• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Ziziledur

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 49 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0


Derniers commentaires




  • 3 votes
    Ziziledur Ziziledur 30 avril 2018 18:37

    @medialter

    la gomme à effacer les paroles d’Allah ,n’a pas encore été inventée 



  • vote
    Ziziledur Ziziledur 1er avril 2018 20:03

     C est déjà mal parti a l’ouest,ou va t’on

    USA : un gang de fillette armées détient leur professeur en otage et exige moins de devoirs

    Trois petites filles armées jusqu’aux dent retiennent en otage depuis plusieurs heures leur enseignant dans une classe d’une école de Malagune, petite ville du Wisconsin dans le nord des Etats-Unis, a indiqué la police.

    « Nous pensons qu’il y a 23 élèves dans la classe ainsi que le professeur », en plus des trois enfants armés, qui ont fait irruption à la fin des cours, a déclaré le chef de la police de Marinette, Jeffrey Skorik, lors d’une conférence de presse. « Nous avons interrogés les fillettes sur leur motivations : elles exigent moins de devoirs et moins de leçons » , a-t-il ajouté. Vers 01h00 GMT mercredi, la prise d’otage entrait dans sa cinquième heures. La porte-parole des service d’urgence locaux, Kathy Jones, avait indiquer précédemment qu’aucune victime n’était à signaler. Les autorités tentaient de déterminer le nombre d’enfants retenus en otages et contactaient leurs parents, a-t-elle ajouté.

    Moins de devoirs et moins de leçons

    Les fillettes armées qui ont fait irruption dans leur petite école du Wisconsin auraientt, selon nos informations, demandé moins de devoirs et moins de leçon. Leur identification est en cours.

    Le chef de la police locale nous apporte les premières informations concernant les assaillantes. Il explique : « Ces preneuses d’otages sont en voie d’authentification, les services de renseignements et les services antiterroristes ont immédiatement mis tous leurs outils pour essayer de comprendre ce qu’il se passe. »

    Les première revendications des assaillantes sont désormais connues. Le policier ajoute : ‘À l’intérieur du périmètre, le commando d’intervention est en train de négocier, de discuter avec les enfants pour connaître leurs revendications. Selon nos informations, les fillettes demandent moins de devoirs et moins de travail à la maison.




  • vote
    Ziziledur Ziziledur 1er avril 2018 11:57

     Une guerre nucléaire mondiale ,pourquoi pas,c’est un futur possible
    l’on est plus à une connerie prés maintenant.



  • 2 votes
    Ziziledur Ziziledur 31 mars 2018 19:22

    Fraise D’Espagne et stérilisation des sols.
    .Y bon...récolté par ? exploitation de la fraise et des immigrés .
    http://www.liberation.fr/planete/2014/02/25/espagne-exploitation-de-la-fraise-et-des-immigres_982863
    .

    Espagne : 3 € de l’heure pour récolter des fraises

    https://www.youtube.com/watch?v=BjnouVZp7l4&feature=youtu.be

    .
    .Stérilisation des sol..
    Cela commence au mois de septembre par la stérilisation des sols de 5000 hectares de serres proches du parc national de Doñana avec de la chloropicrine, produit interdit depuis des années, mais pour lequel ces producteurs bénéficient d’une dérogation régulièrement renouvelée. Cette substance n’est pas nouvelle : elle a fait son entrée dans le monde comme composant des gaz de combat pendant la première guerre mondiale et poursuivit sa carrière dans le gazage des Kurdes en Irak.Le bromure deméthyle (CH3Br) est également utilisé bien qu’il soit en interdiction progressive depuis la signature du Protocole de Montréal pour la sauvegarde de la couche d’ozone. Interdiction totale confirmée en Europe (y compris en Espagne) depuis juillet 2005. Non seulement ce produit contribue à détruire la couche d’ozone mais il induit des troubles du système nerveux pour ceux qui le manipulent. Il peut rester en traces dans les fraises qui absorbent ce qu’il en reste dans le sol. Les quantités épandues chaque année sur les terres à fraisiers approchent le millier de tonnes, soit environ 500 kilogrammes à l’hectare. Quand il devient impossible de se procurer ces produits, ils sont élaborés sur place par mélanges, malgré les risques de comportent la fabrication de ces « cocktails ». Pour s’en convaincre, il suffit de parcourir les énormes décharges où s’entassent, avec le plastique des serres, des centaines de bidons abandonnés par les « agriculteurs ».



  • vote
    Ziziledur Ziziledur 31 mars 2018 17:59

    @ezechiel

    et ça continu encore et ecore

    Libye : des migrants réduits en esclavage

    https://www.youtube.com/watch?v=kHeLoIC9WDk&feature=youtu.be

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès