• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Destouches

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 69 0
1 mois 0 2 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • vote
    Destouches 8 septembre 2017 11:44

    @yoananda
    il suffit qu’on redevienne souverain et on pourra voter par référendum que désormais, tout va bien en France.

    Haha, vous avez la dent dure vous.

    C’est ce qu’on appelle une condition nécessaire mais non suffisante. Vous préconisez quoi, la mitraille ?




  • 3 votes
    Destouches 6 septembre 2017 20:37

    @magatst
    L’informer rend l’électorat plus fort, car moins manipulable, là est la force de l’UPR. La force de Mélenchon est de cacher les traités européens qui ne l’arrangent pas, car l’article 48 du TFUE à lui seul met à bas tout son "plan A".

    Pendant qu’il joue au rebelle, la véritable extrême droite a les commandes.



  • 3 votes
    Destouches 6 septembre 2017 20:29

    @Croa
    Vous avez été entendu, sur plus d’une heure de vidéo, Mélenchon n’est à l’honneur que cinq minutes, le reste, c’est pour la gueule à notre président stagiaire.

    Oui, tout cela est normal quand on l’écoute sérieusement.

    Bonne soirée



  • 2 votes
    Destouches 6 septembre 2017 17:08

    @thierry3468
    Vous avez écouté PYR à ce sujet ? Il a écumé tous les partis et selon lui, les militants UPR sont les pires, car les plus motivés. Si Asselineau se faisait dézinguer, faudrait aussi raser le bureau national, et encore, même pas sûr que ça suffise à étouffer le mouvement (500 signatures sans béquille médiatique, ça veut dire à quel point ils en ont sous le pied les mecs).

    Si les anglais tombent en ordre, les français se relèvent dans le désordre, c’est bien connu.



  • 3 votes
    Destouches 6 septembre 2017 16:59

    @ldv07
    J’y vois plutôt un électorat unique (tous les exclus du processus économique mondialiste) scindé en bastions fortement polarisés (FI pour les sensibilités libérales -au sens moral- et FN pour les conservatrices, clivage ville/campagne comparable au littoral/terres des US) dont les chefs enchaînent les propos radicaux pour bien délimiter leurs territoires cognitifs et faire endosser ces propos à leurs militants.

    Le résultat est que des populations identiques en presque tout refusent même de s’adresser la parole. L’UPR apparaît au milieu de tout ça dans l’espoir de dépolariser le débat, être un terrain neutre où l’on peut tous se retrouver TEMPORAIREMENT, le temps d’aller à l’essentiel, comme ce fut le cas en 45.

    D’un point de vue sociologique, sur les 28 000 gonz de l’UPR, ce sont principalement des gens dits ’de gauche’, les patriotes de droite sont nettement plus revêches.

    Bref, je ne désespère pas qu’on puisse se taper une bière ensemble, un beau jour et s’engueuler le lendemain au sujet d’un référendum...Là, ce sera gagné smiley

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès