• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV Mobile

Daruma

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 43 0
1 mois 0 8 0
5 jours 0 3 0


Derniers commentaires




  • vote
    Daruma 30 mai 14:12

    Sur Wikipédia, je lis (j’ai un petit peu élagué pour que ce soit plus lisible) :

    Certains journalistes et écrivains ont critiqué le financement de RSF par des fonds américains, des groupes de presse, l’Open Society Institute de George Soros, le Center for a Free Cuba, et l’Union Européenne.

    Des révélations faites en mai 2005 ont montré que RSF était aussi financé par le ministère américain des affaires étrangères par l’entremise du National Endowment for Democracy.

    En 2005, selon Jean-Guy Allard, l’Union Européenne a versé plus d’un million d’euros à RSF.

    Rony Brauman, membre fondateur de RSF et ex-président de Médecins sans frontières, a critiqué en 2007 « l’opacité financière » de l’organisation. Il dénonce le financement qu’elle a reçu de gens de Miami opposés au régime castriste et de la Commission européenneCraignant que RSF ne devienne « un bras exécutif de la diplomatie de l’Europe », il a quitté l’organisation.

    Le site de Reporters Sans frontières précise, en 2009, que l’organisation est financée par le National Endowment for Democracy, ainsi que Sanofi Aventis, la Compagnie française de l’Afrique occidentale (dont l’une des principales activités est l’import de médicaments en Afrique), ou encore le Center for a Free Cuba (également financé par la NED).



  • vote
    Daruma 30 mai 14:06

    Le pdf des comptes de RSF pour l’année 2018 nous apprend des choses intéressantes. Si je prends la colonne Budget 2019, je lis :

    - Subventions publiques : 3 153 032 euros.

    - Fondations : 1 032 908 euros.

    - Mécénat (entreprises, grands donateurs) : 581 520 euros

    Dans la catégorie Mécénat il y a aussi « collecte grand public ». J’aimerais bien savoir à combien s’élève la somme provenant des dons des particuliers.

    J’aimerais bien savoir aussi quels sont les pays, et donc quels sont les gouvernements, qui subventionnent RSF.

    J’aimerais bien savoir également quelles sont les fondations qui financent RSF.

    - Le reste du budget est constitué par les activités commerciales et autres produits de RSF.



  • vote
    Daruma 30 mai 13:38

    Je me demande ce que ça donnerait si on demandait aux journalistes du décodex du journal Le Monde de produire un tel classement. En leur donnant, bien sûr, les moyens financiers et humains leur permettant d’exécuter cette tâche.

    Je suis à peu près certain que le classement qu’ils nous pondraient ressemblerait fortement à celui de Reporters sans frontières. Pas vous ?

    Je m’en vais faire une petite recherche pour voir qui finance RSF et je reviens.



  • vote
    Daruma 24 mai 23:22

    @Daruma
    (suite) Mais si vous êtes totalement hermétique à ce genre de prudente mise en garde, abasourdi et comme choqué par une telle dissidente audace, et croyez que ceux qui répugnent à employer le mot « complotisme », ou « conspirationnisme » ne sont que d’affreux jojos à mettre dans le même panier que ceux qui croient que la Terre est plate et que les Reptiliens sont parmi nous, alors ne tenez pas compte de ce message. En attendant que ce temps béni adviendra où nous, les vilains « conspirationnistes », serons enfermés dans des hôpitaux psychiatriques pour déviance ou assignés à résidence avec bracelet électronique délivrant des décharges électriques à chaque pensée « complotiste », ou encore brûlés en place publique, vous pouvez continuer à applaudir, à intervalles réguliers, au balcon du conformisme moutonnier.



  • vote
    Daruma 24 mai 23:20

    @Jean Robin contre Fantômette

    Bigre ! Encore une fois, le mot « complotiste » est lâché ! Comme la mise en garde qui est inscrite sur les paquets de cigarettes, il faudrait, ici aussi, mettre en garde contre la consommation de mots nocifs pour la santé intellectuelle, du style : « Nuit gravement à la réflexion et à la liberté de penser ». Je comprends qu’on veuille éviter toute mise à l’index, et rassurer le reste du troupeau sur sa salubrité idéologique. Un peu comme un test négatif au coronavirus, en somme. C’est qu’il faut s’assurer qu’on ne sera pas soupçonné d’être dans le camp de ceux qui pensent... Pardon, je voulais dire : dans le camp de ceux qui ne sont pas « raisonnables », qui ne sont pas « réalistes », qui ne pensent pas comme tout le monde. Ça ne mange pas de pain, et comme ça on ne court aucun risque d’être soupçonné d’appartenir aux maudits « conspirationnistes », ces déviants, ces mal-pensants, ces brebis galeuses, ces quasi-pestiférés, ces pelés ces galeux d’où nous vient tout le mal.

    Ce terme fourre-tout à la polysémie volontairement réduite à une étiquette qui ne vaut que par la confusion qu’elle entretient et par la stigmatisation facile qu’elle permet, ne devrait être employé qu’en dernier recours. Ou alors, si vous voulez malgré tout l’employer tout en préservant votre scepticisme, votre indépendance d’esprit et votre non adhésion à la pensée dominante et au politiquement correct, faites comme moi, écrivez-le avec des guillemets.

Voir tous ses commentaires (20 par page)

Les thèmes de l'auteur






Palmarès