• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Mayali Alaya

Mayali Alaya

Ma maison s'étend des plus hauts sommets enneigés jusqu'aux abysses les plus profonds.
Mon jardin n'a pas de limites...

Tableau de bord

  • Premier article le 13/10/2012
  • Modérateur depuis le 27/12/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 10 17 246
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • 3 votes
    Mayali Alaya Hima Alaya 14 octobre 2012 21:27

    Nous pensons que vivre a toujours lieu dans le présent et que mourir est un événement qui nous attend dans un avenir lointain. Mais nous ne nous sommes jamais demandé si la bataille quotidienne de nos existences peut vraiment s’appeler vivre. Nous voulons des preuves de la survivance de l’âme, nous écoutons les déclarations des voyants, et les résultats des recherches métapsychiques, mais jamais, au grand jamais, nous ne nous demandons comment vivre, comment vivre dans la délectation et l’enchantement d’une beauté quotidienne.

    Nous avons accepté que la vie soit cette agonie et cette désespérance : nous nous y sommes habitués, et nous pensons que la mort doit être soigneusement évitée. Mais cependant, la mort est extraordinairement semblable à la vie lorsque nous savons vivre. On ne peut vivre sans, en même temps, mourir. On ne peut pas vivre sans mourir psychologiquement toutes les minutes. Cela n’est pas un paradoxe intellectuel, je dis bien que pour vivre complètement, totalement, chaque journée, en tant qu’elle présente une beauté toute neuve, on doit mourir à tout ce qu’était la journée d’hier, sans quoi on vit mécaniquement et l’on ne peut savoir ce qu’est l’amour, ce qu’est la liberté.

     (...)



  • 3 votes
    Mayali Alaya Hima Alaya 14 octobre 2012 19:20
     
    Merci pour vos réactions !
     

Ses favoris







Palmarès