président la République à partir du 10 juin 1967 jusqu’à son assassinat.

          numero4 Richard Ratsimandrava, né le 21 mars 1931 à Tananarive et mort le 11 février 1975 dans la même ville, est un militaire et homme d’État malgache. Il est chef d’État de la république de Madagascar pendant six jours du 5 au 11 février 1975, date de son assassinat
          numero 5 François Tombalbaye, dit Ngarta Tombalbaye, né le 15 juin 1918 à Bessada (près de Koumra) et assassiné lors d’un coup d’État le 13 avril 1975 à N’Djaména, est un homme d’État tchadien.

          numero 6 Le général Murtala Ramat Muhammed, né le 8 novembre 1938 à Kano et mort le 13 février 1976, est un homme d’État nigérian. Il a été chef du gouvernement militaire fédéral du Nigeria du 29 juillet 1975 à son assassinat.

          numero 7 Marien Ngouabi est un officier et homme d’État congolais né le 31 décembre 1938 à Ombele et mort le 18 mars 1977 à Brazzaville.

          numero8 Tafari Benti, également retranscrit Teferi Bante (né en octobre 1921 et mort le 3 février 1977) est un homme d’État éthiopien. Du 28 novembre 1974 au 3 février 1977. Le 3 février 1977, Tafari Benti est assassiné ; Mengistu lui succède comme chef de l’État éthiopien.

          numero9 Ali Soilih M’tsashiwa est un homme politique et ancien président de l’État comorien. Né à Majunga à Madagascar, il a ete assassiné le 13 mai 1978 .

          numero10 né le 25 décembre 1918 et assassiné le 6 octobre 1981, est un homme d’État égyptien.

          numero11 William Richard Tolbert, Jr. (13 mai 1913 – 12 avril 1980) était un homme politique libérien, président de la République du Libéria de 1971 à sa mort en 1980. Pasteur baptiste, il a été président de l’Alliance baptiste mondiale de 1965 à 1970.

          numero12 Thomas Sankara, né le 21 décembre 1949 à Yako en Haute-Volta et mort assassiné le 15 octobre 1987 à Ouagadougou au Burkina Faso,

          numero13 Ahmed Abdallah Abdéremane né le 12 juin 1919, mort le 26 novembre 1989, est un homme d’affaires et homme politique comorien, longtemps membre du Parlement français (Sénat) ensuite chef de l’État comorien à plusieurs reprises.

          numero14 Samuel Kanyon Doe, né le 6 mai 1951 à Tuzon et mort assassiné le 9 septembre 1990 à Monrovia, est un militaire et un homme d’État libérien .

          numero15 Mohamed Boudiaf , né le 23 juin 1919 à M’Sila et mort assassiné le 29 juin 1992 à Annaba, est un homme d’État algérien. Il est président du Haut Comité d’État du 16 janvier 1992 au 29 juin 1992.

          numero16 Melchior Ndadaye, né le 28 mars 1953 à Murama, dans la commune de Nyabihanga, de la province de Muramvya au Burundi, et mort assassiné au cours d’un coup d’État le 21 octobre 1993 à Bujumbura,

          numero17 Cyprien Ntaryamira, né le 6 mars 1955 sur la colline Gitwe, dans la zone Mageyo, commune de Mubimbi, province de Bujumbura, au Burundi, et mort assassiné le 6 avril 1994 à Kigali, au Rwanda,

          numero18 Juvénal Habyarimana, né le 8 mars 1937 au Ruanda-Urundi et mort assassiné le 6 avril 1994 à Kigali, est un homme d’État rwandais, président de la République rwandaise de 1973 jusqu’à son décès dans un attentat en 1994,

          numero19 Le général Ibrahim Baré Maïnassara (qui signifie « le victorieux », en langue haoussa), né le 9 mai 1949 à Maradi (Afrique-Occidentale française) et mort le 9 avril 1999 à Niamey, est un militaire de carrière nigérien, président de la République de 1996 à 1999.

          numero20 Laurent-Désiré Kabila (né le 27 novembre 1939 à Jadotville — aujourd’hui Likasi — et mort le 16 janvier 2001 à Kinshasa) est un homme d’État congolais. Il est Président de la République démocratique du Congo de mai 1997 jusqu’à son assassinat en janvier 2001.


          • vote
            microf 3 avril 13:44

            La journaliste, ayant fait le reportage dévoilera, le rôle des responsables français dans la chute des gouvernements libyen et ivoirien.

            source : https://algerie54.com



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Publicité





Palmarès