• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

JL

Voir mon profil sur Agoravox

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 465 0
1 mois 0 13 0
5 jours 0 6 0


Derniers commentaires






  • 5 votes
    JL 21 février 20:45

    Et bien sûr, l’équipe de tournage, bien à l’abri et ventre bien garni, les regarde galérer sans intervenir à aucun prix.



  • vote
    JL 18 février 08:14

    Définition du corporatisme par Naomi Klein : « La grande entreprise et le gouvernement tout puissant combinant leurs formidables puissances respectives pour mieux contrôler les citoyens.  »

     

    Clairement, cette définition rejoint celle que Mussolini donnait du fascisme « Le Fascisme devrait plutôt être appelé Corporatisme, puisqu’il s’agit en fait de l’intégration des pouvoirs de L’État et des pouvoirs du marché. »

     

    Samir Amin : « Le capitalisme contemporain est devenu par la force de la logique de l’accumulation, un « capitalisme de connivence ». Le terme anglais « crony capitalism » ne peut plus être réservé aux seules formes « sous-développées et corrompues » de l’Asie du Sud est et de l’Amérique latine que les « vrais économistes » (c’est à dire les croyants sincères et convaincus des vertus du libéralisme) fustigeaient hier. Il s’applique désormais aussi bien au capitalisme contemporain des États-Unis et de l’Europe. Dans son comportement courant, cette classe dirigeante se rapproche alors de ce qu’on connaît de celui des « mafias », quand bien même le terme paraîtrait insultant et extrême. »

     

    La multinationalisation étant l’évolution naturelle des entreprises et le fascisme l’évolution naturelle du capitalisme, il en résulte que la globalisation libérale est le nom de ce processus de totalitarisation

    à l’échelle mondiale.



  • vote
    JL 15 février 20:08

    Il manque "Stupeur et tremblement"

     

     smiley



  • vote
    JL 14 février 10:20

    @BA
     
     ’’ Les primes proposées font...que le salaire recule parfois si on monte d’échelon. Où voit-on cela ? Dans quelle entreprise ?’’
     
     Oui, on voit ça dans l’entreprise sarkozienne qui a instauré le trop fameux travailler plus pour gagner plus : quand un agent de maitrise est promu cadre, il gagne moins puisque la totalité de son salaire est soumise à impôts et charges, contrairement aux heures supplémentaires qu’il percevait dans son ancien statut.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès