• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

ChatquiChouine

ChatquiChouine

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 08/10/2010
  • Modérateur depuis le 13/12/2010
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 147 118
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 23 22 1
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique











Derniers commentaires




  • 11 votes
    ChatquiChouine ChatquiChouine 14 juin 2013 18:24

    Et Aphatie enrhumé ça donne :

    "snif...Ze me défends d’ êt’e un con sbire à zionniste ! "



  • 6 votes
    ChatquiChouine ChatquiChouine 12 avril 2013 00:14

    Tythan :

    "D’autant que contrairement à ce qui était dit, NDA n’a jamais été membre de la FAF. Il a simplement discuté avec eux lors d’une conférence."

    Ah bon ! Et comment expliquez-vous qu’il soit référencé sur le site officiel de la FAF au juste ?

    Vous allez me dire qu’il suffit de discuter avec des membres de la FAF pour être recensé sur leur site officiel, vous vous moquez de qui au juste ?

    http://web.archive.org/web/20100420024718/http://www.french-american.org/leadership/young-leaders/alumni-francais.html



  • vote
    ChatquiChouine ChatquiChouine 9 avril 2013 21:39

    "l y a des cadavres dans le placard, raison pour laquelle il est tenu et se tiendra à son rôle de saboteur de la révolution nationale. "

    Ben voyons, puisque vous semblez avoir des informations que d’autres n’ont pas, étalez les sur la table plutôt que de faire des supputations. Encore un procédé peu glorieux digne de la presse poubelle.



  • 4 votes
    ChatquiChouine ChatquiChouine 8 avril 2013 20:09

    "Interrogez-le sur son élection au conseil de Paris et sur les marche-pied utilisés pour y accéder, vous comprendrez peut-être. Ou alors vous êtes in love"

    Famine, pourquoi vouloir interroger Asselineau sur ce sujet, puisque tout est sur son site, je cite :

    "

    1. Quelques semaines avant les élections municipales de mars 2001, M. Pasqua a conclu un accord électoral avec M. Tibéri, maire sortant, pour s’opposer à la fois aux listes RPR-UDF et aux listes PS.Aux termes de cet accord, M. Tibéri se réservait, pour lui-même et ses proches, 14 listes sur les 20 arrondissements parisiens ; et il cédait les 6 listes restantes à M. Pasqua pour que celui-ci les confie à ses propres collaborateurs.C’est ainsi que M. Pasqua a demandé à M. Asselineau d’être son candidat tête de liste dans le XIXe arrondissement de Paris. Pour M. Pasqua, qui avait eu l’occasion de mesurer les capacités intellectuelles de M. Asselineau, il s’agissait de mettre désormais à l’épreuve ses capacités à mener une difficile campagne électorale de terrain et à se confronter au suffrage universel.Quoique n’ayant nullement été demandeur, M. Asselineau a donc accepté de relever ce défi, au nom du RPF dont il était membre. Il a bâti sa propre liste d’arrondissement de 36 candidats et a mené sa campagne en quelques semaines, en toute indépendance et sans concertation avec les équipes de M. Tibéri.Pour en financer les frais (notamment l’impression des affiches, tracts, bulletins de vote, professions de foi et réunion publiques), M. Asselineau a souscrit un emprunt personnel de 380 000 F (environ 60 000 €) auprès de sa banque, emprunt qui fut gagé sur une hypothèque de son appartement.M.  Asselineau, ayant obtenu le très bon score de 11,3% des suffrages au premier tour a été entièrement remboursé des frais engagés, conformément à la législation en vigueur qui prévoit le remboursement des frais de campagne à tous les candidats qui franchissent 5% des suffrages au premier tour.L’ensemble de la comptabilité des frais de campagne, tenue comme il se doit par un mandataire financier, a été ensuite certifiée par un commissaire aux comptes, puis par la Commission des comptes de campagne qui l’a validée sans aucune remarque (ce qui n’est pas toujours le cas).

      Contrairement à ce qui a pu être dit par quelques adversaires politiques, M. Asselineau n’a jamais travaillé avec M. Tibéri à la mairie de Paris et n’a en aucun cas dirigé sa campagne électorale de 2001. Le directeur de campagne de M. Tibéri était M. Bernard Bled, secrétaire général de la Ville de Paris.M. Asselineau, ayant obtenu plus de 10% des suffrages au premier tour de ces élections, a pu se maintenir en triangulaire au second tour contre le candidat RPR-UDF et contre le candidat PS.

      À la surprise générale – et notamment à celle des Renseignements généraux qui avaient prévu que son score s’effondrerait au second tour du fait d’un réflexe de prétendu « vote utile » – M. Asselineau a réalisé une nouvelle percée en recueillant 15,8% des suffrages au second tour de scrutin.Ce score inattendu – et remarquable pour un candidat inconnu dans l’arrondissement , se confrontant à la fois au RPR-UDF et au PS, et dont c’était la toute première campagne électorale – a permis à M. Asselineau d’être élu Conseiller de Paris."

    Alors effectivement, Asselineau n’est pas un lapin de 6 semaines comme vous dites, et c’est plutôt une bonne chose dans ce domaine, mais vous en connaissez beaucoup, vous, des politiciens prêts à gager leur appartement pour financer leur campagne électorale...Les héritiers Lafarge peut-être...arf, c’te blague.



  • 1 vote
    ChatquiChouine ChatquiChouine 28 mars 2013 20:27

    L’Europe des transferts....Nicolas Doze qui découvre l’eau tiède alors que d’autres avaient parfaitement analysé la problématique de l’Euro il y a des années, et notamment François Asselineau dans une interview à Radio Notre Dame il y a 3ans (ici à partir de 14’07).

Voir tous ses commentaires (20 par page)






Palmarès