• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Chronique Hebdo de la Haine Islamique - 22-29 juillet 2018

Chronique Hebdo de la Haine Islamique - 22-29 juillet 2018

Persécutions des minorités, intimidations, arsenal judiciaire répressif, emprisonnements et attentats, telles sont les manifestations quotidiennes de cette haine, hélas peu combattue par les prétendus « modérés ».

Nos élites ont beau minimiser ou mentir et nos médias ignorer les événements, les faits sont là et la prétendue « religion de tolérance » ne brille guère par les démonstrations de celle-ci. J'ai compilé ces faits dans le monde entier, des faits souvent peu relayés - pour ne pas dire ignorés - et continuerai de le faire dans la mesure de mes disponibilités parce que malgré le choc des civilisations voulus par certains, ce n'est d'obscures officines qui mettent le couteau sous la gorge des nations musulmanes afin de les obliger à persécuter les minorités. Cette répression est tantôt le fait d'extrémistes qu'il ne faut pas confondre avec les reste des musulmans mais également le fruit d'une politique de certains états. En dépit de la malfaisance patente d'agitateurs aux desseins messianico-pécuniers, il n'en demeure pas moins que la volonté de domination islamique trouve en nombre des bras afin d'accomplir ce funeste projet, cette basse besogne de réduction au silence de ceux qui empruntent une autre voie que la leur.

 

 

N.B. : Dans la vidéo sur l'Indonésie, on peut voir à la fin les fous furieux du FDI Indonésien dont l'un des leaders promet à une assemblée d'enragés de « brûler les églises ». Ce sont des images d'illustrations datant de la vague de répression des Chrétiens (années 2009-2010) mais qui restent complètement d'actualité. L'histoire de ce Chrétien condamné à 4 ans de prison et 60 000 € d'amende pour un simple post sur Facebook doit faire comprendre à tout le monde ce à quoi conduit les lois sur le blasphème. Le FDI est évoqué dans cette série d'articles en cours...

Pour aller plus loin : https://www.agoravox.tv/tribune-libre...

 

Source : Ma chaîne YT CH²I

Tags : Religions Islam




Réagissez à l'article

127 réactions à cet article    


  • 1 vote
    cathy cathy 28 juillet 14:34

    Il est évident que ça va clacher à un moment ou à un autre en Europe. 


    • 2 votes
      louis 28 juillet 14:51

      @cathy
      tant qu’ils auront la protection du pétrole je pense qu’ils sont en relative sécurité , mais leur temps est compté .


    • 6 votes
      karibou karibou 28 juillet 16:35

      Bonjour .

      Tant que nous serons dirigés, par l’ UMPS & la sodomie pour tous, nous serons sous leur domination ( voulue) la prochaine génération .
      Tout est fait pour eux au détriment des français : TOUT !!!
      Nos dirigeants méritent tous la cour martiale !

      • 1 vote
        PumTchak PumTchak 28 juillet 16:50

        2 vidéos intéressantes pour l’appréhension de l’islam (comment empoigner ce truc quoi…).

        .

        Une vidéo médiapart avec Adrien Candiard, un dominicain installé au Caire qui a écrit : « Comprendre l’Islam, ou plutôt pour quoi on n’y comprend rien ».

        Le Coran (un fatras, très allusif, avec des bouts d’histoires sans queue ni tête, qui change de genre littéraire, parfois législatif, parfois théologique…)  est la parole éternelle de Dieu. Quand on le lit, on ne cherche pas tant un contenu, qu’à rendre Dieu présent, la lecture est elle-même une piété. La musicalité en langue arabe est là pour émouvoir, donner une nostalgie de Dieu. Lire le Coran n’est la même chose que lire la Bible : il s’agit avant tout d’une émotion, d’une relation de sentiment, avant d’être une relation de compréhension ; à retrouver sur terre, évidemment. Le Coran n’est donc pas la tradition islamique, qui elle, a tiré différentes interprétations dans l’histoire et généré les différentes écoles, ou mises en cohérences. Il y a plusieurs aspects soulevés dans l’interview qui expliquent l’insaisissabilité de l’islam pour notre civilisation rationaliste.

        https://www.youtube.com/watch?v=eLKF6Mz-3P8

        .

         Une vidéo avec la journaliste allemande (d’origine turque) Nazan Gökdemir et le politologue germano-égyptien Hamed Abdel-Samad (qui a une charia contre lui). Ils font un tour d’Europe à la rencontre de musulmans. Différents portraits, avec des musulmans qui ont un regard différencié, pour la plupart (pas tous), et qui ont chacun leur explication sur le radicalisme. Cela ne fait pas le tour du sujet (l’égalité homme femme, par exemple, même si le couple formé par les deux enquêteurs est sympa), mais il y a des éclairages qui gagneraient à être utilisés en politique de lutte contre l’islam totalitaire.

        https://www.youtube.com/watch?v=UBT8Vd64tb0


        • 1 vote
          PumTchak PumTchak 28 juillet 17:05

          @PumTchak

          Merdeuh...

          Erreur de premier lien vers l’émission médiapart, c’est celui ci : https://www.youtube.com/watch?v=mY67knsq-4M

          (L’extrait d’Arrêt sur Image n’est pas intéressant).


        • 3 votes
          Qirotatif Qirotatif 28 juillet 19:08

          @PumTchak

          " (qui a une charia contre lui)"

          Une fatvva (c’est une décision religieuse qui mène parfois à une condamnation... il n’y a qu’en islam qu’il y a ce genre de pratiques) plutôt... cela étant la charia n’est concrètement rien d’autre qu’une déclaration de guerre à l’humanité insoumise. "L’islam totalitaire" est un pléonasme, l’islam étant un totalitarisme en soi. 

          En effet, le lien sur Arrêt sur image n’a aucun intérêt dans le sens où le dominicain ne dit absolument rien. Le deuxième lien est une erreur que nous autres occidentaux commettons fréquemment : tenir compte de l’individu musulman alors que lui-même existe au travers de sa communauté. Ce n’est pas le cas de tous bien entendu, mais en denière instance, un bon musulman aujourd’hui c’est qq’un qui applique des commandements : une partie sont individuels (zakat, salat, ramadan, hadj, profession de foi), les autres collectifs. On peut ergoter tant que l’on veut sur la différence entre coran et tradition islamique mais,pour un non-musulman, ce qui doit compter c’est la pratique et ses conséquences pour lui. 

          J’invite le lecteur a sortir des fadaises avec lesquelles on nous bassine depuis un moment en lisant par exemple l’historien espagnol Serafin Fanjul "Al Andalus, l’invention d’un mythe",un travail remarquable de déconstruction méthodique de ce mythe d’une coopération culture entre chrétiens, juifs et musulmans à cette époque. La lecture d’Alfred-Louis de Prémare "les fondations de l’islam" (qui peut rebuter par son côté universitaire) est également essentielle. 

          La tradition islamique elle-même admet le poids des Mavvali, "les clients", des captifs qui ont fait le boulot des arabes quasi tous illettrés au début de l’islam, enfermés qu’ils étaient dans leur bédouinité. Dés la première génération de musulmans, les scribes juifs, chrétiens et zoroastriens assument un grand rôle dans la constitution des écritures islamiques. 

          Le Coran est surtout un bricolage grossier et l’énormité de l’arnaque consiste à prétendre que ce plagia serait la parole divine elle-même. Une lecture critique avec la méthode historique, la linguistique,la philologie, tous les outils modernes confirme cela. Cela ne pose pas de pb pour les autres religions mais pour la plupart des musulmans une telle entreprise est en soi une agression, une insulte, un blasphème. 

          Je cite dans cette vidéo le cas de cet Indonésien condamné à 4 ans pour simplement avoir dit que Momo était un porc, ces Iraniens condamnés à 10 ans pour simplement être ce qu’ils sont, pour bien comprendre que cet obscurantisme est en marche en Europe avec des envahisseurs qui parlent de plus en plus de loi sur le blasphème. 

          La pratique, c’est cela que nous devons regarder. Ceux qui ont du temps peuvent s’intéresser au corpus, à la tradition, aux textes et interprétations, mais ce sont les pratiques qui nous impactent. Et pour comprendre ce qui nous menace, il convient de regarder quelles sont ces pratiques ailleurs parce qu’elles arriveront (sont déjà en partie là) chez nous. La religion n’existe que par ses croyants et ce qu’ils en font. La persécution de Mohamed Louizi comme de tous ceux qui osent défier ces rats d’islamistes est une leçon vivante, charnelle, de ce qui nous attend tous. 

          P.S. : Pour avoir écumé les articles émanant de Médiapart sur le sujet, il est rare que cela sente la rose. L’islamo-collabo Plenel me donne la gerbe à titre personnel


        • 1 vote
          PumTchak PumTchak 29 juillet 07:54

          @Qirotatif

          .

          Oui, je me suis trompé, c’était fatwa et non pas charia.

          .

           Pour bien éclaircir avec les liens URL : le premier lien de mon premier commentaire est nul et non avenu. Le lien que je voulais mettre est celui de mon deuxième commentaire. Ensuite, je ne veux pas ici ouvrir un nouveau sujet avec médiapart, que je n’aime pas plus que vous. Simplement, Il peut se produire qu’un contenu intéressant sorte d’un média pourri, ce sont des choses qui arrivent. Dit à l’inverse, je ne débine pas un contenu au motif que je déteste l’émetteur.

          .

          Adrien Candiard démontre que discuter avec un muslim du bien fondé ou non du Coran, qui dit tout et le contraire, c’est comme essayer de ch... dans la colle. Et je vais plus loin : Les bédouins d’arabie au 7ème siècle, aux mœurs farouches, avec la sauvagerie comme moyen de survie dans le désert, ont dû être sensibles à la psalmodie, à l’expérience du sentiment spirituel (contemplatif, extatique, non lié à un besoins physiologique …). Le Coran convient particulièrement aux organisations patriarcales rigides (et à leur pérennité), avec les relations humaines rudimentaires, où le sentiment et l’émotion sont une vulnérabilité, ainsi que tout ce qui peut les susciter. C’est le danger de l’image et de la musique, pouvant transformer « en singe ou en porc », selon l’imam de Brest. Ce sont les femmes dangereuses pouvait susciter le désordre des passions qui deviennent pleinement accessibles à toutes les jouissances dans la félicité divine. La religion est alors le seul exutoire possible et nécessaire aux besoins d’épanchements. En ce sens, le Coran détourne et empêche l’éducation sentimentale et la gestion des émotions requises pour vivre en bonne société parmi les humains.

          .

          Maintenant, j’en viens à votre propos : « l’islam étant un totalitarisme en soi ». Ceci posé, comment allez-vous vous débarrasser des 6 millions de musulmans en France ? Acheter 500 000 Kalachnikov ? Répandre du sarin dans les 700 ou 900 ZUP du pays (ou solliciter l’expertise britannique en Novitchok) ?

          Dans la deuxième vidéo, de mon premier commentaire, le premier témoin raconte comment la première génération de migrants au pays s’est fait voler son islam pépère par la génération suivante, biberonnée à l’islam salafiste qui a envahi les mosquées d’Europe, financé par la Saoudie du fait de la lâcheté et/ou l’ignorance des politiques occidentales. Si ce constat pouvait être généralisé par la population, une politique de rupture complète avec le wahhabisme pourrait enfin commencer.

          Le deuxième témoin, avec son comparse, montre comment la greffe salafiste a pris chez les jeunes, pour qui la religion devient un refuge identitaire malgré eux, au lieu de rester une simple pratique spirituelle.

          Le troisième témoin traite lui aussi de l’accès au sentiment : comment la photo de ses enfants lui a permis d’éviter de rester connecté à un Allah supérieur à un système de société qui le rejette et en justifie la destruction des innocents qui y vivent.

          L’échange avec Soheib Benchekh entrevoit un accès à la sécularisation de l’Islam, surtout le droit à critiquer (et auto-critiquer) cette religion comme les autres. Ce débat pourrait aussi être posé en France.

          .

          Il me semble que ce sont des ouvertures plus réalistes que le tout ou rien, qui surtout n’avance à rien. Ouvrir débat peut signifier, en effet, céder à la présence islamique en France. Il peut signifier aussi éclaircir les dangers portés sur les individus et la société et partager les nécessités à repousser, par les lois comme par les mœurs, les ferments totalitaires. Encore une fois, avec le tout ou rien, il n’y a pas de solution possible, hormis de rester dans ses peurs et ses dénis et laisser le salafisme s’emparer du pays, ou bien déclencher la guerre civile. C’est le risque du débat qui permettra d’envisager quel islam serait possible en France (et qu’est-ce qu’on refuse). En commençant par admettre, avec votre vidéo, que le citoyen lambda peut tuer n’importe qui par allahouakbarisme et non pas par alléluisme.


        • 4 votes
          Qirotatif Qirotatif 29 juillet 09:01

          @PumTchak
          "Maintenant, j’en viens à votre propos : « l’islam étant un totalitarisme en soi ». Ceci posé, comment allez-vous vous débarrasser des 6 millions de musulmans en France ? Acheter 500 000 Kalachnikov ? Répandre du sarin dans les 700 ou 900 ZUP du pays (ou solliciter l’expertise britannique en Novitchok) ?"


          Si tout ce qui est excessif est dérisoire, cette question mérite d’être reformulée - ne s’agissant pas de se "débarrasser" de qui que ce soit - ainsi : Comment allons-nous cohabiter pacifiquement avec des individus qui promeuvent des valeurs opposées aux nôtres ? Il faut bien s’entendre sur une chose : n’importe qui à le droit de penser ce qu’il veut, par exemple que les femmes non recouvertes de la tête aux pieds d’un bout de tissu sont des provocatrices démoniaques qui détournent les fidèles du droit chemin. Là où il y a problème c’est quand cette pensée trouve une expression concrète dans la réalité. A ce titre il faut bien intégrer que ces questions sont omniprésentes y compris dans les sociétés musulmanes : en vérité, il n’y a que chez nous, hébétés par cette réalité rétrograde, archaïque et stupide, où l’on se demande encore comment gérer cette question. 

          D’abord il faut prendre conscience d’une chose : nous avons une responsabilité dans l’émergence de ces marqueurs identitaires. Elle repose sur notre relativisme droitdel’hommiste qui fait que l’individu est devenu la mesure de lui-même, que le collectif n’a plus sa place dans nombre d’esprits. Ce double abandon du spirituel et de notre propre identité accompagnée d’un quasi dénigrement de l’intérêt commun au profit de l’expression de l’individu a ouvert une autoroute à un retour à la foi et au communautarisme chez les déracinnés. Le pb se situe bien au-delà de la percée de l’islam vvahabite ou des FM. 

          Alors comment fait-on me demandes-tu ? D’abord on arrête de s’excuser. Nous devons mettre fin à la culture de la repentance. 99% des Français dits de souche d’aujourd’hui n’ont colonisé personne (au contraire, c’est nous qui subissons un flot ininterrompu de nouveau arrivants à qui il n’est même plus demandé de respecter les us et coutumes ici). Ensuite, cela doit nécessairement passer par l’affirmation de soi, de la prévalence de notre civilisation chez nous - les autres faisant ce q’ils veulent chez eux - sur toutes les autres. Il y a également tout un tas de dispositifs à mettre en œuvre comme mettre fin à tous les accommodements déraisonnables et il est possible de le faire légalement : le port d’un couvre-chef doit être interdit à l’université, dans les mairies/préfectures/l’enceinte de l’école, les patients qui exigent que tel ou tel médecin soit d’un certain sexe ne doivent plus être remboursés, les repas de substitution doivent être réservés aux enfants souffrant de pathologies médicalement reconnues, les horaires spécifiques de piscine interdits, les abattages rituels proscrits, etc. Rien que cela va cristalliser la colère des muz mais à mon sens pas tous. Nous aurons même des alliés parmi ces immigrés qui ont fui l’obscurantisme de leurs pays d’origine. Eux qui viennent de ces contrées ne comprennent d’ailleurs pas comment nous en arrivons nous aussi à cette incroyable soumission. 

          Il va falloir commencer à arrêter de baisser les yeux devant les exigences communautaires qui dissimulent leur prétendue légitimité derrière le paravent des droits individuels en restaurant les devoirs collectifs. Instaurer l’unicité de la nationalité et la prévalence, la supériorité de celle-ci en droits sur notre territoire me paraît essentiel pour clarifier les choses. Il y a aussi des mesures essentielles à prendre en amont : la fin du droit du sol intégral, la fin des droits supérieurs des clandestins sur les gens en règle (restauration du délit de séjour illégal, etc.), un durcissement de l’acquisition de la nationalité (il y a eu un très bon article ici récemment sur le cas Suisse), la fin du regroupement familial, une sanction sévère des fraudeurs aux aides, l’expulsion immédiate de tout étranger condamné à du ferme. 

          Certains candidats proposent peu ou prou ce que j’énonce ici. C’est à nous autres de convaincre nos concitoyens de faire enfin les bons choix.

          Nul besoin d’acheter des kalash : rien qu’avec cela (et d’autres) nous règlerons une bonne partie de la question. Cela se fera certainement au prix de heurts mais in fine nous aurons une société apaisée, ce qui est très loin d’être le cas aujourd’hui.


        • vote
          PumTchak PumTchak 29 juillet 09:36

          @Qirotatif

          Oui, ça me va.

          Pour éclaircir, il ne s’agit pas pas tant de rejeter la religion musulmane (c’est trop tard maintenant, de toute façon, pour y réfléchir), mais d’indiquer les règles nécessaires de coexistence. Il y aura chez les musulmans ceux qui acceptent et ceux qui refusent, mais cela fera un commencement. 

          La première difficulté est bien de convaincre les français caucasiens d’arrêter de se cacher derrière le petit doigt, accepter qu’on y établisse des règles claires (ça peut encore le faire) et de voter pour les candidats qui veulent les établir (c’est là qu’il y a encore du boulot).


        • vote
          Belenos Belenos 29 juillet 10:22

          @PumTchak
          "Pour éclaircir, il ne s’agit pas pas tant de rejeter la religion musulmane (...)"

          On peut totalement la rejeter au niveau personnel. Mais peut-être votre phrase a-t-elle un autre sens ? Rejeter les musulmans de son entourage ? 


        • 2 votes
          Belenos Belenos 29 juillet 11:15

          @Qirotatif
          "D’abord il faut prendre conscience d’une chose : nous avons une responsabilité dans l’émergence de ces marqueurs identitaires. Elle repose sur notre relativisme droitdel’hommiste qui fait que l’individu est devenu la mesure de lui-même, que le collectif n’a plus sa place dans nombre d’esprits."

          Cette partie de votre propos est paradoxale ou contradictoire et mérite réflexion. Dans l’esprit de la Déclaration universelle des droits de l’Homme", c’est aussi l’Homme qui est universel. Il s’agit donc bien d’un universalisme humain ou si l’on préfère le dire ainsi d’un humanisme universel et non d’un simple individualisme qui atomiserait la société. Quant aux marqueurs identitaires, ils sont ressentis comme un besoin compulsif par les personnes vivant encore dans des formes anciennes de tribalisme, venant d’une époque où précisément l’individu n’existait que trop peu pour faire face à l’univers avec son "Je suis". Période que personnellement je n’hésite pas à nommer "l’enfance de l’humanité" car elle se caractérise par le besoin de divinités paternelles et maternelles réclamant l’obéissance. L’homme adulte éduqué dans une civilisation humaniste est autonome en conscience (c’est tout l’enjeu de certains traités d’éducation à partir de la Renaissance). Un tel être humain peut se représenter comme un "Je suis" faisant face à l’univers. Il n’a pas besoin d’autre communauté spirituelle que l’humanité universelle, ni de chef spirituel, ni de manuel de conduite (ce qui ne fait pas l’affaire des religions). Il a sa propre conscience, son âme consciente, il est une Personne (et non une âme collective comme les animaux). C’est en écho à cette impulsion évolutive que répond la fameuse Déclaration universelle. Bien entendu, ce passage de la tribu à l’Humanité est long. Il peut prendre des formes exagérément hâtives, en particulier sous la forme du despotisme abstrait et de l’impérialisme. C’est néanmoins dans cette direction que nous allons, bon gré mal gré. L’islamisme est une convulsion de mourant. Il faut certes s’en défendre car cet égrégore reste dangereux (et d’autant plus qu’il sent sa fin proche), mais l’islam va disparaître comme toutes les religions du vieux monde agonisant. 


        • vote
          PumTchak PumTchak 29 juillet 11:59

          @Belenos

          Ce n’était pas au niveau personnel , mais la question de la présence de l’islam dans le pays.

          La religion musulmane n’est pas simplement une dévotion mais une possibilité en cours d’envahissement des espaces publics et des rapports sociaux, avec le haram/hallal pouvant supplanter les codes et les habitudes existants de vie sociale. Et puis la dégradation des rapports hommes/femmes auxquels je suis sensible. Et puis la vocation islamique à former des pays théocratiques (des pays dar al kufr devant devenir dar al islam : il y en 49 pour l’instant). Et puis le caractère ethnique de l’empreinte religieuse qui est à l’origine des questions communautaires de plus en plus pressantes dans le pays.

          Pour autant, une remigration, avec des français d’origine arabo-musulmans installés depuis trois, voire quatre générations, ou un nouveau Charles Martel, ou une nouvelle Reconquista ne semble pas vraiment à l’ordre du jour. C’était cet aspect que je voulais discuter avec Qirotatif.

          C’est le vaste chantier qui reste pour ceux qui souhaitent encore l’existence d’un pays.


        • vote
           Saladin Saladin 29 juillet 12:05

          @PumTchak D’après vous, le Coran dirait tout et son contraire, hein ? Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi vous ne le compreniez pas ? Peut être que c’est parce que vous n’avez tout simplement pas le niveau. regardez https://youtu.be/PB2RuGKSo1g


        • 1 vote
          Qirotatif Qirotatif 29 juillet 12:06

          @Belenos
          " Il s’agit donc bien d’un universalisme humain ou si l’on préfère le dire ainsi d’un humanisme universel et non d’un simple individualisme qui atomiserait la société."

          Dans l’absolu oui. Mais en pratique l’individualisme contribue également à faire éclater un certain nombre de fondamentaux anthropologiques tels que la famille, la nation, le dimorphisme sexuel, la valeur même de la vie pour laquelle on s’arroge le droit de décider jusqu’à l’existence même.

          "Bien entendu, ce passage de la tribu à l’Humanité est long."

          Peut-être faut-il envisager aussi qu’une telle évolution ne soit, en toute conscience, pas une volonté partagée, notamment des tribalistes, non ?


          "Un tel être humain peut se représenter comme un "Je suis" faisant face à l’univers. Il n’a pas besoin d’autre communauté spirituelle que l’humanité universelle, ni de chef spirituel, ni de manuel de conduite (ce qui ne fait pas l’affaire des religions)."

          Tout le monde n’a pas cette conception de l’humanité. Cela ne devrait d’ailleurs pas nous gêner. La seule chose qui, selon moi, doit nous importer, c’est notre société, notre propre évolution, ses apports indéniables,  

          Personne n’est en mesure d’imposer l’autonomie à ceux qui n’en veulent pas. On ne peut aider un drogué que s’il en formule la requête. Là on peut lui donner les outils pour se libérer de son addiction, mais on ne peut le guérir de force. C’est pourquoi il est vain et même despotique de se soucier de ce que les gens sont. La seule chose sur laquelle nous avons prise, la seule chose avec laquelle nous ne devons jamais transiger, c’est ce qu’ils font et la compatibilité de leurs pratiques avec notre modèle de société. Et on ne peut même pas feindre l’ignorance puisque le projet est explicitement énoncé : les islamistes expliquent sans détour qu’ils se serviront de notre droit pour imposer le leur. A nous d’imposer notre civilisation chez nous à ces gens. Par candeur, lâcheté et parfois simple détachement de notre évolution et de notre propre histoire, nous y avons collectivement comme renoncé laissant grande ouverte la porte aux expressions de l’intolérance, l’intolérance devenant une simple idée aussi acceptable que les autres. C’est en cela que je parlais plus haut de relativisme coupable. 


        • 2 votes
          PumTchak PumTchak 29 juillet 12:21

          @Saladin

          D’après vous, le Coran dirait tout et son contraire, hein ? 

          Oui, je confirme : divers versets appellent à chasser et tuer les mécréants, d’autres appellent à les respecter. Cela s’appelle une contradiction. Il est où mon problème de niveau ?


        • vote
          Belenos Belenos 29 juillet 12:28

          @PumTchak
          J’entends bien, mais il n’est pas possible de faire en France des lois d’exception pour telle ou telle religion. Aucune loi ne peut viser spécialement une religion dans le cadre de la république française. On ne peut en aucune façon "rejeter l’islam" en passant par le domaine politique dans un cadre de laïcité constitutionnelle. 

          On peut juste faire appliquer la loi existante (ce qui serait déjà beau) ou créer de nouvelles lois (qui jusqu’à présent étaient inutiles) pour éviter la propagation des pratiques indésirables. Mais ces lois doivent être formulées objectivement et s’appliquer également à tous les citoyens. Et SURTOUT il faut être vigilant pour que des lois ne surgissent pas en faveur de pratiques liberticides pour complaire aux croyants fanatiques, comme par exemple une loi interdisant le blasphème (qui serait forcément une disposition totalitaire ou pour le moins théocratique puisqu’un Etat non religieux et a fortiori laïque ne peut même pas savoir ce qu’est un blasphème). 

          En revanche, au niveau personnel, et même à travers des expressions culturelles, on peut - pour le moment - rejeter tout ce qu’on veut en matière de religion. 

          L’enjeu politique essentiel est donc la liberté d’expression (ce que cherche à supprimer en premier l’islamisme, comme une maladie mentale qui s’attaquerait en premier aux défenses immunitaires de la conscience pour avoir ensuite le champ libre). Il ne faut pas se tromper de cible (par exemple en essayant d’interdire la liberté d’expression juste pour l’islam, ce qui serait une pure folie autodestructrice pour la France et aurait le résultat inverse de celui escompté). 


        • vote
          Belenos Belenos 29 juillet 12:32

          @Qirotatif

          "Peut-être faut-il envisager aussi qu’une telle évolution ne soit, en toute conscience, pas une volonté partagée, notamment des tribalistes, non ?"


          Il est évident qu’elle ne l’est pas pour eux (par définition) mais l’évolution n’en a cure. Une maman peut vouloir que son enfant ne grandisse pas, mais il grandit. Des amants peuvent vouloir retenir la nuit mais le jour vient. On peut aussi penser que je me trompe en disant que l’évolution va du tribalisme à l’âme individuelle, bien entendu. Ou bien qu’il n’y a pas d’évolution et que les tribus sont éternelles. 



        • vote
          Belenos Belenos 29 juillet 12:40

          @Qirotatif
          "Personne n’est en mesure d’imposer l’autonomie à ceux qui n’en veulent pas."

          Certes, et c’est là l’erreur impérialiste dont je parle. Je n’irai pas déranger une tribu sur son territoire, même si je pense que la tribu n’est pas l’avenir de l’humanité. Que les tribus se débrouillent chez elles tant qu’elles ne nous embrouillent pas chez nous. Nous pouvons accueillir des individus en certaines circonstances, mais je refuse d’accueillir une tribu. 


        • 1 vote
          Belenos Belenos 29 juillet 12:49

          @Qirotatif
          A part ça, je suis globalement d’accord avec votre commentaire qui répond au mien, mais je trouve que l’on jette trop rapidement le bébé avec l’eau du bain concernant les "droits de l’homme", par habitude, par "consensus de dissidence", par anti-franc-maçonnerie, par imitation. C’est très courant sur les forums. Or, la France ne serait pas la France sans son humanisme. 


        • 1 vote
          Belenos Belenos 29 juillet 13:04

          @Saladin
          "D’après vous, le Coran dirait tout et son contraire, hein ? Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi vous ne le compreniez pas ? Peut être que c’est parce que vous n’avez tout simplement pas le niveau." 

          Mais il est aussi possible que vous soyez prêt à toutes les pirouettes mentales les plus folles pour trouver divinement cohérentes les paroles d’un livre que vous voulez à tout prix considérer comme divin. C’est ça, le serpent qui se mord la queue : la preuve que le Coran est un livre divin, c’est que c’est écrit dans le Coran. Mais vous pourriez faire la même chose avec votre pantoufle et alors de cette divine pantoufle émanerait forcément une odeur de sainteté. Avec un peu d’habileté, vous pourriez en convaincre votre entourage, avec une petite armée votre région, avec une grande armée un grand territoire. Et un peuple de millions de croyants se mettrait à adorer la sainte pantoufle et ses divines proportions. 


        • vote
          PumTchak PumTchak 29 juillet 13:22

          @Belenos

          J’avais évoqué des pistes dans mon commentaire de 07:54.

          Je confirme, évidemment la nécessité absolue de la liberté d’expression. C’est là que l’on s’est fait avoir en France : après le combat anti-clérical contre la prépotence du catholicisme, on a cru sortir de l’emprise religieuse,à partir des années 60, avec une population française devenue non pratiquante en majorité. Et on n’a pas vu venir la prétention islamique à imposer ses lois et surtout le décalage, depuis la fatwa contre Salman Rusdhie, avec d’un côté l’anti cléricalisme qui a continué son cours et de l’autre, l’hésitation à critiquer l’islam. 

          J’avais évoqué le refus du salafisme en France. Juridiquement, Nathalie Kosciusko-Morizet avait proposé d’utiliser la loi contre les sectes. Cela nécessite aussi une condamnation ferme de la Saoudie et d’aller voir ailleurs avec nos 20% de pétrole qu’on importe de chez eux. Plein de musulmans, en France, se sentent en porte-à- faux par rapport à l’AS. C’est comme si on faisait venir Adolph Hitler, qu’on lui remettait la légion d’honneur à l’Elysée et que par ailleurs, on luttait contre les nazillons du pays qui dessinent des croix gammées un peu partout.

          Faire prendre conscience à l’école de la continuité des 3 monothéismes, et de la difficulté de coexistence puisqu’ils revendiquent un dieu semblable. Et surtout faire connaître l’épopée de Gilgamesh et le poême du Super Sage, pour montrer d’où vient l’Eden,d’où vient la genèse et permettre aux futurs croyants de disposer du recul nécessaire.

          Affirmer la préeminence des lois de la cohésion nationale sur les lois d’intérêts communautaire. Ce qui concerne, ici, aussi bien les juifs que le muslims.

          Liste à continuer...


        • vote
          Qirotatif Qirotatif 29 juillet 14:26

          @Belenos
          "Que les tribus se débrouillent chez elles tant qu’elles ne nous embrouillent pas chez nous. Nous pouvons accueillir des individus en certaines circonstances, mais je refuse d’accueillir une tribu. "

          La fin de ta phrase implique des décisions politiques. Très souvent les gens sont d’accord avec cette affirmation mais ne veulent pas entendre parler de l’issue politique qu’elle implique se réclamant justement de cet humanisme mal compris. A cela s’ajoute généralement le fait de raisonner en termes de cas particuliers, ce qui pousse encore plus à geler toute action fut-elle pacifiste.

          Je ne suis pas en train de dire que c’est ton cas puisque tu as déjà manifesté ton désir d’une laïcité pleinement appliquée... juste qu’elle ne suffira pas. C’est un choix civilisationnel que nous devrons effectuer et assumer. Il est en revanche possible et même probable que nous ne le fassions pas (comme c’est le cas actuellement*) et à ce moment-là il faudra également accepter les conséquences de ce non-choix. Certains me répondraient que tout cela est secondaire en regard des réalités éco mais les gens autrement confrontés que nous - les Pakistanais du Baloutchistan par exemple - à cette idéologie ont parfaitement compris qu’il n’en n’était rien**.


          * En réalité actuellement c’est encore pire avec cette volonté d’organiser notre future soumission. Les barbus s’en frottent les mains et en rient.

          ** cf. l’édito du DailyTimes résumé ici en une ou deux phrases mais qui mérite lecture, cf. les éditorialistes Algériens qui sont également confrontés à la même problématique. Je pense faire un article spécial sur quelques uns d’entre eux parce qu’ils offrent la particularité d’être directement confrontés à une société islamisée et ses effets tout en ayant l’analysant sous le prisme de l’humanisme occidental. Ce faisant ils nous offrent un point de vue riche en enseignements que nous ne prenons pas suffisamment la peine de considérer.  


        • 1 vote
          Belenos Belenos 29 juillet 14:49

          @Qirotatif
          "Je ne suis pas en train de dire que c’est ton cas puisque tu as déjà manifesté ton désir d’une laïcité pleinement appliquée... juste qu’elle ne suffira pas. C’est un choix civilisationnel que nous devrons effectuer et assumer."

          La laïcité n’est pas un point de détail. Réellement appliquée, elle serait déjà en soi un certain choix civilisationnel. Mais je peux admettre qu’elle ne ne soit pas suffisante pour faire civilisation. A quoi pensez-vous plus précisément ? 


        • vote
          Qirotatif Qirotatif 29 juillet 15:12

          @Belenos
          J’y ai répondu plus haut : 

          "Alors comment fait-on me demandes-tu ? D’abord on arrête de s’excuser. Nous devons mettre fin à la culture de la repentance. 99% des Français dits de souche d’aujourd’hui n’ont colonisé personne (au contraire, c’est nous qui subissons un flot ininterrompu de nouveau arrivants à qui il n’est même plus demandé de respecter les us et coutumes ici). Ensuite, cela doit nécessairement passer par l’affirmation de soi, de la prévalence de notre civilisation chez nous - les autres faisant ce q’ils veulent chez eux - sur toutes les autres. Il y a également tout un tas de dispositifs à mettre en œuvre comme mettre fin à tous les accommodements déraisonnables et il est possible de le faire légalement : le port d’un couvre-chef doit être interdit à l’université, dans les mairies/préfectures/l’enceinte de l’école, les patients qui exigent que tel ou tel médecin soit d’un certain sexe ne doivent plus être remboursés, les repas de substitution doivent être réservés aux enfants souffrant de pathologies médicalement reconnues, les horaires spécifiques de piscine interdits, les abattages rituels proscrits, etc. Rien que cela va cristalliser la colère des muz mais à mon sens pas tous. Nous aurons même des alliés parmi ces immigrés qui ont fui l’obscurantisme de leurs pays d’origine. Eux qui viennent de ces contrées ne comprennent d’ailleurs pas comment nous en arrivons nous aussi à cette incroyable soumission. 

          Il va falloir commencer à arrêter de baisser les yeux devant les exigences communautaires qui dissimulent leur prétendue légitimité derrière le paravent des droits individuels en restaurant les devoirs collectifs. Instaurer l’unicité de la nationalité et la prévalence, la supériorité de celle-ci en droits sur notre territoire me paraît essentiel pour clarifier les choses. Il y a aussi des mesures essentielles à prendre en amont : la fin du droit du sol intégral, la fin des droits supérieurs des clandestins sur les gens en règle (restauration du délit de séjour illégal, etc.), un durcissement de l’acquisition de la nationalité (il y a eu un très bon article ici récemment sur le cas Suisse), la fin du regroupement familial, une sanction sévère des fraudeurs aux aides, l’expulsion immédiate de tout étranger condamné à du ferme."


          Nombre de ces mesures n’ont pas de lien avec la laïcité. mais disons qu’une application stricte de la laïcité serait déjà un bon début. 


        • vote
          Belenos Belenos 29 juillet 15:34

          @Qirotatif

          D’accord, je n’avais pas vu. Ceci me convient en principe :

          "Il va falloir commencer à arrêter de baisser les yeux devant les exigences communautaires qui dissimulent leur prétendue légitimité derrière le paravent des droits individuels en restaurant les devoirs collectifs."

          Mais il faut tout de même prendre garde à ce que les droits individuels ne passent pas réellement à la trappe dans l’opération. Sinon on aura échappé au totalitarisme islamiste par le... totalitarisme franciste ? Bref, la France serait guérie de l’islam, mais morte à elle-même.  smiley 


        • vote
          Belenos Belenos 29 juillet 15:40

          En tout cas, les pouvoirs publics (Etats, collectivités locales) reconnaissant leur incompétence à définir ce qu’est ou n’est pas une religion, aucune revendication ne devrait pouvoir leur être adressée par un individu au prétexte de son appartenance à une communauté religieuse. 


        • vote
          Zatara Zatara 29 juillet 16:10

          @Belenos
          Mais il faut tout de même prendre garde à ce que les droits individuels ne passent pas réellement à la trappe dans l’opération. Sinon on aura échappé au totalitarisme islamiste par le... totalitarisme franciste ? Bref, la France serait guérie de l’islam, mais morte à elle-même.

          Vous passez juste à côté Belenos... Le seul véritable et fondamental totalitarisme en question se met déjà en place du point de vue technologique et c’est le véritable problème de fond...Je ne sous estime pas le reste mais c’est en réalité de l’ordre de pantins dans le cadre du futur de l’europe....le fait que chaque versant (chaque aspect technologique d’une seule et unique civilisation planétarisé) en soit à priori dissocié, en tout cas pseudo séparé, à l’échelle du marché mondiale, à travers des noms de marques d’une part, et des actions d’autre part, ne doit pas vous aveugler sur son véritable visage. La bête à plusieurs tête si vous préférez, mais le tout repose sur un seul et unique corps qui marche dans une seule direction. Ainsi, peu importe qu’un totalitarisme islamique ou franciste s’impose, puisque ce serait un visage différent, au profit du même projet EU 2.0... Faire avancer la cause islamique (ou la cause "franciste", cela revient strictement au même en les opposant) ne mène qu’à une forme de régime durcit. La question qui reste alors est de savoir si le pays tiendrait sous sa forme actuelle ou si des pans entiers du territoire choisiraient, à la carte, son régime dictatorial. De quoi permettre le démembrement de la France sous les apparats d’une guerre civile religieuse ou d’une séparation type appartheid avec EU 2.0 en grand timonier (ce qui collerait bien avec certaines cartes montrant une europe du futur cf entre autre P Hillard)

          https://www.youtube.com/watch?v=9p_86FIfBFA&feature=youtu.be&t=1944


        • vote
           Saladin Saladin 29 juillet 16:24

          @PumTchak C’est parce que ces versets sont un peu plus compliqués que ce que vous avez compris, et n’oubliez pas que le Coran a fait naître des savant dans le désert, rien que ça, devrait vous faire réfléchir. 


        • vote
          Zatara Zatara 29 juillet 16:25

          ... du coup j’ai oublié le hooktube...


        • vote
          Belenos Belenos 29 juillet 16:29

          @Zatara
          "Vous passez juste à côté Belenos..."

          Pas du tout, mais il faut entendre mon commentaire comme une réponse aux exemples de propositions de Qirotatif. (La question du totalitarisme technologique est un autre problème). 


        • 2 votes
          Belenos Belenos 29 juillet 16:34

          @Saladin
          "et n’oubliez pas que le Coran a fait naître des savant dans le désert, rien que ça, devrait vous faire réfléchir." 

          N"oublions pas non plus que le Père Noël se déplace sur un char tiré par 9 rennes, cela devrait nous faire réfléchir aussi. 


        • vote
          Zatara Zatara 29 juillet 17:15

          @Belenos
          Pas du tout, mais il faut entendre mon commentaire comme une réponse aux exemples de propositions de Qirotatif.

          Ok

          (La question du totalitarisme technologique est un autre problème).

          Non, c’est lié... du point de vue cybernétique et mondialisme, tout peut servir à créer des antagonismes de contrôles.


        • vote
          Belenos Belenos 29 juillet 17:26

          @Zatara
          "du point de vue cybernétique et mondialisme, tout peut servir à créer des antagonismes de contrôles."

          Ok, mais ne versez pas dans la représentation d’un monde sous contrôle absolu de super-vilains. L’ingénierie sociale existe mais elle ne décide pas de tout. 


        • vote
          Zatara Zatara 29 juillet 17:35

          @Belenos

          Ok, mais ne versez pas dans la représentation d’un monde sous contrôle absolu de super-vilains.

          je n’y suis pas et je n’en ai jamais parlé dans ce post...

          L’ingénierie sociale existe mais elle ne décide pas de tout.

          ce que j’ai déjà dit ici et là....


        • 1 vote
          Zatara Zatara 29 juillet 18:44

          @Belenos
          ....et dans le cas où, justement, l’antagonisme en arriverait à un durcissement politique, je préfère encore les principes fondamentaux français sous la forme d’une dictature temporaire (à la romaine) qu’un éclatement des territoires dont certains deviendraient des califats régionaux. Évidemment, c’est exagéré, mais c’est pour faire comprendre une potentialité qui a déjà été évoqué, sous une autre forme, ça et là....


        • vote
          Belenos Belenos 29 juillet 18:54

          @Zatara
          "je préfère encore les principes fondamentaux français sous la forme d’une dictature temporaire (à la romaine) qu’un éclatement des territoires dont certains deviendraient des califats régionaux."

          OK. Ce qui vient donc tempérer votre déclaration antérieure : 

          "Ainsi, peu importe qu’un totalitarisme islamique ou franciste s’impose"


        • vote
          Zatara Zatara 29 juillet 19:21

          @Belenos
          ce passage est précisément de l’ordre d’une description d’une dynamique en cours...


        • vote
          Zatara Zatara 29 juillet 19:26

          et l’autre, mon point de vue...


        • vote
          Belenos Belenos 29 juillet 19:35

          @Zatara

          Ok, je comprends.


        • vote
          PumTchak PumTchak 30 juillet 00:17

          @Saladin
          C’est parce que ces versets sont un peu plus compliqués que ce que vous avez compris, et n’oubliez pas que le Coran a fait naître des savant dans le désert, rien que ça, devrait vous faire réfléchir. 

          Le code pénal est clair : il ne faut pas tuer. Cela fait moins de dégâts quand la loi des hommes est compréhensible par tous.

          Attention que le compliqué ne rend pas nécessairement supérieur. Cela ne marche pas comme ça. Ce qui est mal écrit et incohérent est toujours compliqué.

          Et n’oubliez pas les savants : le besoin de l’argument d’autorité est la preuve de sa limite à la capacité de compréhension.



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Qirotatif

Qirotatif
Voir ses articles







Palmarès