• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

yoananda2

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 30/12/2019
  • Modérateur depuis le 14/01/2020
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 15 1509 1201
1 mois 2 383 74
5 jours 1 96 50
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 163 43 120
1 mois 101 30 71
5 jours 26 6 20

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires




  • vote
    yoananda2 8 avril 13:10

    @micnet

    Et encore plus souvent, le choix est déjà fait "au départ", et nous ne faisons que le rationaliser ensuite"
    ---> Point intéressant qui mériterait un article à lui tout seul

    J’y travaille smiley



  • vote
    yoananda2 8 avril 13:01

    @Gollum

    Si la société est malade le délinquant pourrait être en meilleure santé que les membres de la société..

    oui tout à fait, et c’est la que ça devient intéressante parce que on retombe sur une question fondamentale.

    Pour moi, tout ce qui est "papier", "règle fixe" est mort, c’est pour ça que je ne crois pas dans les constitutions comme maQ. Je crois dans l’intelligence du moment. On ne trouvera JAMAIS de règle absolu pour tout le monde, partout en tout temps. JAMAIS.

    La seule règle, c’est l’intelligence du moment. La seule règle, c’est la vie, c’est toujours changeant. Mais bon, le jour ou on aura une société comme ça, c’est à dire "anarchique" au sens noble du terme ... ben on y est pas encore ! lol

    Pour l’instant, faut faire avec ce qu’on a.



  • vote
    yoananda2 8 avril 12:57

    @micnet

    à savoir la conscience du pédophile qui lui signale l’abomination de son "penchant"

    je ne sais pas, je ne suis pas pédophile, mais, si je devais parier, je dirais que cette "conscience" dont tu parles c’est surtout la pression sociale, ou au mieux son "surmoi" (bien que je ne sois pas Freudien).

    Mais la, on sort peut-être du débat sur la justice, on revient sur la question du choix. Le choix, ce n’est pas le libre arbitre. Nous devons faire des choix. Souvent nous n’aimons pas ça. Et encore plus souvent, le choix est déjà fait "au départ", et nous ne faisons que le rationaliser ensuite. Et quand vraiment on est mitigé, ben c’est parce qu’on doit choisir à l’aveugle. Il n’y a pas de "libre arbitre" qui tienne dans ce cas non plus.

    Donc pas de libre arbitre signifie pas de responsabilité, et donc pas de punition.

    Pourtant, la punition, ça marche ... et c’est "ça" la question qu’il faudrait se poser smiley. Ça marche, oui, c’est expliqué en théorie des jeux, tout bêtement parce que ça change les pondérations dans les choix des personnes. Donc, peut être qu’il faut garder certaines "punitions", mais les considérer plutôt comme des incitatifs sociaux.

    C’est la peur de la prison qui va probablement dissuader certains pédophiles de passer à l’acte. C’est toujours ça de gagné, mais il faudrait réfléchir aux moyens de protéger les gosses d’une manière générale. Bon la, je ne sais pas, ça dépasse mon niveau actuel.



  • vote
    yoananda2 8 avril 12:45

    @Gollum
    je comprends.
    Disons qu’il y a les preuves yang, extérieurs, et les preuves yin, intérieures smiley



  • 1 vote
    yoananda2 8 avril 12:39

    @micnet
    non non c’est pas simpliste, et c’est toute la question. Et la réponse : oui il existe des réponses, du moins des gens qui réfléchissent à ça. Robert Sapolsky notamment.
    Il dit avec justesse : tu ne met pas ta voiture en prison si son pneu crève.
    On a déjà débatut ici (enfin, débattre c’est un grand mot vu les réponses idiotes que j’ai eu) de ces sujets.
    J’avais proposé de réfléchir, pour commencer, sur un cas simple et concret : le pédophile.
    Je disais, il ne se réveille pas un matin en décidant que tiens pour s’occuper il allait violer des gosses, juste pour voir. Pas plus qu’il ne peut décider après coup de ne plus être fortement attiré par les gosses. Et que la question n’était pas tant ce qu’on faisait de lui, mais comment on pouvait protéger les gosses de lui.
    Voila vers quel genre de justice ça nous mène, une justice qui vise à se prémunir de la souffrance (collectivement, autant que faire se peu) plutôt que de punir des "coupables".
    Une justice plus proche (de ce que j’en sais) de ce que font les animaux. Ils ne punissent pas, ils protègent.
    C’est un embryon de réponse bien sûr.

Voir tous ses commentaires (20 par page)






Palmarès