• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > L’apocalypse de Saint-Jean : une "révélation" intérieure

L’apocalypse de Saint-Jean : une "révélation" intérieure

Lorsqu'on évoque l'apocalypse, l'imagerie d'Epinal (et non celle de Patmos où séjourna, paraît-il, Jean l'évangéliste) évoque immédiatement les guerres et les catastrophes en tout genre, consécutives, bien entendu, des complots d'ordre géopolitique, géostratégique et/ou religieux.

 

Jean-Yves Leloup est un prêtre orthodoxe, docteur en théologie et en philosophie et spécialisé dans l'étude comparée des religions. Il a écrit (et traduit) " l'Apocalypse selon Saint-Jean" et nous livre ici son interprétation du livre biblique sans doute le plus controversé. Son approche n'est pas sans rappeler celle de Carl Jung sur l'inconscient et les "archétypes" structurant de la psychologie humaine. Car L'apocalypse, avant d'être une réaction en chaîne de catastrophes à venir, est d'abord une révélation de notre inconscient.

 

Son approche est passionnante car elle découle d'une étude très approfondie des cultures de l'époque ainsi que du langage, aussi bien grec qu'hébraïque, et qu'elle ne s'inscrit pas pour autant dans une espèce de syncrétisme niais typique de la modernité.

 

 

Moments-clés :

 

- 5è min : "Apocalypse" signifie révélation ou plus exactement ’dévoilement’ du réel

 

- 9è min : L’apocalypse ne se définit pas comme la fin des temps mais plutôt la fin "du" temps (dimension d’éternité). Historiquement, les visions de Jean sur l’île de Patmos s’inscrivent autour des années 90 ap JC dans un contexte de persécution de la Communauté d’Ephèse où celle-ci se trouve persécutée pour cause d’athéisme car ne servant pas les dieux de la Cité

 

- 15è min : Leloup indique que ce texte, comme tous les textes bibliques, s’inscrivent continuellement à la fois dans une dimension concrète et historique mais également dans une dimension symbolique et, pourrait-on dire, ’archétypale’. Ainsi les visions de Jean ne sont pas seulement de l’ordre du symbolique mais correspondraient également à une véritable révélation intérieure. Il n’y aurait donc pas opposition entre le vécu et le symbolique.

 

- 23è min : importance de la symbolique des chiffres : ’7’ signifie l’accomplissement (les 7 souffles) et ’6’ la marque de l’inachevé (tel le fameux ’666’, marque de la Bête)

 

- 25è min : Chaque être humain est, en quelque sorte un ’souverain pontife’, car il est un ’pont’ entre le monde matériel et le monde de l’esprit. Ainsi Jésus (Yeshoua) serait l’archétype de la synthèse entre ces 2 mondes (ce qui fait penser à la phrase de Jésus "Je suis dans le Père et le Père est en moi")

 

- 35è min : Développement intéressant de JY Leloup sur le parallèle, ou plutôt le face-à-face entre les 4 "vivants" évoqués dans le texte apocalyptique qui représentent en fait 4 fonctions de l’humain (le contemplatif, l’affectif, le sensoriel et le rationnel) pouvant être pervertis par les 4 ’Cavaliers de l’Apocalypse’ en opposition à ces vivants lesquels, s’ils ne sont guidés par l’ Amour (Agapè) amènent aux famines et aux guerres. Ces 4 Cavaliers traduisent la volonté de puissance qui habitent chaque être humain.

 

- 43è min : le messie est une réalité qui habite en chacun d’entre nous et qu’il s’agit de mettre en germe. Ce que Leloup explique par le fait de faire émerger le ’Je Suis’, soit la réalité première qui nous habite. Il rappelle ainsi qu’il y a une Justice immanente qui se traduit par le fait de "récolter ce que l’on sème" (la Colère de l’agneau), chaque acte ayant des conséquences même sur le plan cosmique. Mais il y a aussi une Bonne Nouvelle et une Espérance, à savoir que la Miséricorde divine surpasse et englobe cette Justice. 

 

Tags : Religions




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • 4 votes
    edwig 25 novembre 2013 13:14

    Tout à fait...
    Tout cela se passe en chaque homme.
    Chaque homme est supplicié par ses propres jugements...
    Le jugement dernier c’est la fin des jugements que nous avons envers nous même !

    Lorsque notre dernier jugement à lieu nous entrons au paradis...

    A bon entendeur,


    • vote
      micnet 25 novembre 2013 21:05

      @edwig


      Vous venez de synthétiser ce documentaire bien mieux que je ne l’ai fait moi-même smiley

    • 1 vote
      berphi 25 novembre 2013 13:17

      Prêtre orthodoxe, docteur en théologie et en philosophie et spécialisé dans l’étude comparée des religions... On ne peut qu’écouter avec rezspect et intérêt sans trop la ramener.

       

      Ceci étant sa vision des 7 souffles comme étant les sept partie du corps (allusion aux chakras)... j’ai du mal... je m’y fais pas.

       

      Jean, après avoir subit le supplice de l’eau bouillante, est exilé à Patmos sur ordre de Domitien, puis entouré de scribes au fond d’une grotte et sous surveillance romaine. Il s’agit sans doute d’un gros coup de bol parcequ’il serait étonnant que l’empereur ait eu ce genre de délicate intention à l’égard de Jean, mais pourquoi pas, qui sait ? C’est fou, je m’imaginais jean, dans la complète clandestinité lorsqu’il a écrit les révélations.

       

      A noter, l’ouvrage proposé en fin d’émission : traité des démons de Pierre de Jean Olivi ; excellente idée de cadeau pour Noël.

       

      merci pour le partage

       

       

       


      • vote
        micnet 25 novembre 2013 20:35
        Bonjour à vous Berphi et merci pour votre commentaire. Quand vous évoquez "Jean, après avoir subit le supplice de l’eau bouillante, est exilé à Patmos sur ordre de Domitien, puis entouré de scribes au fond d’une grotte et sous surveillance romaine", pourriez-vous me préciser les sources sur lesquelles vous vous appuyez ? Cela m’intéresse.
        Je note également la référence de l’ouvrage auquel vous faites mention.

      • vote
        berphi 26 novembre 2013 07:00

        Bonjour micnet

        C’est J.Y Leloup dans ce lien qui explique que Jean ne sachant pas écrire (sic !!!) etait entouré de scribes qui traduisaient directement l’hébreux en grec. Les orthodoxes, en général, sont convaincus que les premières versions du second testament étaient écrites en grec ; je ne partage pas cet avis.

        Quant au supplice de l’eau bouillante (et parceque Jean était vierge ; il n’eût pas à en souffrir), tout comme beaucoup de miracles qui lui sont attribués.( par ex, la guerison des légionaires romains qui l’amenèrent à Patmos en bateau, etc...), ils appartiennent à la tradition orale. Ce sont des légendes. Jusqu’à la mort même de Jean, deux versions s’opposent !

        Si vous me demandez les sources de ces miracles, à savoir leurs premières traces écrites, je serai dans l’obligation de traduire votre interrogation comme étant une gentille invitation à ne plus intervenir. Vous êtes trop intelligent pour savoir qu’une légende est difficilement sourçable et j’en conclus que votre question tend plus à me descréditer qu’à répondre à une curiosité. Mais je me prête volontier à votre desiderata.

        Je m’étais seulement amuser à télescoper la certitude de J.Y Leloup à un fait avéré, à savoir celui de l’exil et des conditions de vie de Jean. Ce paradoxe me paraissait interessant pour ouvrir le débat.

        Les interprétations des Révélations sont légions, elles se basent dans leur majorité sur une traduction grec et latine. Ce que Leloup propose est interressant, dans ce sens où il introduit la notion numérique. Quand un Juif étudie une paracha en hébreux, sa grille de lecture se basera sur trois interpretations :

        - le sens du récit

        - le sens des lettres

        - la valeur numérique de ces lettres

        Ces trois interprétations ne peuvent être dissociées. La conclusion d’une traduction hébraïque des Révélations en opposition à une traduction grecque me paraît , non pas curieuse mais essentielle. Leloup lui-même nous rappelle, que le titre Apocalypse ne signifie pas Catastrophes. Il est significatif que dans l’inconscient collectif que cette erreur sémantique ait pris le pas sur Révélations. Et il se trouve que jean était Juif.

        Je conclue par R. Guénon "La carte n’est pas le terrtoire" (nan, je n’ai pas la source)

        Bien à vous

         

         


      • vote
        berphi 26 novembre 2013 07:31

        Lorsque Leloup explique que Jean ne savait pas écrire, je rappelle, qu’il y a 2500 ans, n’importe quel Juif assistant à une réunion de Shabbat se devait de pouvoir lire la Torah, le rite veut que le Rav invite un membre de l’assemblée à la lire... Et s’il peuvent la lire, ils peuvent sans doute aucun l’écrire. les juifs sont d’ailleurs les premiers à avoir appliquer la méthode globale. Un jeune Juif apprenait à lire de cette manière.

        Je rappelle que les Apôtres, interrogés par le Christ sur la question du divorcent, ont clairement démontrés qu’ils connaissaient la Loi et donc qui l’avaient lu !!

         Dire que Jean ne savait pas écrire est une provocation.


      • 2 votes
        micnet 26 novembre 2013 10:05

        @berphi

        "Si vous me demandez les sources de ces miracles, à savoir leurs premières traces écrites, je serai dans l’obligation de traduire votre interrogation comme étant une gentille invitation à ne plus intervenir. Vous êtes trop intelligent pour savoir qu’une légende est difficilement sourçable et j’en conclus que votre question tend plus à me descréditer qu’à répondre à une curiosité. Mais je me prête volontier à votre desiderata."

        ---> Non Berphi, il y a méprise , je ne me serais pas permis de vous inviter "à ne plus intervenir". Certainement pas vous en plus. Car je connais votre intérêt pour le débat, notamment sur les questions religieuses et vous semblez avoir des connaissances que je n’ai pas et c’est pour cela que je vous posais la question en toute naïveté, je vous le certifie ! Il n’y avait absolument aucune malice dans ma question !
        Je vous remercie donc de vos précisions !


      • 1 vote
        micnet 26 novembre 2013 10:14

        @Berphi

        Par ailleurs, lorsque vous précisez :

        "Quand un Juif étudie une paracha en hébreux, sa grille de lecture se basera sur trois interpretations :

        - le sens du récit

        - le sens des lettres

        - la valeur numérique de ces lettres

        Ces trois interprétations ne peuvent être dissociées"

        ---> Je souscris pleinement à ça et cela rejoint un peu ce que j’ai écrit concernant l’approche à la fois historique et ’archétypale’ qu’il convient d’aborder lorsqu’on se penche sur les écritures. Or la mentalité moderne a souvent tendance à vouloir dissocier ces 2 approches ce qui dénature l’herméneutique des récits bibliques.


      • vote
        berphi 26 novembre 2013 10:14

        Méprise effacée. je vous remercie de votre réponse.

        Au prochain débat donc !!!


      • 3 votes
        Gollum Gollum 25 novembre 2013 13:35

        Intéressant. Mais je peux dire ici que certains ont des vues beaucoup plus pénétrantes sur l’Apocalypse que Jean-Yves Leloup. Le bouquin de Jovanovic notamment me semble bien meilleur. Je ne suis pas contre une lecture intériorisante de l’Apocalypse mais force est de constater qu’une lecture historique du texte s’impose. Ne serait-ce que le chapitre consacré aux 7 rois coiffés d’un huitième et qui a trait aux 7 papes s’échelonnant depuis la fondation du Vatican en 1929.


        En ce qui concerne les 4 Vivants, Leloup les met en relation avec les 4 fonctions de Jung. Certes. Mais il eût été plus judicieux de les mettre en relation avec les 4 signes fixes du Zodiaque. Dans l’ordre donné par l’Apocalypse elle-même : Lion, Taureau, Verseau (face d’homme), Aigle (Scorpion). D’ailleurs Leloup évoque lui-même les 4 éléments (Eau, Terre, Feu, Air) un peu plus loin. Alors pourquoi l’Apocalypse commence-t-elle par le Lion ?

        Tout simplement parce que ce signe est celui de la Royauté et que la tribu de Juda est la tribu royale d’Israël. Et que la prophétie qui se trouve dans le chapitre 49 de la Genèse évoque un personnage appelé à régner sur le monde entier et ce personnage est comparé à.. un jeune lion.

        Le cavalier blanc (Lion) correspond donc à ce personnage appelé à régner. Et là Leloup a tout faux. Il s’agit du personnage appelé à régner sur les nations avec une verge de fer et chargé de mettre à bas tout le système d’iniquité symbolisé par le Dragon. Et qui n’est autre que la sphère financière comme le montre avec pertinence Jovanovic.
        Le cavalier rouge correspond au Taureau, le noir au Verseau (c’est d’ailleurs la raison de sa maîtrise sur les famines puisque Saturne, astre de la disette, est planète maîtresse du signe) et le verdâtre au Scorpion, signe de la mort. Et le texte le confirme puisque ce cavalier a tout l’Hadès avec lui, l’Hadès n’étant autre que les Enfers (l’astrologie moderne d’ailleurs a placé Pluton équivalent d’Hadés comme astre recteur du Scorpion).

        On pourrait continuer et montrer que les 4 bêtes de Daniel se confondent avec le Tétramorphe et exactement dans le même ordre ci-dessus évoqué. Ces 4 bêtes étant reprises par St Jean.

        On voit que le christianisme de Jean accorde une place haute à l’astrologie. Chose que bien évidemment les Églises officielles n’accepteront jamais vu les élites qui sont à leurs têtes. Mais la Révélation est en marche et un jour tout sera clair aux yeux de tous. Et je n’ai aucun doute là-dessus...

        • vote
          crab2011 25 novembre 2013 13:49


          Un couple, âgé de 86 ans, pressé de rejoindre Saint Jean, s’est donné la mort dans une chambre de l’hôtel parisien vendredi dernier

          Suite :

          http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2013/11/25/fin-de-vie-5230283.html



          • 1 vote
            lord volde 25 novembre 2013 20:32

            La bête dans l’apocalypse selon Saint Jean.



          • vote
            Romios Romios 25 novembre 2013 16:50

            L’Apocalypse de St Jean parle de l’Histoire de la chrétienté et concerne de façon dramatique notre époque. Aussi, si on veux allez un peu plus loin que l’approche psychologisante de Jean-Yves Leloup je conseille de lire ceci :



            • 2 votes
              Gollum Gollum 25 novembre 2013 18:13

              Il semble que l’auteur de ce site fasse de grosses erreurs.. 


              Pour preuve j’ai trouvé ceci : Ainsi le règne de 7 ans de l’antichrist peut à la fois être perçu comme le mystère d’iniquité qui existe depuis le premier jour ou comme son aboutissement ultime avec le couronnement de l’antichrist.

              Sauf que le règne de l’Antéchrist ne fait absolument pas 7 ans mais tout simplement la moitié. En effet ce règne est de 42 mois ou 1260 jours (42 x 30) ce qui fait bien 3 ans et demi. On constate d’ailleurs qu’il s’agit du nombre sacré 7, divisé par 2, comme il convient pour quelque chose d’essence satanique. Ces 3 ans et demi correspondent au célèbre "un temps, des temps, et la moitié d’un temps".
              Bien évidemment il est difficile de savoir s’il s’agit de durée symbolique ou pas et dans quelle mesure..


              Une telle erreur, assez grossière du reste, puisque la chose est connue depuis longtemps, aurait tendance à me refroidir. Bon j’ai juste parcouru, je pense m’y replonger plus tard..



            • vote
              Romios Romios 25 novembre 2013 19:36

              Après avoir étendu progressivement son règne (première partie de la Tribulation, 3 ans et demi), l’Antichrist exercera sa dictature mondiale pendant 42 mois, soit 3 ans et demi (Ap 13:5b ; cf. Mt 24:22).

              Dont au total 7 ans.

            • 2 votes
              lord volde 25 novembre 2013 20:34

              L’interprétation du Docteur Gilbert Pierre.



            • 1 vote
              Romios Romios 25 novembre 2013 20:51

              Au passage, le site explique bien que ces 1260 jours sont en fait des années (livre des nombres : les Hébreux passent un an pour un jour dans le desert) ce qui pointe sur la création des états porificaux à Pâques 754 exactement 1260 ans avant la passation de pouvoir entre Benoit XVI et François Ier.


              François 1er est le premier pape a déposer la triple couronne de Régent du monde et roi des rois, Et vicaire du christ, y compris en le supprimant de ses armoiries (Benoit XVI a reçu une tiare qu’il n’a pas portée mais la faisait figurer ses ses armoiries)

              Pâques dernier est donc la fin des 1260 ans de la 1ere partie de la prophétie. Le trone est libre pour nouveau souverain mondial. Espérons que son règne ne durera que 3,5 ans et non 1260...



            • vote
              Gollum Gollum 26 novembre 2013 09:53

              Bonjour Romios. J’ai relu le passage du blog concerné et effectivement l’auteur semble vouloir remonter loin dans le temps pour ce temps de l’Antéchrist ce qui me semble très discutable.

              Pour moi, l’Antéchrist est lié aux derniers temps de façon exclusive.

              Je m’en tiens aux 42 mois (symboliques ou pas) de l’Apocalypse. 

              Sur la notion de "siècle" utilisé par l’auteur je préfère le terme "cycle" qui lui évoque une unité de temps.

              Il parle du huitième jour. Jour du jugement final. Le 7 intimement lié au mal, sous prétexte de la Bête aux 7 têtes. Non. Le 7 veut juste dire plénitude, système complet.

              Or le 7 est lié à l’immobilité, au jour du Repos. D’autre part Pierre nous dit qu’un jour est comme mille ans aux yeux de Dieu. Ce qui entraîne, ipso facto, une semaine de six jours de mille ans, les fameux 6000 ans dont parle William Blake dans son célèbre Mariage du Ciel et de l’Enfer.
              Semaine donc qui a commencé vers -4000 et qui s’achève en ce moment même.

              Cette semaine débouche sur le dimanche de mille ans, le fameux millénium de l’Apocalypse. Millénium durant lequel une nation de prêtres (au sens ontologique comme le souligne avec justesse JY Leloup). Et où l’humanité se repose après avoir été aux mains du Mal.

              Après, à l’aube du 8ème jour a lieu le jugement final, après un relâchement temporaire de Satan.

              Bon j’ai toujours pas examiné en détail le reste, je verrai plus tard..

            • 2 votes
              lord volde 25 novembre 2013 20:25

              " Son approche est passionnante car elle découle d’une étude très approfondie des cultures de l’époque ainsi que du langage, aussi bien grec qu’hébraïque,..."


              Jésus et ses disciples parlaient l’araméen et non-pas l’hébreux. D’ailleurs, l’araméen était la langue la plus parlée en Palestine alors que l’hébreux était parlé par quelques tribus (composante vernaculaire de l’hébreu).

              • vote
                micnet 25 novembre 2013 20:58

                @Gollum et Romios


                Bonsoir et merci pour vos commentaires.

                Vous posez là le vrai débat : faut-il aborder le texte de l’Apocalypse sous l’angle historique ou bien, tout au contraire, devons-nous l’aborder sous l’aspect de la "psyché humaine" ?
                Pour ma part, je pense que ces 2 niveaux de lecture sont nécessaires et que vouloir limiter le texte apocalyptique à un simple ’sens caché de l’histoire’ ne me semble bien évidemment pas faux mais réducteur. 
                De manière générale, beaucoup d’exégètes estiment que les textes sacrés constituent une dialectique permanente entre des récits ou des témoignages historiques et des récits symboliques. Et Jean-Yves Leloup essaie de s’inscrire dans cette double approche ce qui n’est pas forcément évident à cerner de prime abord. C’est la raison pour laquelle il adopte un point de vue ’jungien’ en insistant sur la dimension à la fois réelle et archétypale des personnages bibliques, à commencer par le Christ qui possède une dimension historique tout en représentant dans le même temps ce qu’il appelle "l’archétype de la synthèse" entre le matériel et le spirituel. C’est à dire la relation parfaite entre l’humain et le divin, ce qui permet à Jésus de se définir comme étant "Je suis" (soit la dimension éternelle de notre être)
                Donc s’agissant de l’Apocalypse, nous pouvons parfaitement essayer de comprendre l’évolution du monde et les événements actuels à la lumière du récit mais il me semble que vouloir occulter la "révélation" spirituelle de notre être intérieur que nous apporte également ce texte en diminue profondément sa richesse.

                • vote
                  Romios Romios 26 novembre 2013 08:51

                  Je suis d’accord. La Révélation a plusieurs niveaux de lecture.

                  C’est lié au fait que la finalité sociale de l’Eglise est de jouer vis à vis du pouvoir séculier un rôle similaire à celui que joue la conscience vis à vis du libre arbitre individuel.
                  C’est un principe qu’on rejette aujourd’hui car nous idolatrons la liberté individuelle et conspuons ce qu’on appelle le moralisme.
                  On en arrive à des positions comme celle de Pierre Bergé qui explique sans vergogne que louer son utérus, pour une mère porteuse, ce n’est pas plus dégradant que de louer ses bras pour un ouvrier.
                  Les occidentaux, habitués à concevoir le christianisme comme la monarchie papale ne sont pas familliers avec cette notion de contre-pouvoir démocratique que les byzantins avaient poussé très loin, au point que l’empereur Jean Comnène, au XIIe siecle, avait abolis la peine de mort sous la pression ethique de l’Eglise.
                  C’est très bien expliqué ici : http://wp.me/p1OCZn-9Q


                • vote
                  Gollum Gollum 26 novembre 2013 10:10

                  Pour ma part, je pense que ces 2 niveaux de lecture sont nécessaires et que vouloir limiter le texte apocalyptique à un simple ’sens caché de l’histoire’ ne me semble bien évidemment pas faux mais réducteur. 




                  Bonjour Micnet. Je pense qu’il y a en effet les deux lectures. Mais la plus importante me semble la lecture "sens caché de l’histoire" ce qui était probablement la destination première de ce texte. C’est donc la vision de JY Leloup qui est réductrice et non pas l’inverse.

                  Pourquoi est-elle réductrice ? Parce qu’elle ne permet pas d’identifier de façon claire les temps apocalyptiques que nous vivons. Et c’est cela l’important.

                  Après, il est en effet primordial aussi, de bien identifier que ceux qui seront appelés à franchir le rubicon, à entrer dans le millénium seront ceux qui auront subi une mutation spirituelle de grande ampleur, ce qui implique ipso facto, qu’ils seront minoritaires. Le texte le dit de façon claire : Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection ! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux ; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans.

                  Il s’agit bien de sainteté, d’avoir lavé sa robe à travers les tribulations. Être prêtre au sens ontologique, c’est cesser de laisser la place à soi pour que Dieu vive à travers soi, ce que ne cessa d’ailleurs d’affirmer Jung auquel se réfère Leloup. Jung n’a cessé d’affirmer que Dieu voulait s’incarner en l’homme après s’être incarné en Jésus. Celui-ci fut le premier. Aux autres de suivre..

                  Donc il y aussi une lecture réductrice de l’Apocalypse qui serait d’oublier cet aspect primordial d’appel à la Sanctification ce qui est d’ailleurs largement le cas de toute la prose de Jovanovic.. Celui-ci au lieu d’appeler à la Pénitence où à la Sanctification ne cesse d’appeler au lynchage des banquiers.. et à créer un climat anxiogène à souhait sur son blog.

                  Inutile de dire que ce n’est pas comme cela que je vois les choses..

                • vote
                  micnet 26 novembre 2013 10:29

                  @Gollum

                  Bonjour à vous !

                  "C’est donc la vision de JY Leloup qui est réductrice et non pas l’inverse.


                  Pourquoi est-elle réductrice ? Parce qu’elle ne permet pas d’identifier de façon claire les temps apocalyptiques que nous vivons. Et c’est cela l’important."

                  ---> A mon humble avis, Leloup ne rejette pas la lecture "historique" que l’on peut faire de l’Apocalypse. La preuve en est qu’il précise bien l’importance de la ’justice immanente’ inhérente aux textes et que l’on récolte ce qu’on a semé sur le plan individuel comme collectif ! Mais il est vrai qu’il privilégie l’approche intrinsèque de l’être humain et j’avoue pour ma part y accorder plus d’importance également.
                  En d’autres termes, l’interrogation qui se pose à nous est : qu’est-ce qui est le plus important ; comprendre les événements géopolitiques et géostratégiques ou vivre concrètement et intérieurement la révélation biblique ? Telle est la question...

                • vote
                  Gollum Gollum 26 novembre 2013 11:53
                  En d’autres termes, l’interrogation qui se pose à nous est : qu’est-ce qui est le plus important ; comprendre les événements géopolitiques et géostratégiques ou vivre concrètement et intérieurement la révélation biblique ? Telle est la question...


                  Ben les 2 bien évidemment.. C’est en cela qu’on peut critiquer la façon de voir de Leloup qui même s’il ne rejette pas la version "historique" en parle peu, et que l’on peut critiquer la version Jovanovic qui fait exactement l’inverse mais ne parle absolument pas de l’aspect prêtrise au sens ontologique qui pour ma part est fondamental.

                  Je constate aussi que bien souvent, ceux qui parlent de l’Apocalypse en version "historique" sont pour une grande majorité, des sectaires à l’esprit étroit. Je pourrai donner moult exemples ici. Jovanovic n’est pas concerné sur cet aspect. Mais les sectaires pullulent et du fait de leur sectarisme se plantent dans leurs interprétations.. et ne se sentent pas vraiment concernés par l’aspect sainteté qu’ils confondent bien souvent avec l’adhésion confessionnelle à leur propre chapelle...

                • vote
                  Soi même 26 novembre 2013 12:21
                  L’apocalypse de Saint-Jean Est l’Alpha et l’Oméga de la révélation de notre devenir.

                  Ce texte est compréhensible que si ’on est averties que les chiffres sont aussi bien en rapport à notre évolution, aussi bien morale que temporelle.

                  666 à une Triple signification, il indique une époque précises dans le temps, il indique la conséquence des actions des Dieux qui s’opposent à l’évolution régulière voulue par le plan de la Création et comment les hommes succombent ;cela a été illustrer au moyen age .par des représentation de la chute de l’homme dans l’Enfer.

                  https://lh3.ggpht.com/_ImSsWG17-Bs/TOZhZrOljCI/AAAAAAAAEHo/Oj4LliTTGJg/s1600/Garden_delights_1600px.jp g

                  http://bibliolb.unblog.fr/files/2010/04/beaune017.jpg

                  D’un coté il y a l’Enfer et de l’autre la Jérusalem Céleste, ce livre s’adresse celui qui veux entendre, à celui qui veux comprendre, à ceux qui veulent servir , son codage est une protection à tous ceux qui on abdiquer et une aide à tous ceux qui comprenne le véritable sens de c’est écrit.

                   « Apocalypse 10 : 8-11 : Et la voix que j’avais entendue du ciel, me parla de nouveau et dit, "va, prends le petit livre qui est ouvert dans la main de l’ange qui se tient debout sur la mer et sur la terre". Et j’allai vers l’ange en lui disant, "donne-moi le petit livre". Et il me dit, "prends-le et avale-le ; et il sera amer à tes entrailles, mais dans ta bouche il sera aussi doux que le miel". Et je pris le petit livre de la main de l’ange et je l’avalai, il fut dans ma bouche doux comme du miel. Mais quand je l’eus avalé mes entrailles furent remplies d’amertume. Puis il me dit, "Il faut que tu prophétises de nouveau sur beaucoup de peuples, de nations, de langues, et de rois" »

                  .

                  Ce livre ne peut se comprendre que si l’on a conscience que tous les allusions aux chiffres est le reflet d’une réalité, Spirituel, temporel, et humaine de toute l’évolution de l’humanité qui est un avorton de la Création qui doit retourner librement à la Création pour devenir la Dixième Hiérarchies.






                   


                  • vote
                    christophe nicolas christophe nicolas 29 novembre 2013 13:02

                    C’est à toutes les échelles, c’est un plan inconcevable pour un être humain et c’est en cela qu’il sera reconnu venant de Dieu.


                    • vote
                      Soi même 30 novembre 2013 21:28

                      Mais mon,Saint Jean a très bien transcrit que que l’humanité à vivre, c’est à la porté de tous hommes si y sont de bonne vonlonté !
                      Ce n’est pas parque que tu n’as pas trouver la serrure que la clé n’existe pas !



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

micnet


Voir ses articles


Publicité





Palmarès