• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

SEPH

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 60 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 7 votes
    SEPH 26 juin 15:18

    @bubu12
    Ce n’’est pas possible d’être aussi méprisant que vous. 

    Par exemple : Maroc 217 décès  Algérie 878 décès. Ces deux pays ont utilisé dès le début massivement la chloroquine

    Mais, au delà des exemple, de façon générale, voici un article qui j’espère vous fera réfléchir :

    Face au COVID, les pays utilisant des antipaludiques depuis le début résistent mieux
    Dans une étude statistique, l’économiste Maxime Izoulet suggère que les pays utilisant des médicaments antipaludiques (type chloroquine) comme traitement depuis le début de l’épidémie connaissent probablement moins de morts que ceux qui n’en utilisent pas.

    Je publie ici le cinquième épisode d’une enquête consacrée au traitement médical du CODIV-19 en France, et ce n’est pas le dernier.

    La doctrine officielle est : « il n’y a pas de traitement, il n’y a rien à faire à ce niveau-là ». Le professeur Didier Raoult dit depuis la fin du mois de février que ce n’est pas exact et il propose un traitement. Des collectifs de médecins le soutiennent et réclament la liberté de prescrire sous leur contrôle. Des milliers de médecins le font sans le dire puisqu’ils n’y sont officiellement pas autorisés. Leur parole est tenue pour méprisable par la quasi-totalité des journalistes et des « experts » qui s’expriment dans les médias. Le président de la République laisse transparaître ses doutes pour des raisons qui lui sont propres. Son premier ministre et son ministre de la santé ne les reprennent pas à leur compte. Une certaine « fabrique du consentement » (Chomsky, Herman, 1988) fonctionne à plein régime. L’opinion ultra-majoritaire parmi les élites intellectuelles est un jugement rédhibitoire qui tient en quatre mots : « Raoult est un charlatan ». Et le débat serait clos. Inutile de réfléchir davantage. Ne perdons pas notre temps. Les voix dissidentes sont méprisées elles aussi. L’accusation de « complotisme » ou de « populisme » est sur toutes les lèvres. Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.

    Et pourtant. Comme tant de philosophes depuis Aristote, il est permis de penser que la science procède du doute. Comme nombre de grands chercheurs et d’épistémologues, il est permis de penser que la vérité définitive n’est fournie par aucune méthode unique. Comme le disait Edgar Morin pas plus tard qu’hier dans Le Monde, il est permis de penser que « les controverses, loin d’être anomalies, sont nécessaires à ce progrès. Une fois de plus, dans l’inconnu, tout progresse par essais et erreurs ainsi que par innovations déviantes d’abord incomprises et rejetées. Telle est l’aventure thérapeutique contre les virus. Des remèdes peuvent apparaître là où on ne les attendait pas ».

    On le répète : on ne cherche ici à démontrer aucune « vérité » ni aucun « complot ». En revanche, on ne se résout pas à ces quatre mots simplistes qui tiennent lieu de « vérité officielle ». On rappelle à nouveau que nous sommes en situation de médecine d’urgence (certains médecins parlent même de « médecine de catastrophe »). Des centaines de milliers d’êtres humains meurent. Dire aux malades : « désolé, on ne peut rien pour vous, on vous hospitalisera si ça devient trop grave » est moralement intenable. Et dire aux personnels soignants : « désolé, vous ne devez rien faire à part les hospitaliser si cela devient trop grave » est moralement intenable.

    Il me semble que la posture morale rejoint la posture scientifique pour nous dire : réfléchissez, tester, observez, enquêtez. Tant qu’il y a un doute, qui est aussi un espoir, vous ne devez pas vous arrêter. Face aux terribles défaillances politico-institutionnelles, toutes les personnes qui souhaiteraient mettre leurs compétences au service de cette démarche sont les bienvenues.

     ______________________________________________________________________ _______________________

    Épisode n°5

    Je publie aujourd’hui la version légèrement résumée d’un article de Maxime Izoulet, qui est un jeune économiste en toute fin de thèse au Centre d’Étude des Modes d’Industrialisation (CEMI) de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS, Paris). Sa thèse porte sur un tout autre sujet, elle s’intitule « Théorie comptable de la monnaie et de la finance » et vise à éclairer l’histoire et la théorie monétaires à partir de l’analyse de la comptabilité. Il s’est intéressé à la question du COVID-19 parce que lui aussi a des doutes, qu’il tente de réfléchir sereinement et mobilise pour cela son savoir-faire statistique.

    Il a donc comparé la mortalité liée au COVID-19 dans deux groupes de 16 pays chacun, les uns utilisent un antipaludéen type chloroquine, les autres pas. Il a ensuite calculé la moyenne journalière des décès et tracé les courbes. Le résultat est que la courbe d’évolution des pays utilisant le traitement est légèrement ascendante tandis que la courbe de ceux qui ne l’utilisent pas est en croissance exponentielle

    Son article est un « pre-print », il doit être soumis à l’évaluation par d’autres chercheurs, il n’est donc pas définitif (la version complète en Anglais est à lire sur la plateforme Social Science Research Network). C’est, encore une fois, l’urgence de la situation qui nous incite à le faire connaître. Mais l’essentiel de la réflexion critique à porter est ailleurs. Cet article n’apporte en aucun cas une « vérité définitive ». Il n’est qu’un indice dans un processus d’accumulation de connaissances. Comme toutes les études statistiques, il ne livre par définition de résultats précis que sur les données qu’il utilise. Et comme dans toutes les études statistiques, ces données sont partielles. Aucune étude statistique ne peut jamais prendre en compte toute la complexité du réel.

    En l’occurrence, les limites de cette étude sont au moins les six suivantes (d’importance inégale) :

    1) le délai de 10 jours après le troisième décès est court, il ne prend donc pas en compte tous les décès. C’était l’état des statistiques disponibles dans tous les pays au moment où M. Izoulet a fait son étude. Depuis, les données statistiques permettent de prolonger les courbes et il est noter qu’elles confirment les tendances dégagées par M. Izoulet, comme on peut le constater par exemple sur les courbes de décès quotidiens par pays de l’Observatoire Démographique de la Méditerranée ;

    2) il y a plusieurs façons d’utiliser la chloroquine, associée à ou non à autre chose (comme à un antibiotique dans le cas du protocole Raoult), on n’apprend rien à ce sujet ;

    3) il y a plusieurs façons de doser la chloroquine, l’article ne dit rien à ce sujet ;

    4) les pays qui l’utilisent l’ont fait plus ou moins vite à partir du début de l’épidémie ;

    5) les pays comparés n’ont pas la même densité de population, le même taux d’urbanisation ni la même circulation de personnes aux frontières et par transport maritime, terrestre ou aérien.

    6) les pays comparés n’ont pas la même structure de population par âge. 

    L’indice est fort, mais ce n’est qu’un indice. L’enquête continue…

    Bonne lecture



  • 8 votes
    SEPH 20 avril 20:24

    Si la France avait testé, au tout début, le maximum de monde en mettant en quarantaine les cas positifs, fermer ses frontières et distribué des masques à tous, on ne serait pas dans cette situation catastrophique où le gouvernement ne sait plus quoi faire et improvise au jour le jour.

    Ayant tout faux depuis le début, dépassé par les événements ( plus de 20 000 morts aujourd’hui sans compter les décès à domicile) il ne reste qu’une ultime solution le confinement. Mais le gouvernement n’a aucune stratégie pour le « déconfinement » . Pour suivre l’exemple de la région de Wuhan, il devrait durer jusqu’au 2 juin pour éviter une seconde vague dévastatrice.

    Le gouvernement a fait n’importe quoi et menti effrontément : les masques ç’a sert à rien, les tests ç’a sert à rien,…. De plus, il a laissé les frontières ouvertes, il a laissé s’organiser des réunions de masse : matchs de foot, élection municipale,….

    Bref ce gouvernement une bande d’amateurs piloté par un gamin qui se prend pour « Jupiter » !!!!!. C’est catastrophique : plus de 20 000 morts en France. Il n’a aucune stratégie globale.

    Pour dé-confiner il faut être en mesure de tester tout le monde pour isoler ceux qui contaminent. Il faut des masques pour tout le monde pour ce protéger.



  • 4 votes
    SEPH 19 avril 20:38

    Le marché frais de Wuhan n’est pas à l’origine de l’épidémie. Il n’a pas vendu et ne vend pas de chauves-souris. L’épidémie a commencé en décembre à un moment où les chauves-souris hibernent. Le premier cas connu n’était pas du tout lié au marché.

    Les États-Unis affirment que la Chine ne les a pas suffisamment informés. Le calendrier tel que publié par la Chine et confirmé par les médias ne soutient pas cette affirmation.

    Le 3 janvier, le chef du Centre américain de contrôle des maladies (CDC) a été personnellement informé par son homologue chinois qu’il y avait eu une épidémie de pneumonie de cause inconnue à Wuhan. Le 8 janvier, la « cause inconnue » a été identifiée comme un nouveau coronavirus. Une séquence complète du génome du virus a été publiée le 12 janvier et des kits de tests préliminaires ont été développés et mis à disposition à Wuhan. Le 13 janvier, un autre test et protocole d’essai avait été développé en Allemagne et le 17 janvier, l’OMS en a adopté sa version affinée.

    Aux États-Unis, le CDC a insisté pour développer son propre test et a échoué en contaminant les composants du test. Il n’a ensuite pas réussi, pendant plus d’un mois, à corriger le problème.

    On a récemment demandé au ministère fédéral allemand de la Santé s’il avait perçu un manque d’informations en provenance de Chine ou s’il avait des raisons de critiquer la Chine au sujet de l’évolution de son nombre de cas. Il a répondu – 

    "Le gouvernement fédéral allemand n’est pas au fait que la Chine a retenu des données." ...

    Une autre affirmation est que la Chine a en quelque sorte créé le virus ou l’a laissé s’échapper d’un laboratoire de Wuhan où elle travaillait sur des virus de chauve-souris.

    Mais les scientifiques voient des preuves solides que le Nouveau coronavirus est un développement naturel, et ils ne croient pas qu’il a fui d’un laboratoire de Wuhan

    Source : https://lesakerfrancophone.fr/la-nouvelle-campagne-anti-chinoise-repose-sur-des-mensonges


  • 6 votes
    SEPH 29 mai 2019 14:23

    Autin est une fouteuse de merde partout où elle est passée. C’est une arriviste qui ne sait que baver, c’est un véritable boulet.

    D’accord avec Garrido



  • 2 votes
    SEPH 17 mars 2016 22:41

    mamerde est un lécheur de cul du capitalisme

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès